Intervention Review

You have free access to this content

Interventions for the treatment of twin-twin transfusion syndrome

  1. Devender Roberts1,*,
  2. James P Neilson2,
  3. Mark D Kilby3,
  4. Simon Gates4

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 30 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 5 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD002073.pub3


How to Cite

Roberts D, Neilson JP, Kilby MD, Gates S. Interventions for the treatment of twin-twin transfusion syndrome. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD002073. DOI: 10.1002/14651858.CD002073.pub3.

Author Information

  1. 1

    Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Obstetrics Directorate, Liverpool, Merseyside, UK

  2. 2

    The University of Liverpool, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

  3. 3

    College of Medical and Dental Sciences, Centre for Women's and Children's Health, Birmingham, UK

  4. 4

    Division of Health Sciences, Warwick Medical School, The University of Warwick, Warwick Clinical Trials Unit, Coventry, UK

*Devender Roberts, Obstetrics Directorate, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, Merseyside, L8 7SS, UK. devender.roberts@lwh.nhs.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 30 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Twin-twin transfusion syndrome, a condition affecting monochorionic twin pregnancies, is associated with a high risk of perinatal mortality and morbidity. A number of treatments have been introduced to treat the condition but it is unclear which intervention improves maternal and fetal outcome.

Objectives

The objective of this review was to evaluate the impact of treatment modalities in twin-twin transfusion syndrome.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 May 2013).

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised studies of amnioreduction versus laser coagulation, septostomy versus laser coagulation or septostomy versus amnioreduction.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed eligibility and extracted data. We contacted study authors for additional information.

Main results

Three studies (253 women and 506 babies) were included. All three trials were judged to be of moderate quality. One study compared amnioreduction with septostomy (71 women), whilst the other two studies compared amnioreduction with endoscopic laser coagulation (182 women). Not all trials provided outcome data that could be included in all meta-analyses.

Amnioreduction compared with laser coagulation
Although there was no difference in overall death between amnioreduction and laser coagulation (average risk ratio (RR) 0.87; 95% confidence interval (CI) 0.55 to 1.38 adjusted for clustering, two trials) or death of at least one infant per pregnancy (RR 0.91; 95% CI 0.75 to 1.09, two trials), or death of both infants per pregnancy (average RR 0.76; 95% 0.27 to 2.10, two trials), more babies were alive without neurological abnormality at the age of six years in the laser group than in the amnioreduction groups (RR 1.57; 95% CI 1.05 to 2.34 adjusted for clustering, one trial). There were no significant differences in the babies alive at six years with major neurological abnormality treated by laser coagulation or amnioreduction (RR 0.97; 95% CI 0.34 to 2.77 adjusted for clustering, one trial). Outcomes for death in this 2013 update are different from the previous 2008 update, where improvements in perinatal death and death of both infants per pregnancy were shown in the laser intervention arm. The NIHCD trial included in this update exerts an opposite direction of effects to the Eurofetus study, which was previously the only included laser study, hence the difference in outcome.

Amnioreduction compared with septostomy

There are no differences in overall death (RR 0.83; 95% CI 0.47 to 1.47, adjusted for clustering, one trial), death of at least one infant per pregnancy (RR 0.80; 95% CI 0.48 to 1.35, one trial), or death of both infants per pregnancy (RR 0.90; 95% CI 0.37 to 2.22, one trial) or gestational age at birth (RR 1.20; 95% CI -0.81 to 3.21, one trial) between amnioreduction and septostomy.

Authors' conclusions

Endoscopic laser coagulation of anastomotic vessels should continue to be considered in the treatment of all stages of twin-twin transfusion syndrome to improve neurodevelopmental outcomes.

Further research targeted towards assessing the effect of treatment on milder (Quintero stage 1 and 2) and more severe (Quintero stage 4) forms of twin-twin transfusion syndrome is required. Studies should aim to assess long-term outcomes of survivors.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions for the treatment of twin-twin transfusion syndrome

Limited evidence suggests the best way to improve survival without neurological impairment in children with twin-to-twin transfusion syndrome is to perform laser treatment to the placenta.

Identical twins occur in about one in 320 pregnancies. Sometimes identical twins share the same placenta and blood flow, and the proportion of blood shared between the twins is usually equal. Twin-to-twin transfusion syndrome happens when the blood flow is uneven and passes from one twin (the donor) to the other (the recipient). This can happen when the placenta has deep artery-to-vein connections. The donor twin usually has very little amniotic fluid, and frequently does not grow well and is very small. The recipient twin has excessive amniotic fluid, and often has a distended bladder and other medical problems. The risk of death for both twins is high, around 80% if there is no treatment. There is also risk of physical or neurological damage to both twins if they survive. Various options for treatment exist. These include (1) the repeated removal of excessive amniotic fluid (amnioreduction); (2) laser treatment of the abnormal vessels in the placenta (endoscopic laser surgery); (3) puncture of the membrane between the twins (septostomy); and (4) the selective ending of one twin's life (selective feticide). The review found three trials, involving 253 women and 506 babies. There were no studies on laser treatment versus puncturing the membrane, nor on selective feticide. The evidence showed that laser treatment was associated with more babies being alive without a neurological abnormality when compared to removing the excess amniotic fluid. However, where there is insufficient expertise to perform laser surgery or when the pregnancy is beyond 26 weeks, amnioreduction remains the treatment of choice. Further research is needed on the best treatment for mild and very severe forms of the problem.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions pour le traitement du syndrome transfuseur-transfusé

Contexte

Le syndrome transfuseur-transfusé, une pathologie affectant les grossesses gémellaires monochoriales, est associé à un risque élevé de mortalité et de morbidité périnatales. Un certain nombre de traitements ont été introduits pour traiter la maladie, mais on ignore quelle intervention améliore les résultats maternels et fœtaux.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'évaluer l'impact des modalités de traitement en cas de syndrome transfuseur-transfusé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (le 31 mai 2013).

Critères de sélection

Études randomisées et quasi randomisées portant sur amniodrainage versus coagulation au laser, septostomie versus coagulation au laser ou septostomie versus amniodrainage.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats Principaux

Trois études (253 femmes et 506 bébés) ont été incluses. Les trois essais ont été considérés comme étant de qualité modérée. Une étude comparait l'amniodrainage à la septostomie (71 femmes), tandis que les deux autres comparaient l'amniodrainage à la coagulation endoscopique au laser (182 femmes). Tous les essais n'ont pas fourni des données de résultats pouvant être incluses dans toutes les méta-analyses.

Amniodrainage comparé à la coagulation au laser
Bien qu'il n'y ait eu aucune différence entre l'amniodrainage et la coagulation au laser en termes de mortalité globale (risque relatif (RR) moyen 0,87 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,55 à 1,38 après ajustement pour la randomisation en grappes, deux essais), de décès d'au moins un nourrisson par grossesse (RR 0,91 ; IC à 95 % 0,75 à 1,09, deux essais) ou de décès des deux nourrissons par grossesse (RR moyen 0,76 ; IC à 95 % 0,27 à 2,10, deux essais), plus de bébés étaient en vie sans anomalie neurologique à l'âge de six ans dans le groupe au laser que dans les groupes d'amniodrainage (RR 1,57 ; IC à 95 % 1,05 à 2,34 après ajustement pour la randomisation en grappes, un essai). Il n'y avait aucune différence significative dans le nombre de bébés en vie à six ans avec une anomalie neurologique majeure traités par la coagulation au laser ou l'amniodrainage (RR 0,97 ; IC à 95 % 0,34 à 2,77 après ajustement pour la randomisation en grappes, un essai). Dans cette mise à jour de 2013, les résultats pour les décès sont différents de la précédente mise à jour de 2008, dans laquelle des améliorations dans le nombre de décès périnataux et de décès des deux nourrissons par grossesse étaient apparues dans le groupe d'intervention au laser. L'essai du NIHCD inclus dans la présente mise à jour oriente les effets dans la direction opposée de l'étude Eurofetus, qui était précédemment la seule étude au laser incluse, d'où la différence de résultat.

