Droperidol for psychosis-induced aggression or agitation

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

People experiencing acute psychotic illnesses, especially those associated with agitated or violent behaviour, may require urgent pharmacological tranquillisation or sedation. Droperidol, a butyrophenone antipsychotic, has been used for this purpose in several countries.

Objectives

To estimate the effects of droperidol, including its cost-effectiveness, when compared to placebo, other 'standard' or 'non-standard' treatments, or other forms of management of psychotic illness, in controlling acutely disturbed behaviour and reducing psychotic symptoms in people with schizophrenia-like illnesses.

Search methods

We updated previous searches by searching the Cochrane Schizophrenia Group Register (18 December 2015). We searched references of all identified studies for further trial citations and contacted authors of trials. We supplemented these electronic searches by handsearching reference lists and contacting both the pharmaceutical industry and relevant authors.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials (RCTs) with useable data that compared droperidol to any other treatment for people acutely ill with suspected acute psychotic illnesses, including schizophrenia, schizoaffective disorder, mixed affective disorders, the manic phase of bipolar disorder or a brief psychotic episode.

Data collection and analysis

For included studies, we assessed quality, risk of bias and extracted data. We excluded data when more than 50% of participants were lost to follow-up. For binary outcomes, we calculated standard estimates of risk ratio (RR) and the corresponding 95% confidence intervals (CI). We created a 'Summary of findings' table using GRADE.

Main results

We identified four relevant trials from the update search (previous version of this review included only two trials). When droperidol was compared with placebo, for the outcome of tranquillisation or asleep by 30 minutes we found evidence of a clear difference (1 RCT, N = 227, RR 1.18, 95% CI 1.05 to 1.31, high-quality evidence). There was a clear demonstration of reduced risk of needing additional medication after 60 minutes for the droperidol group (1 RCT, N = 227, RR 0.55, 95% CI 0.36 to 0.85, high-quality evidence). There was no evidence that droperidol caused more cardiovascular arrhythmia (1 RCT, N = 227, RR 0.34, 95% CI 0.01 to 8.31, moderate-quality evidence) and respiratory airway obstruction (1 RCT, N = 227, RR 0.62, 95% CI 0.15 to 2.52, low-quality evidence) than placebo. For 'being ready for discharge', there was no clear difference between groups (1 RCT, N = 227, RR 1.16, 95% CI 0.90 to 1.48, high-quality evidence). There were no data for mental state and costs.

Similarly, when droperidol was compared to haloperidol, for the outcome of tranquillisation or asleep by 30 minutes we found evidence of a clear difference (1 RCT, N = 228, RR 1.01, 95% CI 0.93 to 1.09, high-quality evidence). There was a clear demonstration of reduced risk of needing additional medication after 60 minutes for participants in the droperidol group (2 RCTs, N = 255, RR 0.37, 95% CI 0.16 to 0.90, high-quality evidence). There was no evidence that droperidol caused more cardiovascular hypotension (1 RCT, N = 228, RR 2.80, 95% CI 0.30 to 26.49,moderate-quality evidence) and cardiovascular hypotension/desaturation (1 RCT, N = 228, RR 2.80, 95% CI 0.12 to 67.98, low-quality evidence) than haloperidol. There was no suggestion that use of droperidol was unsafe. For mental state, there was no evidence of clear difference between the efficacy of droperidol compared to haloperidol (Scale for Quantification of Psychotic Symptom Severity, 1 RCT, N = 40, mean difference (MD) 0.11, 95% CI -0.07 to 0.29, low-quality evidence). There were no data for service use and costs.

Whereas, when droperidol was compared with midazolam, for the outcome of tranquillisation or asleep by 30 minutes we found droperidol to be less acutely tranquillising than midazolam (1 RCT, N = 153, RR 0.96, 95% CI 0.72 to 1.28, high-quality evidence). As regards the 'need for additional medication by 60 minutes after initial adequate sedation, we found an effect (1 RCT, N = 153, RR 0.54, 95% CI 0.24 to 1.20, moderate-quality evidence). In terms of adverse effects, we found no statistically significant differences between the two drugs for either airway obstruction (1 RCT, N = 153, RR 0.13, 95% CI 0.01 to 2.55, low-quality evidence) or respiratory hypoxia (1 RCT, N = 153, RR 0.70, 95% CI 0.16 to 3.03, moderate-quality evidence) - but use of midazolam did result in three people (out of around 70) needing some sort of 'airway management' with no such events in the droperidol group. There were no data for mental state, service use and costs.

Furthermore, when droperidol was compared to olanzapine, for the outcome of tranquillisation or asleep by any time point, we found no clear differences between the older drug (droperidol) and olanzapine (e.g. at 30 minutes: 1 RCT, N = 221, RR 1.02, 95% CI 0.94 to 1.11, high-quality evidence). There was a suggestion that participants allocated droperidol needed less additional medication after 60 minutes than people given the olanzapine (1 RCT, N = 221, RR 0.56, 95% CI 0.36 to 0.87, high-quality evidence). There was no evidence that droperidol caused more cardiovascular arrhythmia (1 RCT, N = 221, RR 0.32, 95% CI 0.01 to 7.88, moderate-quality evidence) and respiratory airway obstruction (1 RCT, N = 221, RR 0.97, 95% CI 0.20 to 4.72, low-quality evidence) than olanzapine. For 'being ready for discharge', there was no difference between groups (1 RCT, N = 221, RR 1.06, 95% CI 0.83 to 1.34, high-quality evidence). There were no data for mental state and costs.

Authors' conclusions

Previously, the use of droperidol was justified based on experience rather than evidence from well-conducted and reported randomised trials. However, this update found high-quality evidence with minimal risk of bias to support the use of droperidol for acute psychosis. Also, we found no evidence to suggest that droperidol should not be a treatment option for people acutely ill and disturbed because of serious mental illnesses.

Résumé scientifique

Le dropéridol pour l'agressivité ou l'agitation liée à une psychose

Contexte

Les personnes souffrant de troubles psychotiques aigus, en particulier lorsque ceux-ci sont associés à un comportement agité ou violent, peuvent avoir besoin de tranquillisants ou d'une sédation. Le dropéridol, un antipsychotique de la classe des butyrophénones, a été utilisé à cet effet dans plusieurs pays.

Objectifs

Estimer les effets du dropéridol, y compris son rapport coût-efficacité, par rapport à un placebo, à d'autres traitements « standard » ou « non-standard », ou à d'autres formes de prise en charge des troubles psychotiques, pour maîtriser les agitations sévères et réduire les symptômes psychotiques chez des patients atteints de troubles schizophréniformes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mis à jour les recherches précédentes en consultant le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (18 décembre 2015). Nous avons effectué des recherches dans les références bibliographiques de toutes les études pertinentes afin d'identifier d'autres essais, et contacté les auteurs des essais. Nous avons complété ces recherches électroniques par une recherche manuelle dans les références bibliographiques et en contactant à la fois l'industrie pharmaceutique et les auteurs pertinents.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) avec des données utilisables qui comparaient le dropéridol à n'importe quel autre traitement chez les patients gravement malades potentiellement atteints de troubles psychotiques aigus, y compris de schizophrénie, de trouble schizo-affectif, de troubles affectifs mixtes, de phase maniaque du trouble bipolaire ou de crise psychotique brève.

Recueil et analyse des données

Pour les études incluses, nous avons évalué la qualité, le risque de biais et extrait les données. Les données ont été exclues lorsque plus de 50 % des participants étaient perdus de vue. Pour les résultats binaires, nous avons calculé des estimations standard du risque relatif (RR) et des intervalles de confiance à 95 % (IC). Nous avons créé un tableau « Résumé des résultats » en utilisant le système GRADE.

Résultats principaux

Nous avons identifié quatre essais pertinents à partir de la mise à jour de la recherche (la précédente version de cette revue incluait seulement deux essais). Lorsque le dropéridol était comparé à un placebo, pour le critère de jugement de la tranquillisation ou de l'endormissement au bout de 30 minutes, nous avons trouvé des preuves d'une différence nette (1 ECR, N = 227, RR 1,18, IC à 95 % 1,05 à 1,31, preuves de qualité élevée). Il y avait une démonstration claire d'une réduction du risque de recours à un médicament supplémentaire après 60 minutes dans le groupe du dropéridol (1 ECR, N = 227, RR 0,55, IC à 95 % 0,36 à 0,85, preuves de qualité élevée). Il n'y avait aucune preuve que le dropéridol entraînait plus d'arythmies cardiovasculaires (1 ECR, N = 227, RR 0,34, IC à 95 % 0,01 à 8,31, preuves de qualité modérée) ou d'obstruction des voies respiratoires (1 ECR, N = 227, RR 0,62, IC à 95 % 0,15 à 2,52, preuves de faible qualité) par rapport au placebo. Pour le critère « participants étant prêts à sortir du service », il n'y avait aucune différence claire entre les groupes (1 ECR, N = 227, RR 1,16, IC à 95 % 0,90 à 1,48, preuves de qualité élevée). Il n'y avait pas de données concernant l'état mental et les coûts.

De même, lorsque le dropéridol était comparé à l'halopéridol, pour le critère de jugement de la tranquillisation ou de l'endormissement au bout de 30 minutes, nous avons trouvé des preuves d'une différence marquée (1 ECR, N = 228, RR 1,01, IC à 95 % 0,93 à 1,09, preuves de qualité élevée). Il y avait une démonstration claire d'une réduction du risque de recours à un médicament supplémentaire après 60 minutes pour les participants dans le groupe du dropéridol (2 ECR, N = 255, RR 0,37, IC à 95 % 0,16 à 0,90, preuves de qualité élevée). Il n'y avait aucune preuve que le dropéridol entraînait plus d'hypotensions cardiovasculaires (1 ECR, N = 228, RR 2,80, IC à 95 % 0,30 à 26,49, preuves de qualité modérée) et d'hypotension/désaturation cardiovasculaire (1 ECR, N = 228, RR 2,80, IC à 95 % 0,12 à 67,98, preuves de faible qualité) que l'halopéridol. Il n'a pas été suggéré que l'utilisation du dropéridol était dangereuse. Pour l'état mental, il n'y avait aucune preuve de différence claire entre l'efficacité du dropéridol par rapport à l'halopéridol (échelle de quantification de la gravité des symptômes psychotiques, 1 ECR, N = 40, différence moyenne (DM) 0,11, IC à 95 % -0,07 à 0,29, preuves de faible qualité). Il n'y avait pas de données concernant l'utilisation des services et les coûts.

Tandis que, lorsque le dropéridol a été comparé avec le midazolam, pour le critère de jugement de la tranquillisation ou de l'endormissement au bout de 30 minutes, nous avons trouvé que le dropéridol avait un effet tranquillisant inférieur au midazolam (1 ECR, N = 153, RR 0,96, IC à 95 % 0,72 à 1,28, preuves de qualité élevée). En ce qui concerne le « besoin d'un médicament supplémentaire 60 minutes après une premier sédation adéquate », nous avons trouvé un effet (1 ECR, N = 153, RR 0,54, IC à 95 % 0,24 à 1,20, preuves de qualité modérée). En termes d'effets indésirables, nous n'avons trouvé aucune différence statistiquement significative entre les deux médicaments pour l'obstruction des voies respiratoires (1 ECR, N = 153, RR 0,13, IC à 95 % 0,01 à 2,55, preuves de faible qualité) ou l'hypoxie respiratoire (1 ECR, N = 153, RR 0,70, IC à 95 % 0,16 à 3,03, preuves de qualité modérée) - mais l'utilisation du midazolam a nécessité chez trois personnes (sur environ 70) une sorte de « prise en charge des voies respiratoires » ; ces événements ne sont pas survenus dans le groupe du dropéridol. Il n'y avait pas de données concernant l'état mental, l'utilisation des services et les coûts.

De plus, lorsque le dropéridol était comparé à l'olanzapine, pour le critère de jugement de la tranquillisation ou de l'endormissement à n'importe quel moment, nous n'avons identifié aucune différence notable entre le médicament plus ancien (le dropéridol) et l'olanzapine (par exemple au bout de 30 minutes : 1 ECR, N = 221, RR 1,02, IC à 95 % 0,94 à 1,11, preuves de qualité élevée). Il a été suggéré que les participants assignés au dropéridol ont besoin de moins de médicaments supplémentaires après 60 minutes comparés aux personnes ayant reçu de l'olanzapine (1 ECR, N = 221, RR 0,56, IC à 95 % 0,36 à 0,87, preuves de qualité élevée). Il n'y avait aucune preuve indiquant que le dropéridol entraînait plus d'arythmies cardiovasculaires (1 ECR, N = 221, RR 0,32, IC à 95 % 0,01 à 7,88, preuves de qualité modérée) et d'obstruction des voies respiratoires (1 ECR, N = 221, RR 0,97, IC à 95 % 0,20 à 4,72, preuves de faible qualité) par rapport à l'olanzapine. Pour le critère « participant étant prêt à sortir du service », il n'y avait aucune différence entre les groupes (1 ECR, N = 221, RR 1,06, IC à 95 % 0,83 à 1,34, preuves de qualité élevée). Il n'y avait pas de données concernant l'état mental et les coûts.

Conclusions des auteurs

Auparavant, l'utilisation du dropéridol était justifiée par l'expérience plutôt que par des preuves issues d'essais randomisés bien réalisés et documentés. Cependant, cette mise à jour a trouvé des preuves de bonne qualité avec peu de risques de biais permettant de soutenir l'utilisation du dropéridol pour la psychose aiguë. En outre, nous n'avons trouvé aucune preuve suggérant que le dropéridol ne devrait pas être une option de traitement pour les personnes gravement malades et agitées en raison de troubles mentaux graves.

Notes de traduction

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Plain language summary

Droperidol for psychosis-induced aggression or agitation

Is droperidol effective for managing people who are aggressive or agitated due to psychosis?

Background

People with psychosis can experience symptoms such as hallucinations (seeing or hearing things that are not there) or delusions (belief in things that are bizarre or obviously not true). These symptoms are often disturbing and frightening, and can lead to people with psychosis becoming very disturbed, violent or agitated. Droperidol is one of the medicines normally used to help calm (tranquillise) people in this situation. Previously, the use of this drug was based on results from small clinical trials with no firm conclusion regarding its effects. Larger trials were needed.

Searching

In 2015, the Information Specialist of the Cochrane Schizophrenia Group updated previous searches of their specialised register of studies. The review authors identified and screened 21 records.

Description of studies

Six randomised controlled studies are now included in the review. All the studies randomised people who were aggressive or agitated due to psychosis to receive either droperidol or placebo (a pretend medicine), haloperidol, olanzapine or midazolam. The size of the studies ranged from 40 to 221 participants. All took place in within a hospital. Four of the six studies were under two hours of duration.

Main results

Compared to placebo, droperidol was more effective at tranquillising agitated participants 30 minutes after taking it. Similar results were found for tranquillisation when droperidol was compared with haloperidol but this effect was less clear, and not evident when droperidol was compared to midazolam or olanzapine. Droperidol did not cause more side effects than the other drugs in the studies. The studies did not look at costs.

Review authors' conclusions

Although we could only include six studies, they provided high-quality evidence suggesting that droperidol is effective and can be used to control people with very disturbed and aggressive behaviours caused by psychosis.

Résumé simplifié

Le dropéridol pour l'agressivité ou l'agitation liée à une psychose

Le dropéridol est-il efficace pour la prise en charge des patients qui sont agressifs ou agités en raison d'une psychose ?

Contexte

Les personnes souffrant de psychose peuvent présenter des symptômes tels que des hallucinations (voir ou entendre des choses qui ne sont pas là) ou des délires (croire des choses qui sont étranges ou évidemment fausses). Ces symptômes sont souvent préoccupants voire effrayants et peuvent conduire les personnes souffrant de psychose à devenir très agitées ou violentes. Le dropéridol est l'un des médicaments communément utilisé pour calmer (tranquilliser) dans ces situations. L'utilisation de ce médicament était auparavant basée sur les résultats d'essais cliniques de petite taille sans conclusion définitive concernant ses effets. Des essais de plus grande taille étaient nécessaires.

Recherche

En 2015, le spécialiste de l'information du registre spécialisé du groupe Cochrane sur la schizophrénie a mis à jour les recherches précédentes de leur registre spécialisé d'études. Les auteurs de la revue ont identifié et passé au crible 21 documents.

Description des études

Six études contrôlées randomisées sont désormais incluses dans la revue. Toutes les études avaient randomisé des personnes qui ont été agressives ou agitées en raison d'une psychose pour recevoir soit du dropéridol ou un placebo (un faux médicament), de l'halopéridol, de l'olanzapine ou du midazolam. La taille des études variait de 40 à 221 participants. Toutes ont été réalisées dans un unique hôpital. Quatre des six études ont duré moins de deux heures.

Principaux résultats

Par rapport au placebo, le dropéridol était plus efficace pour tranquilliser les participants agités 30 minutes après avoir été pris. Des résultats similaires ont été observés pour la tranquillisation lorsque le dropéridol était comparé à l'halopéridol, mais cet effet était moins clair et peu marqué lorsque le dropéridol a été comparé au midazolam ou à de l'olanzapine. Le dropéridol n'a pas entraîné davantage d'effets secondaires que les autres médicaments dans les études. Les études n'ont pas étudié les coûts.

Conclusions des auteurs de la revue

Même si nous avons seulement pu inclure six études, celles-ci ont fourni des preuves de bonne qualité suggérant que le dropéridol est efficace et peut être utilisé pour maîtriser les personnes ayant des comportements très agités ou agressifs causés par une psychose.

Notes de traduction

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Laički sažetak

Droperidol za liječenje agresivnosti i uznemirenosti uzrokovanih psihozom

U ovom Cochrane sustavnom pregledu literature analizirani su dokazi iz kliničkih pokusa u kojima je analizirana učinkovitost droperidola za liječenje agresivnosti i uznemirenosti izazvanih psihozom.

Dosadašnje spoznaje

Osobe s psihozom mogu iskusiti niz simptoma, poput halucinacija (vide i čuju nešto što ne postoji) ili zabluda ( vjeruju u bizarne ili očigledno neistinite stvari). Ti simptomi često su uznemirujući i izazivaju strah, stoga mogu dovesti osobe s psihozom do stanja velike uznemirenosti, agresivnosti i agitiranosti. Droperidol je jedan od lijekova uobičajeno korištenih za umirivanje (uspavljivanje) ljudi u ovoj situaciji. Nekoć se ovaj lijek koristio na temelju rezultata malih kliničkih studija, bez čvrstih dokaza o učinkovitosti. Bila su potrebna veća istraživanja.

Pretraživanje literature

Stručnjak za informacije Cochrane shizofrenija Grupe ažurirao je prethodna pretraživanja njihovog specijaliziranog registra studija 2015. godine. Sustavnim pregledom pronađen je i proučen 21 rad koji potencijalno obrađuje ovo pitanje.

Obilježja uključenih istraživanja

Šest randomiziranih kontroliranih studija je sada uključeno u pregled. Sve su studije randomizirale pacijente, agresivne ili uznemirene zbog psihoze, na uzimanje ili droperidola ili placeba (lažnog lijeka), haloperidola, olanzapina ili midazolama. U tim je studijama bilo uključeno od 40 do 221 sudionika. Sve su provedene u bolnici. Četiri od šest studija pratile su ispitanike kraće od dva sata.

Ključni rezultati

U usporedbi s placebom, droperidol je bio učinkovitiji u umirivanju uznemirenih pacijenata 30 minuta nakon uzimanja. Slični su rezultati dobiveni za umirivanje i kada je droperidol uspoređen s haloperidolom, ali ovdje je učinak bio manje očit, u usporedbi s midazolamom i olanzapinom učinak nije bio vidljiv. Droperidol nije uzrokovao više nuspojava od ostalih lijekova korištenih u studijama. Studije nisu razmatrale troškove.

Zaključci autora

Iako smo uključili samo šest studija, pružile su dovoljno visoke razine dokaza koje upućuju da je droperidol učinkovit i može se koristiti za kontrolu poremećenog i agresivnog ponašanja uzrokovanog psihozom.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Prevela: Sanela Palić
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr