Intervention Review

Psychological treatments for epilepsy

  1. Sridharan Ramaratnam1,*,
  2. Gus A Baker2,
  3. Laura H Goldstein3

Editorial Group: Cochrane Epilepsy Group

Published Online: 16 JUL 2008

Assessed as up-to-date: 14 FEB 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD002029.pub3


How to Cite

Ramaratnam S, Baker GA, Goldstein LH. Psychological treatments for epilepsy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 3. Art. No.: CD002029. DOI: 10.1002/14651858.CD002029.pub3.

Author Information

  1. 1

    Apollo Hospitals, Department of Neurology, Chennai, Tamil Nadu, India

  2. 2

    Clinical Sciences Centre for Research & Education, University Department of Neurological Science, Liverpool, Merseyside, UK

  3. 3

    Institute of Psychiatry, Department of Psychology, London, UK

*Sridharan Ramaratnam, Department of Neurology, Apollo Hospitals, 21 Greams Lane, Off Greams Road, Chennai, Tamil Nadu, 600006, India. rsridharan52@gmail.com. rsridharan@vsnl.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 JUL 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Background

Psychological interventions such as relaxation therapy, cognitive behaviour therapy, bio-feedback and educational interventions have been used alone or in combination in the treatment of epilepsy, to reduce the seizure frequency and improve the quality of life.

Objectives

To assess whether the treatment of epilepsy with psychological methods is effective in reducing seizure frequency or leads to a better quality of life (QOL), or both.

Search methods

We searched the Cochrane Epilepsy Group Specialized Register (11 January 2011), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library Issue 4, 2010) and MEDLINE (1948 to December 2010). No language restrictions were imposed. We checked the reference lists of retrieved studies for additional reports of relevant studies.

Selection criteria

Randomized or quasi-randomized studies assessing one or more types of psychological or behaviour modification techniques for people with epilepsy.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed the trials for inclusion and extracted data. Primary analyses were by intention to treat. Outcomes included reduction in seizure frequency and quality of life.

Main results

We found three small trials (total 50 participants) of relaxation therapy. They were of poor methodological quality and a meta-analysis was therefore not undertaken. No study found a significant effect of relaxation therapy on seizure frequency.

Two trials found cognitive behavioural therapy (CBT) to be effective in reducing depression among people with epilepsy and a depressed affect, whilst another did not. Two trials of CBT found improvements in QOL scores. One trial of group cognitive therapy found no significant effect on seizure frequency while another trial found a statistically significant reduction in seizure frequency as well as seizure index (product of seizure frequency and seizure duration in seconds) among participants treated with CBT.

One small trial compared CBT with yoga and found similar rates of seizure freedom and 50% responder rates at the end of one year. Compared to pretest scores, the CBT group showed an improvement in the World Health Organization quality of life instrument, short version (WHO QOL-BREF) (P ≤ 0.01) while the yoga group had an improvement in their QOL according to the satisfaction with life scale (SWLS) (P ≤ 0.05).

Two trials of combined relaxation and behaviour therapy, one of electroencephalographic (EEG) bio-feedback and four of educational interventions did not provide sufficient information to assess their effects on seizure frequency.

One small study of galvanic skin response biofeedback reported significant reduction in seizure frequency.

Combined use of relaxation and behaviour modification was found beneficial for anxiety and adjustment in one study. In one study EEG bio-feedback was found to improve cognitive and motor functions in individuals with the greatest seizure reduction. Educational interventions were found to be beneficial in improving knowledge and understanding of epilepsy, coping with epilepsy, compliance to medication and social competencies.

Two trials investigated the effects of a self management program on QOL measures. One found no significant differences in overall QOL except for an improvement in the QOL in persons with epilepsy (QOLIE-89) role limitations - emotional score. The other study found no significant benefits in any of the outcomes studied except for more positive attitudes about the outcomes associated with taking medications.

Authors' conclusions

In view of methodological deficiencies and the limited number of individuals studied, we have found no reliable evidence to support the use of psychological treatments and further trials are needed. Since the last version of this review, none of the new relevant studies have provided additional information to change the conclusions.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Psychological treatments for epilepsy

No reliable evidence supports psychological treatments for people with epilepsy.

Psychological interventions are used in attempts to reduce seizure frequency, improve quality of life and avoid adverse effects of drugs among people with epilepsy. Of the trials found, some were of poor methodological quality whilst others had contradictory results. We found no evidence that relaxation therapy, cognitive behaviour therapy, electroencephalographic (EEG) or galvanic skin response biofeedback, used alone or in combination, have an impact on seizures or quality of life. Educational interventions may reduce anxiety, improve medication compliance and social competency but further well designed trials are needed.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Traitements psychologiques dans l'épilepsie

Contexte

Des interventions psychologiques telles qu'une thérapie de relaxation, une thérapie cognitivo-comportementale, une rétroaction biologique et des interventions éducatives sont utilisées seules ou combinées dans le traitement de l'épilepsie pour réduire la fréquence des crises et améliorer la qualité de vie.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des méthodes psychologiques dans le traitement de l'épilepsie pour réduire la fréquence des crises, améliorer la qualité de vie ou les deux.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (11 janvier 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane, numéro 4, 2010) et MEDLINE (1948 à décembre 2010). Aucune restriction de langue n'a été imposée. Nous avons consulté les listes bibliographiques des études extraites pour obtenir d'autres rapports d'études pertinentes.

Critères de sélection

Les études randomisées ou quasi-randomisées évaluant un ou plusieurs types de techniques psychologiques ou de modification comportementale chez des patients épileptiques.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont évalué les essais à inclure et extrait les données de manière indépendante. Les analyses principales ont été effectuées en intention de traiter. Les critères de jugement incluaient la réduction de la fréquence des crises épileptiques et la qualité de vie.

Résultats principaux

Nous avons identifié trois petits essais (50 participants au total) examinant une thérapie de relaxation. Ils étaient de faible qualité méthodologique et aucune méta-analyse n'a donc pu être effectuée. Aucune étude ne rapportait d'effet significatif de la thérapie de relaxation sur la fréquence des crises.

Deux essais observaient que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) était efficace pour réduire la dépression chez les patients atteints d'épilepsie et présentant un état dépressif, tandis que d'autres ne rapportaient aucune efficacité pour ce critère. Deux essais examinant la TCC rapportaient des améliorations des scores de la qualité de vie. Un essai portant sur une thérapie cognitive de groupe ne rapportait aucun effet significatif sur la fréquence des crises, tandis qu'un autre essai rapportait une réduction statistiquement significative de la fréquence des crises ainsi que de l'indice des crises épileptiques (produit de la fréquence des crises et de la durée des crises en secondes) chez les participants faisant l'objet d'une TCC.

Un petit essai comparant la TCC au yoga rapportait des taux similaires en termes d'absence de crises épileptiques et de taux de réponse de 50 % au bout d'un an. Par rapport aux scores pré-test, le groupe de la TCC présentait une amélioration sur l'échelle de qualité de vie (version courte) de l'Organisation mondiale de la santé (WHO QOL-BREF) (P ≤ 0,01), tandis que le groupe du yoga présentait une amélioration de la qualité de vie sur l'échelle SWLS (Satisfaction with life scale) (P ≤ 0,05).

Deux essais portant sur une combinaison de thérapie de relaxation et de thérapie comportementale, un essai portant sur une rétroaction biologique électroencéphalographique (EEG) et quatre essais portant sur des interventions éducatives ne fournissaient pas suffisamment d'informations pour évaluer les effets de ces thérapies sur la fréquence des crises.

Une petite étude portant sur une rétroaction biologique par réflexe psychogalvanique rapportait une réduction significative de la fréquence des crises.

L'utilisation combinée d'une relaxation et d'une modification comportementale avait des effets bénéfiques sur l'anxiété et l'adaptation dans une étude. Dans une étude, la rétroaction biologique EEG améliorait les fonctions cognitives et motrices chez les individus pour lesquels la réduction des crises était la plus importante. Les interventions éducatives étaient bénéfiques pour améliorer les connaissances et la compréhension de l'épilepsie, la capacité à faire face à l'épilepsie, l'observance du traitement et les compétences sociales.

Deux essais examinaient les effets d'un programme d'autogestion sur les mesures de la qualité de vie. L'un ne rapportait aucune différence significative en termes de qualité de vie globale, à l'exception d'une amélioration du score de limitations fonctionnelles et de bien-être émotionnel des personnes épileptiques (échelle QOLIE-89). L'autre ne rapportait aucun bénéfice significatif concernant les critères de jugement étudiés, à l'exception d'attitudes plus positives concernant les résultats associés à la prise de médicaments.

Conclusions des auteurs

Compte tenu des déficiences méthodologiques et du nombre limité de sujets étudiés, nous n'avons identifié aucune preuve solide permettant de recommander l'utilisation de traitements psychologiques, et d'autres essais sont nécessaires. Depuis la dernière version de la revue, aucune des nouvelles études pertinentes n'a fourni d'informations supplémentaires susceptibles de modifier ces conclusions.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Traitements psychologiques dans l'épilepsie

Aucune preuve solide ne permet de recommander le recours à des traitements psychologiques chez les patients épileptiques.

Les interventions psychologiques sont utilisées pour tenter de réduire la fréquence des crises épileptiques, améliorer la qualité de vie et éviter les effets indésirables des médicaments chez les patients épileptiques. Sur l'ensemble des essais identifiés, certains présentaient une faible qualité méthodologique, tandis que d'autres rapportaient des résultats contradictoires. Nous n'avons identifié aucune preuve indiquant que la thérapie de relaxation, la thérapie cognitivo-comportementale et la rétroaction biologique électroencéphalographique (EEG) ou par réflexe psychogalvanique, seules ou combinées, ont un impact sur les crises épileptiques ou la qualité de vie. Les interventions éducatives pourraient réduire l'anxiété et améliorer l'observance du traitement et les compétences sociales, mais d'autres essais bien planifiés sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

 

Laički sažetak

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Psihološke terapije za liječenje epilepsije

Nema pouzdanih dokaza koji podupiru djelotvornost psiholoških terapija za liječenje osoba s epilepsijom.

Psihološke intervencije se koriste kako bi se pokušala smanjiti učestalost epileptičkih napadaja, poboljšala kvalitete života i izbjegle nuspojave lijekova kod osoba s epilepsijom. U ovom Cochrane sustavnom pregledu analizirana je objavljena literatura kako bi se ispitali dostupni dokazi iz kliničkih pokusa o djelotvornosti psiholoških terapija u liječenju epilepsije. Od pronađenih ispitivanja, neka su bila slabije metodološke kvalitete, dok su ostala imala kontradiktorne rezultate. Nismo pronašli dokaze da terapija relaksacijom, kognitivno-bihevioralna terapija, elektroencefalografija (EEG) ili biofeedback galvanskim otporom kože, korišteni pojedinačno ili kombinirano, imaju utjecaj na napadaje ili kvalitetu života, Edukacijske intervencije mogu smanjiti anksioznost, poboljšati praćenje medicinskih uputa i socijalne kompetencije, ali potrebna su dodatna dobro definirana ispitivanja.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Prevela: Javorka Jokić
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr