Intervention Review

Formula versus donor breast milk for feeding preterm or low birth weight infants

  1. Maria Quigley1,*,
  2. William McGuire2

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 22 APR 2014

Assessed as up-to-date: 31 MAR 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD002971.pub3

How to Cite

Quigley M, McGuire W. Formula versus donor breast milk for feeding preterm or low birth weight infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 4. Art. No.: CD002971. DOI: 10.1002/14651858.CD002971.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Oxford, National Perinatal Epidemiology Unit, Oxford, UK

  2. 2

    Hull York Medical School & Centre for Reviews and Dissemination, University of York, York, Y010 5DD, UK

*Maria Quigley, National Perinatal Epidemiology Unit, University of Oxford, Old Road Campus, Oxford, 0X3 7LF, UK. Maria.Quigley@npeu.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 22 APR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

When sufficient maternal breast milk is not available, alternative sources of enteral nutrition for preterm or low birth weight infants are donor breast milk or artificial formula. Donor breast milk may retain some of the non-nutritive benefits of maternal breast milk for preterm or low birth weight infants. However, feeding with artificial formula may ensure more consistent delivery of optimal levels of nutrients. Uncertainty exists about the balance of risks and benefits of feeding formula versus donor breast milk for preterm or low birth weight infants.

Objectives

To determine the effect of feeding with formula compared with donor breast milk on growth and development in preterm or low birth weight infants.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL 2014, Issue 3), MEDLINE (1966 to March 2014), EMBASE (1980 to March 2014), CINAHL (1982 to March 2014), conference proceedings and previous reviews.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised controlled trials comparing feeding with formula versus donor breast milk in preterm or low birth weight infants.

Data collection and analysis

We extracted data using the standard methods of the Cochrane Neonatal Group, with separate evaluation of trial quality and data extraction by two review authors.

Main results

Nine trials, in which 1070 infants participated, fulfilled the inclusion criteria. Four trials compared standard term formula versus donor breast milk and five compared nutrient-enriched preterm formula versus donor breast milk. Only the two most recent trials used nutrient-fortified donor breast milk. The trials contain various methodological quality weaknesses, specifically uncertainty about adequate allocation concealment methods in three trials and lack of blinding in most of the trials.

Formula-fed infants had higher in hospital rates of increase in weight [mean difference (MD): 2.58 (95% confidence interval (CI) 1.98 to 3.71) g/kg/day], length [MD 1.93 (95% CI 1.23 to 2.62) mm/week] and head circumference [MD 1.59 (95% CI 0.95 to 2.24) mm/week]. We did not find evidence of an effect on post-discharge growth rates or neurodevelopmental outcomes. Formula feeding increased the risk of necrotising enterocolitis: typical risk ratio 2.77 (95% CI 1.40 to 5.46); risk difference 0.04 (95% CI 0.02 to 0.07).

Authors' conclusions

In preterm and low birth weight infants, feeding with formula compared with donor breast milk results in a higher rate of short-term growth but also a higher risk of developing necrotising enterocolitis. Limited data on the comparison of feeding with formula versus nutrient-fortified donor breast milk are available. This limits the applicability of the findings of this review as nutrient fortification of breast milk is now a common practice in neonatal care. Future trials may compare growth, development and adverse outcomes in infants who receive formula milk versus nutrient-fortified donor breast milk given as a supplement to maternal expressed breast milk or as a sole diet.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Formula milk versus donor breast milk for feeding preterm or low birth weight infants

When a mother's own breast milk is not available for feeding her preterm or low birth weight infant, the alternatives are either formula or expressed breast milk from a donor mother ('donor breast milk'). This review of nine randomised controlled trials suggests that feeding with formula increases short-term growth rates, but is associated with a higher risk of developing the severe gut disorder called 'necrotising enterocolitis'. There is no evidence of an effect on longer-term growth or on development. Further trials that compare these two strategies are needed. These should probably compare formula adapted for preterm infants with donor breast milk supplemented with extra nutrients.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Le lait maternisé versus le don de lait maternel pour l'alimentation des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance

Contexte

Lorsque la quantité de lait maternel disponible n'est pas suffisante, les sources alternatives de nutrition entérale des nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance sont les donneuses de lait maternel et le lait maternisé artificiel. Pour les nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance, le lait maternel de donneuses pourrait conserver certains des effets bénéfiques non-nutritionnels du lait maternel de la mère. Cependant, une alimentation au lait maternisé artificiel pourrait assurer une fourniture plus constante de nutriments à un niveau optimal. Il existe une incertitude sur la balance risques-bénéfices de l'alimentation au lait maternisé versus au lait maternel de donneuses pour les nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance.

