Intervention Review

Drugs for nocturnal enuresis in children (other than desmopressin and tricyclics)

  1. Aniruddh V Deshpande1,
  2. Patrina HY Caldwell2,*,
  3. Premala Sureshkumar3

Editorial Group: Cochrane Incontinence Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 15 DEC 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD002238.pub2

How to Cite

Deshpande AV, Caldwell PHY, Sureshkumar P. Drugs for nocturnal enuresis in children (other than desmopressin and tricyclics). Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD002238. DOI: 10.1002/14651858.CD002238.pub2.

Author Information

  1. 1

    The Children's Hospital at Westmead, Department of Surgery and Centre for Kidney Research, Westmead, New South Wales, Australia

  2. 2

    The Children's Hospital at Westmead Clinical School, University of Sydney, Discipline of Paediatrics and Child Health, Westmead, Australia

  3. 3

    Royal Alexandra Hospital for Children, Centre for Kidney Research, Parramatta, New South Wales, Australia

*Patrina HY Caldwell, Discipline of Paediatrics and Child Health, The Children's Hospital at Westmead Clinical School, University of Sydney, Locked Bag 4001, Westmead, NSW, Australia.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 12 DEC 2012




  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié


Enuresis (bedwetting) is a socially stigmatising and stressful condition which affects around 15% to 20% of five-year olds and up to 2% of young adults. Although there is a high rate of spontaneous remission, the social, emotional and psychological costs to the children can be great. Drugs (including desmopressin, tricyclics and other drugs) have often been tried to treat nocturnal enuresis.


To assess the effects of drugs other than desmopressin and tricyclics on nocturnal enuresis in children and to compare them with other interventions.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Register of trials (searched 15 December 2011), which includes searches of MEDLINE and CENTRAL, to identify published and unpublished randomised and quasi-randomised trials. The reference lists of relevant articles were also searched.

Selection criteria

All randomised trials of drugs (excluding desmopressin or tricyclics) for treating nocturnal enuresis in children up to the age of 16 years were included in the review. Trials were eligible for inclusion if children were randomised to receive drugs compared with placebo, other drugs or behavioral interventions for nocturnal enuresis. Studies which included children with daytime urinary incontinence or children with organic conditions were also included in this review if the focus of the study was on nocturnal enuresis. Trials focused solely on daytime wetting and trials of adults with nocturnal enuresis were excluded.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed the quality of the eligible trials and extracted data. Differences between review authors were settled by discussion with a third review author.

Main results

A total of 40 randomised or quasi-randomised controlled trials (10 new in this update) met the inclusion criteria, with a total of 1780 out of 2440 children who enrolled receiving an active drug other than desmopressin or a tricyclic. In all, 31 different drugs or classes of drugs were tested. The trials were generally small or of poor methodological quality. There was an overall paucity of data regarding outcomes after treatment was withdrawn.

For drugs versus placebo, when compared to placebo indomethacin (risk ratio [RR] 0.36, 95% CI 0.16 to 0.79), diazepam (RR 0.22, 95% CI 0.11 to 0.46), mestorelone (RR 0.32, 95% CI 0.17 to 0.62) and atomoxetine (RR 0.81, 95% CI 0.70 to 0.94) appeared to reduce the number of children failing to have 14 consecutive dry nights. Although indomethacin and diclofenac were better than placebo during treatment, they were not as effective as desmopressin and there was a higher chance of adverse effects. None of the medications were effective in reducing relapse rates, although this was only reported in five placebo controlled trials.

For drugs versus drugs, combination therapy with imipramine and oxybutynin was more effective than imipramine monotherapy (RR 0.68, 95% CI 0.50 to 0.94) and also had significantly lower relapse rates than imipramine monotherapy (RR 0.35, 95% CI 0.16 to 0.77). There was an overall paucity of data regarding outcomes after treatment was withdrawn.

For drugs versus behavioural therapy, bedwetting alarms were found to be better than amphetamine (RR 2.2, 95% CI 1.12 to 4.29), oxybutynin (RR 3.25, 95% CI 1.77 to 5.98), and oxybutynin plus holding exercises (RR 3.3, 95% CI 1.84 to 6.18) in reducing the number of children failing to achieve 14 consecutive dry nights.

Adverse effects of drugs were seen in 19 trials while 17 trials did not adequately report the occurrence of side effects.

