Routine intracranial pressure monitoring in acute coma

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Studies in traumatic encephalopathy first led to the insight that the damage seen was not just due to direct consequences of the primary injury. A significant, and potentially preventable, contribution to the overall morbidity arose from secondary hypoxic-ischaemic damage. Brain swelling accompanied by raised intracranial pressure (ICP) resulted in inadequate cerebral perfusion with well-oxygenated blood. Detection of raised ICP could be useful in alerting clinicians to the need to improve cerebral perfusion, with consequent reductions in brain injury.

Objectives

To determine whether routine ICP monitoring in all acute cases of severe coma reduces the risk of all-cause mortality or severe disability at final follow-up.

Search methods

We searched the Cochrane Injuries Group's Specialised Register (searched 7 April 2009), CENTRAL (The Cochrane Library 2009, Issue 1), MEDLINE 1950 to March week 4 2009, EMBASE 1980 to week 14 March 2009, CINAHL 1982 to March 2009, ISI Web of Science: Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) 1970 to March 2009, Conference Proceedings Citation Index- Science (CPCI-S) 1990 to March 2009, PubMed (searched 7 April 2009, limit; added in last 6 months). The searches were last updated in April 2009.

Selection criteria

All randomised controlled studies of real-time ICP monitoring by invasive or semi-invasive means in acute coma (traumatic or non-traumatic aetiology) versus no ICP monitoring (that is, clinical assessment of ICP).

Data collection and analysis

Primary outcome measures were all-cause mortality and severe disability at the end of the follow-up period.

Main results

No studies meeting the selection criteria have been identified to date.

Authors' conclusions

There are no data from randomised controlled trials that can clarify the role of ICP monitoring in acute coma.

Résumé scientifique

Surveillance systématique de la pression intracrânienne dans le coma aigu

Contexte

Les études portant sur l'encéphalopathie traumatique ont été les premières à établir que les lésions observées n'étaient pas uniquement la conséquence directe de la blessure primaire. Les lésions hypoxiques-ischémiques secondaires contribuent également de manière significative (et potentiellement évitable) à la morbidité globale. L'œdème cérébral et l'augmentation de la pression intracrânienne (PIC) nuisent à l'irrigation cérébrale en réduisant l'afflux de sang bien oxygéné. La détection d'une augmentation de la PIC pourrait donc être utile pour avertir les cliniciens de la nécessité d'améliorer l'irrigation cérébrale, ce qui permettrait de réduire les lésions.

Objectifs

Déterminer si la surveillance systématique de la PIC dans tous les cas de coma sévère aigu réduit le risque de mortalité toutes causes confondues ou d'invalidité grave lors du dernier suivi.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (recherche effectuée le 7 avril 2009), CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2009, numéro 1), MEDLINE de 1950 à la 4ème semaine de mars 2009, EMBASE de 1980 à la semaine 14 de 2009, CINAHL de 1982 à mars 2009, ISI Web of Science : Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) de 1970 à mars 2009, Conference Proceedings Citation Index- Science (CPCI-S) de 1990 à mars 2009, PubMed (recherche effectuée le 7 avril 2009, limite ; ajouts des 6 derniers mois). La dernière mise à jour de la recherche a été effectuée en avril 2009.

Critères de sélection

Toutes les études contrôlées randomisées portant sur une surveillance de la PIC en temps réel à l'aide de méthodes invasives ou semi-invasives dans le coma aigu (d'étiologie traumatique ou non traumatique) par rapport à l'absence de surveillance de la PIC (c.-à-d. une évaluation clinique de la PIC).

Recueil et analyse des données

Les critères de jugement principaux étaient la mortalité toutes causes confondues et l'invalidité grave à la fin de la période de suivi.

Résultats principaux

Aucune étude remplissant les critères de sélection n'a été identifiée à ce jour.

Conclusions des auteurs

Aucune donnée issue d'essais contrôlés randomisés ne permet de clarifier le rôle de la surveillance de la PIC dans le coma aigu.

Plain language summary

No evidence from trials to show the effects of routine monitoring of intracranial pressure following head injury

The brain is situated in a rigid box (the skull) that cannot expand, so normal swelling from injury cannot occur. When brain swelling does occur, pressure inside the skull rises. This makes it harder for the heart to pump the oxygen and blood into the brain needed for recovery. If this swelling is not controlled, further brain damage is caused. Efforts to avoid this damage can include routine monitoring of the pressure inside the skull (intracranial). The review of trials found no evidence to show the effects of routine measurement of pressure in the skull. More research is needed.

Résumé simplifié

Aucune preuve issue d'essais n'étaye l'efficacité de la surveillance systématique de la pression intracrânienne après un traumatisme crânien.

Le cerveau est situé dans une enveloppe rigide (le crâne) qui ne peut pas s'élargir, ce qui empêche le gonflement normal après une blessure. Lorsqu'un gonflement se produit dans le cerveau, la pression augmente à l'intérieur du crâne. Dans ces conditions, le cœur a plus de mal à faire circuler l'oxygène et le sang nécessaires au rétablissement du cerveau. Lorsque ce gonflement n'est pas contrôlé, des lésions cérébrales supplémentaires peuvent se produire. Pour prévenir ces lésions, on peut par exemple surveiller la pression à l'intérieur du crâne (pression intracrânienne) de manière systématique. La revue des essais n'a identifié aucune preuve d'efficacité de la mesure systématique de la pression à l'intérieur du crâne. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

Ancillary