Objectifs

Déterminer l'effet de l'alimentation au lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuses sur la croissance et le développement des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2014, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à mars 2014), EMBASE (de 1980 à mars 2014), CINAHL (de 1982 à mars 2014), les actes de congrès et les revues précédentes.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant l'alimentation au lait maternisé versus au lait maternel de donneuses chez les nourrissons prématurés ou de faible poids de naissance.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données en utilisant les méthodes standard du groupe Cochrane sur la néonatologie, avec une évaluation séparée de la qualité des essais et l'extraction des données par deux auteurs de la revue.

Résultats Principaux

Neuf essais, avec 1070 nourrissons, remplissaient les critères d'inclusion. Quatre essais comparaient une préparation ordinaire de lait maternisé versus du lait maternel de donneuses et cinq comparaient du lait maternisé pour prématurés enrichi en nutriments versus du lait de donneuses de lait maternel. Seuls les deux essais les plus récents ont utilisé du lait de donneuses enrichi en nutriments. Les essais comportaient plusieurs faiblesses dans leur qualité méthodologique, spécifiquement des incertitudes quant à une méthode adéquate d’assignation secrète dans trois essais et un manque de masquage dans la plupart des essais.

Les nourrissons alimentés par du lait maternisé présentaient, à l'hôpital, des taux plus élevés d'augmentation de leur poids [différence moyenne (DM) : 2,58 (intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,98 à 3,71) g/kg/jour], de leur taille [DM de 1,93 (IC à 95 % 1,23 à 2,62) mm/semaine] et de leur périmètre crânien [DM de 1,59 (IC à 95 % 0,95 à 2,24) mm/semaine]. Nous n'avons pas trouvé de preuves d'un effet sur le devenir après la sortie d’hôpital en termes de croissance ou de neurodéveloppement. L’alimentation au lait maternisé a augmenté le risque d’entérocolite nécrosante : risque relatif typique de 2,77 (IC à 95 % 1,40 à 5,46); différence de risques 0,04 (IC à 95 % 0,02 à 0,07).

Conclusions des auteurs

Chez les prématurés et les nourrissons de faible poids de naissance, l'alimentation au lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuses a pour résultat un taux plus élevé de la croissance à court terme mais également un risque plus élevé de développer une entérocolite nécrosante. Seules des données limitées sur la comparaison de l'alimentation au lait maternisé versus au lait maternel de donneuses enrichi en nutriments sont disponibles. Cela limite l'applicabilité des résultats de cette revue car l'enrichissement en nutriments du lait maternel est désormais une pratique courante dans les soins néonataux. De futurs essais pourraient comparer la croissance, le développement et les résultats indésirables chez les nourrissons recevant du lait maternisé versus du lait maternel de donneuses enrichi en nutriments administré sous la forme d'un supplément au lait maternel de la mère ou comme régime alimentaire unique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Le lait maternisé versus le don de lait maternel pour l'alimentation des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance

Le lait maternisé versus le don de lait maternel pour l'alimentation des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance

Lorsque le propre lait d’une mère n’est pas disponible pour l'alimentation de son nouveau-né prématuré ou de faible poids de naissance, les méthodes alternatives sont soit le lait maternisé soit le lait maternel issu d’une donneuse (« lait maternel de donneuses »). Cette revue de neuf essais contrôlés randomisés suggère que l'alimentation au lait maternisé augmente les taux de croissance à court terme, mais est associée à un risque plus élevé de développer une grave maladie intestinale appelée « entérocolite nécrosante ». Il n'existe aucune preuve d'un effet sur la croissance à plus long terme ou sur le développement. D'autres essais comparant ces deux stratégies sont nécessaires. Ces essais devraient probablement comparer du lait maternisé adapté pour les nouveau-nés prématurés à du lait maternel de donneuses enrichi en nutriments.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 31st July, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé