Intervention Review

You have free access to this content

'Scared Straight' and other juvenile awareness programs for preventing juvenile delinquency

  1. Anthony Petrosino1,*,
  2. Carolyn Turpin-Petrosino2,
  3. Meghan E Hollis-Peel3,
  4. Julia G Lavenberg4

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 30 JUN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD002796.pub2


How to Cite

Petrosino A, Turpin-Petrosino C, Hollis-Peel ME, Lavenberg JG. 'Scared Straight' and other juvenile awareness programs for preventing juvenile delinquency. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD002796. DOI: 10.1002/14651858.CD002796.pub2.

Author Information

  1. 1

    WestEd, Learning Innovations, Woburn, Massachusetts, USA

  2. 2

    Bridgewater State College, Criminal Justice, Bridgewater, Massachusetts, USA

  3. 3

    Northeastern University, School of Criminology and Criminal Justice, Boston, MA, USA

  4. 4

    University of Pennsylvania, Penn Medicine Center for Evidence-based Practice, Philadelphia, USA

*Anthony Petrosino, Learning Innovations, WestEd, 300 Unicorn Drive, 5th Floor, Woburn, Massachusetts, 01801- 3324, USA. anthony_petrosino@hotmail.com. apetros@wested.org.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Резюме на простом языке

Background

'Scared Straight' and other similar programs involve organized visits to prison by juvenile delinquents or children at risk for criminal behavior. Programs are designed to deter participants from future offending through firsthand observation of prison life and interaction with adult inmates. These programs remain in use despite research questioning their effectiveness. This is an update of a 2002 review.

Objectives

To assess the effects of programs comprising organized visits to prisons by juvenile delinquents (officially adjudicated, that is, convicted by a juvenile court) or pre-delinquents (children in trouble but not officially adjudicated as delinquents), aimed at deterring them from delinquency.

Search methods

To update this review, we searched 22 electronic databases, including CENTRAL, MEDLINE, PsycINFO, and Criminal Justice Abstracts, in December 2011. In addition, we searched clinical trials registries, consulted experts, conducted Google Scholar searches, and followed up on all relevant citations.

Selection criteria

We included studies that tested programs involving the organized visits of delinquents or children at risk for delinquency to penal institutions such as prisons or reformatives. Studies that had overlapping samples of juvenile and young adults (for example, ages 14 to 20 years) were included. We only considered studies that assigned participants to conditions randomly or quasi-randomly (that is, by odd/even assignment to conditions). Each study had to have a no-treatment control condition and at least one outcome measure of 'post-visit' criminal behavior.

Data collection and analysis

The search methods for the original review generated 487 citations, most of which had abstracts. The lead review author screened these citations, determining that 30 were evaluation reports. Two review authors independently examined these citations and agreed that 11 were potential randomized trials. All reports were obtained. Upon inspection of the full-text reports, two review authors independently agreed to exclude two studies, resulting in nine randomized trials. The lead review author extracted data from each of the nine study reports using a specially designed instrument. In cases in which outcome information was missing from the original reports, we made attempts via correspondence to retrieve the data for the analysis from the original investigators. Outcome data were independently checked by a second review author (CTP).

In this review, we report the results of each of the nine trials narratively. We conducted two meta-analyses of seven studies that provided postintervention offending rates using official data. Information from other sources (for example, self-report) was either missing from some studies or critical information was omitted (for example, standard deviations). We examined the immediate post-treatment effects (that is, 'first-effects') by computing odds ratios (OR) for data on proportions of each group reoffending, and assumed both fixed-effect and random-effects models in our analyses.

Main results

We have included nine studies in this review. All were part of the original systematic review; no new trials meeting eligibility criteria were identified through our updated searches. The studies were conducted in eight different states of the USA, during the years 1967 to 1992. Nearly 1000 (946) juveniles or young adults of different races participated, almost all males. The average age of the participants in each study ranged from 15 to 17 years.

Meta-analyses of seven studies show the intervention to be more harmful than doing nothing. The OR (fixed-effect) for effects on first post-treatment effect on officially measured criminal behavior indicated a negative program effect (OR 1.68, 95% confidence interval (CI) 1.20 to 2.36) and nearly identical regardless of the meta-analytic strategy (random-effects OR 1.72, 95% CI 1.13 to 2.62). Sensitivity analyses (random-effects) showed the findings were robust even when removing one study with an inadequate randomization strategy (OR 1.47, 95% CI 1.03 to 2.11), or when removing one study with high attrition (OR 1.96, 95% CI 1.25 to 3.08), or both (OR 1.68, 95% CI 1.10 to 2.58).

Authors' conclusions

We conclude that programs such as 'Scared Straight' increase delinquency relative to doing nothing at all to similar youths. Given these results, we cannot recommend this program as a crime prevention strategy. Agencies that permit such programs, therefore, must rigorously evaluate them, to ensure that they do not cause more harm than good to the very citizens they pledge to protect.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Резюме на простом языке

'Scared straight' and other juvenile awareness programs for preventing juvenile delinquency

Programs such as 'Scared Straight' involve organized visits to prison facilities by juvenile delinquents or children at risk for becoming delinquent. The programs are designed to deter participants from future offending by providing firsthand observations of prison life and interaction with adult inmates. This review, which is an update of one published in 2002, includes nine studies that involved 946 teenagers, almost all males. The studies were conducted in different parts of the USA and involved young people of different races whose average age ranged from 15 to 17 years. Results indicate that not only do these programs fail to deter crime, but they actually lead to more offending behavior. The intervention increases the odds of offending by between 1.6 to 1 and 1.7 to 1. Government officials permitting this program need to adopt rigorous evaluation efforts to ensure that they are not causing more harm to the very citizens they pledge to protect.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Резюме на простом языке

Programme « Dissuasion par la peur » et autres programmes de sensibilisation destinés aux jeunes dans la prévention de la délinquance juvénile

Contexte

Le programme « Dissuasion par la peur » et d'autres programmes similaires consistent à inviter des délinquants juvéniles ou des enfants susceptibles de sombrer dans la délinquance à visiter des établissements pénitentiaires. Ces programmes visent à décourager toute récidive des participants en leur permettant d'avoir une première expérience de la vie en prison et d'interagir avec des détenus adultes. Ces programmes sont toujours d'actualité, malgré des recherches mettant en cause leur efficacité. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée en 2002.

Objectifs

Évaluer les effets de programmes consistant à inviter des délinquants juvéniles (officiellement jugés, c'est-à-dire condamnés par un tribunal pour enfants) ou des prédélinquants (des enfants en difficulté, mais qui n'ont pas été officiellement jugés comme des délinquants) à visiter des établissements pénitentiaires afin de les dissuader de toute récidive.

Stratégie de recherche documentaire

En décembre 2011, nous avons mis à jour cette revue en effectuant des recherches dans 22 bases de données électroniques, notamment CENTRAL, MEDLINE, PsycINFO et Criminal Justice Abstracts. Nous avons également effectué des recherches dans des registres d'essais cliniques, consultés des experts, réalisés des recherches dans Google Scholar, ainsi qu'un suivi de toutes les références pertinentes.

Critères de sélection

Nous avons inclus des études examinant des programmes dans lesquels des délinquants ou des enfants exposés à la délinquance étaient invités à visiter des institutions pénitentiaires ou de réinsertion. Les études composées d'échantillons regroupant des adolescents et des jeunes adultes (par exemple : âgés de 14 à 20 ans) étaient incluses. Nous avons uniquement pris en compte celles ayant attribué ces conditions de manière aléatoire ou quasi aléatoire (c'est-à-dire, une attribution alternée des conditions) aux participants. Chaque étude devait disposer d'une condition de contrôle sans traitement et d'au moins une mesure de résultat du comportement criminel « post-visite ».

Recueil et analyse des données

Les méthodes de recherche de la revue d'origine ont généré 487 références, dont la majorité contenait des résumés. L'auteur principal de cette revue a analysé ces références dont 30 étaient des rapports d'évaluation. Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné ces références et convenu que 11 étaient des essais randomisés potentiels. Tous les rapports ont été obtenus. En inspectant les textes intégraux de ces rapports, deux auteurs de la revue ont indépendamment convenu d'exclure deux études. Par conséquent, neuf essais randomisés ont été pris en compte. L'auteur principal de la revue a extrait des données de chacun de ces neuf rapports d'étude à l'aide d'un instrument spécialement conçu à cet effet. Dans les cas où des informations sur des résultats venaient à manquer dans les rapports d'origine, nous avons essayé, par correspondance, d'obtenir des données d'analyse auprès des chercheurs d'origine. Le deuxième auteur de la revue (CTP) a indépendamment vérifié les données de résultats.

Dans cette revue, nous avons rapporté de manière narrative les résultats de chacun des neuf essais. Nous avons réalisé deux méta-analyses de sept études, indiquant des taux de récidive suite à l'intervention, à l'aide des données officielles. Des informations provenant d'autres sources, (par exemple : auto-signalées) ne figuraient pas dans certaines études ou des informations importantes étaient omises (par exemple : des écarts-types). Nous avons examiné les effets immédiats suite au traitement (c'est-à-dire, les « effets premiers »), en calculant les odds ratios (OR) des données sur les proportions de chaque groupe récidiviste, et supposé l'utilisation de modèles à effets fixes et aléatoires dans nos analyses.

Résultats principaux

Nous avons inclus neuf études dans cette revue. Toutes faisaient partie de la revue systématique d'origine ; aucun nouvel essai répondant aux critères d'éligibilité n'a été identifié dans nos recherches mises à jour. Ces études ont été réalisées dans huit États différents des États-Unis, entre 1967 et 1992. Presque 1 000 (946) adolescents ou jeunes adultes d'origines ethniques différentes ont participé, la plupart étant des garçons. L'âge moyen des participants de chaque étude variait de 15 à 17 ans.

Des méta-analyses composées de sept études montrent que l'intervention est plus dangereuse qu'inefficace. L'OR (à effets fixes) des effets concernant l'effet premier à la fin du traitement sur un comportement criminel officiellement mesuré indiquait un effet négatif du programme (OR 1,68, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,20 à 2,36) et quasi identique quelle que soit la stratégie méta-analytique utilisée (OR à effets aléatoires 1,72, IC à 95 % 1,13 à 2,62). Des analyses de sensibilité (à effets aléatoires) montraient que ces résultats étaient fiables, même en supprimant une étude utilisant une stratégie de randomisation inadaptée (OR 1,47, IC à 95 % 1,03 à 2,11) ou en supprimant une étude avec une attrition élevée (OR 1,96, IC à 95 % 1,25 à 3,08) ou les deux (OR 1,68, IC à 95 % 1,10 à 2,58).

Conclusions des auteurs

Nous concluons que les programmes, comme celui de « Dissuasion par la peur », augmentent la délinquance par rapport à l'absence d'intervention auprès de jeunes ayant un profil similaire. Au vu de ces résultats, nous ne pouvons recommander ce programme comme stratégie de prévention de la délinquance. Les agences autorisant ces programmes doivent donc rigoureusement les évaluer afin de s'assurer qu'ils ne sont pas plus dangereux qu'efficaces pour les citoyens mêmes qu'elles s'engagent à protéger.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Резюме на простом языке

Programme « Dissuasion par la peur » et autres programmes de sensibilisation destinés aux jeunes dans la prévention de la délinquance juvénile

Les programmes, comme « Dissuasion par la peur », consistent à inviter des délinquants juvéniles ou des enfants susceptibles de sombrer dans la délinquance à visiter des établissements pénitentiaires. Ces programmes visent à décourager toute récidive des participants en leur permettant d'avoir une première expérience de la vie en prison et d'interagir avec des détenus adultes. La présente revue, qui est la mise à jour d'une revue publiée en 2002, se compose de neuf études impliquant 946 adolescents, en majorité des garçons. Ces études ont été réalisées dans différentes régions des États-Unis et impliquaient des adolescents de différentes origines ethniques et dont l'âge moyen variait de 15 à 17 ans. Les résultats obtenus indiquaient que non seulement ces programmes n'avaient aucun effet dissuasif, mais aussi qu'ils aggravaient la criminalité. Ces interventions augmentent les risques de récidives de 1,6 à 1 et de 1,7 à 1. Par conséquent, les responsables gouvernementaux à l'initiative de ces programmes doivent rigoureusement les évaluer pour ne pas compromettre davantage la sécurité des citoyens mêmes qu'ils se sont engagés à protéger.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

 

Резюме на простом языке

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Резюме на простом языке

"Scared Straight” – “воспитание испугом" и другие подростковые просветительские программы для предотвращения преступности среди несовершеннолетних

Такие программы, как "Scared Straight” – “воспитание испугом" подразумевают визиты несовершеннолетних подростков и детей, имеющих риск стать правонарушителями (преступниками), в места лишения свободы (тюрьмы). Программы предназначены для удерживания участников от будущих правонарушений путем непосредственного наблюдения за тюремной жизнью и взаимодействия со взрослыми заключенными. Этот обзор является обновлением опубликованного ранее в 2002 году, включает девять исследований, вовлекших 946 подростков, практически все из которых были лицами мужского пола. Исследования проводились в разных частях США с вовлечением молодых людей различных рас, средний возраст которых колебался от 15 до 17 лет. Результаты демонстрируют, что эти программы не только не в состоянии сдерживать преступность, но они также могут привести к росту преступного поведения. Это вмешательство увеличивает шансы правонарушений в пределах между 1,6 - 1 и 1,7 - 1. Правительственным чиновникам, одобряющим подобные программы, необходимо прилагать усилия по более строгой оценке, чтобы гарантировать, что подобные программы не станут причиной вреда гражданам, которых они обязаны защищать.

Заметки по переводу

Перевод: Гамирова Римма Габдульбаровна. Редактирование: Зиганшина Лилия Евгеньевна. Координация проекта по переводу на русский язык: Казанский федеральный университет. По вопросам, связанным с этим переводом, пожалуйста, свяжитесь с нами по адресу: lezign@gmail.com