Nitric oxide donors for treating preterm labour

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

A number of tocolytics have been advocated for the treatment of threatened preterm labour in order to delay birth. The rationale is that a delay in birth may be associated with improved neonatal morbidity or mortality. Nitric oxide donors, such as nitroglycerin, have been used to relax the uterus. This review addresses their efficacy, adverse effects and influence on neonatal outcome.

Objectives

To determine whether nitric oxide donors administered in threatened preterm labour are associated with a delay in birth, adverse effects or improved neonatal outcome.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (1 December 2013).

Selection criteria

Randomised controlled trials of nitric oxide donors administered for tocolysis.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial quality and extracted data.

Main results

Twelve trials, including a total of 1227 women at risk of preterm labour, contributed data to this updated review. The methodological quality of trials was mixed; trials comparing nitric oxide donors with other types of tocolytics were not blinded and this may have had an impact on findings.

Three studies compared nitric oxide donors (glyceryl trinitrate (GTN)) with placebo. There was no significant evidence that nitric oxide donors prolonged pregnancy beyond 48 hours (average risk ratio (RR) 1.19, 95% confidence interval (CI) 0.74 to 1.90, two studies, 186 women), and although for most adverse effects there was no significant difference between groups, women in the active treatment group in one study were at higher risk of experiencing a headache. For infant outcomes there was no significant evidence that nitric oxide donors reduced the risk of neonatal death or serious morbidity (stillbirth RR 0.36, 95% CI 0.01 to 8.59, one study, 153 infants; neonatal death RR 0.43, 95% CI 0.06 to 2.89, two studies, 186 infants). One study, using a composite outcome, reported a reduced risk of serious adverse outcomes for infants in the GTN group which approached statistical significance (RR 0.29, 95% CI 0.08 to 1.00, 153 infants). Overall, these studies were underpowered to identify differences between groups for most outcomes.

When nitric oxide donors were compared with other tocolytic drugs there was no significant evidence that nitric oxide donors performed better than other tocolytics (betamimetics, magnesium sulphate, a calcium channel blocker or a combination of tocolytics) in terms of pregnancy prolongation, although nitric oxide donors appeared to be associated with a reduction in most adverse effects, apart from headache. There was no significant difference between groups for infant morbidity or mortality outcomes.

Authors' conclusions

There is currently insufficient evidence to support the routine administration of nitric oxide donors in the treatment of threatened preterm labour.

Résumé scientifique

Les donneurs d'oxyde nitrique dans le traitement du travail prématuré

Contexte

Un certain nombre de tocolytiques ont été préconisés pour empêcher le travail prématuré et retarder l'accouchement. La raison avancée pour justifier cette pratique est qu'en retardant l'accouchement, on peut améliorer la morbidité et la mortalité néonatale. Des donneurs d'oxyde nitrique tels que la nitroglycérine sont administrés pour décontracter l'utérus. La présente revue évalue leur efficacité, leurs effets et leur influence sur les résultats néonataux.

Objectifs

Déterminer si les donneurs d'oxyde nitrique administrés en cas de risque d’accouchement prématuré sont associés à un accouchement plus tardif, à des effets indésirables ou à une amélioration des résultats néonataux.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le Registre du Groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (1er décembre 2013).

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés concernant l'administration de donneurs d'oxyde nitrique à des fins de tocolyse.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment la qualité des essais et extrait les données.

Résultats principaux

Douze essais, incluant un total de 1227 femmes présentant un risque d’accouchement prématuré, ont fourni des données pour cette revue mise à jour. La qualité méthodologique des essais était variable ; les essais comparant des donneurs d'oxyde nitrique avec d'autres types de tocolytiques n'étaient pas en aveugle et cela peut avoir eu un impact sur les résultats.

Trois études comparaient des donneurs d'oxyde nitrique (trinitrate de glycéryle (TTG)) à un placebo. Il n'y avait aucune preuve significative que les donneurs d'oxyde nitrique prolongent la grossesse de plus de 48 heures (risque relatif moyen (RR) 1,19, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,74 à 1,90, 2 études, 186 femmes). Bien qu’il n'y ait eu aucune différence significative entre les groupes pour la plupart des effets indésirables, les femmes du groupe de traitement actif d’une étude avaient un risque de céphalées plus élevé. En ce qui concerne les résultats du nouveau-né, il n'y avait aucune preuve significative que les donneurs d'oxyde nitrique réduisent le risque de mortalité néonatale ou de morbidité grave (RR de mortinaissance 0,36, IC à 95 % de 0,01 à 8,59, 1 étude, 153 nourrissons ; RR de décès néonatal de 0,43, IC à 95 % de 0,06 à 2,89, 2 études, 186 nourrissons). Une étude utilisant un critère de jugement composite a rapporté un risque réduit de résultats indésirables graves pour les nourrissons dans le groupe TTG, qui était proche de la signification statistique (RR 0,29, IC à 95 % de 0,08 à 1,00, 153 nourrissons). Dans l'ensemble, ces études n'étaient pas assez puissantes pour identifier les différences entre les groupes pour la plupart des critères de jugement.

La comparaison des donneurs d'oxyde nitrique avec d'autres médicaments tocolytiques n’a apporté aucune preuve significative qu’ils soient plus efficaces que les autres tocolytiques (bêtamimétiques, sulfate de magnésium, inhibiteur des canaux calciques ou combinaison de tocolytiques) en termes de prolongation de la grossesse, bien que les donneurs de monoxyde d'azote semblent associés à une réduction de la plupart des effets indésirables, hormis les maux de tête. Il n'y avait aucune différence significative entre les groupes pour la résultats de morbidité infantile ou de mortalité néonatale.

Conclusions des auteurs

À l'heure actuelle, les preuves sont insuffisantes pour recommander l'administration systématique de donneurs d'oxyde nitrique dans le traitement des risques d’accouchement prématuré.

Plain language summary

Nitric oxide donors for the treatment of preterm labour

Preterm birth (birth before 37 weeks) increases the baby's risk of death or disability. Several drugs are available to try and slow down labour so that corticosteroid drugs can be given to help the baby's lungs mature quickly. Nitric oxide donors (glyceryl trinitrate) are drugs that may slow down contractions. They can cause headaches, low blood pressure and increased heart rate for the mother, but they might cause fewer problems than some of the other options. This review gathered the evidence on nitric oxide donors compared with no treatment and compared with other drugs to inhibit preterm labour.

We identified 12 trials involving 1227 women. We found that there is not enough evidence to show whether or not nitric oxide donors can slow down preterm labour.

Résumé simplifié

Les donneurs d'oxyde nitrique dans le traitement du travail prématuré

Un accouchement prématuré (avant 37 semaines) augmente les risques de décès ou de handicap du bébé. Plusieurs médicaments sont disponibles pour tenter de ralentir le travail afin de permettre l’administration de corticostéroïdes accélérant la maturation des poumons du bébé. Les donneurs d'oxyde nitrique (trinitrate de glycérol) sont des médicaments qui peuvent ralentir les contractions. Bien qu’ils puissent provoquer des céphalées, une baisse de la pression artérielle et une augmentation du rythme cardiaque de la mère, ils causent potentiellement moins de problèmes que les autres options de traitement. Cette revue a recueilli des données sur les donneurs de monoxyde d'azote en comparaison avec l'absence de traitement et à d'autres médicaments inhibant le travail prématuré.

Nous avons identifié 12 essais portant sur 1227 femmes. Nous n’avons pas trouvé suffisamment de preuves pour démontrer si les donneurs d'oxyde nitrique peuvent ou non ralentir le travail prématuré.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary