Intervention Review

You have free access to this content

Ivermectin for onchocercal eye disease (river blindness)

  1. Henry OD Ejere1,*,
  2. Ellen Schwartz2,
  3. Richard Wormald3,
  4. Jennifer R Evans3

Editorial Group: Cochrane Eyes and Vision Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 2 APR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD002219.pub2


How to Cite

Ejere HOD, Schwartz E, Wormald R, Evans JR. Ivermectin for onchocercal eye disease (river blindness). Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD002219. DOI: 10.1002/14651858.CD002219.pub2.

Author Information

  1. 1

    Hode Internal Medicine, Texas, USA

  2. 2

    Institute of Ophthalmology, London, UK

  3. 3

    London School of Hygiene & Tropical Medicine, Cochrane Eyes and Vision Group, ICEH, London, UK

*Henry OD Ejere, Hode Internal Medicine, 125 South Park Drive, Suite F, Brownwood, Texas, 76801, USA. hodejere2000@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

It is believed that ivermectin (a microfilaricide) could prevent blindness due to onchocerciasis. However, when given to everyone in communities where onchocerciasis is common, the effects of ivermectin on lesions affecting the eye are uncertain and data on whether the drug prevents visual loss are unclear.

Objectives

The aim of this review was to assess the effectiveness of ivermectin in preventing visual impairment and visual field loss in onchocercal eye disease. The secondary aim was to assess the effects of ivermectin on lesions affecting the eye in onchocerciasis.

Search methods

We searched CENTRAL (which contains the Cochrane Eyes and Vision Group Trials Register) (The Cochrane Library 2012, Issue 3), MEDLINE (January 1950 to April 2012), EMBASE (January 1980 to April 2012), the metaRegister of Controlled Trials (mRCT) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). We did not use any date or language restrictions in the electronic searches for trials. We last searched the electronic databases on 2 April 2012.

Selection criteria

We included randomised controlled trials with at least one year of follow-up comparing ivermectin with placebo or no treatment. Participants in the trials were people normally resident in endemic onchocercal communities with or without one or more characteristic signs of ocular onchocerciasis.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data and assessed trial quality. We contacted study authors for additional information. As trials varied in design and setting, we were unable to perform a meta-analysis.

Main results

The review included four trials: two small studies (n = 398) in which people with onchocercal infection were given one dose of ivermectin or placebo and followed up for one year; and two larger community-based studies (n = 4941) whereby all individuals in selected communities were treated every six or 12 months with ivermectin or placebo, whether or not they were infected, and followed for two to three years. The studies provide evidence that treating people who have onchocerciasis with ivermectin reduces the number of microfilariae in their skin and eye(s) and reduces the number of punctate opacities. There was weaker evidence that ivermectin reduced the risk of chorioretinitis. The studies were too small and of too short a duration to provide evidence for an effect on sclerosing keratitis, iridocyclitis, optic nerve disease or visual loss. One community-based study in communities mesoendemic for the savannah strain of O.volvulus provided evidence that annual mass treatment with ivermectin reduces the risk of new cases of optic nerve disease and visual field loss. The other community-based study of mass biannual treatment of ivermectin in communities affected by the forest strain of O.volvulus demonstrated reductions in microfilarial load, punctate keratitis and iridocyclitis but not sclerosing keratitis, chorioretinitis, optic atrophy or visual impairment. The study was underpowered to estimate the effect of ivermectin on visual impairment and other less frequent clinical signs. The studies included in this review reported some adverse effects, in particular an increased risk of postural hypotension in people treated with ivermectin.

Authors' conclusions

The lack of evidence for prevention of visual impairment and blindness should not be interpreted to mean that ivermectin is not effective, however, clearly this is a key question that remains unanswered. The main evidence for a protective effect of mass treatment with ivermectin on visual field loss and optic nerve disease comes from communities mesoendemic for the savannah strain of O.volvulus. Whether these findings can be applied to communities with different endemicity and affected by the forest strain is unclear. Serious adverse effects were rarely reported. None of the studies, however, were conducted in areas where people are infected with Loa loa (loiasis).

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Ivermectin for river blindness (onchocerciasis)

Onchocerciasis is caused by tiny worms and is transmitted from person to person by a small biting fly. The fly breeds in fast flowing rivers and streams mainly in West Africa. The disease causes severe itching and thickening of the skin and damages structures at the front and back of the eye. It also affects the nerve that connects the eye with the brain.

Four studies based in west Africa were included in the review; two small studies in Ghana and Liberia and two larger community-based ones in Nigeria and Sierra-Leone. In the smaller studies, people with onchocercal infection were given one dose of ivermectin or placebo and followed up for one year. In the larger studies all individuals in selected communities were treated every six or 12 months with ivermectin or placebo, whether or not they were infected, and followed for two to three years. This review found that ivermectin can prevent damage to the front of the eye but its effectiveness in preventing blindness remains uncertain.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Ivermectine dans le traitement de la pathologie oculaire onchocerquienne (cécité des rivières)

Contexte

On pense que l'ivermectine (un microfilaricide) pourrait prévenir la cécité due à l'onchocercose. Cependant, lorsqu'elle est administrée à tous les membres des communautés où l'onchocercose est courante, les effets de l'ivermectine sur les lésions qui touchent l'œil sont incertains et les données indiquant si le médicament prévient la perte de la vision sont peu claires.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'évaluer l'efficacité de l'ivermectine pour prévenir la déficience visuelle et la perte de champ visuel dans la maladie oculaire onchocerquienne. Le deuxième objectif était d'évaluer les effets de l'ivermectine sur les lésions qui touchent l'œil dans l'onchocercose.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2012, numéro 3), MEDLINE (de janvier 1950 à avril 2012), EMBASE (de janvier 1980 à avril 2012), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour « International Clinical Trials Registry Platform ») (www.who.int/ictrp/search/en). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date dans les recherches électroniques d'essais. Nous avons effectué la dernière consultation des bases de données le 2 avril 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés avec un suivi d'au moins un an comparant l'ivermectine à un placebo ou à l'absence de traitement. Les participants aux essais étaient des personnes résidant normalement dans des communautés où l'onchocercose était endémique et présentant ou non un ou plusieurs signes caractéristiques de l'onchocercose oculaire.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et évalué la qualité méthodologique des essais. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Du fait que les essais présentaient des plans d'étude et des contextes différents, nous n'avons pas été en mesure de réaliser une méta-analyse.

Résultats Principaux

La revue a inclus quatre essais : deux études à petite échelle (n = 398) dans lesquelles les personnes souffrant d'infection onchocerquienne recevaient une dose d'ivermectine ou de placebo et étaient suivies pendant un an ; et deux études communautaires à plus grande échelle (n = 4 941) dans lesquelles tous les individus appartenant aux communautés sélectionnées étaient traités tous les six ou 12 mois avec de l'ivermectine ou un placebo, qu'ils aient été infectés ou non, et étaient suivis pendant deux à trois ans. Les études fournissent des preuves indiquant que le traitement des personnes atteintes d'onchocercose avec de l'ivermectine réduit le nombre de microfilaires dans leur peau et leurs yeux et réduit le nombre d'opacités ponctuées. Les preuves indiquant que l'ivermectine réduisait le risque de choriorétinite étaient moins fiables. Les études étaient réalisées à trop petite échelle et sur une durée trop courte pour fournir des preuves d'un effet sur la kératite sclérosante, l'iridocyclite, la maladie du nerf optique ou la perte de vision. Une étude communautaire dans des communautés en zone mésoendémique concernant la souche de savane de O.volvulus a fourni des preuves indiquant que le traitement collectif annuel à l'ivermectine réduisait le risque de nouveaux cas de maladie du nerf optique et perte de champ visuel. L'autre étude communautaire portant sur le traitement collectif bisannuel à l'ivermectine dans des communautés touchées par la souche de forêt de O.volvulus a démontré des réductions de la charge microfilaire, de la kératite ponctuée et de l'iridocyclite, mais pas de la kératite sclérosante, de la choriorétinite, de l'atrophie optique ou de la déficience visuelle. L'étude n'avait pas la puissance suffisante pour estimer l'effet de l'ivermectine sur la déficience visuelle et les autres signes cliniques moins fréquents. Les études incluses dans cette revue ont signalé des effets indésirables, en particulier un risque accru d'hypotension orthostatique chez les personnes traitées à l'ivermectine.

Conclusions des auteurs

Le manque de preuve concernant la prévention de la déficience visuelle et la cécité ne devrait pas être interprété comme une absence d'efficacité de l'ivermectine, cependant, il s'agit clairement d'une question clé qui reste sans réponse. La principale preuve d'un effet protecteur du traitement collectif à l'ivermectine sur la perte de champ visuel et la maladie du nerf optique provient de communautés situées dans des zones mésoendémiques en termes de souche de savane de O.volvulus. On ignore si ces résultats peuvent être appliqués à des communautés présentant un niveau d'endémie différent et étant touchées par la souche de forêt. Des effets indésirables graves ont rarement été signalés. Aucune des études n'a toutefois été réalisée dans des zones où les personnes étaient infectées par le Loa loa (loasis).

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Ivermectine dans le traitement de la pathologie oculaire onchocerquienne (cécité des rivières)

Ivermectine dans le traitement de la cécité des rivières (onchocercose)

L'onchocercose est provoquée par de minuscules vers et est transmise d'une personne à une autre par une petite mouche piqueuse. La mouche se reproduit dans les rivières et les cours d'eau rapides, principalement en Afrique de l'Ouest. La maladie provoque de graves démangeaisons et un épaississement de la peau, et endommage les structures à l'avant et à l'arrière de l'œil. Elle affecte également le nerf qui relie l'œil au cerveau.

Quatre études réalisées en Afrique de l'Ouest ont été incluses dans la revue ; deux études à petite échelle au Ghana et au Liberia et deux études communautaires à plus grande échelle au Nigeria et en Sierra-Léone. Dans les études à plus petite échelle, les personnes souffrant d'une infection onchocerquienne ont reçu une dose d'ivermectine ou de placebo et ont été suivies pendant un an. Dans les études à plus grande échelle, tous les individus appartenant aux communautés sélectionnées ont été traités tous les six ou 12 mois avec de l'ivermectine ou un placebo, qu'ils aient été infectés ou non, et ont été suivis pendant deux à trois ans. Cette revue a découvert que l'ivermectine pouvait prévenir les lésions de la partie antérieure de l'œil, mais son efficacité pour prévenir la cécité reste incertaine.

Notes de traduction

This translation refers to an older version of the review that has been updated or amended.

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français