Intervention Review

Prompts to encourage appointment attendance for people with serious mental illness

  1. Sawsan Reda1,
  2. Matthew Rowett2,*,
  3. Samer Makhoul3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 23 APR 2001

Assessed as up-to-date: 25 DEC 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD002085


How to Cite

Reda S, Rowett M, Makhoul S. Prompts to encourage appointment attendance for people with serious mental illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2001, Issue 2. Art. No.: CD002085. DOI: 10.1002/14651858.CD002085.

Author Information

  1. 1

    Guildford, Surrey, UK

  2. 2

    St Georges Park Hospital, Northumberland, UK

  3. 3

    Modern Psychiatry Clinic, Adult Psychiatry, Damascus, Syrian Arab Republic

*Matthew Rowett, St Georges Park Hospital, Morpeth, Northumberland, NE61 2NU, UK. mrowett@live.co.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 APR 2001

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Prompts to encourage attendance at clinics are often used in day-to-day practice by diligent carers of people with mental health problems. These may take the form of telephone prompting, financial incentives or issuing a copy of the referral letter to the appointee.

Objectives

To estimate the effects of simple prompting by professional carers to encourage attendance at clinics for those with suspected serious mental illness.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (April 2009) and reference lists, as well as contacting authors of studies. We updated this search on 17 May 2012 and added the results to the awaiting classification section of the review.

Selection criteria

All relevant randomised (or quasi-randomised) studies comparing the addition of 'prompts' to standard care for those with serious mental illnesses such as schizophrenia. Prompts had the stated purpose of encouraging attendance or contact with mental health teams and could be text-based, (for example in the form of a letter), electronic, by telephone call, by personal visit, or could employ financial or other rewards.

Data collection and analysis

Studies and data were independently selected and extracted. For homogeneous dichotomous data the random effects relative risk (RR), the 95% confidence intervals (CI) and, where appropriate, the number needed to treat (NNT) were calculated on an intention-to-treat basis. For continuous data the reviewers calculated weighted mean differences.

Main results

Only four relevant trials were identified (total n=789). It is not clear whether there is any real difference between attendance of those prompted by telephone one or two days before the appointment, and those given the standard appointment management system (2 RCTs, n=457, RR missed appointment 0.84 CI 0.7 to 1.1). Text-based prompts in the form of a letter, a few days before the appointment day, may increase clinic attendance when compared with no prompt (3 RCTs, n=326, RR missed appointment 0.76 CI 0.43 to 1.32). Only one small study (n=61) reported data on the combination of telephone and text-based prompts versus no prompt, no real difference between groups was apparent (RR missed appointment 0.7 CI 0.4 to 1.2). When telephone prompts were compared with text-based prompts (1 RCT, n=75), the latter, in the form of an 'orientation statement' (a short paragraph, taking about 30 seconds to read, explaining the programme of care, the fee system, and providing gentle encouragement) may be somewhat more effective than the telephone prompt (RR missed appointment 1.9 CI 0.98 to 3.8). One study (n=120) compared a standard letter prompt with a letter 'orientation statement'. Overall, results tended to favour the orientation statement approach rather than the simple letter prompting attendance but the results did not reach conventional levels of statistical significance (RR missed appointment 1.6 CI 0.9 to 2.9). When prompts were considered regardless of their type, the results were of greater significance and suggested an effect to increase the rate of attendance (RR missed appointments 0.80 CI 0.65 to 0.98). The inclusion of five new studies to the awaiting classification section may affect results when assessed.

Authors' conclusions

There is evidence that a simple prompt to attend clinic, very close to the time of the appointment may encourage attendance, and a simple orientation-type letter may be more effective than a telephone prompt. This simple intervention could be a more cost effective means of encouraging compliance at first attendance, but supplementing these data with the results of large, well designed, conducted and reported randomised studies would be desirable.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Prompts to encourage appointment attendance for people with serious mental illness

First appointments at a mental health clinic can be a daunting prospect. Failure to attend is common, wastes time, and can result in important delays in getting proper care. A gentle prompt, near to the time of appointment, would, if effective, seem a cost effective way of encouraging attendance. This review sought evidence for the effects of telephoning or sending a letter, in the days just before the appointment. Relevant studies were found, and although none were conclusive, all suggested that a simple prompt could indeed encourage attendance.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Rappels visant à encourager les patients atteints de troubles mentaux graves à se présenter à leurs rendez-vous

Contexte

Les rappels visant à encourager les patients à se présenter à la clinique sont souvent utilisés dans la pratique quotidienne par les soignants impliqués dans le soin de leurs patients atteints de problèmes de santé mentale. Ils peuvent adopter la forme d'un rappel téléphonique, d'incitations financières ou de remise d'une copie de la demande de consultation au patient.

