Intervention Review

Hyperbaric oxygen for carbon monoxide poisoning

  1. Nick A Buckley1,*,
  2. David N Juurlink2,
  3. Geoff Isbister3,
  4. Michael H Bennett4,
  5. Eric J Lavonas5

Editorial Group: Cochrane Injuries Group

Published Online: 13 APR 2011

Assessed as up-to-date: 6 JUN 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD002041.pub3

How to Cite

Buckley NA, Juurlink DN, Isbister G, Bennett MH, Lavonas EJ. Hyperbaric oxygen for carbon monoxide poisoning. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 4. Art. No.: CD002041. DOI: 10.1002/14651858.CD002041.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of NSW, Professorial Medicine Unit, POWH Clinical School, Randwick, NSW, Australia

  2. 2

    Sunnybrook Health Sciences Centre, University of Toronto, Clinical Pharmacology and Toxicology, Toronto, Ontario, Canada

  3. 3

    Newcastle Mater Misericordiae Hospital, Emergency Department, Waratah, New South Wales, Australia

  4. 4

    Prince of Wales Hospital, Department of Anaesthesia, Randwick, NSW, Australia

  5. 5

    Denver Health and Hospital Authority, Rocky Mountain Poison and Drug Center, Denver, Colorado, USA

*Nick A Buckley, Professorial Medicine Unit, POWH Clinical School, University of NSW, South Wing, Edmund Blackett building, Prince of Wales Hospital, Randwick, NSW, 2031, Australia. n.buckley@unsw.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 13 APR 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Poisoning with carbon monoxide (CO) remains an important cause of accidental and intentional injury worldwide. Several unblinded non-randomized trials have suggested that the use of hyperbaric oxygen (HBO) prevents the development of neurological sequelae. This has led to the widespread use of HBO in the management of patients with carbon monoxide poisoning.

Objectives

To examine randomised trials of the efficacy of hyperbaric oxygen (HBO) compared to normobaric oxygen (NBO) for the prevention of neurologic sequelae in patients with acute carbon monoxide poisoning.

Search methods

We searched the following electronic databases; Cochrane Injuries Group Specialised Register (searched June 2010), Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2010, Issue 2), MEDLINE (Ovid SP) 1950 to June 2010, EMBASE (Ovid SP) 1980 to June 2010, ISI Web of Science: Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) 1970 to June 2010, ISI Web of Science: Conference Proceedings Citation Index-Science (CPCI-S) 1990 to June 2010.

Selection criteria

All randomised controlled trials of HBO compared to NBO, involving non-pregnant adults who are acutely poisoned with carbon monoxide (regardless of severity).

Data collection and analysis

Two authors independently extracted from each trial information on: the number of randomised patients, types of participants, the dose and duration of the intervention, and the prevalence of neurologic symptoms at follow-up.

Main results

Seven randomised controlled trials of varying quality were identified; one was excluded because it did not evaluate clinical outcomes. Of the six remaining trials involving 1361 participants, two found a beneficial effect of HBO for the reduction of neurologic sequelae at one month, while four others did not. One of these is an incomplete publication (an abstract of an interim analysis). Although pooled random effects meta-analysis does not suggest a significant benefit from HBOT (OR for neurological deficits 0.78, 95%CI 0.54 to 1.12), significant methodologic and statistical heterogeneity was apparent among the trials, and this result should be interpreted cautiously. Moreover, design or analysis flaws were evident in all trials. Importantly, the conclusions of one positive trial may have been influenced by failure to adjust for multiple hypothesis testing, while interpretation of the other positive trial is hampered by a high risk of bias introduced during the analysis including an apparent change in the primary outcome. Both were also stopped early 'for benefit', which is likely to have inflated the observed effect. In contrast three negative trials had low power to detect a benefit of HBO due to exclusion of severely poisoned patients in two and very poor follow-up in the other. One trial that was said to be finished around eight years ago has not reported the final analysis in any forum.

Authors' conclusions

Existing randomised trials do not establish whether the administration of HBO to patients with carbon monoxide poisoning reduces the incidence of adverse neurologic outcomes. Additional research is needed to better define the role, if any, of HBO in the treatment of patients with carbon monoxide poisoning. This research question is ideally suited to a multi-center randomised controlled trial.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

There is insufficient evidence to support the use of hyperbaric oxygen for treatment of patients with carbon monoxide poisoning

Many people are poisoned by carbon monoxide gas each year, either intentionally (e.g. in suicide attempts) or by accident. Carbon monoxide interferes with oxygen transport in the body, and can also directly damage a variety of organs including the brain. The usual treatment involves removing the affected person from the source of the gas, general supportive care, and administering oxygen which hastens the elimination of carbon monoxide from the body. High pressure oxygen (hyperbaric oxygen) is only available at a few hospitals, and it is sometimes used to speed this process even further. However, the review of published trials found conflicting, potentially biased, and generally weak evidence regarding the usefulness of hyperbaric oxygen for the prevention of neurological injury.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Oxygène hyperbare pour le traitement de l'intoxication par le monoxyde de carbone

Contexte

L'intoxication par le monoxyde de carbone (CO) demeure une cause importante de lésions accidentelles et intentionnelles partout dans le monde. Plusieurs essais ouverts non randomisés ont suggéré que l'utilisation d'oxygène hyperbare (OHB) permettait de prévenir le développement de séquelles neurologiques. Cela a débouché sur une utilisation généralisée d'OHB dans la prise en charge des patients victimes d'intoxication par le monoxyde de carbone.

Objectifs

Examiner les essais randomisés portant sur l'efficacité de l'oxygène hyperbare (OHB) par rapport à l'oxygène normobare (ONB) dans la prévention des séquelles neurologiques chez les patients victimes d'intoxication aiguë par le monoxyde de carbone.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons cherché dans les bases de données électroniques suivantes : Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (recherche effectuée en juin 2010), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane 2010, numéro 2), MEDLINE (Ovid SP) de 1950 à juin 2010, EMBASE (Ovid SP) de 1980 à juin 2010, ISI Web of Science : Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) de 1970 à juin 2010, ISI Web of Science : Conference Proceedings Citation Index - Science (CPCI-S) de 1990 à juin 2010.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés comparant de l'OHB à de l'ONB chez des adultes (à l'exception des femmes enceintes) victimes d'intoxication aiguë par le monoxyde de carbone (indépendamment de la gravité).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait de chaque essai des informations concernant : le nombre de patients randomisés, les catégories de participants, la dose et la durée de l'intervention, et la prévalence des symptômes neurologiques lors du suivi.

Résultats Principaux

Sept essais contrôlés randomisés de qualité variable ont été identifiés ; un essai a été exclu car il n'évaluait pas les résultats cliniques. Sur les six essais restants (1 361 participants), deux rapportaient un effet bénéfique de l'OHB en termes de réduction des séquelles neurologiques à un mois, tandis que les quatre autres ne rapportaient aucun effet bénéfique. L'un de ces essais est une publication incomplète (le résumé d'une analyse intermédiaire). Bien que la méta-analyse combinée à effets aléatoires ne suggère aucun bénéfice significatif associé à l'OHB (rapport des cotes des déficits neurologiques de 0,78, IC à 95 %, entre 0,54 et 1,12), une hétérogénéité méthodologique et statistique significative était observée entre les essais, et ce résultat devrait être interprété avec précaution. De plus, des défauts liés au plan d'étude ou à l'analyse étaient évidents dans tous les essais. Il est important de souligner que les conclusions d'un essai positif pourraient avoir été influencées par l'absence d'ajustement pour tenir compte des multiples tests d’hypothèse, et que l'interprétation de l'autre essai positif est limitée par un risque de biais élevé introduit pendant l'analyse, y compris un changement apparent du critère de jugement principal. Les deux essais avaient également été arrêtés de manière prématurée après obtention d'un effet bénéfique, ce qui est susceptible d'avoir entraîné une surestimation de l'effet observé. Quant aux trois essais négatifs, leur puissance statistique était insuffisante pour détecter un effet bénéfique de l'OHB en raison de l'exclusion de plusieurs patients sévèrement intoxiqués dans deux essais, et du suivi très médiocre dans le troisième essai. Un essai achevé il y a environ huit ans n'a jamais rapporté son analyse finale.

Conclusions des auteurs

Les essais randomisés existants ne permettent pas de déterminer si l'administration d'OHB chez les patients victimes d'intoxication par le monoxyde de carbone réduit l'incidence des résultats neurologiques indésirables. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de mieux définir le rôle potentiel de l'OHB dans le traitement des patients victimes d'intoxication par le monoxyde de carbone. Ce sujet de recherche est parfaitement adapté à la réalisation d'un essai contrôlé randomisé multicentrique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Oxygène hyperbare pour le traitement de l'intoxication par le monoxyde de carbone

Les preuves sont insuffisantes pour recommander l'utilisation d'oxygène hyperbare dans le traitement des patients victimes d'une intoxication par le monoxyde de carbone.

Chaque année, de nombreuses personnes sont victimes d'une intoxication intentionnelle (ex. : tentatives de suicide) ou accidentelle par le monoxyde de carbone. Le monoxyde de carbone nuit au transport de l'oxygène dans l'organisme et peut également endommager directement plusieurs organes, y compris le cerveau. Le traitement habituel consiste à éloigner la personne affectée de la source de gaz, lui fournir un traitement symptomatique général et lui administrer de l'oxygène pour accélérer l'élimination du monoxyde de carbone présent dans l'organisme. L'oxygène à haute pression (oxygène hyperbare), uniquement disponible dans quelques hôpitaux, est parfois utilisé pour accélérer encore davantage ce processus. Néanmoins, la revue des essais publiés a identifié des preuves contradictoires, potentiellement biaisées et de qualité généralement faible concernant l'utilité de l'oxygène hyperbare dans la prévention des lésions neurologiques.

Notes de traduction

Lors de la prochaine mise à jour de la revue, nous inclurons des études comparant différents protocoles de traitement OHB dans l'intoxication par CO - par exemple : une séance de traitement OHB versus deux séances ou plus, OHB à 2 ATA versus OHB à 3 ATA, etc.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.