Intervention Review

Corticosteroids for treating severe sepsis and septic shock

  1. Djillali Annane1,*,
  2. Eric Bellissant2,
  3. Pierre Edouard Bollaert3,
  4. Josef Briegel4,
  5. Didier Keh5,
  6. Yizhak Kupfer6

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 26 JAN 2004

Assessed as up-to-date: 31 OCT 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD002243.pub2


How to Cite

Annane D, Bellissant E, Bollaert PE, Briegel J, Keh D, Kupfer Y. Corticosteroids for treating severe sepsis and septic shock. Cochrane Database of Systematic Reviews 2004, Issue 1. Art. No.: CD002243. DOI: 10.1002/14651858.CD002243.pub2.

Author Information

  1. 1

    Hôpital Raymond Poincaré, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, Critical Care Department, Garches, Ile de France, France

  2. 2

    Hôpital Pontchaillou, Centre d'Investigation Clinique INSERM 0203, Rennes, France

  3. 3

    Hôpital Central, Intensive Care Unit, Nancy, France

  4. 4

    Klinikum der Universitaet, Klinik für Anaesthesiologie, Munich, Germany

  5. 5

    Charité-Campus Virchow Clinic, Charité Universitätsmedizin Berlin, University Clinic of Anesthesiology and Intensive Care Medicine CCM/CVK, Berlin, Germany

  6. 6

    Maimonides Medical Center, Division of Pulmonary and Critical Care Medicine, New York, USA

*Djillali Annane, Critical Care Department, Hôpital Raymond Poincaré, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, 104. Boulevard Raymond Poincaré, Garches, Ile de France, 92380, France. djillali.annane@rpc.ap-hop-paris.fr.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions), comment added to review
  2. Published Online: 26 JAN 2004

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Sepsis may be complicated by impaired corticosteroid production. Giving corticosteroids may benefit patients.

Objectives

To examine the effects of corticosteroids on death at one month in sepsis.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library Issue 3, 2009), MEDLINE (October 2009), EMBASE (October 2009), LILACS (October 2009), reference lists of articles, and also contacted trial authors.

Selection criteria

We included randomized and quasi-randomized controlled trials of corticosteroids versus placebo or supportive treatment in severe sepsis and septic shock.

Data collection and analysis

All review authors agreed the eligibility of trials. One review author extracted data, which was checked by the other review authors and the primary author of the paper whenever possible. We obtained some missing data from the trial authors. We assessed the methodological quality of the trials.

Main results

We identified 25 trials, of which 20 (17 randomized and three quasi-randomized trials) could be pooled in a meta-analysis.

Corticosteroids did not change 28-day mortality (20 trials, n = 2138, relative risk (RR) 0.87, 95% confidence interval (CI) 0.74 to 1.01; random-effects model). There was significant heterogeneity that was partly related to the dosing strategy. Treatment with a long course of low dose corticosteroids significantly reduced 28-day mortality (RR 0.84, 95% CI 0.72 to 0.97; P = 0.02), increased the proportion of shock reversal by day seven (six trials, n = 965, RR 1.35, 95% CI 1.16 to 1.57; random-effects model) and day 28 (six trials, n = 952, RR 1.12, 95% CI 1.02 to 1.23), reduced the sepsis-related organ failure assessment (SOFA) score by day seven (five trials, n = 916, RR -1.47, (95% CI -2.01 to -0.92), and survivors' length of stay in the intensive care unit (eight trials, n= 622, RR -4.49, 95% CI -7.04 to -1.94), without inducing gastroduodenal bleeding (13 trials, n = 1594, RR 11.12, 95% CI 0.81 to 1.53), superinfection (14 trials, n = 1917, RR 1.01, 95% CI 0.82 to 1.25), or neuromuscular weakness (three trials, n = 811, RR 0.63, 95% CI 0.12 to 3.35). Corticosteroid increased the risk of hyperglycaemia (nine trials, n = 1434, RR 1.16, 95% 1.07 to 1.25) and hypernatraemia (three trials, n= 805, RR 1.61, 95% CI 1.26 to 2.06).

Authors' conclusions

Overall, corticosteroids did not change mortality in severe sepsis and septic shock. A long course of low dose corticosteroids reduced 28-day mortality without inducing major complications; metabolic disorders were increased.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

A long course (five days or more) of a low dose of corticosteroids may be considered as an adjunct therapy in patients with septic shock.

Septic shock is the most severe form of infection. It may also interfere with the production of corticosteroids, a key hormone for host defence against infection. This review showed that corticosteroids did not impact on mortality overall. However, the trials conducted after the scientific community agreed upon a consensual definition of sepsis, in 1992, suggested that a low dose of corticosteroids for five days or more improved the survival of patients in septic shock without causing harm They did develop some metabolic disorders. Trials performed before 1992 showed no benefit from a short course of high dose corticosteroids.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes pour traiter le sepsis et le choc septique graves.

Contexte

Le sepsis peut être compliqué par la diminution de la production de corticostéroïdes. L'administration de corticostéroïdes peut être bénéfique pour les patients.

Objectifs

Examiner les effets des corticostéroïdes sur le nombre de décès à un mois dans le sepsis.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL (The Cochrane Library Numéro 3, 2009), MEDLINE (octobre 2009), EMBASE (octobre 2009), LILACS (octobre 2009), les bibliographies d'articles, et nous avons également contacté les auteurs des essais.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés de corticostéroïdes versus placebo ou un traitement de soutien dans le sepsis et le choc septique graves.

Recueil et analyse des données

Tous les auteurs de la revue ont validé l'éligibilité des essais. Un auteur de la revue a extrait les données, qui ont été vérifiées par les autres auteurs de la revue et l'auteur principal de la revue chaque fois que cela était possible. Nous avons obtenu certaines données manquantes auprès des auteurs des essais. Nous avons évalué la qualité méthodologique des essais.

Résultats Principaux

Nous avons identifié 25 essais, dont 20 (17 essais randomisés et trois essais quasi-randomisés) pouvaient être regroupés dans une méta-analyse.

Les corticostéroïdes n'ont pas changé la mortalité à 28 jours (20 essais, n = 2 138, risque relatif (RR) 0,87, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,74 à 1,01 ; modèle à effets aléatoires). Il y avait une hétérogénéité significative qui était en partie liée à la stratégie de dosage. Le traitement avec une longue cure d'une faible dose de corticostéroïdes a significativement réduit la mortalité à 28 jours (RR 0,84, IC à 95 % 0,72 à 0,97 ; P = 0,02), a augmenté la proportion d'inversion du choc dans les sept jours (six essais, n = 965, RR 1,35, IC à 95 % 1,16 à 1,57 ; modèle à effets aléatoires) et à 28 jours (six essais, n = 952, RR 1,12, IC à 95 % 1,02 à 1,23), a réduit le score d'évaluation de défaillance d'organe liée au sepsis, (EDOS) dans les sept jours (cinq essais, n = 916, RR -1,47, (IC à 95 % -2,01 à -0,92), et la durée de séjour des survivants dans l'unité de soins intensifs (huit essais, n = 622, RR -4,49, IC à 95 % -7,04 à -1,94), sans induire de saignement gastro-duodénal (13 essais, n = 1 594, RR 11,12, IC à 95 % 0,81 à 1,53), de surinfection (14 essais, n = 1 917, RR 1,01, IC à 95 % 0,82 à 1,25), ou de faiblesse neuromusculaire (trois essais, n = 811, RR 0,63, IC à 95 % 0,12 à 3,35). Les corticostéroïdes ont augmenté le risque d'hyperglycémie (neuf essais, n = 1 434, RR 1,16, IC à 95 % 1,07 à 1,25) et d'hypernatrémie (trois essais, n = 805, RR 1,61, IC à 95 % 1,26 à 2,06).

Conclusions des auteurs

Globalement, les corticostéroïdes n'ont pas modifié la mortalité en cas de sepsis et de choc septique graves. Une longue cure d'une faible dose de corticostéroïdes a réduit la mortalité à 28 jours sans induire de complications majeures ; les troubles métaboliques ont été plus importants.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes pour traiter le sepsis et le choc septique graves.

Une longue cure (cinq jours ou plus) d'une faible dose de corticostéroïdes peut être considérée comme un traitement d'appoint chez les patients souffrant de choc septique.

Le choc septique est la forme d'infection la plus grave. Il peut également interférer avec la production de corticostéroïdes, une hormone clé pour la défense de l'hôte contre l'infection. Cette revue a montré que les corticostéroïdes n'avaient pas d'impact sur la mortalité globale. Toutefois, les essais menés après que la communauté scientifique soit convenue d'une définition consensuelle du sepsis, en 1992, suggéraient qu'une faible dose de corticostéroïdes pendant cinq jours ou plus améliorait la survie des patients souffrant d'un choc septique sans causer de dommage. Ils avaient effectivement développé certains troubles métaboliques. Les essais effectués avant 1992 n'avaient montré aucun bénéfice d'une courte cure d'une forte dose de corticostéroïdes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th August, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux