Intervention Review

Opioid antagonists under heavy sedation or anaesthesia for opioid withdrawal

  1. Linda Gowing*,
  2. Robert Ali,
  3. Jason M White

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 20 JAN 2010

Assessed as up-to-date: 16 AUG 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD002022.pub3

How to Cite

Gowing L, Ali R, White JM. Opioid antagonists under heavy sedation or anaesthesia for opioid withdrawal. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No.: CD002022. DOI: 10.1002/14651858.CD002022.pub3.

Author Information

  1. University of Adelaide, Discipline of Pharmacology, Adelaide, South Australia, Australia

*Linda Gowing, Discipline of Pharmacology, University of Adelaide, Frome Road, Adelaide, South Australia, 5005, Australia. linda.gowing@adelaide.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 20 JAN 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Withdrawal (detoxification) is necessary prior to drug-free treatment or as the end point of long-term substitution treatment.

Objectives

To assess the effectiveness of opioid antagonists to induce opioid withdrawal with concomitant heavy sedation or anaesthesia, in terms of withdrawal signs and symptoms, completion of treatment and adverse effects.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library, Issue 3, 2009), Medline (January 1966 to 11 August 2009), Embase (January 1985 to 2009 Week 32), PsycINFO (1967 to July 2009), and reference lists of articles.

Selection criteria

Controlled studies of antagonist-induced withdrawal under heavy sedation or anaesthesia in opioid-dependent participants compared with other approaches, or a different regime of anaesthesia-based antagonist-induced withdrawal.

Data collection and analysis

One reviewer assessed studies for inclusion, undertook data extraction and assessed quality. Inclusion decisions and the overall process were confirmed by consultation between all authors.

Main results

Nine studies (eight randomised controlled trials) involving 1109 participants met the inclusion criteria for the review.

Antagonist-induced withdrawal is more intense but less prolonged than withdrawal managed with reducing doses of methadone, and doses of naltrexone sufficient for blockade of opioid effects can be established significantly more quickly with antagonist-induced withdrawal than withdrawal managed with clonidine and symptomatic medications. The level of sedation does not affect the intensity and duration of withdrawal, although the duration of anaesthesia may influence withdrawal severity. There is a significantly greater risk of adverse events with heavy, compared to light, sedation (RR 3.21, 95% CI 1.13 to 9.12, P = 0.03) and probably with this approach compared to other forms of detoxification.

Authors' conclusions

Heavy sedation compared to light sedation does not confer additional benefits in terms of less severe withdrawal or increased rates of commencement on naltrexone maintenance treatment. Given that the adverse events are potentially life-threatening, the value of antagonist-induced withdrawal under heavy sedation or anaesthesia is not supported. The high cost of anaesthesia-based approaches, both in monetary terms and use of scarce intensive care resources, suggest that this form of treatment should not be pursued.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

The potential risks and high cost of using opioid blocking drugs during heavy sedation or anaesthesia to bring on withdrawal outweigh the benefits

Drugs that block opioids are sometimes given to opioid dependent people while they are under heavy sedation or anaesthesia to speed up withdrawal. The review of trials shows that this sort of withdrawal treatment is quicker than withdrawal managed with reducing doses of methadone or clonidine plus symptomatic medications. The intensity of withdrawal experienced with anaesthesia-based approaches is similar to that experienced with approaches using only minimal sedation, but there is a significantly increased risk of serious adverse events with anaesthesia-assisted approaches. The lack of additional benefit, and increased risk of harm, suggest that this form of treatment should not be pursued.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antagonistes des opiacés sous sédation lourde ou anesthésie pour le sevrage des opiacés

Contexte

Le sevrage (désintoxication) est nécessaire avant un traitement non médicamenteux ou comme point final d'un traitement de substitution à long terme.

Objectifs

Evaluer l'efficacité des antagonistes des opiacés pour induire un sevrage des opiacés avec une sédation lourde ou une anesthésie concomitantes en termes de signes et symptômes de sevrage, d'achèvement du traitement et d'effets indésirables.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library, numéro 3, 2009), Medline (de janvier 1966 au 11 août 2009), Embase (de janvier 1985 à la semaine 32 de 2009), PsycINFO (de 1967 à juillet 2009) et dans les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Les études contrôlées portant sur le sevrage induit par des antagonistes sous sédation lourde ou anesthésie chez des participants dépendants aux opiacés comparé à d'autres approches ou à un régime différent de sevrage induit par des antagonistes sous anesthésie.

Recueil et analyse des données

Un relecteur à évalué les études à inclure, procédé à l'extraction des données et évalué la qualité. Les décisions d'inclusion et le processus global ont été confirmés par une consultation entre l'ensemble des auteurs.

Résultats Principaux

Neuf études (huit essais contrôlés randomisés), portant sur 1 109 participants, remplissaient les critères d'inclusion dans la revue.

Le sevrage induit par des antagonistes est plus intense, mais moins prolongé que le sevrage géré en réduisant les doses de méthadone et les doses de naltréxone suffisantes pour bloquer les effets des opiacés peuvent être établies significativement plus vite avec le sevrage induit par les antagonistes qu'avec le sevrage géré par la clonidine et des médicaments symptomatiques. Le degré de sédation n'affecte pas l'intensité et la durée du sevrage, bien que la durée de l'anesthésie puisse influer sur la gravité du sevrage. Il existe un risque significativement plus grand d'événements indésirables avec une sédation lourde comparé à une sédation légère (RR 3,21, IC à 95 % 1,13 à 9,12, P = 0,03) et probablement avec cette approche comparé à d'autres formes de désintoxication.

Conclusions des auteurs

Comparée à une sédation légère, la sédation lourde n'apporte pas de bénéfices supplémentaires en termes de réduction de la gravité du sevrage ou d'augmentation des taux de démarrage d'un traitement d'entretien à la naltréxone. Etant donné que les événements indésirables menacent potentiellement le pronostic vital, la valeur du sevrage induit par les antagonistes sous sédation lourde ou anesthésie n'est pas confirmée. Le coût élevé des approches sous anesthésie, tant en termes financiers qu'en termes d'utilisation de ressources rares de soins intensifs, suggère que cette forme de traitement ne doit pas être poursuivie.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Antagonistes des opiacés sous sédation lourde ou anesthésie pour le sevrage des opiacés

Les risques potentiels et le coût élevé de l'usage de médicaments bloquant les opiacés au cours d'une sédation lourde ou d'une anesthésie pour obtenir un sevrage l'emportent sur les bénéfices

Les médicaments qui bloquent les opiacés sont parfois administrés aux personnes dépendantes aux opiacés lorsqu'elles sont sous sédation lourde ou anesthésie afin d'accélérer le sevrage. La revue d'essais montre que ce type de traitement de sevrage est plus rapide que le sevrage géré en réduisant les doses de méthadone ou de clonidine avec des médicaments symptomatiques. L'intensité du sevrage ressentie avec des approches sous anesthésie est identique à celle ressentie avec des approches utilisant une sédation minimale, mais il existe un risque significativement accru d'événements indésirables graves avec les approches assistées par anesthésie. Le manque de bénéfice supplémentaire et le risque de préjudice accru suggèrent que cette forme de traitement ne doit pas être poursuivie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

鴉片類拮抗劑治療重度鎮靜或麻醉狀態之鴉片類戒斷

戒斷(解毒)是用藥治療前或長期替代治療終點所必需。

目標

根據戒斷症狀與癥候、完成治療和不良反應,評估鴉片類拮抗劑誘發伴隨重度鎮靜或麻醉等戒斷成效。

搜尋策略

我們蒐尋考科藍控制試驗註冊中心(The Cochrane Library, Issue 3, 2009), Medline (1966年一月至2009年八月11日), Embase (1985年一月至2009年第32週), PsycINFO (1967年至2009年七月)及文章所列參考書目。

選擇標準

鴉片類拮抗劑與其他方式、或不同麻醉劑為基本之拮抗劑,誘發鴉片依賴者重度鎮靜或麻醉狀態之鴉片類戒斷的控制實驗。

資料收集與分析

一位審閱者評估研究、進行數據選取及品質評估。由所有作者商議、決定納入及確認整個流程。

主要結論

9個研究(8個隨機控制試驗) 計1109位參與者符合回顧納入標準,拮抗劑引起的戒斷較降低methadone劑量極端但時間持續較短,naltrexone的劑量足以阻斷鴉片類作用,較使用clonidine及對症藥物更快速。雖然麻醉期間可能影響戒斷的嚴重度,鎮靜的程度並不影響戒斷的強度與持續的時間。相較於輕度鎮定及其他可能解毒的方法,重度者產生不良反應的風險明顯較大(RR 3.21, 95% CI 1.13 to 9.12, P = 0.03)。

作者結論

根據naltrexone維持治療的嚴重戒斷反應較少或開始率增加,重度與輕度鎮定兩者相較並沒有附加效益。在重度鎮靜或麻醉狀況下,具潛在生命威脅的不良反應,並無拮抗劑誘發戒斷反應的價值。麻醉劑為基劑的花費高,在金錢與重症照護資源缺乏下,此治療模式不應再繼續。

翻譯人

本摘要由高雄榮民總醫院毛志民翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

對重度鎮靜或麻醉者使用鴉片類阻斷劑的潛在風險與花費超過效益:有時候給予重度鎮靜或麻醉症狀的依賴鴉片者阻斷鴉片類藥物以加速戒斷,總論這類試驗戒斷治療效果較減輕methadone劑量或以clonidine加上對症藥物快速。以麻醉劑為基礎的方法,其戒斷強度經驗上類似麻醉劑輔助法,只有極小地鎮靜效果,嚴重的不良反應機會卻明顯地增加。缺乏附加效益卻增加傷害風險,建議此治療形式不應採用。