Intervention Review

You have free access to this content

Cognitive rehabilitation for attention deficits following stroke

  1. Tobias Loetscher1,
  2. Nadina B Lincoln2,*

Editorial Group: Cochrane Stroke Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 15 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD002842.pub2


How to Cite

Loetscher T, Lincoln NB. Cognitive rehabilitation for attention deficits following stroke. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD002842. DOI: 10.1002/14651858.CD002842.pub2.

Author Information

  1. 1

    Flinders University, School of Psychology, Adelaide, SA, Australia

  2. 2

    University of Nottingham, Institute of Work, Health & Organisations, Nottingham, UK

*Nadina B Lincoln, Institute of Work, Health & Organisations, University of Nottingham, International House, Jubilee Campus, Nottingham, NG8 1BB, UK. nadina.lincoln@nottingham.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Many survivors of stroke complain about attentional impairments, such as diminished concentration and mental slowness. However, the effectiveness of cognitive rehabilitation for improving these impairments is uncertain.

Objectives

To determine whether (1) people receiving attentional treatment show better outcomes in their attentional functions than those given no treatment or treatment as usual, and (2) people receiving attentional treatment techniques have a better functional recovery, in terms of independence in activities of daily living, mood and quality of life, than those given no treatment or treatment as usual.

Search methods

We searched the Cochrane Stroke Group Trials Register (October 2012), Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library October 2012), MEDLINE (1948 to October 2012), EMBASE (1947 to October 2012), CINAHL (1981 to October 2012), PsycINFO (1806 to October 2012), PsycBITE and REHABDATA (searched October 2012) and ongoing trials registers. We screened reference lists and tracked citations using Scopus.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) of cognitive rehabilitation for impairments of attention for people with stroke. The primary outcome was measures of global attentional functions, and secondary outcomes were measures of attention domains, functional abilities, mood and quality of life.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials, extracted data and assessed trial quality.

Main results

We included six RCTs with 223 participants. All six RCTs compared cognitive rehabilitation with a usual care control. Meta-analyses demonstrated no statistically significant effect of cognitive rehabilitation for persisting effects on global measures of attention (two studies, 99 participants; standardised mean difference (SMD) 0.16, 95% confidence interval (CI) -0.23 to 0.56; P value = 0.41), standardised attention assessments (two studies, 99 participants; P value ≥ 0.08) or functional outcomes (two studies, 99 participants; P value ≥ 0.15). In contrast, a statistically significant effect was found in favour of cognitive rehabilitation when compared with control for immediate effects on measures of divided attention (four studies, 165 participants; SMD 0.67, 95% CI 0.35 to 0.98; P value < 0.0001) but no significant effects on global attention (two studies, 53 participants; P value = 0.06), other attentional domains (six studies, 223 participants; P value ≥ 0.16) or functional outcomes (three studies, 109 participants; P value ≥ 0.21).

Thus there was limited evidence that cognitive rehabilitation may improve some aspects of attention in the short term, but there was insufficient evidence to support or refute the persisting effects of cognitive rehabilitation on attention, or on functional outcomes in either the short or long term.

Authors' conclusions

The effectiveness of cognitive rehabilitation remains unconfirmed. The results suggest there may be a short-term effect on attentional abilities, but future studies need to assess the persisting effects and measure attentional skills in daily life. Trials also need to have higher methodological quality and better reporting.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Cognitive rehabilitation for attention deficits following stroke

Many people have problems with attention after stroke. They are not able to concentrate for prolonged periods of time and are distractible, being unable to focus on a specific task in the presence of competing information. Cognitive rehabilitation involves providing therapeutic activities to reduce the severity of a cognitive impairment following damage to the brain. The benefit of cognitive rehabilitation for impairments of attention following stroke is unclear. Our aim was to review the effect of cognitive rehabilitation on attention, and in addition on functional abilities, mood and quality of life. We identified six randomised controlled trials that compared cognitive rehabilitation with a usual care control group for people with impairment of attention. The six studies involved 223 participants. We found a significant effect of cognitive rehabilitation on divided attention at the end of the intervention period, but there was no evidence that these benefits persisted. In addition, there was no evidence to support or refute the effect of cognitive rehabilitation for other types of attention impairment or for any effect on functional abilities, mood or quality of life. The methodological quality of the trials identified and the paucity of studies means that we cannot draw conclusions about the effect of cognitive rehabilitation for attention. More research is needed. People with attentional impairments should continue to receive stroke rehabilitation services but more research is needed to identify the specific effects of specific cognitive rehabilitation.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La réadaptation cognitive pour les déficits de l'attention suite à un AVC

Contexte

Beaucoup de victimes d'AVC se plaignent de déficits attentionnels, tels qu'une diminution de la concentration et une lenteur mentale. Cependant, l'efficacité de la réadaptation cognitive pour améliorer ces troubles est incertaine.

Objectifs

Déterminer (1) si les personnes bénéficiant d'un traitement attentionnel obtiennent de meilleurs résultats au niveau de l'attention que celles non traitées ou ayant reçu le traitement standard, et (2) si les personnes bénéficiant de techniques de traitement attentionnel ont une meilleure récupération fonctionnelle, en termes d'indépendance dans les activités de la vie quotidienne, d'humeur et de qualité de la vie, que celles non traitées ou ayant reçu le traitement standard.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (octobre 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library octobre 2012), MEDLINE (de 1948 à octobre 2012), EMBASE (de 1947 à octobre 2012), CINAHL (de 1981 à octobre 2012), PsycINFO (de 1806 à octobre 2012), PsycBITE et REHABDATA (recherche menée en octobre 2012) et dans les registres d'essais en cours. Nous avons passé au crible des bibliographies et identifié des références à l'aide de Scopus.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur la réadaptation cognitive pour les déficits de l'attention chez les victimes d'AVC. Le principal critère de résultat était les mesures des fonctions attentionnelles globales, et les critères secondaires étaient les mesures des domaines d'attention, des capacités fonctionnelles, de l'humeur et de la qualité de vie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais, extrait les données et évalué la qualité des essais de manière indépendante.

Résultats Principaux

Nous avons inclus six ECR totalisant 223 participants. Les six ECR avaient comparé la réadaptation cognitive à un contrôle de soins standard. Les méta-analyses n'ont pas montré d'effet statistiquement significatif de la réadaptation cognitive quant aux effets persistants sur les mesures globales de l'attention (deux études, 99 participants ; différence moyenne standardisée (DMS) 0,16 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,23 à 0,56 ; P = 0,41), les évaluations standardisées de l'attention (deux études, 99 participants ; P ≥ 0,08) ou les résultats fonctionnels (deux études, 99 participants ; P ≥ 0,15). En revanche, un effet statistiquement significatif a été constaté en faveur de la réadaptation cognitive en comparaison avec le contrôle pour les effets immédiats sur les mesures de fractionnement de l'attention (quatre études, 165 participants ; DMS 0,67 ; IC 95% 0,35 à 0,98 ; P <0,0001), mais aucun effet significatif sur l'attention globale (deux études, 53 participants ; P = 0,06), d'autres domaines attentionnels (six études, 223 participants ; P ≥ 0,16) ou les résultats fonctionnels (trois études, 109 participants ; P ≥ 0,21).

Ainsi, les données permettant d'assumer que la réadaptation cognitive peut améliorer à court terme certains aspects de l'attention étaient limitées, mais elles étaient insuffisantes pour étayer ou réfuter les effets durables de la réadaptation cognitive sur l'attention ou sur les résultats fonctionnels sur le court ou le long terme.

Conclusions des auteurs

L'efficacité de la réadaptation cognitive reste à confirmer. Les résultats suggèrent qu'il pourrait y avoir un effet à court terme sur les capacités d'attention, mais des études futures devront évaluer la persistance des effets et mesurer les capacités d'attention dans la vie quotidienne. La qualité méthodologique et le compte-rendu des essais devront également être améliorés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La réadaptation cognitive pour les déficits de l'attention suite à un AVC

La réadaptation cognitive pour les déficits de l'attention suite à un AVC

Beaucoup de gens ont des problèmes d'attention après un AVC. Ils ne sont pas capables de concentration prolongée et sont facilement distraits, les empêchant de se concentrer sur une tâche spécifique en présence d'autres informations. La réadaptation cognitive consiste à fournir des activités thérapeutiques pour réduire la gravité d'un déficit cognitif suite à des lésions cérébrales. L'avantage de la réadaptation cognitive pour les déficits de l'attention suite à un AVC n'est pas clairement établi. Notre objectif était d'examiner l'effet de la réadaptation cognitive sur l'attention, ainsi que sur les capacités fonctionnelles, l'humeur et la qualité de vie. Nous avons identifié six essais contrôlés randomisés comparant la réadaptation cognitive par le biais d'un groupe témoin recevant les soins habituels et comprenant des personnes atteintes d'un déficit de l'attention. Ces six études ont impliqué 223 participants. Nous avons trouvé un effet significatif de la réadaptation cognitive sur l'attention partagée à la fin de la période d'intervention, mais il n'y avait aucune preuve que ces avantages aient persisté. En outre, il n'y avait aucun élément étayant ou réfutant l'effet de la réadaptation cognitive pour d'autres formes de déficit d'attention ou un quelconque effet sur ​​les capacités fonctionnelles, l'humeur ou la qualité de vie. La qualité méthodologique des essais identifiés et la rareté des études font que nous ne pouvons pas tirer de conclusions quant à l'effet de la réadaptation cognitive pour l'attention. Des recherches supplémentaires sont nécessaires. Les personnes ayant un déficit d'attention devraient continuer à bénéficier de services de rééducation post-AVC, mais de nouvelles recherches sont nécessaires pour identifier les effets spécifiques de la réadaptation cognitive.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.