Intervention Review

Timing and volume of fluid administration for patients with bleeding

  1. Irene Kwan1,*,
  2. Frances Bunn2,
  3. Paul Chinnock3,
  4. Ian Roberts3

Editorial Group: Cochrane Injuries Group

Published Online: 5 MAR 2014

Assessed as up-to-date: 5 FEB 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD002245.pub2


How to Cite

Kwan I, Bunn F, Chinnock P, Roberts I. Timing and volume of fluid administration for patients with bleeding. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 3. Art. No.: CD002245. DOI: 10.1002/14651858.CD002245.pub2.

Author Information

  1. 1

    Institute of Education, University of London, Evidence for Policy and Practice Information and Coordinating Centre (EPPI-Centre), Social Science Research Unit (SSRU), London, UK

  2. 2

    University of Hertfordshire, Centre for Research in Primary and Community Care, Hatfield, Hertfordshire, UK

  3. 3

    London School of Hygiene & Tropical Medicine, Cochrane Injuries Group, London, UK

*Irene Kwan, Evidence for Policy and Practice Information and Coordinating Centre (EPPI-Centre), Social Science Research Unit (SSRU), Institute of Education, University of London, 10 Woburn Square, London, WC1H 0NR, UK. I.Kwan@ioe.ac.uk. irenekwan27@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 5 MAR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Treatment of haemorrhagic shock involves maintaining blood pressure and tissue perfusion until bleeding is controlled. Different resuscitation strategies have been used to maintain the blood pressure in trauma patients until bleeding is controlled. However, while maintaining blood pressure may prevent shock, it may worsen bleeding.

Objectives

To examine the effect on mortality and coagulation times of two intravenous fluid administration strategies in the management of haemorrhagic hypovolaemia, early compared to delayed administration and larger compared to smaller volume of fluid administered.

Search methods

We searched the Cochrane Injuries Group Specialised Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, Ovid MEDLINE(R), Ovid MEDLINE(R) In-Process & Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE(R) Daily and Ovid OLDMEDLINE(R), Embase Classic + Embase (OvidSP), ISI Web of Science (SCI-Expanded and CPCI-S) and clinical trials registries. We checked reference lists of identified articles and contacted authors and experts in the field. The most recent search was run on 5 February 2014.

Selection criteria

Randomised trials of the timing and volume of intravenous fluid administration in trauma patients with bleeding. Trials in which different types of intravenous fluid were compared were excluded.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted data and assessed trial quality.

Main results

Six trials involving a total of 2128 people were included in this review. We did not combine the results quantitatively because the interventions and patient populations were so diverse.

Early versus delayed fluid administration
Three trials reported mortality and two reported coagulation data.

In the first trial (n = 598) the relative risk (RR) for death with early fluid administration was 1.26 (95% confidence interval (CI) 1.00 to 1.58). The weighted mean differences (WMD) for prothrombin time and partial thromboplastin time were 2.7 (95% CI 0.9 to 4.5) and 4.3 (95% CI 1.74 to 6.9) seconds, respectively.
In the second trial (n = 50) the RR for death with early blood transfusion was 5.4 (95% CI 0.3 to 107.1). The WMD for partial thromboplastin time was 7.0 (95% CI 6.0 to 8.0) seconds. In the third trial (n = 1309) the RR for death with early fluid administration was 1.06 (95% CI 0.77 to 1.47).

Larger versus smaller volume of fluid administration
Three trials reported mortality and one reported coagulation data.

In the first trial (n = 36) the RR for death with a larger volume of fluid resuscitation was 0.80 (95% CI 0.28 to 22.29). Prothrombin time and partial thromboplastin time were 14.8 and 47.3 seconds in those who received a larger volume of fluid, as compared to 13.9 and 35.1 seconds in the comparison group.
In the second trial (n = 110) the RR for death with a high systolic blood pressure resuscitation target (100 mm Hg) maintained with a larger volume of fluid as compared to a low systolic blood pressure resuscitation target (70 mm Hg) maintained with a smaller volume of fluid was 1.00 (95% CI 0.26 to 3.81). In the third trial (n = 25) there were no deaths.

Authors' conclusions

We found no evidence from randomised controlled trials for or against early or larger volume of intravenous fluid administration in uncontrolled haemorrhage. There is continuing uncertainty about the best fluid administration strategy in bleeding trauma patients. Further randomised controlled trials are needed to establish the most effective fluid resuscitation strategy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Varying the timing or the volume of intravenous fluids given to people with uncontrolled bleeding due to injury

About one third of injury deaths are due to shock from blood loss. Preventing shock in people with uncontrolled bleeding is, therefore, very important and is generally done by giving fluids intravenously. The aim is to maintain blood pressure and reduce tissue damage. The composition of these fluids can vary, and there have been systematic reviews comparing different fluid types, but the volume of fluid given and the time at which it is given can also vary. It not yet clear which timing and which volume are the most effective.

The authors searched for relevant medical research reports and found six randomised controlled trials involving a total of 2128 people. In each study, people with uncontrolled bleeding were randomly assigned to receive one treatment or another. Three studies were about the amount of fluid given (more or less), and three studies were about giving fluid at different times following injury (sooner or later). The authors were interested in finding out which treatments were better, to reduce deaths and to enable blood clotting. Blood clotting was measured by prothrombin time and partial thromboplastin time during fluid administration.

The review of trials found that there is uncertainty about the best time to give fluid and what volume of fluid should be given. While increasing fluids will maintain blood pressure, it may also worsen bleeding by diluting clotting factors in the blood.

The first version of this review was published in 2000 and included these six trials. The authors searched for new, relevant studies in 2003, 2008 and 2014 but none were found. The authors will look for studies in 2020, and any new information will be incorporated into the review.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Le moment et le volume d'administration de fluides aux patients atteints de saignements

Contexte

Le traitement du choc hémorragique implique le maintien de la pression artérielle et de la perfusion tissulaire jusqu'à ce que les saignements soient contrôlés. Différentes stratégies de réanimation ont été utilisées pour maintenir la pression artérielle chez les patients présentant un traumatisme jusqu'à ce que les saignements soient sous contrôle. Cependant, même si le maintien de la pression artérielle peut prévenir le choc, il peut aussi aggraver les saignements.

Objectifs

Examiner l'effet sur la mortalité et les temps de coagulation de deux stratégies d'administration de fluides par voie intraveineuse dans la prise en charge de l'hypovolémie hémorragique, l'administration précoce versus retardée et l'administration d'un grand volume de fluide versus un volume plus petit.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans la Bibliothèque Cochrane, Ovid MEDLINE(R), Ovid MEDLINE(R) In-Process & Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE(R) Daily et Ovid OLDMEDLINE(R), Embase Classic + Embase (OvidSP), ISI Web of Science (SCI-Expanded et CPCI-s) et les registres d'essais cliniques. Nous avons examiné les références bibliographiques des articles identifiés et contacté les auteurs et des experts dans le domaine. La recherche la plus récente a été effectuée le 5 février 2014.

Critères de sélection

Essais randomisés sur le moment et le volume d'administration de fluides intraveineux chez les patients présentant un traumatisme avec saignements. Les essais comparant différents types de fluides intraveineux ont été exclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait les données et évalué la qualité des essais.

Résultats Principaux

Six essais portant sur un total de 2 128 personnes ont été inclus dans cette revue. Nous n'avons pas regroupé les résultats quantitativement car les interventions et les populations de patients étaient trop différentes.

Administration de fluides précoce versus retardée
Trois essais ont rendu compte de la mortalité et deux essais ont rapporté des données de coagulation.

Dans le premier essai (n = 598), le risque relatif (RR) pour le décès avec l'administration de fluides précoce était de 1,26 (intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,00 à 1,58). Les différences moyennes pondérées (DMP) pour les temps de prothrombine et de thromboplastine partielle étaient de 2,7 (IC à 95 % 0,9 à 4,5) et de 4,3 (IC à 95 % 1,74 à 6,9) secondes, respectivement.
Dans le deuxième essai (n = 50), le RR pour le décès avec la transfusion sanguine précoce était de 5,4 (IC à 95 % 0,3 à 107,1). La DMP pour le temps de thromboplastine partielle était de 7,0 (IC à 95 % 6,0 à 8,0) secondes. Dans le troisième essai (n = 1 309), le RR pour le décès avec l'administration de fluides précoce était de 1,06 (IC à 95 % 0,77 à 1,47).

Grand versus plus petit volume d'administration de fluides Trois essais rendaient compte de la mortalité et un rapportait des données de coagulation.

Dans le premier essai (n = 36), le RR pour le décès avec un grand volume de réanimation liquidienne était de 0,80 (IC à 95 % 0,28 à 22,29). Les temps de prothrombine et de thromboplastine partielle étaient de 14,8 et 47,3 secondes chez ceux ayant reçu un plus grand volume de fluide, contre 13,9 et 35,1 secondes dans le groupe de comparaison.
Dans le deuxième essai (n = 110), le RR pour le décès avec comme valeur cible réanimatoire une tension artérielle systolique élevée (100 mm Hg), maintenue avec un plus grand volume de fluide, par rapport à une valeur cible réanimatoire d'une tension artérielle systolique plus basse (70 mm Hg), maintenue avec un plus petit volume de fluide, était de 1,00 (IC à 95 % 0,26 à 3,81). Dans le troisième essai (n = 25), il n'y avait aucun décès.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucune preuve issue d'essais contrôlés randomisés pour ou contre l'administration précoce ou de plus grands volumes de fluide intraveineux dans l'hémorragie non contrôlée. L'incertitude persiste quant à la meilleure stratégie d'administration de fluides chez les patients présentant un traumatisme avec saignements. D'autres essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour établir la stratégie la plus efficace de réanimation liquidienne.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Le moment et le volume d'administration de fluides aux patients atteints de saignements

Différents moments d'administration ou volumes de liquides intraveineux chez les personnes avec des saignements incontrôlés dus à une blessure

Environ un tiers des décès par blessure résultent du choc dû à la perte de sang. C'est pourquoi il est très important de prévenir le choc chez les personnes atteintes de saignements incontrôlés, ce qui est généralement réalisé par l'administration de liquides par voie intraveineuse. L'objectif est de maintenir la pression artérielle et de réduire les lésions tissulaires. La composition de ces liquides peut varier, et des revues systématiques existent comparant différents types de liquides, mais le volume de liquide administré et le moment d'administration peuvent également varier. Il n'a pas encore été clairement établi quel moment et quel volume sont les plus efficaces.

Les auteurs ont recherché les rapports de recherche médicale pertinents et identifié six essais contrôlés randomisés portant sur un total de 2 128 personnes. Dans chaque étude, les personnes atteintes d'un saignement incontrôlé ont été aléatoirement désignées pour recevoir un traitement ou un autre. Trois études concernaient la quantité de liquide donné (plus ou moins), et trois études portaient sur l'administration de liquides à différents moments suite à une blessure (plus tôt ou plus tard). Les auteurs souhaitaient déterminer quels traitements étaient plus efficaces pour réduire les décès et permettre la coagulation sanguine. La coagulation du sang était mesurée par les temps de prothrombine et de thromboplastine partielle au cours de l'administration de liquides.

Cette revue d'essais a constaté qu'il existe des incertitudes concernant le meilleur moment pour administrer des liquides et le volume de liquide à administrer. Tandis que l'augmentation des liquides permettra de maintenir la pression artérielle, elle peut également aggraver les saignements par la dilution des facteurs de coagulation dans le sang.

La première version de cette revue, publiée en 2000, incluait ces six essais. Les auteurs ont recherché de nouvelles études pertinentes en 2003, 2008 et 2014, mais aucune n'a été trouvée. Les auteurs chercheront à nouveau des études en 2020, et toute nouvelle information sera incorporée dans la revue.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th July, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé