Intervention Review

Chemotherapy alone versus endocrine therapy alone for metastatic breast cancer

  1. Nicholas Wilcken1,*,
  2. Jo Hornbuckle2,
  3. Davina Ghersi3

Editorial Group: Cochrane Breast Cancer Group

Published Online: 22 APR 2003

Assessed as up-to-date: 23 SEP 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD002747


How to Cite

Wilcken N, Hornbuckle J, Ghersi D. Chemotherapy alone versus endocrine therapy alone for metastatic breast cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2003, Issue 2. Art. No.: CD002747. DOI: 10.1002/14651858.CD002747.

Author Information

  1. 1

    Westmead and Nepean Hospitals, Medical Oncology, Westmead, NSW, Australia

  2. 2

    Western Park Hospital, Oncology, Sheffield, South Yorkshire, UK

  3. 3

    University of Sydney, School of Public Health, Camperdown, Australia

*Nicholas Wilcken, Medical Oncology, Westmead and Nepean Hospitals, Department of Medical Oncology and Palliative Care, Westmead Hospital, Westmead, NSW, 2145, Australia. nicholas_wilcken@wmi.usyd.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 22 APR 2003

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Both chemotherapy and endocrine therapy can be used as treatments for metastatic breast cancer.

Objectives

To review the evidence and determine whether starting treatment with chemotherapy or starting treatment with endocrine therapy has the more beneficial effect on outcomes (survival, response rate, toxicity and quality of life).

Search methods

The Cochrane Breast Cancer Group Specialised Register was searched (31 August 2006) using the codes for "advanced breast cancer", "chemotherapy" and "endocrine therapy". Details of the search strategy applied by the Group to create the register, and the procedure used to code references, are described in the Group's module in The Cochrane Library. Handsearching the proceedings of the annual meetings of the American Society of Clinical Oncology (2005 to 2006) and the San Antonio Breast Cancer Symposium (2005) were also conducted. A further search was carried out in the Specialised Register (until 2008), MEDLINE (2008 to 24 September 2010), EMBASE (2008 to 30 September 2010) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform search portal (23 July 2010).

Selection criteria

Randomised trials comparing the effects of chemotherapy alone with endocrine therapy alone on pre-specified endpoints in women with metastatic breast cancer.

Data collection and analysis

Data were collected from published trials. Hazard ratios were derived for survival analysis and a fixed-effect model was used for meta-analysis. Response rates were analysed as dichotomous variables. Toxicity and quality of life data were extracted, where present.

Main results

The primary analysis of overall effect using hazard ratios derived from published survival curves involved six trials (692 women). No significant difference was seen (hazard ratio 0.94, 95% CI 0.79 to 1.12, P = 0.5). A test for heterogeneity gave a P value of 0.1.

A pooled estimate of reported response rates in eight trials involving 817 women showed a significant advantage for chemotherapy over endocrine therapy with a relative risk of 1.25 (95% CI 1.01 to 1.54, P = 0.04). However the point estimates for the two largest trials were in opposite directions, and an overall test for heterogeneity gave a P value of 0.0009.

There was little information available on toxicity and quality of life. Six of the seven fully published trials commented on increased toxicity with chemotherapy, mentioning nausea, vomiting and alopecia. Three of the seven trials mentioned aspects of quality of life, with differing results. Only one trial formally measured quality of life, concluding that it was better with chemotherapy.

Authors' conclusions

In women with metastatic breast cancer and where hormone receptors are present, a policy of treating first with endocrine therapy rather than chemotherapy is recommended except in the presence of rapidly progressive disease.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chemotherapy alone versus endocrine therapy alone for metastatic breast cancer

Breast cancer is the most common cancer in women. If the cancer has spread beyond the breast (metastatic disease), treatments include chemotherapy (anti-cancer drugs) and endocrine therapy (also known as hormonal treatment). Endocrine therapy is mainly given to women whose cancer is determined to be hormone-responsive, that is, where hormone receptors (oestrogen or progesterone receptors) are expressed in the tumour cells. The aim of this review was to see if starting treatment with chemotherapy or starting treatment with endocrine therapy provides more benefit in terms of survival, response to treatment, toxicity from treatment and quality of life. Ten eligible studies were identified, eight of which provided information on response to treatment (in 817 patients) and six on overall survival (in 692 patients). Trials were generally old (published between 1963 and 1995) and small in size (median of 70 women, range 50 to 226 women in each trial) and were of modest quality. The types of chemotherapy used were reasonably conventional by today's standards; the endocrine therapies varied considerably.

This review found that while initial treatment with chemotherapy rather than endocrine therapy may be associated with a higher response rate, the two initial treatments had a similar effect on overall survival. No single group of patients who might benefit from or be harmed by one treatment over the other were identified, although there was little information to address this question. Six of the seven fully published trials commented on increased toxicity associated with chemotherapy including nausea, vomiting and alopecia. Three of the seven trials mentioned aspects of quality of life but their findings provided differing results. Only one trial formally measured quality of life (QOL), concluding that QOL was better with chemotherapy. Based on these trials, no conclusions can be made as to the QOL achieved with either treatment.

Accurate information about hormone receptor status is now routinely available for many women with metastatic breast cancer, and hormonal treatments have improved in their effectiveness in the last 10 years. In women with metastatic breast cancer where hormone receptors are present, a policy of treating first with endocrine therapy rather than chemotherapy appears to be better, on the basis of the trials and outcomes in this review, except in the presence of rapidly progressive disease.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie seule versus endocrinothérapie seule pour le traitement du cancer du sein métastatique

Contexte

Le cancer du sein métastatique peut être traité par chimiothérapie et endocrinothérapie.

Objectifs

Examiner les preuves et déterminer si un traitement initial par chimiothérapie versus endocrinothérapie présente davantage d'effets bénéfiques en termes de critères de jugement (survie, taux de réponse, toxicité et qualité de vie).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le cancer du sein (31 août 2006) en utilisant les codes correspondant aux termes Cancer du sein avancé, Chimiothérapie et Endocrinothérapie. Les détails de la stratégie de recherche documentaire utilisée par le groupe pour créer le registre ainsi que la procédure utilisée pour codifier les références sont décrits dans le module correspondant de la Bibliothèque Cochrane. Nous avons également effectué une recherche manuelle dans les résumés des réunions annuelles de l'American Society of Clinical Oncology (2005 à 2006) et du San Antonio Breast Cancer Symposium (2005). Des recherches supplémentaires ont été effectuées dans le Registre spécialisé (jusqu'en 2008), MEDLINE (2008 au 24 septembre 2010), EMBASE (2008 au 30 septembre 2010) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (23 juillet 2010).

Critères de sélection

Les essais randomisés comparant les effets de la chimiothérapie seule par rapport à l'endocrinothérapie seule pour des critères de jugement prédéfinis chez des femmes atteintes de cancer du sein métastatique.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites des essais publiés. Les hazard ratios ont été calculés pour l'analyse de survie et un modèle à effets fixes a été utilisé pour la méta-analyse. Les taux de réponse ont été analysés sous forme de variables dichotomiques. Les données relatives à la toxicité et à la qualité de vie ont été extraites lorsqu'elles étaient disponibles.

Résultats Principaux

L'analyse primaire de l'effet global sur la base des hazard ratios dérivés des courbes de survie publiées portait sur six essais (692 femmes). Aucune différence significative n'était observée (hazard ratio de 0,94, IC à 95 %, entre 0,79 et 1,12, P = 0,5). Le test d'hétérogénéité produisait une valeur de p de 0,1.

Une estimation combinée des taux de réponse rapportés dans huit essais portant sur 817 femmes révélait un avantage significatif de la chimiothérapie par rapport à l'endocrinothérapie, avec un risque relatif de 1,25 (IC à 95 %, entre 1,01 et 1,54, P = 0,04). Néanmoins, les estimations ponctuelles pour les deux essais de plus grande échelle présentaient des tendances opposées, et le test global d'hétérogénéité produisait une valeur p de 0,0009.

Peu d'informations étaient disponibles concernant la toxicité et la qualité de vie. Six des sept essais intégralement publiés mentionnaient une toxicité accrue associée à la chimiothérapie, y compris des nausées, des vomissements et une alopécie. Trois des sept essais mentionnaient certains aspects de la qualité de vie mais avec des résultats divergents. Un seul essai mesurait formellement la qualité de vie et concluait qu'elle était meilleure sous chimiothérapie.

Conclusions des auteurs

Chez les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique avec présence de récepteurs hormonaux, un protocole de traitement initial par endocrinothérapie plutôt que par chimiothérapie est recommandé, excepté en cas de maladie de progression rapide.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie seule versus endocrinothérapie seule pour le traitement du cancer du sein métastatique

Chimiothérapie seule versus endocrinothérapie seule pour le traitement du cancer du sein métastatique

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes. Lorsque le cancer se propage au-delà du sein (maladie métastatique), les traitements consistent en une chimiothérapie (médicaments anticancéreux) et une endocrinothérapie (ou traitement hormonal). L'endocrinothérapie est principalement administrée aux femmes dont le cancer présente une réponse avérée aux hormones, c'est-à-dire dont les récepteurs d'hormones (récepteurs des œstrogènes ou de la progestérone) sont exprimés dans les cellules tumorales. L'objectif de cette revue était de déterminer si un traitement initial par chimiothérapie versus endocrinothérapie conférait davantage de bénéfices en termes de survie, de réponse au traitement, de toxicité du traitement et de qualité de vie. Dix études éligibles ont été identifiées, dont huit rapportaient des informations concernant la réponse au traitement (chez 817 patientes) et six concernant la survie globale (chez 692 patientes). Les essais étaient globalement anciens (publiés entre 1963 et 1995), à petite échelle (médiane de 70 femmes, entre 50 et 226 femmes par essai) et de qualité moyenne. Les modalités de chimiothérapie utilisées étaient raisonnablement conventionnelles selon les critères actuels ; les modalités d'endocrinothérapie variaient considérablement.

Cette revue a observé que le traitement initial par chimiothérapie plutôt que par endocrinothérapie pourrait être associé à un taux de réponse supérieur mais que ces deux traitements initiaux avaient un effet similaire sur la survie globale. Aucun groupe de patientes susceptibles de bénéficier ou de pâtir spécifiquement de l'un ou l'autre des traitements n'a été identifié, mais peu d'informations étaient disponibles concernant cette question. Six des sept essais intégralement publiés mentionnaient une toxicité accrue associée à la chimiothérapie, y compris des nausées, des vomissements et une alopécie. Trois des sept essais mentionnaient certains aspects de la qualité de vie mais leurs résultats étaient contradictoires. Un seul essai mesurait formellement la qualité de vie et concluait qu'elle était meilleure sous chimiothérapie. Sur la base de ces essais, aucune conclusion définitive ne peut être présentée concernant la qualité de vie associée à chacun des traitements.

Des informations précises concernant le statut des récepteurs hormonaux sont aujourd'hui largement disponibles pour les nombreuses femmes atteintes de cancer du sein métastatique, et l'efficacité des traitements hormonaux s'est améliorée au cours de ces 10 dernières années. Chez les femmes atteintes de cancer du sein métastatique avec présence de récepteurs hormonaux, le protocole de traitement initial par endocrinothérapie plutôt que par chimiothérapie semble plus efficace sur la base des essais et résultats de cette revue, excepté en cas de maladie de progression rapide.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.