Intervention Review

Intravenous prostaglandin for induction of labour

  1. Murray Luckas1,
  2. Leanne Bricker2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 23 OCT 2000

Assessed as up-to-date: 31 JAN 2004

DOI: 10.1002/14651858.CD002864


How to Cite

Luckas M, Bricker L. Intravenous prostaglandin for induction of labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2000, Issue 4. Art. No.: CD002864. DOI: 10.1002/14651858.CD002864.

Author Information

  1. 1

    Mid Cheshire Hospitals NHS Trust, Leighton Hospital Department of Obstetrics & Gynaecology, Crewe, Cheshire, UK

  2. 2

    Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Liverpool, UK

*Frances J Kellie, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, The University of Liverpool, First Floor, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, L8 7SS, UK. f.kellie@liverpool.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 OCT 2000

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Intravenous prostaglandin E2 and F2 alpha can be used to induce labour, however their use is limited by unacceptable maternal side-effect profiles. This is one of a series of reviews of methods of cervical ripening and labour induction using standardised methodology.

Objectives

To determine the effects of intravenous prostaglandin for third trimester cervical ripening or induction of labour.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group Trials Register (31 January 2004) and bibliographies of relevant papers. We updated this search on 7 May 2010 and added the results to the awaiting classification section.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing intravenous prostaglandin used for third trimester cervical ripening or labour induction with placebo/no treatment or other methods listed above it on a predefined list of labour induction methods.

Data collection and analysis

A generic strategy was developed to deal with the large volume and complexity of trial data relating to labour induction. This involved a two-stage method of data extraction. The initial data extraction was done centrally.

Main results

Thirteen trials (1165 women) were included in the review.

The use of intravenous prostaglandin was associated with higher rates of uterine hyperstimulation both with changes in the fetal heart rate (relative risk (RR) 6.76, 95% confidence interval (CI) 1.23 to 37.11) and without (RR 4.25, 95% CI 1.48 to 12.24) compared to oxytocin. Use of prostaglandin was also associated with significantly more maternal side-effects (gastrointestinal, thrombophlebitis and pyrexia, RR 3.75, 95% CI 2.46 to 5.70) than oxytocin. Prostaglandin was no more likely to result in vaginal delivery than oxytocin (RR 0.85, 95% CI 0.61 to 1.18).

No significant differences emerged from subgroup analysis or from the trials comparing combination oxytocin/prostaglandin F2 alpha and oxytocin or extra-amniotic versus intravenous prostaglandin E2.

Authors' conclusions

Intravenous prostaglandin is no more efficient than intravenous oxytocin for the induction of labour but its use is associated with higher rates of maternal side-effects and uterine hyperstimulation.

No conclusions can be drawn form the comparisons of combination of prostaglandin F2 alpha and oxytocin compared to oxytocin alone or extra-amniotic and intravenous prostaglandin E2.

[Note: The two citations in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.]

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Intravenous prostaglandin for induction of labour

Inducing labour with intravenous prostaglandin is effective but has adverse effects. Induction of labour is common when continuing the pregnancy poses a greater risk to the mother or her unborn child. Prostaglandins, produced naturally by the body, can ripen the cervix and stimulate contractions. This review found that giving prostaglandins intravenously during the third trimester of pregnancy is effective in inducing labour, but is more expensive and causes more adverse effects than oxytocin (another hormone for inducing labour).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandine par intraveineuse dans le déclenchement du travail

Contexte

L'administration des prostaglandines E2 et F2 alpha par intraveineuse permet de déclencher le travail. Toutefois, leur utilisation est limitée en raison de profils d'effets secondaires inacceptables constatés chez la mère. Cette revue fait partie d'une série de revues des méthodes de maturation cervicale et de déclenchement du travail réalisées à l'aide d'une méthodologie standardisée.

Objectifs

Déterminer les effets de l'administration de prostaglandine par intraveineuse pour la maturation cervicale ou le déclenchement du travail au troisième trimestre.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 janvier 2004) et les bibliographies des articles pertinents. Nous avons mis à jour ces recherches le 7 mai 2010 et ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant l'administration de prostaglandine par intraveineuse pour la maturation cervicale ou le déclenchement du travail au troisième trimestre à un placebo/l'absence de traitement ou à d'autres méthodes susmentionnées dans une liste prédéfinie de méthodes de déclenchement du travail.

Recueil et analyse des données

Une stratégie générique a été élaborée pour traiter le volume important et la complexité des données des essais concernant le déclenchement du travail. Il s'agit d'une méthode d'extraction des données divisée en deux phases. L'extraction des données initiales a été réalisée de façon centrale.

Résultats Principaux

Treize essais (1 165 femmes) ont été inclus dans la revue.

L'administration de prostaglandine par intraveineuse était liée à une augmentation des taux d'hyperstimulation utérine avec des variations du rythme cardiaque fœtal (risque relatif (RR) 6,76, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,23 à 37,11) et sans aucune variation du rythme cardiaque fœtal (RR 4,25, IC à 95 % 1,48 à 12,24) par rapport à l'ocytocine. L'administration de prostaglandine était aussi liée à des effets secondaires plus importants chez la mère (problèmes gastrointestinaux, thrombophlébite et pyrexie, RR 3,75, IC à 95 % 2,46 à 5,70) par rapport à l'ocytocine. La prostaglandine n'était pas plus susceptible de déclencher un accouchement par voie basse que l'ocytocine (RR 0,85, IC à 95 % 0,61 à 1,18).

Aucune différence significative n'est ressortie à l'issue de cette analyse de sous-groupes ou des essais comparant l'ocytocine/prostaglandine F2 alpha et l'ocytocine ou la prostaglandine E2 administrée par voie extra-amniotique ou intraveineuse.

Conclusions des auteurs

La prostaglandine par intraveineuse n'est pas plus efficace que l'ocytocine par intraveineuse dans le déclenchement du travail, mais elle est associée à une augmentation des taux d'effets secondaires et d'hyperstimulation utérine chez la mère.

Aucune conclusion ne peut être tirée à partir de la combinaison de la prostaglandine F2 alpha et de l'ocytocine comparées à l'ocytocine seule ou à la prostaglandine E2 administrée par voie extra-amniotique et intraveineuse.

[Remarque : Les deux références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue à l'issue de leur évaluation.]

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandine par intraveineuse dans le déclenchement du travail

Prostaglandine par intraveineuse dans le déclenchement du travail

Le déclenchement du travail par l'administration de prostaglandine par intraveineuse est efficace, mais présente des effets indésirables. Cette intervention est fréquente lorsque la poursuite d'une grossesse présente des risques accrus pour la mère ou son bébé à naître. Les prostaglandines, sécrétées naturellement par l'organisme, permettent d'étirer le col de l'utérus et de stimuler les contractions. La présente revue a permis de déterminer que l'administration de prostaglandines par intraveineuse au cours du troisième trimestre de grossesse est efficace pour déclencher le travail, mais leur coût est plus onéreux et leurs effets indésirables plus nombreux par rapport à l'ocytocine (une autre hormone permettant de déclencher le travail).

Notes de traduction

Nous sommes actuellement à la recherche d'une nouvelle équipe de relecteurs pour mettre à jour la présente revue. Merci de contacter Sonja Henderson (sonjah@liv.ac.uk) si la préparation de la mise à jour vous intéresse.

Traduit par: French Cochrane Centre 6th February, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français