Amniodrainage comparé à la septostomie

Il n'y a aucune différence entre l'amniodrainage et la septostomie en termes de mortalité globale (RR 0,83 ; IC à 95 % 0,47 à 1,47, après ajustement pour la randomisation en grappes, un essai), de décès d'au moins un nourrisson par grossesse (RR 0,80 ; IC à 95 % 0,48 à 1,35, un essai), de décès des deux nourrissons par grossesse (RR 0,90 ; IC à 95 % 0,37 à 2,22, un essai) ou d'âge gestationnel à la naissance (RR 1,20 ; IC à 95 % -0,81 à 3,21, un essai).

Conclusions des auteurs

La coagulation endoscopique au laser des vaisseaux anastomotiques devrait toujours être prise en considération pour le traitement de tous les stades du syndrome transfuseur-transfusé afin d'améliorer les résultats relatifs au développement neurologique.

D'autres recherches visant à évaluer l'effet du traitement sur les formes plus légères (stades 1 et 2 de la classification de Quintero) et plus graves (stade 4 de Quintero) du syndrome transfuseur-transfusé sont nécessaires. De telles études devraient avoir pour objectif d'évaluer les résultats à long terme des survivants.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions pour le traitement du syndrome transfuseur-transfusé

Interventions pour le traitement du syndrome transfuseur-transfusé

Des preuves limitées suggèrent que la meilleure manière d'améliorer la survie sans troubles neurologiques chez les enfants atteints du syndrome transfuseur-transfusé consiste à réaliser un traitement par laser du placenta.

Environ une grossesse sur 320 implique des jumeaux identiques. Parfois les jumeaux identiques partagent le même placenta et donc le même flux sanguin, qui est généralement partagé en proportions équivalentes entre les jumeaux. Le syndrome transfuseur-transfusé se produit lorsque le débit sanguin est inégal et passe d'un jumeau (le donneur) à l'autre (le receveur). Cela peut se produire lorsque le placenta a des connexions d'artère à veine profondes. Le jumeau donneur a généralement très peu de liquide amniotique, et souvent ne se développe pas bien et est très petit. Le jumeau receveur a du liquide amniotique en excès, et a souvent une distension de la vessie et d'autres problèmes médicaux. Le risque de décès des deux jumeaux est élevé, d'environ 80 % en absence de traitement. S'ils survivent, les deux jumeaux sont également à risque de dommages physiques ou neurologiques. Diverses options de traitement existent. Ces interventions incluent (1) l'évacuation répétée du liquide amniotique en excès (amniodrainage) ; (2) le traitement au laser des vaisseaux sanguins anormaux dans le placenta (chirurgie endoscopique au laser) ; (3) la ponction de la membrane entre les jumeaux (septostomie) ; et (4) l'interruption sélective de la vie d'un jumeau (fœticide sélectif). La revue a trouvé trois essais, impliquant 253 femmes et 506 bébés. Aucune étude ne portait sur le traitement au laser comparé à la ponction de la membrane, ni sur le fœticide sélectif. Les preuves ont montré que le traitement au laser était associé à plus de bébés survivant sans anomalie neurologique comprativement à l'élimination du liquide amniotique en excès. Cependant, lorsqu'il n'y a pas d'expertise suffisante pour réaliser une intervention chirurgicale au laser ou lorsque la grossesse est au-delà de 26 semaines, l'amniodrainage reste le traitement de choix. Des recherches supplémentaires sont nécessaires concernant le meilleur traitement pour les formes légères et très graves de ce problème.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 26th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé