Intervention Review

You have free access to this content

Perazine for schizophrenia

  1. Stefan Leucht1,*,
  2. Bartosz Helfer1,
  3. Benno Hartung2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 15 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 17 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD002832.pub3


How to Cite

Leucht S, Helfer B, Hartung B. Perazine for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD002832. DOI: 10.1002/14651858.CD002832.pub3.

Author Information

  1. 1

    Technische Universität München Klinikum rechts der Isar, Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie, München, Germany

  2. 2

    University Hospital Duesseldorf, Institute for Legal Medicine, Duesseldorf, Germany

*Stefan Leucht, Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie, Technische Universität München Klinikum rechts der Isar, Ismaningerstrasse 22, München, 81675, Germany. Stefan.Leucht@lrz.tu-muenchen.de.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 15 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Perazine is an old phenothiazine derivative used for the treatment of people with schizophrenia and is reputed to have a low level of extrapyramidal adverse effects. As far as we are aware, its use is limited to Germany, Poland, the former Yugoslavia and the Netherlands.

Objectives

To examine the effects of perazine for those with schizophrenia or related psychoses in comparison with placebo, no treatment or other antipsychotic medications.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register, which includes relevant randomised controlled trials from the bibliographic databases Biological Abstracts, CINAHL, The Cochrane Library, EMBASE, MEDLINE, PsycLIT, LILACS, PSYNDEX, Sociological Abstracts and Sociofile. We searched the references of all included studies for further trials. We contacted pharmaceutical companies and authors of trials. We updated this search on 16th July 2012.

Selection criteria

We selected all randomised controlled trials that compared perazine with other treatments for people with schizophrenia or schizophrenia-like psychoses, or both.

Data collection and analysis

The review authors (SL, BH, BHe) independently inspected the citations and where possible abstracts and ordered papers for re-inspection and quality assessment. We independently extracted data. We calculated the risk ratio (RR) and 95% confidence interval (CI) using a random-effects model. For continuous data, we calculated mean differences (MD). We inspected all data for heterogeneity, assessed trials for risk of bias and created summary of findings tables using GRADE.

Main results

The review now includes seven trials with a total of 479 participants. In only one trial, with 95 participants, perazine appeared superior to 'active placebo' (trimipramine) at five weeks for the outcome of 'no important global improvement' (n = 95, RR 0.43 CI 0.2 to 0.8, low quality evidence), but there was no statistically significant difference in most measures of mental state. Perazine did not induce more general adverse events than placebo but more participants received at least one dose of antiparkinson medication (n = 95, RR 4.50 CI 1.0 to 19.5, very low quality evidence).

Six small trials comparing perazine with other antipsychotics, including 384 participants in total, were incompletely reported and the outcomes were presented in various ways so that meta-analysis was not possible on most occasions. In the six studies, a similar number of participants receiving perazine or comparator antipsychotics (amisulpride, haloperidol, olanzapine, ziprasidone, zotepine) left the studies early (n = 384, RR 0.97 CI 0.68 to 1.38, low quality evidence). The results on efficacy could not be meta-analysed because the authors presented their results in very different ways. No obvious differences in adverse events between perazine and other antipsychotics could be derived from the limited data. Two haloperidol comparisons did not present extrapyramidal side-effects in a way that was suitable for use in meta-analysis, but three small comparisons with the second-generation antipsychotics zotepine and amisulpride showed no higher risk of akathisia (n = 111, RR 0.31 CI 0.1 to 1.1), dyskinesia (n = 111, RR 0.47 CI 0.1 to 3.5), parkinsonism (n = 81, RR 1.21 CI 0.5 2.8) or tremor (n = 40, RR 0.80 CI 0.3 to 2.6) with perazine.

Authors' conclusions

The number, size and reporting of randomised controlled perazine trials are insufficient to present firm conclusions about the properties of this antipsychotic. It is possible that perazine is associated with a similar risk of extrapyramidal side-effects as some atypical antipsychotics but this is based on small comparisons. This should be clarified in larger, well-designed trials.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Perazine for schizophrenia

Schizophrenia is often a severe and disabling illness that affects approximately one per cent of the worldwide population. Schizophrenia has 'positive' symptoms, such as strange and fixed beliefs (delusions), as well as hearing voices and seeing things (hallucinations). Schizophrenia also has 'negative' symptoms such as apathy, loss of emotion, lack of drive and disorganisation of behaviour and thought. The degree of disability is considerable with 80% - 90% not working and up to 10% dying.

Antipsychotic drugs are the main treatment for schizophrenia, and are grouped into older drugs (first generation or ‘typical’) and newer drugs (second generation or ‘atypical’). However, antipsychotic drugs also have serious side effects, particularly movement disorders such as uncontrollable shaking, tremors, muscle stiffness, tiredness, weight gain and the inability to sit still.

Perazine is an older antipsychotic drug first introduced in the 1950s. It is suggested to have a low level of side effects (especially for movement disorders). Its use is regional and restricted to countries like Germany, Poland, the Netherlands and the former Yugoslavia.

A search for trials was carried out in July 2012. The review now includes seven studies with a total of 479 participants and assesses the effects of perazine for people with schizophrenia. Comparisons of perazine versus placebo (‘dummy’ treatment) and versus other antipsychotic drugs revealed no clear differences or superiority of perazine. However, only a handful of studies have been undertaken and the number of participants in each study was small. In addition the studies avialable were of limited quality with data for the main outcomes of interest rated as low or very low quality. As perazine is a cheap drug and there is some limited evidence that it may cause less side effects than other older antipsychotic drugs, further large scale, well designed and well-reported studies are much needed.

This plain language summary has been written by a consumer Benjamin Gray from Rethink Mental Illness,

Email: ben.gray@rethink.org.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Pérazine pour la schizophrénie

Contexte

La pérazine est un ancien dérivé de la phénothiazine utilisé dans le traitement des patients schizophrènes, et est réputée entraîner un faible taux d'effets indésirables extrapyramidaux. À notre connaissance, son utilisation est limitée à l'Allemagne, la Pologne, l'ex-Yougoslavie et aux Pays-Bas.

Objectifs

Examiner les effets de la pérazine chez les patients atteints de schizophrénie ou de psychoses de même nature par rapport à un placebo, l'absence de traitement ou d'autres médicaments antipsychotiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie, qui inclut des essais contrôlés randomisés pertinents issus des bases de données bibliographiques, Biological Abstracts, CINAHL, la Bibliothèque Cochrane, EMBASE, MEDLINE, PsycLIT, LILACS, PSYNDEX, Sociological Abstracts et Sociofile. Les références bibliographiques de toutes les études incluses ont été examinées afin d'identifier des essais supplémentaires. Nous avons contacté des sociétés pharmaceutiques et les auteurs des essais. Nous avons mis à jour cette recherche le 16 juillet 2012.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné tous les essais contrôlés randomisés comparant la pérazine à d'autres traitements chez des patients atteints de schizophrénie ou de psychoses schizophréniformes, ou les deux.

Recueil et analyse des données

Les auteurs de la revue (SL, BH, BHe) ont indépendamment examiné les références bibliographiques et lorsque cela était possible, les résumés et demandé les articles pour une réinspection et évaluation de la qualité. Nous avons extrait les données de manière indépendante. Nous avons calculé le risque relatif (RR) et l’intervalle de confiance (IC) à 95 % en utilisant un modèle à effets aléatoires. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes (DM). Nous avons examiné l'hétérogénéité de toutes les données, évalué le risque de biais des essais et créé des tableaux de résumé des résultats au moyen de la méthode GRADE.

Résultats principaux

La revue inclut désormais sept essais portant sur un total de 479 participants. Dans un seul essai, comprenant 95 participants, la pérazine semblait à cinq semaines supérieure au placebo actif (trimipramine) concernant le critère de jugement « absence d'amélioration globale importante » (n = 95, RR 0,43 IC entre 0,2 et 0,8, preuves de faible qualité) , mais il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans la plupart des mesures de l'état mental. La pérazine n'a pas entraîné plus d'événements indésirables généraux que le placebo mais davantage de participants ont reçu au moins une dose de médicament antiparkinsonien (n = 95, RR 4,50 IC entre 1,0 et 19,5, preuves de très faible qualité).

Six essais de petite taille comparant la pérazine à d'autres antipsychotiques, incluant 384 participants au total, n'étant que partiellement rapportés et les critères de jugement étant présentés de différentes manières, la méta-analyse n'a pas été possible dans la plupart des cas. Dans les six études, un nombre similaire de participants recevant de la pérazine ou des antipsychotiques comparateurs (amisulpride, l'halopéridol, l'olanzapine, la ziprasidone, la zotépine) abandonnaient les études prématurément (n = 384, RR de 0,97, IC entre 0,68 et 1,38, preuves de faible qualité). Les résultats d'efficacité n’ont pas pu être méta-analysés car les auteurs ont présenté leurs résultats de fort différentes manières. Sur la base de ces données limitées, en termes d'événements indésirables, aucune différence notable entre la pérazine et les autres antipsychotiques n'a pu être observée. Deux comparaisons à l’halopéridol n'ont pas présenté des effets secondaires extrapyramidaux de manière éligible pour utilisation dans la méta-analyse, mais trois petites comparaisons avec des antipsychotiques de deuxième génération, la zotépine et l'amisulpride, n’ont pas montré de risque plus élevé de l'akathisie (n = 111, RR 0,31 IC entre 0,1 et 1,1), de dyskinésie (n = 111, RR de 0,47, IC entre 0,1 et 3,5), de maladie de Parkinson (n = 81, RR de 1,21, IC entre 0,5 2,8) ou de tremblements (n = 40, RR de 0,80, IC entre 0,3 et 2,6) avec la pérazine.

Conclusions des auteurs

L'effectif, le nombre et la notification des essais contrôlés randomisés portant sur la pérazine sont insuffisants pour présenter des conclusions définitives concernant les propriétés de cet antipsychotique. Il est possible que la pérazine est associée à un risque d'effets secondaires extrapyramidaux similaire à celui de certains antipsychotiques atypiques, mais ceci est basé sur des comparaisons de petite taille. Cela devrait être clarifié dans des essais bien conçus, à plus grande échelle.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Pérazine pour la schizophrénie

La schizophrénie est généralement une maladie grave et invalidante qui touche environ un pour cent de la population mondiale. La schizophrénie a des symptômes dits positifs, tels que d’étranges croyances fixes et erronées (délire), ainsi que le fait d'entendre des voix et de voir des choses (hallucinations). La schizophrénie a également des symptômes dits négatifs, tels que l'apathie, la perte d'émotion, le manque d'énergie et une désorganisation du comportement et de la pensée. Le degré d'invalidité est considérable, 80 %-90 % ne travaillant pas, et jusqu'à 10 % qui meurent.

Les médicaments antipsychotiques constituent le principal traitement de la schizophrénie, et sont regroupés en médicaments anciens (première génération ou « typiques ») et en médicaments plus récents (deuxième génération ou « atypiques »). Cependant, les médicaments antipsychotiques ont également de graves effets secondaires, en particulier des troubles du mouvement, tels que des tremblements incontrôlables, des trépidations, la rigidité musculaire, la fatigue, la prise de poids et l'incapacité à rester assis.

La pérazine est un médicament antipsychotique ancien tout d'abord introduit dans les années 1950. Elle est supposée avoir un faible taux d’effets secondaires (particulièrement en ce qui concerne les troubles du mouvement). Son utilisation est régionale et se limite aux pays tels que l'Allemagne, la Pologne, les Pays-Bas et l'ex-Yougoslavie.

Une recherche d'essais a été effectuée en juillet 2012. La revue inclut désormais sept études portant sur un total de 479 participants et évalue les effets de la pérazine chez les personnes atteintes de schizophrénie. Les comparaisons de la pérazine contre des placebos (traitement fictif) et à d'autres médicaments antipsychotiques n’ont révélé aucune différence claire ou supériorité de la pérazine. Cependant, seulement une poignée d'études ont été effectuées et le nombre de participants à chacune de ces études était réduit. De plus, les études disponibles étaient de qualité approximative avec les données concernant les principaux critères d’intérêt jugées être de faible ou très faible qualité. Puisque la pérazine est un médicament bon marché et qu’il existe des preuves limitées indiquant qu'elle pourrait entraîner moins d'effets secondaires que d'autres médicaments antipsychotiques plus anciens, des études a grande échelle bien conçues et bien documentées sont absolument nécessaires.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un utilisateur, Benjamin Gray, de « Rethink Mental Illness »,

Email: ben.gray@rethink.org.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 31st July, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé