Zidovudine (AZT) versus AZT plus didanosine (ddI) versus AZT plus zalcitabine (ddC) in HIV infected adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Zidovudine (AZT) monotherapy was the first antiretroviral drug to be tested widely. The next two drugs to be developed were didanosine (ddI) and zalcitabine (ddC).

Objectives

To assess the effects of zidovudine (AZT), zidovudine plus didanosine (ddI) and zidovudine plus zalcitabine (ddC) on HIV disease progression and survival.

Search methods

Investigators and pharmaceutical companies were contacted, and MEDLINE searches were supplemented by searching conference abstracts.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing any two of AZT plus ddI, AZT plus ddC or AZT alone in participants with or without AIDS which collected information on deaths and new AIDS events.

Data collection and analysis

Individual patient data with, wherever possible, follow-up obtained beyond that previously published were obtained and checked for internal consistency and consistency with any published reports; any apparent discrepancies were resolved with the trialists.
Time to death and to disease progression (defined as a new AIDS-defining event or prior death) were analysed on an intention to treat basis, stratified to avoid direct comparisons between participants in different trials.

Main results

Six trials were included in the meta-analysis. During a median follow-up of 29 months, 2904 individuals progressed, of whom 1850 died. The addition of ddI to AZT delayed both progression (RR 0.74; 95% CI 0.67 to 0.82, P<0.0001) and death (RR 0.72; 95% CI 0.64 to 0.82, P<0.0001). Likewise, the addition of ddC to AZT also delayed progression (RR 0.86; 95% CI 0.78 to 0.94, P=0.001) and death (RR 0.87; 95% CI 0.77 to 0.98, P=0.02). After 3 years the estimated percentages alive and without a new AIDS event were 53% for AZT+ddI, 49% for AZT+ddC and 44% for AZT alone; the percentages alive were 68%, 63% and 59% respectively. Five of the six trials involved randomised comparisons of AZT+ddI versus AZT+ddC: in these, the AZT+ddI regimen had greater effects on disease progression (P=0.004) and death (P=0.009).

Authors' conclusions

The use of ddI and, to a lesser extent, ddC delayed both HIV disease progression and death, at least when added to AZT.

Résumé scientifique

Zidovudine (AZT), versus AZT plus didanosine (ddI), versus AZT plus zalcitabine (ddC) chez les adultes infectés par le VIH

Contexte

La monothérapie à base de zidovudine (AZT) fut le premier médicament antirétroviral à être testé à grande échelle. Les deux médicaments développés par la suite furent la didanosine (ddI) et la zalcitabine (ddC).

Objectifs

Évaluer les effets de la zidovudine (AZT), de la zidovudine et didanosine (ddI) et de la zidovudine et zalcitabine (ddC) sur la progression de la maladie du VIH et la survie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons contacté des investigateurs et des laboratoires pharmaceutiques, et les recherches MEDLINE ont été complétées par la recherche de résumés de conférences.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés comparant l'une des combinaisons AZT plus ddI, AZT plus ddC ou AZT seule chez les participants atteints ou non du SIDA, ayant rassemblé des informations sur les décès et les nouveaux évènements liés au SIDA.

Recueil et analyse des données

Des données individuelles de patient accompagnées, si possible, d'un suivi au-delà des données préalablement publiées, ont été obtenues et examinées pour examiner la cohérence interne et la cohérence avec tout rapport publié ; toute divergence apparente a été résolue par les investigateurs.
Le délai avant le décès et la progression de la maladie (définie comme un nouvel événement symptomatique du SIDA ou le décès) a été analysée sur la base de l'intention de traiter et stratifiée afin d'éviter les comparaisons directes entre les participants de différents essais.

Résultats principaux

Six essais ont été inclus dans la méta-analyse. Au cours d'un suivi médian de 29 mois, 2 904 individus ont progressé, parmi lesquels 1 850 sont décédés. L'ajout de ddI à l'AZT a retardé à la fois la progression (RR de 0,74 ; IC à 95 % de 0,67 à 0,82 (P < 0,0001) et le décès (RR de 0,72 ; IC à 95% entre 0,64 et 0,82, P < 0,0001). De même, l'ajout de ddC à l'AZT a également retardé la progression (RR de 0,86 ; IC à 95 % de 0,78 à 0,94, (P = 0,001) et le décès (RR de 0,87 ; IC à 95% entre 0,77 et 0,98, P=0,02). Après 3 ans, les pourcentages estimés d'individus en vie et sans nouvel événement symptomatique du SIDA étaient de 53 % pour AZT+ddI, 49 % pour AZT+ddC et 44 % pour AZT seule ; les pourcentages d'individus en vie étaient respectivement de 68 %, 63 % et 59 %. Cinq des six essais impliqués ont randomisé les comparaisons entre AZT+ddI versus AZT+ddC : parmi ceux-ci, le traitement AZT+ddI a eu des effets plus importants sur la progression de la maladie (P=0,004) et le décès (P=0,009).

Conclusions des auteurs

L'utilisation de ddI et, dans une moindre mesure, de ddC, a retardé à la fois la progression de la maladie du VIH et le décès, en tout cas lorsque cette utilisation était combinée à la prise d'AZT.

Plain language summary

When used with AZT, ddI and perhaps ddC, can delay HIV disease progression and death

Zidovudine (AZT) was the first antiretroviral drug used in HIV and AIDS. It is expensive and has several adverse effects including nausea, vomiting, blood problems (anaemia and neutropenia) and myopathy (muscle weakness). The next two drugs developed for HIV were didanosine (ddI) and zalcitabine (ddC). The adverse effects of ddI include nausea, vomiting, diarrhoea and problems with the pancreas (pancreatitis) and nerves in the arms and legs (peripheral neuropathy). Adverse effects of ddC are mouth ulcers and peripheral neuropathy. The review of trials found that both HIV disease progression and death are delayed by ddI, and perhaps also by ddC, at least when used with AZT.

Résumé simplifié

Utilisées avec l'AZT, la ddI et probablement la ddC peuvent retarder la progression du VIH ainsi que le décès

La zidovudine (AZT) fut le premier médicament antirétroviral utilisé pour le VIH et le SIDA. Il est onéreux et entraîne des effets indésirables comprenant nausée, vomissements, problèmes sanguins (anémie et neutropénie) et myopathie (faiblesse musculaire). Les deux médicaments développés par la suite pour le VIH furent la didanosine (ddI) et la zalcitabine (ddC). Les effets indésirables de la ddI comprennent la nausée, des vomissements, la diarrhée et des problèmes avec le pancréas (pancréatite) et les nerfs dans les bras et les jambes (neuropathie périphérique). Les effets indésirables de la ddC sont des aphtes buccaux et une neuropathie périphérique. La revue des essais a observé que la progression de la maladie du VIH et le décès sont retardés par la ddI et peut-être aussi par la ddC, en tout cas lorsqu'elles sont utilisées avec l'AZT.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary