Get access

Self-management education for patients with chronic obstructive pulmonary disease

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

There is great interest in chronic obstructive pulmonary disease (COPD) and the associated large burden of disease. COPD is characterised by frequent day by day fluctuations, and repetitive clinical exacerbations are typical. Self-management is a term applied to educational programmes aimed at teaching skills needed to carry out medical regimens specific to the disease, guide health behaviour change, and provide emotional support for patients to control their disease and live functional lives. In COPD, the value of self-management education is not yet clear. The first Cochrane review about self-management was published in 2003. It was intended to shed light on the effectiveness of self-management programmes in COPD and the relative efficacy of their constitutive elements. No conclusions about the effectiveness of self-management could be drawn because of the large variation in outcome measures used in the limited number of included studies. This article describes the first update of this review.

Objectives

The objective of this review was to assess the settings, methods and efficacy of COPD self-management education programmes on health outcomes and use of health care services.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group trial register, MEDLINE (January 1985 to January 2006), reference lists, and abstracts of medical conferences.

Selection criteria

Controlled trials (randomised and non-randomised) of self-management education in patients with COPD. Studies focusing mainly on pulmonary rehabilitation and studies without usual care as a control group were excluded.

Data collection and analysis

Two reviewers independently assessed study quality and extracted data. Investigators were contacted for additional information.

Main results

The reviewers included 15 group comparisons drawn from 14 trials. They assessed a broad-spectrum of interventions and health outcomes with different follow-up times. Meta-analyses could often not appropriately be performed because of heterogeneity among studies. The studies showed a significant reduction in the probability of at least one hospital admission among patients receiving self-management education compared to those receiving usual care (OR 0.64; 95% CI (0.47 to 0.89)). This translates into a one year NNT ranging from 10 (6 to 35) for patients with a 51% risk of exacerbation, to an NNT of 24 (16 to 80) for patients with a 13% risk of exacerbation. On the disease specific SGRQ, differences reached statistical significance at the 5% level on the total score (WMD -2.58; 95% CI (-5.14 to -0.02)) and impact domain (WMD -2.83; 95% CI (-5.65 to -0.02)), but these difference did not reach the clinically relevant improvement of 4 points. A small but significant reduction was detected in dyspnoea measured with the BORG-scale (WMD -0.53; 95% CI (-0.96 to -0.10)). No significant effects were found either in number of exacerbations, emergency department visits, lung function, exercise capacity, and days lost from work. Inconclusive results were observed in doctor and nurse visits, on symptoms other than dyspnoea, the use of courses of oral corticosteroids and antibiotics, and the use of rescue medication.

Authors' conclusions

It is likely that self-management education is associated with a reduction in hospital admissions with no indications for detrimental effects in other outcome parameters. This would in itself already be enough reason for recommending self-management education in COPD. However, because of heterogeneity in interventions, study populations, follow-up time, and outcome measures, data are still insufficient to formulate clear recommendations regarding the form and contents of self-management education programmes in COPD. There is an evident need for more large RCTs with a long-term follow-up, before more conclusions can be drawn.

Résumé scientifique

Formation à l'autogestion pour les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive

Contexte

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) suscite beaucoup d'intérêt en raison du fardeau que représente la maladie. La BPCO se caractérise par des fluctuations quotidiennes fréquentes et des exacerbations cliniques répétées. L'autogestion est un terme appliqué aux programmes de formation visant à permettre aux patients d'acquérir les compétences nécessaires pour suivre des régimes de traitement spécifiques à la maladie, orienter des changements de comportement en matière de santé et offrir un soutien émotionnel aux patients pour leur permettre de contrôler leur maladie et de mener une vie fonctionnelle. La valeur de la formation à l'autogestion n'est pas clairement établie dans la BPCO. La première revue Cochrane examinant l'autogestion a été publiée en 2003. L'intention était d'établir l'efficacité des programmes d'autogestion dans la BPCO et de déterminer l'efficacité relative de leurs éléments constitutifs. Compte tenu de la grande variabilité des mesures de résultats utilisées et du nombre limité d'études incluses, nous ne sommes pas en mesure de tirer des conclusions concernant l'efficacité de l'autogestion. Cet article décrit la première mise à jour de cette revue.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'évaluer les environnements, les méthodes et l'efficacité des programmes de formation à l'autogestion de la BPCO en termes de résultats cliniques et d'utilisation des services de santé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, MEDLINE (janvier 1985 à janvier 2006), les références bibliographiques et les actes de conférences médicales.

Critères de sélection

Les essais contrôlés (randomisés et non randomisés) portant sur la formation à l'autogestion chez des patients atteints de BPCO. Les études qui examinaient principalement la réhabilitation pulmonaire et celles qui n'utilisaient pas les soins habituels dans le groupe témoin ont été exclues.

Recueil et analyse des données

Deux évaluateurs ont évalué la qualité des études et extrait les données de manière indépendante. Des investigateurs ont été contactés afin d'obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux

Les évaluateurs ont inclus 15 comparaisons issues de 14 essais. Ils ont évalué un large éventail d'interventions et de résultats cliniques avec différentes périodes de suivi. Dans de nombreux cas, les méta-analyses n'ont pas pu être réalisées correctement en raison de l'hétérogénéité des études. Les études indiquaient une réduction significative du risque d'être hospitalisé au moins une fois pour les patients ayant suivi une formation à l'autogestion par rapport aux patients ayant reçu des soins habituels (rapport des cotes de 0,64 ; IC à 95 % (entre 0,47 et 0,89)). Cela se traduit par un NST à un an allant de 10 (6 à 35) pour les patients présentant un risque d'exacerbation de 51 % à 24 (16 à 80) pour les patients présentant un risque d'exacerbation de 13 %. Dans le SGRQ spécifique à la maladie, les différences atteignaient un niveau statistiquement significatif à 5 % du score total (DMP de -2,58 ; IC à 95 % (entre -5,14 et -0,02)) et du score d'impact (DMP de -2,83 ; IC à 95 % (-5,65 à -0,02)), mais cette différence n'atteignait pas le niveau d'amélioration cliniquement significative de 4 points. Une petite réduction significative était détectée pour la dyspnée mesurée sur l'échelle de Borg (DMP de -0,53 ; IC à 95 % (entre -0,96 et -0,10)). Aucun effet significatif n'était observé concernant le nombre d'exacerbations, les visites aux urgences, la fonction pulmonaire, la capacité d'exercice et les jours d'absence au travail. Des résultats non concluants ont été observés concernant les visites chez un médecin ou un infirmier, les symptômes autres que la dyspnée, l'utilisation de corticoïdes oraux ou d'antibiotiques et l'utilisation d'un médicament de secours.

Conclusions des auteurs

La formation à l'autogestion est probablement associée à une réduction des admissions à l'hôpital sans signe d'effets adverses sur d'autres paramètres de résultats. À elle seule, cette réduction est suffisante pour recommander la formation à l'autogestion dans la BPCO. Néanmoins, en raison de l'hétérogénéité des interventions, des populations étudiées, des périodes de suivi et des mesures de résultats, les données sont insuffisantes pour formuler des recommandations définitives concernant la forme et le contenu des programmes de formation à l'autogestion dans la BPCO. De toute évidence, d'autres ECR à grande échelle avec un suivi à long terme sont nécessaires avant de pouvoir tirer d'autres conclusions.

Plain language summary

Self-management education for patients with chronic obstructive pulmonary disease

Chronic obstructive pulmonary disease (COPD) is characterised by frequent day by day fluctuations and repeated severe exacerbations are common. The idea of self-management is to teach patients the skills needed to carry out medical regimens specific to COPD, guide health behaviour change, and provide emotional support for patients to control their disease. It is not clear, however, what the influence of self-management education is in patients with COPD. The medical literature was systematically searched for studies assessing the effects of self-management education in COPD. Self-management reduces hospital admissions. However, because of heterogeneity in interventions, study populations, follow-up time, and outcome measures, data are still insufficient to formulate clear recommendations regarding the form and contents of self-management education programmes in COPD. There is an evident need for more large RCTs with a long-term follow-up, before more conclusions can be drawn.

Résumé simplifié

Formation à l'autogestion pour les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) se caractérise par des fluctuations quotidiennes fréquentes et des exacerbations sévères répétées. L'objectif de l'autogestion est de permettre aux patients d'acquérir les compétences nécessaires pour suivre des régimes de traitement spécifiques à la BPCO, orienter des changements de comportement en matière de santé et offrir un soutien émotionnel aux patients afin de contrôler leur maladie. Les effets de la formation à l'autogestion chez les patients atteints de BPCO sont cependant incertains. Une recherche systématique a été effectuée dans la littérature médicale afin d'identifier des études évaluant les effets de la formation à l'autogestion dans la BPCO. L'autogestion réduit les admissions à l'hôpital. Néanmoins, en raison de l'hétérogénéité des interventions, des populations étudiées, des périodes de suivi et des mesures de résultats, les données sont insuffisantes pour formuler des recommandations définitives concernant la forme et le contenu des programmes de formation à l'autogestion dans la BPCO. De toute évidence, d'autres ECR à grande échelle avec un suivi à long terme sont nécessaires avant de pouvoir tirer d'autres conclusions.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary