This is not the most recent version of the article. View current version (3 APR 2015)

Intervention Review

Vagus nerve stimulation for partial seizures

  1. Michael D Privitera1,*,
  2. Timothy T E Welty2,
  3. David D M Ficker1,
  4. Jeffrey Welge3

Editorial Group: Cochrane Epilepsy Group

Published Online: 21 JAN 2002

Assessed as up-to-date: 15 JUN 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD002896


How to Cite

Privitera MD, Welty TTE, Ficker DDM, Welge J. Vagus nerve stimulation for partial seizures. Cochrane Database of Systematic Reviews 2002, Issue 1. Art. No.: CD002896. DOI: 10.1002/14651858.CD002896.

Author Information

  1. 1

    University of Cincinnati Medical Center (525), Department of Neurology, Cincinnati, Ohio, USA

  2. 2

    Samford University, McWhorter School of Pharmacy, Birmingham, Alabama 35229, USA

  3. 3

    University of Cincinnati Medical Center, Department of Psychiatry & Center for Biostatistical Services, Cincinnati, OH, USA

*Michael D Privitera, Department of Neurology, University of Cincinnati Medical Center (525), 231 Albert B. Sabin Way, Cincinnati, Ohio, 45267-0525, USA. michael.privitera@uc.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 21 JAN 2002

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (03 APR 2015)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

This is an updated version of the original Cochrane review published in Issue 1, 2002.

Vagus nerve stimulation (VNS) has been introduced as an adjunct for treating people with seizures. The aim of this systematic review was to overview the current evidence for the effects of vagus nerve stimulation when used as an adjunctive treatment for people with drug-resistant partial epilepsy.

Objectives

To determine the effects of VNS high-level stimulation compared to low-level (presumed subtherapeutic dose) stimulation.

Search methods

We searched the Cochrane Epilepsy Group's Specialized Register (January 2010), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library Issue 1, 2010), and MEDLINE (1950 to January 2010). No language restrictions were imposed.

Selection criteria

Randomized, double-blind controlled trials of VNS comparing high and low stimulation paradigms. Studies in adults or children with drug-resistant partial seizures.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials for inclusion and extracted data. The following outcomes were assessed: (a) 50% or greater reduction in total seizure frequency; (b) treatment withdrawal (any reason); (c) adverse effects. Primary analyses were intention-to-treat. Sensitivity best and worst case analyses were also undertaken. Summary odds ratios (ORs) were estimated for each outcome.

Main results

Results of the overall efficacy analysis show that VNS stimulation using the high stimulation paradigm was significantly better than low stimulation. The overall OR (95% confidence interval (CI)) for 50% responders across all studies is 1.93 (95% CI 1.1 to 3.4). This effect did not vary substantially and remained statistically significant for both the best and worst case scenarios. Results for the outcome "withdrawal of allocated treatment" suggest that VNS is well tolerated as no significant difference was found between the high and low stimulation groups, and withdrawals were rare. Statistically significant adverse effects associated with implantation (low versus baseline) were hoarseness, cough, pain, and paresthesia. Statistically significant adverse effects associated with stimulation (high versus low) were hoarseness and dyspnea, suggesting the implantation is associated with hoarseness, but the stimulation produces additional hoarseness.

Authors' conclusions

VNS for partial seizures appears to be an effective and well tolerated treatment. Adverse effects of hoarseness, cough, pain, paresthesias, and dyspnea are associated with the treatment but appear to be reasonably well tolerated as dropouts were rare. Typical central nervous system adverse effects of antiepileptic drugs such as ataxia, dizziness, fatigue, nausea, and somnolence were not statistically significantly associated with VNS treatment.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Vagus nerve stimulation for partial seizures

Vagus nerve stimulator is a device that is effective as add-on treatment for drug-resistant partial epilepsy.

Epilepsy is a disorder where recurrent seizures are caused by abnormal electrical discharges from the brain. Most seizures can be controlled by a single antiepileptic drug but sometimes seizures are drug-resistant. The review of trials found that vagus nerve stimulation is effective when used with one or more antiepileptic drugs to reduce the number of seizures for people with drug-resistant partial epilepsy. Adverse effects were hoarseness, cough, and neck pain. More research is needed to compare this treatment to antiepileptic drugs currently available.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stimulation du nerf vague pour le traitement des crises épileptiques partielles

Contexte

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 1 en 2002.

La stimulation du nerf vague (SNV) a été introduite en tant que traitement complémentaire chez les patients présentant des crises épileptiques. L'objectif de cette revue systématique était d'examiner les preuves actuellement disponibles concernant les effets de la stimulation du nerf vague en tant que traitement complémentaire chez les patients atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments.

Objectifs

Déterminer les effets d'une stimulation SNV d'intensité élevée versus faible (dose sous-thérapeutique présumée).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (janvier 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane, numéro 1, 2010) et MEDLINE (1950 à janvier 2010). Aucune restriction de langue n'a été imposée.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés en double aveugle portant sur la SNV et comparant une stimulation d'intensité élevée à une stimulation de faible intensité. Les études portant sur des adultes ou des enfants présentant des crises épileptiques partielles résistantes aux médicaments.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure et extrait des données de façon indépendante. Les critères de jugement suivants ont été évalués: (a) réduction d'au moins 50 % de la fréquence totale des crises épileptiques ; (b) arrêt prématuré du traitement (n'importe quelle raison) ; (c) effets indésirables. Les analyses primaires ont été effectuées en intention de traiter. Des analyses de sensibilité basées sur la méthode du cas le plus défavorable/favorable ont également été effectuées. Les rapports des cotes résumés ont été estimés pour chaque critère de jugement.

Résultats Principaux

Les résultats de l'analyse d'efficacité globale montrent que la stimulation SNV d'intensité élevée est significativement plus efficace que la stimulation de faible intensité. Le rapport des cotes global (intervalle de confiance (IC) à 95 %) pour un taux de réponse de 50 % dans toutes les études est de 1,93 (IC à 95 %, entre 1,1 et 3,4). Cet effet ne présentait pas de variation substantielle et demeurait statistiquement significatif dans l'analyse du cas le plus défavorable et le plus favorable. Les résultats pour le critère de jugement de l'arrêt prématuré du traitement assigné suggèrent que la SNV est bien tolérée, car aucune différence significative n'était observée entre les groupes de la stimulation d'intensité élevée et faible, et que les arrêts prématurés étaient rares. Les effets indésirables statistiquement significatifs associés à l'implantation (faible intensité versus conditions à l'inclusion) étaient un enrouement, de la toux, des douleurs et une paresthésie. Les effets indésirables statistiquement significatifs associés à la stimulation (élevée versus faible) étaient un enrouement et une dyspnée, ce qui suggérait que l'implantation était associée à un enrouement, mais que la stimulation entraînait une aggravation de cet effet indésirable.

Conclusions des auteurs

La SNV semble être un traitement efficace et bien toléré dans les crises épileptiques partielles. Des effets indésirables (enrouement, toux, douleurs, paresthésie et dyspnée) sont associés au traitement, mais semblent raisonnablement bien tolérés car les sorties d’étude étaient rares. Les effets indésirables des antiépileptiques affectant typiquement le système nerveux central, tels que l'ataxie, les étourdissements, la fatigue, les nausées et la somnolence, ne présentaient pas d'association statistiquement significative avec le traitement SNV.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stimulation du nerf vague pour le traitement des crises épileptiques partielles

Stimulation du nerf vague pour le traitement des crises épileptiques partielles

Le stimulateur du nerf vague est un appareil efficace en traitement d'appoint de l'épilepsie partielle résistante aux médicaments.

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes causées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. La plupart des crises épileptiques sont contrôlées à l'aide d'un seul médicament antiépileptique, mais certaines crises sont résistantes aux médicaments. La revue des essais a observé que la stimulation du nerf vague combinée à un ou plusieurs antiépileptiques était efficace pour réduire le nombre de crises chez les patients atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments. Les effets indésirables étaient un enrouement, de la toux et des douleurs cervicales. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de comparer ce traitement aux antiépileptiques actuellement disponibles.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.