Rehabilitation after lumbar disc surgery

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Raymond WJG Ostelo,

    Corresponding author
    1. VU University, Department of Health Sciences, EMGO Institute for Health and Care Research, Amsterdam, Netherlands
    • Raymond WJG Ostelo, Department of Health Sciences, EMGO Institute for Health and Care Research, VU University, PO Box 7057, Amsterdam, 1007 MB, Netherlands. r.ostelo@vumc.nl.

    Search for more papers by this author
  • Leonardo Oliveira Pena Costa,

    1. The George Institute for International Health, Faculty of Medicine, The University of Sydney, Australia, Sydney, Australia
    Search for more papers by this author
  • Christopher G. Maher,

    1. The George Institute of International Health, Musculoskeletal Division, Sydney, NSW, Australia
    Search for more papers by this author
  • Henrica CW de Vet,

    1. VU University Medical Center, Department of Epidemiology and Biostatistics, EMGO Institute for Health and Care Research, Amsterdam, Netherlands
    Search for more papers by this author
  • Maurits W van Tulder

    1. VU University, Department of Health Sciences, Faculty of Earth and Life Sciences, Amsterdam, Netherlands
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Several rehabilitation programs are available for individuals after lumbar disc surgery.

Objectives

To evaluate the effects of active rehabilitation for adults after first-time lumbar disc surgery.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library 2007, Issue 2) and MEDLINE, EMBASE, CINAHL and PsycINFO to May 2007.

Selection criteria

We only included randomised controlled trials (RCTs).

Data collection and analysis

Pairs of review authors independently assessed studies for eligibility and risk of bias. A meta-analysis was performed with clinically homogeneous studies. The GRADE approach was used to determine the quality of evidence.

Main results

Fourteen studies were included, seven of which had a low risk of bias. Most programs were only assessed in one study. Statistical pooling was only completed for three comparisons in which exercises were started four to six weeks post-surgery: exercise programs versus no treatment, high versus low intensity exercise programs, and supervised versus home exercises.

There is low quality evidence (three RCTS, N = 122) that exercises are more effective than no treatment for pain at short-term follow-up (WMD -11.13; 95% CI -18.44 to -3.82) and moderate evidence (two RCTs, N = 102) that they are more effective for functional status on short-term follow-up (WMD -6.50; 95% CI -9.26 to -3.74). None of the studies reported that exercises increased the re-operation rate.

There is low quality evidence (two RCTs, N =103) that high intensity are slightly more effective than low intensity exercise programs for pain in the short term (WMD -10.67; 95% CI -17.04 to -4.30) and moderate evidence (two RCTs, N = 103) that they are more effective for functional status in the short term (SMD -0.77; 95% CI -1.17 to -0.36).

There is low quality evidence (three RCTS, N = 95) that there were no significant differences between supervised and home exercises for short-term pain relief (SMD -1.12; 95% CI -2.77 to 0.53) or functional status (three RCTs, N = 95; SMD -1.17; 95% CI -2.63 to 0.28).

Authors' conclusions

Exercise programs starting four to six weeks post-surgery seem to lead to a faster decrease in pain and disability than no treatment. High intensity exercise programs seem to lead to a faster decrease in pain and disability than low intensity programs. There were no significant differences between supervised and home exercises for pain relief, disability, or global perceived effect. There is no evidence that active programs increase the re-operation rate after first-time lumbar surgery.

Résumé

La rééducation après chirurgie discale lombaire

Contexte

Plusieurs programmes de rééducation existent pour les personnes ayant fait l'objet d'une chirurgie discale lombaire.

Objectifs

Évaluer les effets de la rééducation active chez l'adulte suite à une première intervention de chirurgie discale lombaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons cherché dans CENTRAL (The Cochrane Library 2007, numéro 2), MEDLINE, EMBASE, CINAHL et PsycINFO jusqu'à mai 2007.

Critères de sélection

Nous avons inclus uniquement des essais contrôlés randomisés (ECR).

Recueil et analyse des données

L'éligibilité et le risque de biais de chaque étude ont été évalués indépendamment par deux auteurs. Une méta-analyse a été effectuée pour les études cliniquement homogènes. L'approche GRADE a été utilisée pour déterminer la qualité des données.

Résultats Principaux

Quatorze études ont été incluses, dont sept avaient un faible risque de biais. La plupart des programmes n'avaient été évalués que dans une étude. Nous n'avons pu effectuer de regroupement statistique que pour trois comparaisons dans lesquelles des exercices avaient débutés quatre à six semaines après l'opération : programmes d'exercice versus absence de traitement, programmes d'exercice très intensifs versus peu intensifs et exercices supervisés versus à domicile.

Il y a des preuves de qualité médiocre (trois ECR, N = 122) que les exercices sont plus efficaces à court terme que l'absence de traitement pour ce qui est de la douleur (DMP -11,13 ; IC à 95 % -18,44 à -3,82) et des preuves de qualité modérée (deux ECR, N = 102) qu'ils sont plus efficaces à court terme pour l'état fonctionnel (DMP -6,50 ; IC à 95 % -9,26 à -3,74). Aucune des études n'avait rapporté que les exercices avaient élevé le taux de ré-opération.

Il y a des preuves de qualité médiocre (deux ECR, N = 103) que les programmes d'exercice très intensifs sont légèrement plus efficaces à court terme que les programmes peu intensifs pour ce qui est de la douleur (DMP -10,67 ; IC à 95 % -17,04 à -4,30) et des preuves de qualité modérée (deux ECR, N = 103) qu'ils sont plus efficaces à court terme pour l'état fonctionnel (DMS -0,77 ; IC à 95 % -1,17 à -0,36).

Il y a des preuves de qualité médiocre (trois ECR, N = 95) qu'il n'y avait pas de différences significatives entre les exercices supervisés et ceux à domicile pour le soulagement de la douleur à court terme (MDS -1,12 ; IC à 95 % -2,77 à 0,53) ou l'état fonctionnel (trois ECR, N = 95 ; MDS -1,17 ; IC à 95 % -2,63 à 0,28).

Conclusions des auteurs

Les programmes d'exercice débutant quatre à six semaines après l'opération semblent conduire à une diminution plus rapide de la douleur et de l'invalidité que l'absence de traitement. Les programmes d'exercice très intensifs semblent conduire à une diminution plus rapide de la douleur et de l'invalidité que les programmes peu intensifs. Il n'y avait pas de différences significatives entre les exercices supervisés et ceux à domicile pour le soulagement de la douleur, l'invalidité ou l'effet global perçu. Il n'existe aucune preuve que les programmes actifs élèvent le taux de ré-opération après une première intervention de chirurgie lombaire.

Plain language summary

Rehabilitation after lumbar disc surgery

A prolapsed lumbar disc (also called a 'slipped' or 'herniated' disc) is thought to be the most common cause of sciatica (pain or numbness spreading over the buttocks or legs caused by a 'pinched' or compressed nerve in the lower back). Many patients are treated effectively by a combination of non-surgical measures such as medication or physiotherapy. However, patients with persistent symptoms often have surgery.  While 60% to 90% of patients will improve after surgery, some will continue to have symptoms. It is estimated that 3% to 12% of patients who have disc surgery will develop another prolapsed disc and most of these patients will have surgery again. 

Active treatment programs, such as physiotherapy, in which the patient is an active participant, and advice to return to normal activities, including work, as soon as possible after surgery are common approaches.

This updated review evaluated the effectiveness of various active treatment programs for patients who had lumbar disc surgery for the first time. The review authors included 14 randomised controlled trials with 1927 participants between the ages of 18 and 65 years. Most commonly, treatment started four to six weeks after surgery, but this ranged from two days to 12 months. There was also considerable variation in the content, duration and intensity of the treatments. Most of the treatments were only assessed in one trial and their results are presented in the full review.

For programs that started four to six to six weeks after surgery, the review authors were able to pool the results for three comparisons:  
- Patients who participated in exercise programs reported a slightly less short-term pain and disability than those who received no treatment.
- Patients who participated in high intensity programs reported slightly less short-term pain and disability than those in low intensity programs.
- Those in supervised exercise programs reported little or no difference in pain and disability than those in home exercise programs.

None of the included studies reported that active programs increased the rate of repeated surgery, nor did the evidence suggest that patients should restrict their activities after lumbar disc surgery. However, limitations in the methods of half of the trials suggest the results should be read with caution.

The evidence does not tell us whether all patients should be treated after surgery or only those who still have symptoms four to six weeks later.

Résumé simplifié

La rééducation après chirurgie discale lombaire

La rééducation après chirurgie discale lombaire

La protrusion discale lombaire (également appelé « hernie discale ») est considérée comme la cause la plus fréquente de sciatique (une douleur ou un engourdissement s'étendant sur les fesses ou les jambes, causé par un nerf pincé ou comprimé dans le bas du dos). Beaucoup de patients sont traités efficacement par une combinaison de mesures non chirurgicales comme les médicaments ou la physiothérapie. Cependant, les patients présentant des symptômes persistants nécessitent souvent une intervention chirurgicale. Alors que 60 % à 90 % des patients se porteront mieux après l'opération, certains continueront à souffrir de symptômes. On estime que 3 % à 12 % des patients qui subissent une chirurgie discale développeront une autre protrusion discale et la plupart de ceux-ci auront à nouveau besoin d'une opération.

Les programmes de traitement actif, tels que la physiothérapie, dans lesquels le patient participe activement, et le conseil de revenir aux activités normales, travail compris, dès que possible après l'opération sont des approches courantes.

Cette revue mise à jour a évalué l'efficacité de divers programmes de traitement actif pour les patients ayant fait l'objet d'une chirurgie discale lombaire pour la première fois. Les auteurs ont inclus 14 essais contrôlés randomisés totalisant 1 927 participants âgés de 18 à 65 ans. Le plus souvent, le traitement avait débuté quatre à six semaines après l'opération, mais cela variait de deux jours à 12 mois. Il y avait aussi des variations considérables dans le contenu, la durée et l'intensité des traitements. La plupart des traitements n'avaient été évalués que dans un essai et leurs résultats sont présentés dans la revue intégrale.

Pour les programmes qui commençaient quatre à six semaines après l'opération, les auteurs de la revue ont été en mesure de regrouper les résultats pour trois comparaisons :  
- Les patients ayant participé à des programmes d'exercice avaient fait état d'un peu moins de douleur et d'invalidité à court terme que ceux qui n'avaient reçu aucun traitement.
- Les patients ayant participé à des programmes de forte intensité avaient fait état de légèrement moins de douleur et d'invalidité à court terme que ceux des programmes de faible intensité.
- La douleur et l'invalidité rapportées par ceux des programmes d'exercice supervisés étaient peu ou pas différentes de celles signalées par les participants aux programmes d'exercices à domicile.

Aucune des études incluses n'avait signalé que les programmes actifs élevaient le taux de ré-opération, et les résultats ne suggéraient pas qu'après une intervention de chirurgie discale lombaire les patients doivent restreindre leurs activités. Les résultats doivent toutefois être lus avec prudence en raison des limitations méthodologiques constatées dans la moitié des essais.

Les résultats ne nous disent pas s'il convient de traiter tous les patients après l'opération ou seulement ceux chez qui des symptômes persistent quatre à six semaines plus tard.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary