Intervention Review

Inhaled corticosteroids for stable chronic obstructive pulmonary disease

  1. Ian A Yang1,2,*,
  2. Melissa S Clarke3,
  3. Esther HA Sim4,
  4. Kwun M Fong1,2

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 11 JUL 2012

Assessed as up-to-date: 29 JUL 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD002991.pub3

How to Cite

Yang IA, Clarke MS, Sim EHA, Fong KM. Inhaled corticosteroids for stable chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 7. Art. No.: CD002991. DOI: 10.1002/14651858.CD002991.pub3.

Author Information

  1. 1

    The Prince Charles Hospital, Department of Thoracic Medicine, Brisbane, QLD, Australia

  2. 2

    The University of Queensland, School of Medicine, Brisbane, Australia

  3. 3

    Royal Brisbane and Women's Hospital, Department of Medicine, Brisbane, Australia

  4. 4

    Royal Brisbane and Women's Hospital, Department of Radiation Oncology, Cancer Care Services, Herston, QLD, Australia

*Ian A Yang, Ian_Yang@health.qld.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 11 JUL 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

The role of inhaled corticosteroids (ICS) in chronic obstructive pulmonary disease (COPD) has been the subject of much controversy. Major international guidelines recommend selective use of ICS. Recently published meta-analyses have reported conflicting findings on the effects of inhaled steroid therapy in COPD.

Objectives

To determine the efficacy and safety of inhaled corticosteroids in stable patients with COPD, in terms of objective and subjective outcomes.

Search methods

A pre-defined search strategy was used to search the Cochrane Airways Group Specialised Register for relevant literature. Searches are current as of July 2011.

Selection criteria

We included randomised trials comparing any dose of any type of inhaled steroid with a placebo control in patients with COPD. Acute bronchodilator reversibility to short-term beta2-agonists and bronchial hyper-responsiveness were not exclusion criteria. The a priori primary outcome was change in lung function. We also analysed data on mortality, exacerbations, quality of life and symptoms, rescue bronchodilator use, exercise capacity, biomarkers and safety.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial quality and extracted data. We contacted study authors for additional information. We collected adverse effects information from the trials.

Main results

Fifty-five primary studies with 16,154 participants met the inclusion criteria. Long-term use of ICS (more than six months) did not consistently reduce the rate of decline in forced expiratory volume in one second (FEV1) in COPD patients (generic inverse variance analysis: mean difference (MD) 5.80 mL/year with ICS over placebo, 95% confidence interval (CI) -0.28 to 11.88, 2333 participants; pooled means analysis: 6.88 mL/year, 95% CI 1.80 to 11.96, 4823 participants), although one major trial demonstrated a statistically significant difference. There was no statistically significant effect on mortality in COPD patients (odds ratio (OR) 0.98, 95% CI 0.83 to 1.16, 8390 participants). Long-term use of ICS reduced the mean rate of exacerbations in those studies where pooling of data was possible (generic inverse variance analysis: MD -0.26 exacerbations per patient per year, 95% CI -0.37 to -0.14, 2586 participants; pooled means analysis: MD -0.19 exacerbations per patient per year, 95% CI -0.30 to -0.08, 2253 participants). ICS slowed the rate of decline in quality of life, as measured by the St George's Respiratory Questionnaire (MD -1.22 units/year, 95% CI -1.83 to -0.60, 2507 participants). Response to ICS was not predicted by oral steroid response, bronchodilator reversibility or bronchial hyper-responsiveness in COPD patients. There was an increased risk of oropharyngeal candidiasis (OR 2.65, 95% CI 2.03 to 3.46, 5586 participants) and hoarseness. In the long-term studies, the rate of pneumonia was increased in the ICS group compared to placebo, in studies that reported pneumonia as an adverse event (OR 1.56, 95% CI 1.30 to 1.86, 6235 participants). The long-term studies that measured bone effects generally showed no major effect on fractures and bone mineral density over three years.

Authors' conclusions

Patients and clinicians should balance the potential benefits of inhaled steroids in COPD (reduced rate of exacerbations, reduced rate of decline in quality of life and possibly reduced rate of decline in FEV1) against the potential side effects (oropharyngeal candidiasis and hoarseness, and risk of pneumonia).

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Inhaled steroids for stable chronic obstructive pulmonary disease

Steroid preventer medications given by inhaler ('inhaled steroids') help to reduce inflammation in the air passages of people with asthma. However, it is uncertain whether these medications are beneficial in people with chronic obstructive pulmonary disease (COPD, i.e. chronic bronchitis or emphysema or both).

We undertook a systematic review of the benefits and safety of inhaled steroids for people with COPD. Our review analysed the effects on breathing capacity, death rates, frequency of flare-ups ('exacerbations'), quality of life and side effects.

Pooling of the data from the 55 trials with 16,154 people showed that there was no consistent long-term benefit in the rate of decline in breathing capacity. Death rates were unchanged. Inhaled steroids were beneficial in slowing down the rate of decline in quality of life and reducing the frequency of exacerbations. Inhaled steroids increased the risk of side effects including thrush (candida) infection in the mouth and hoarseness, and the rate of pneumonia.

In deciding whether to use this treatment, consumers and health professionals should weigh up the benefits (reduced rate of exacerbations, reduced decline in quality of life and possible reduction in the rate of decline of breathing capacity) against the side effects (mouth thrush, hoarseness and increased risk of developing pneumonia).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Corticostéroïdes inhalés pour la broncho-pneumopathie chronique obstructive stable

Contexte

Le rôle des corticostéroïdes inhalés (CSI) dans la broncho-pneumonie chronique obstructive (BPCO) a fait l'objet de nombreuses controverses. Les principales directives internationales recommandent une utilisation sélective des CSI. Les méta-analyses publiées récemment ont signalé des résultats contradictoires concernant les effets du traitement aux stéroïdes inhalés dans la BPCO.

Objectifs

Déterminer l'efficacité et l'innocuité des corticostéroïdes inhalés chez les patients stables atteints de BPCO en termes de critères de jugement objectifs et subjectifs.

Stratégie de recherche documentaire

Une stratégie de recherche prédéfinie a été utilisée pour effectuer une recherche de littérature pertinente dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires. Ces recherches sont en cours depuis juillet 2011.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais randomisés comparant une dose quelconque de tout type de stéroïde inhalé à un témoin sous placebo chez des patients atteints de BPCO. La réversibilité aiguë sous bronchodilatateurs aux bêta-2 agonistes à courte durée d'action et l'hyperréactivité bronchique n'ont pas été des critères d'exclusion. Le critère de jugement principal était le changement de la fonction pulmonaire. Nous avons également analysé les données sur la mortalité, les exacerbations, la qualité de vie et les symptômes, l'utilisation de bronchodilatateurs de secours, la capacité d'effort, les biomarqueurs et la sécurité.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données de manière indépendante. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Dans les essais, nous avons recueilli des informations sur les effets indésirables.

Résultats Principaux

Cinquante-cinq études primaires, portant sur 16 154 participants, répondaient aux critères d'inclusion. L'utilisation à long terme de CSI (plus de six mois) n'a pas réduit de manière constante le taux de déclin du volume expiratoire maximal seconde (VEMS ) chez les patients atteints de BPCO (analyse générale de la variance inverse : différence moyenne (DM) 5,80 mL/an avec CSI par rapport au placebo, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,28 à 11,88, 2 333 participants ; analyse globale des moyennes : 6,88 mL/an, IC à 95 % 1,80 à 11,96, 4 823 participants), même si un essai important a démontré une différence statistiquement significative. Aucun effet statistiquement significatif sur la mortalité n'a été observé chez les patients atteints de BPCO (rapport de cotes (RC) 0,98, IC à 95 % 0,83 à 1,16, 8 390 participants). Une utilisation à long terme des CSI a réduit le taux moyen d'exacerbations dans les études dans lesquelles le regroupement de données était possible (analyse générique de la variance inverse : DM -0,26 exacerbations par patient par an, IC à 95 % -0,37 à -0,14, 2 586 participants ; analyse globale des moyennes : DM -0,19 exacerbations par patient par an, IC à 95 % -0,30 à -0,08, 2 253 participants). Les CSI ont ralenti le taux de déclin de la qualité de vie, selon les mesures du Questionnaire respiratoire St George (DM -1,22 unités/an, IC à 95 % -1,83 à -0,60, 2 507 participants). La réponse aux CSI n'a pas été prévue par la réponse aux stéroïdes oraux, la réversibilité aux bronchodilatateurs ou l'hyperréactivité bronchique chez les patients atteints de BPCO. Il a été observé un risque accru de candidose oropharyngée (RC 2,65, IC à 95 % 2,03 à 3,46, 5 586 participants) et d'enrouement. Dans les études à long terme, le taux de pneumonies a augmenté dans le groupe des CSI comparé au placebo, dans les études qui signalaient la pneumonie comme un événement indésirable (RC 1,56, IC à 95 % 1,30 à 1,86, 6 235 participants). Les études à long terme qui mesuraient les effets sur les os ne démontraient en général aucun effet majeur sur les fractures et la densité minérale osseuse sur trois ans.

Conclusions des auteurs

Les patients et les cliniciens doivent évaluer les bénéfices potentiels des stéroïdes inhalés dans la BPCO (taux réduit d'exacerbations, taux réduit de déclin de la qualité de vie et possibilité de réduction du taux de déclin de la VEMS ) par rapport aux effets secondaires potentiels (candidose oropharyngée et enrouement, et risque de pneumonie).

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Corticostéroïdes inhalés pour la broncho-pneumopathie chronique obstructive stable

Stéroïdes inhalés pour la broncho-pneumopathie chronique obstructive stable

Les médicaments préventifs à base de stéroïdes administrés par inhalateur (« stéroïdes inhalés ») facilitent la réduction de l'inflammation des passages d'air chez les personnes souffrant d'asthme. Cependant, on ignore si ces médicaments sont bénéfiques chez les personnes atteintes de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO, c'est-à-dire bronchite chronique ou emphysème, ou les deux).

Nous avons réalisé une revue systématique des bénéfices et de la sécurité des stéroïdes inhalés pour les personnes atteintes de BPCO. Notre revue a analysé les effets sur la capacité respiratoire, le taux de mortalité, la fréquence des poussées (« exacerbations »), la qualité de vie et les effets secondaires.

Le regroupement des données issues de 55 essais portant sur 16 154 personnes a montré qu'il n'existait aucun bénéfice constant à long terme concernant le taux de déclin de la capacité respiratoire. Les taux de mortalité sont restés inchangés. Les stéroïdes inhalés ont été bénéfiques pour le ralentissement du taux de déclin de la qualité de vie et la réduction de la fréquence des exacerbations. Les stéroïdes inhalés ont augmenté le risque d'effets secondaires, notamment de mycoses (candida), d'infection de la bouche et d'enrouement, ainsi que le taux de pneumonie.

En choisissant d'utiliser ou non ce traitement, les consommateurs et les professionnels de la santé doivent évaluer les bénéfices (taux d'exacerbations réduit, déclin réduit de la qualité de vie et réduction éventuelle du taux de déclin de la capacité respiratoire) par rapport aux effets secondaires (mycose buccale, enrouement et risque accru de développement d'une pneumonie).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français