Objectifs

Estimer les effets d'un simple rappel par des soignants professionnels pour encourager les patients qui pourraient être atteints de troubles mentaux graves à se présenter à la consultation.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (avril 2009) ainsi que les références bibliographiques, et avons contacté les auteurs des études. Nous avons mis à jour cette recherche le 17 mai 2012 et ajouté les résultats à la section de classification en attente de la revue.

Critères de sélection

Toutes les études randomisées (ou quasi-randomisées) pertinentes comparant l'utilisation de rappels en plus des soins standard chez les patients atteints de troubles mentaux graves tels que la schizophrénie. Les rappels avaient pour objectif déclaré d'encourager les patients à se présenter ou de faciliter leur contact avec des équipes de santé mentale, et pouvaient adopter la forme d'un document écrit (tel qu'une lettre), d'une communication électronique, d'un appel téléphonique ou d'une visite personnelle, ou employer des incitations financières ou d'autres récompenses.

Recueil et analyse des données

Les études ont été sélectionnées et les données extraites de manière indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, le risque relatif (RR) à effets aléatoires, les intervalles de confiance (IC) à 95 % et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter (NST) ont été calculés sur la base de l'intention de traiter. Pour les données continues, les évaluateurs ont calculé les différences moyennes pondérées.

Résultats principaux

Seuls quatre essais pertinents ont été identifiés (n total = 789). On ignore s'il existe réellement une différence entre les personnes ayant reçu un rappel téléphonique un à deux jours avant le rendez-vous et ceux pour lesquels le système de gestion des rendez-vous habituel était utilisé (2 ECR, n = 457, RR de rendez-vous manqué de 0,84, IC entre 0,7 et 1,1). Les rappels écrits sous forme de lettre quelques jours avant le rendez-vous pourraient encourager les patients à se présenter à la consultation par rapport à l'absence de rappel (3 ECR, n = 326, RR de rendez-vous manqué de 0,76, IC entre 0,43 et 1,32). Une seule petite étude (n = 61) rapportait des données concernant des rappels à la fois téléphoniques et écrits par rapport à une absence de rappel, et n'observait aucune différence réelle entre les groupes (RR de rendez-vous manqué de 0,7, IC entre 0,4 et 1,2). Lorsque les rappels téléphoniques étaient comparés aux rappels écrits (1 ECR, n = 75), les rappels écrits sous forme de texte d'orientation (un court paragraphe pouvant être lu en 30 secondes environ et expliquant le programme de soins, le système de règlement et contenant un encouragement discret) pourraient être légèrement plus efficaces que le rappel téléphonique (RR de rendez-vous manqué de 1,9, IC entre 0,98 et 3,8). Une étude (n = 120) comparait un rappel par lettre standard à une lettre contenant un texte d'orientation. Dans l'ensemble, les résultats tendaient à favoriser l'approche texte d'orientation par rapport à la lettre standard rappelant au patient son rendez-vous, mais ces résultats n'atteignaient pas les niveaux conventionnels de signification statistique (RR de rendez-vous manqué de 1,6, IC entre 0,9 et 2,9). Lorsque les rappels étaient examinés indépendamment de leur type, les résultats présentaient une signification supérieure et suggéraient une augmentation du taux de présentation au rendez-vous (RR de rendez-vous manqué de 0,80, IC entre 0,65 et 0,98). Les cinq nouvelles études incluses dans la section de classification en attente pourraient affecter les résultats une fois évaluées.

Conclusions des auteurs

Des preuves indiquent qu'un simple rappel peu de temps avant la date du rendez-vous pourrait encourager les patients à se présenter à la consultation, et qu'une simple lettre d'orientation pourrait être plus efficace qu'un rappel téléphonique. Cette intervention simple pourrait constituer un moyen coût/efficace d'encourager l'observance lors du premier rendez-vous, mais il serait bon de confirmer ces résultats au moyen d'études randomisées à grande échelle, bien planifiées, réalisées et documentées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Rappels visant à encourager les patients atteints de troubles mentaux graves à se présenter à leurs rendez-vous

Les premiers rendez-vous dans une clinique de santé mentale peuvent être une perspective inquiétante. Il arrive fréquemment que les patients ne se présentent pas au rendez-vous, ce qui fait perdre du temps aux médecins et peut retarder considérablement l'obtention des soins nécessaires. Un rappel discret peu de temps avant le rendez-vous pourrait, s'il était efficace, constituer un moyen rentable d'encourager les patients à se présenter. L'objectif de cette revue était d'identifier des preuves d'effets d'un appel téléphonique ou de l'envoi d'un courrier au cours des jours précédant le rendez-vous. Des études pertinentes ont été identifiées et, bien qu'aucune ne soit concluante, elles suggéraient toutes qu'un simple rappel pouvait effectivement encourager les patients à se présenter au rendez-vous.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux