Intervention Review

Nutrition support for bone marrow transplant patients

  1. Susan M Murray1,*,
  2. Sima Pindoria2

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 21 JAN 2009

Assessed as up-to-date: 30 APR 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD002920.pub3

How to Cite

Murray SM, Pindoria S. Nutrition support for bone marrow transplant patients. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 1. Art. No.: CD002920. DOI: 10.1002/14651858.CD002920.pub3.

Author Information

  1. 1

    Royal College of Physicians, London, UK

  2. 2

    Institute of Child Health, Centre for Paediatric Epidemiology and Biostatistics, London, UK

*Susan M Murray, Royal College of Physicians, London, UK. suzdmurray@aol.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 21 JAN 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

This is an update of the original Cochrane review published in Issue 2, 2002. Bone marrow transplantation involves administration of toxic chemotherapy and infusion of marrow cells. After treatment, patients can develop poor appetite, mucositis and gastrointestinal failure, leading to malnutrition. To prevent this, parenteral nutrition (PN) support is often first choice but is associated with increased risk of infection. Enteral nutrition (EN) is an alternative, as is addition of substrates.

Objectives

To determine efficacy of EN or PN support for patients receiving bone marrow transplant.

Search methods

Search of The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE and CINAHL in November 2000 and subsequently June 2006.

Selection criteria

RCTs that compared one form of nutrition support with another, or control, for bone marrow transplant patients.

Data collection and analysis

Twenty nine studies were identified. Data were collected on participants' characteristics; adverse effects; neutropaenia; % change in body weight; graft versus host disease; and survival.

Main results

In two studies (82 participants) glutamine mouthwash reduced number of days patients were neutropenic (6.82 days, 95%CI (1.67 to 11.98) P = 0.009) compared with placebo. Three studies reported (103 participants) that patients receiving PN with glutamine had reduced hospital stay, 6.62 d (95%CI 3.47 to 9.77, P = 0.00004) compared with patients receiving standard PN. However, in the update a further study was added (147 participants) which altered the pooled results: duration in hospital may be increased for those who receive PN with additional glutamine - 0.22 days (95%CI (1.29 to 1.72). Two other studies reported that (73 participants) patients receiving PN plus glutamine had reduced incidence of positive blood cultures (OR 0.23, 95%CI 0.08 to 0.65, P = 0.006) compared to those receiving standard PN. However, a study from the update (113 participants in total) showed the odds of having a positive blood culture have increased but are still less likely if the patient receives PN with glutamine compared to standard PN (OR 0.46, 95%CI 0.20 to 1.04). When patients were given PN versus IV hydration, (25 participants) patients receiving PN had a higher incidence of line infections (OR 21.23, 95%CI 4.15 to 108.73, P = 0.0002) compared to those receiving standard IV fluids. The update identified one study which recognised that (55 participants) those who received IV were likely to spend less time in hospital, 3.30 days (95%CI -0.38 to 6.98, P = 0.08), although this result was not significant. As reported in the original review there remains no evaluable data to properly compare PN with EN.

Authors' conclusions

In this update an additional study that compared PN and Glutamine versus standard PN showed that the certain benefits of parenteral nutrition with added glutamine compared to standard PN for reducing hospital stay are no longer definite. When PN with glutamine is compared with standard PN, patients may not leave hospital earlier, but do have reduced incidence of positive blood cultures, than those receiving standard PN. Where possible use of intravenous fluids and oral diet should be considered as a preference to parenteral nutrition, however, in the event of a patient suffering severe gastrointestinal failure even with a trial of enteral feeding, PN with the addition of glutamine could be considered.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Nutritional support for patients who have had a bone marrow transplant

Bone marrow transplant patients can experience prolonged poor appetite with vomiting and diarrhoea. Malnutrition is a consequence. To prevent this, patients can receive nutritious fluids orally or via a nasogastric tube, or intravenously as parenteral nutrition. The benefits of either route are unclear. Studies were found that compared these interventions but missing data prevents proper assessment of the benefits. However, the limited data available indicates that when patients undergo bone marrow transplantation and are given intravenous fluids and are encouraged to have an oral diet they are less likely to experience infections and are more likely to go home earlier than if they are given standard parenteral nutrition routinely. In the event that patients nutritional intake is inadequate because of an inadequate oral intake or because they are unable to tolerate tube feeding and are given parenteral nutrition with added glutamine they are likely to have less infections but may not necessarily leave hospital earlier.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Soutien nutritionnel chez les patients se soumettant à une greffe de moelle osseuse

Contexte

Cette revue est une mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 2, 2002. La greffe de moelle osseuse implique l'administration de chimiothérapie toxique et la perfusion de cellules médullaires. Après le traitement, les patients peuvent développer une perte d'appétit, des mucosites et une défaillance gastro-intestinale, ce qui entraîne leur dénutrition. Pour éviter cela, un soutien de nutrition parentérale (NP) est souvent le premier recours employé, mais elle est associée à un risque d'infection. La nutrition entérale (NE) est une alternative, tout comme l'ajout de substrats.

Objectifs

Déterminer l'efficacité du soutien de NE ou NP pour les patients recevant une greffe de moelle osseuse.

Stratégie de recherche documentaire

Recherche dans la bibliothèque Cochrane, MEDLINE, EMBASE et CINAHL en novembre 2000, puis en juin 2006.

Critères de sélection

ECR comparant une forme de soutien nutritionnel et une autre, ou un groupe témoin, pour les patients recevant une greffe de moelle osseuse.

Recueil et analyse des données

Vingt-neuf études ont été identifiées. Les données recueillies portaient sur les caractéristiques des participants ; les effets indésirables ; la neutropénie ; le pourcentage de modification du poids corporel ; la réaction du greffon contre l'hôte ; et la survie.

Résultats Principaux

Dans deux études (82 participants) une eau buccale à base de glutamine a réduit le nombre de jours durant lesquels les patients étaient neutropéniques (6,82 jours, IC à 95%(1,67 à 11,98) P = 0,009) par rapport au placebo. Trois études (103 participants) ont rapporté que les patients recevant la NP avec glutamine avaient un séjour hospitalier plus court, 6,62 jours (IC à 95% entre 3,47 et 9,77, P = 0,00004) que les patients recevant la NP standard. Cependant, dans la mise à jour, une étude supplémentaire ayant été ajoutée (147 participants) a modifié les résultats combinés : le séjour hospitalier peut être augmenté pour les participants recevant la NP et de la glutamine -0,22 jours (IC à 95% entre 1,29 et 1,72). Deux autres études (73 participants) ont rapporté que les patients recevant la NP plus de la glutamine avaient une incidence réduite de cultures sanguines positives (RC 0,23, IC à 95 % entre 0,08 et 0,65, P = 0,006) par rapport aux patients recevant la NP standard. Cependant une étude de la mise à jour (113 participants au total) a montré que les risques d'avoir une culture sanguine positive avaient augmenté, mais qu'ils étaient tout de même moins probables si le patient recevait la NP avec de la glutamine, par rapport à la NP standard (RC 0,46, IC à 95% entre 0,20 et 1,04). Lorsque les patients recevaient la NP versus hydratation IV (25 participants), les patients recevant la NP avaient une incidence supérieure d'infections (RC 21,23, IC à 95% entre 4,15 et 108,73, P = 0,0002) par rapport aux patients recevant les liquides IV standard. La mise à jour a identifié une étude (55 participants) reconnaissant que les personnes traitées par voie IV étaient susceptibles de passer moins de temps à l'hôpital, 3,30 jours (IC à 95% -0,38 à 6,98, P = 0,08) bien que ce résultat ne soit pas significatif. Comme l'indique la revue initiale, il reste des données non évaluables pour comparer correctement la NP et la NE.

Conclusions des auteurs

Dans cette mise à jour une étude supplémentaire comparant la NP et la glutamine versus la NP standard montrait que certains bénéfices de la nutrition parentérale avec de la glutamine par rapport à la NP standard pour réduire le séjour hospitalier ne sont plus définitifs. Si la NP avec glutamine est comparée à la NP standard, les patients n'ont pas toujours un séjour hospitalier plus court, mais présentent une réduction de l'incidence de cultures sanguines positives, par rapport aux patients recevant la NP standard. Lorsque cela est possible, l'utilisation de liquides intraveineux et de régime oral doit être envisagée avant la nutrition parentérale ; cependant, si le patient souffre de défaillance gastro-intestinale grave, même avec un essai de nutrition entérale, la NP avec glutamine devrait être envisagée.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Soutien nutritionnel chez les patients se soumettant à une greffe de moelle osseuse

Soutien nutritionnel pour les patients recevant une greffe de moelle osseuse

Les patients se soumettant à une greffe de moelle osseuse peuvent ressentir une perte d'appétit prolongée accompagnée de vomissements et de diarrhée. La dénutrition est une conséquence de ce phénomène. Pour l'éviter, les patients peuvent recevoir des liquides nutritifs, oralement ou par sondage naso-gastrique, ou encore par voie intraveineuse en tant que nutrition parentérale. Les bénéfices de ces différentes voies n'ont pas été établis clairement. Des études comparant ces interventions ont été identifiées, mais les données manquantes n'ont pas permis une évaluation correcte des bénéfices. Cependant, les données disponibles limitées indiquent que lorsque les patients reçoivent une greffe de moelle osseuse et prennent des liquides par voie intraveineuse tout en était encouragés à suivre un régime oral, ils sont moins propices à être victimes d'infections et plus susceptibles de rentrer chez eux plus précocement, que s'ils ne prennent que la nutrition parentérale standard. Si la prise nutritionnelle des patients est inadaptée, en raison d'une prise orale inadaptée ou parce qu'ils ne tolèrent pas l'alimentation par sondage et qu'ils reçoivent une nutrition parentérale avec un ajout de glutamine, ils sont susceptibles d'avoir moins d'infections, mais ne quittent pas nécessairement l'hôpital plus tôt.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th April, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français