Authors' conclusions

There was not enough evidence to judge whether or not the included drugs cured bedwetting when used alone. There was limited evidence to suggest that desmopressin, imipramine and enuresis alarms therapy were better than the included drugs to which they were compared. In other reviews, desmopressin, tricyclics and alarm interventions have been shown to be effective during treatment. There was also evidence to suggest that combination therapy with anticholinergic therapy increased the efficacy of other established therapies such as imipramine, desmopressin and enuresis alarms by reducing the relapse rates, by about 20%, although it was not possible to identify the characteristics of children who would benefit from combination therapy. Future studies should evaluate the role of combination therapy against established treatments in rigorous and adequately powered trials.


Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Drug treatment for children with bedwetting (nocturnal enuresis) but not including the drug types desmopressin or tricyclics

Bedwetting (nocturnal enuresis) is the involuntary loss of urine at night without an underlying organic disease as the cause. It can result in social problems, sibling teasing and lowered self esteem. It affects around 15% to 20% of five-year olds, and up to 2% of adults. Many different types of drugs have been used to treat children with bed wetting. There is not enough reliable evidence to show that drugs other than desmopressin or tricyclics reduce bedwetting in children during treatment when used in isolation, despite their risk of unwanted side effects. In other Cochrane reviews, alarms triggered by wetting, desmopressin and tricyclic drugs have been shown to work during treatment. However, alarms have a more sustained effect than desmopressin and tricyclics after treatment has finished. The adverse effects of alarm therapy (tiredness and waking other members of the family) are relatively benign and self limiting compared with the adverse effects of drugs. One class of drugs (anticholinergic drugs) appears to improve the efficacy of other established treatments such as tricyclics, bedwetting alarms and desmopressin. The cost of treating children with bedwetting with alarm therapy or drugs may vary in different countries.



  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Médicaments pour l'énurésie nocturne chez l'enfant (desmopressine et antidépresseurs tricycliques exceptés)


L’énurésie (incontinence urinaire nocturne) est une affection stressante et stigmatisante au niveau social qui touche de 15 à 20 % des enfants âgés de cinq ans et jusqu’à 2 % des jeunes adultes. Bien que le taux de rémission spontanée soit élevé, les coûts sociaux, émotionnels et psychologiques pour les enfants peuvent être importants. On a souvent tenté de traiter l'énurésie nocturne à l'aide de médicaments (notamment la desmopressine, les antidépresseurs tricycliques et autres médicaments).


Évaluer les effets de médicaments autres que la desmopressine et les antidépresseurs tricycliques sur l'énurésie nocturne chez l'enfant, et les comparer à d'autres interventions.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons cherché dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur l’incontinence (recherche effectuée le 15 décembre 2011), qui inclut des recherches dans MEDLINE et CENTRAL, afin d'identifier des essais randomisés et quasi-randomisés, publiés ou non publiés. Les références bibliographiques d'articles pertinents ont également fait l’objet d’une recherche.

Critères de sélection

Nous avons inclus dans le revue tous les essais randomisés de médicaments (à l'exception de la desmopressine et des antidépresseurs tricycliques) pour le traitement de l'énurésie nocturne chez les enfants jusqu'à l'âge de 16 ans. Les essais étaient éligibles à l'inclusion si les enfants avaient été randomisés pour recevoir des médicaments en comparaison avec un placebo, d'autres médicaments ou des interventions comportementales pour l'énurésie nocturne. Nous avons également inclus dans cette revue des études comprenant des enfants souffrant d'incontinence urinaire diurne ou des enfants atteints d'affections organiques, à condition que l'étude ait porté sur l'énurésie nocturne. Nous avons exclus les essais portant exclusivement sur ​​l'incontinence urinaire diurne et les essais sur les adultes souffrant d'énurésie nocturne.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, évalué la qualité des essais éligibles et extrait les données. Les désaccords entre ces auteurs ont été réglés par la discussion avec un troisième auteur de la revue.

Résultats Principaux

Quarante essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés (dont 10 nouveaux dans cette mise à jour) répondaient aux critères d'inclusion, dans lesquels un total de 1780 enfants, sur les 2440 enrôlés, avaient reçu un médicament actif autre que la desmopressine ou les antidépresseurs tricycliques. En tout, 31 médicaments ou catégories de médicaments différents avaient été testés. Les essais étaient généralement de petite taille ou de mauvaise qualité méthodologique. Il y avait une pénurie générale de données concernant les résultats après l'arrêt du traitement.

Pour les comparaisons de médicaments à un placebo, l'indométhacine (risque relatif [RR] 0,36 ; IC à 95% 0,16 à 0,79), le diazépam (RR 0,22 ; IC à 95% 0,11 à 0,46), la mestorelone (RR 0,32 ; IC à 95% 0,17 à 0,62) et l'atomoxétine (RR 0,81 ; IC à 95% 0,70 à 0,94) semblaient réduire le nombre d'enfants ne parvenant pas à avoir 14 nuits sèches consécutives. Bien que l'indométacine et le diclofénac fussent meilleurs que le placebo durant le traitement, ils n'étaient pas aussi efficaces que la desmopressine et présentaient un risque plus élevé d'effets indésirables. Aucun médicament n'avait été efficace à réduire les taux de rechute, même si seulement cinq essais contrôlés par placebo avaient rendu compte de ce critère de résultat.

Pour ce qui est des médicaments comparés à d'autres médicaments, le traitement combiné d'imipramine et d'oxybutynine avait été plus efficace que la monothérapie d'imipramine (RR 0,68 ; IC à 95% 0,50 à 0,94) et bénéficiait également de taux de rechute significativement plus bas que la monothérapie d'imipramine (RR 0,35 ; IC à 95% 0,16 à 0,77). Il y avait une pénurie générale de données concernant les résultats après l'arrêt du traitement.

Pour les comparaisons entre médicaments et thérapies comportementales, les alarmes énurésie se sont avérées supérieures aux amphétamines (RR 2,2 ; IC à 95% 1,12 à 4,29), à l'oxybutynine (RR 3,25 ; IC à 95% 1,77 à 5,98) et à l'oxybutynine avec exercices de retenue (RR 3,3 ; IC à 95% 1,84 à 6,18) dans la diminution du nombre d'enfants ne parvenant pas à avoir 14 nuits sèches consécutives.

Des effets indésirables de médicaments ont été observés dans 19 essais, mais 17 essais n'avaient pas correctement rendu compte de la survenue d'effets secondaires.

Conclusions des auteurs

Il n'y avait pas suffisamment de données probantes pour juger si les médicaments inclus utilisés seuls avaient ou non guéri l'énurésie nocturne. Des données probantes limitées laisser pensent que la desmopressine, l'imipramine et les alarmes d'énurésie sont meilleures que les médicaments auxquels elles ont été comparées. Dans d'autres revues, les interventions de desmopressine, d'antidépresseurs tricycliques et d'alarmes d'énurésie se sont montrées efficaces pendant la période de traitement. Il y avait également des données laissant penser que la combinaison avec un traitement anticholinergique augmentait l'efficacité de thérapies établies, telles que l'imipramine, la desmopressine et les alarmes d'énurésie, en réduisant les taux de rechute d'environ 20 %, bien qu'il n'ait pas été possible de caractériser les enfants pouvant tirer bénéfice d'un traitement combiné. Les études futures devraient évaluer le rôle de la thérapie combinée par rapport aux traitements établis dans des essais rigoureux et suffisamment puissants.


Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Médicaments pour l'énurésie nocturne chez l'enfant (desmopressine et antidépresseurs tricycliques exceptés)

Traitements médicamenteux pour enfants atteints d'incontinence urinaire (énurésie) nocturne, à l'exclusion des médicaments de type desmopressine ou tricycliques

L'incontinence urinaire (énurésie) nocturne consiste en la perte involontaire d'urine pendant la nuit, non-causée par une maladie organique sous-jacente. Il peut en résulter des problèmes sociaux, des taquineries de la part des frères et sœurs et une mauvaise estime de soi. Elle touche environ 15 à 20 % des enfants de cinq ans, et jusqu'à 2 % des adultes. De nombreux types de médicaments ont été utilisés pour traiter les enfants atteints d'incontinence urinaire nocturne. Il n'y a pas suffisamment de données fiables pour démontrer que des médicaments autres que la desmopressine ou les antidépresseurs tricycliques, lorsqu'utilisés isolément, réduisent l'incontinence urinaire chez l'enfant au cours du traitement, malgré leur risque d'effets secondaires indésirables. Dans d'autres revues Cochrane, les alarmes déclenchées par l'incontinence, ainsi que la desmopressine et les antidépresseurs tricycliques se sont avérés efficaces pendant la durée du traitement. Toutefois, les alarmes ont un effet plus durable que la desmopressine et les antidépresseurs tricycliques après la fin du traitement. Les effets indésirables de l'alarme énurésie (fatigue et réveil d'autres membres de la famille) sont relativement bénins et spontanément résolutifs en comparaison avec les effets indésirables des médicaments. Une classe de médicaments (les anticholinergiques) semblent améliorer l'efficacité d'autres traitements établis tels que les antidépresseurs tricycliques, les alarmes énurésie et la desmopressine. Le coût du traitement des enfants atteints d'incontinence urinaire nocturne par alarme énurésie ou médicaments peut varier selon les pays.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