Techniques for the interruption of tubal patency for female sterilisation

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Female sterilisation is the most popular contraceptive method worldwide. Several techniques are described in the literature, however only few of them are commonly used and properly evaluated.

Objectives

To compare the different tubal occlusion techniques in terms of major and minor morbidity, failure rates (pregnancies), technical failures and difficulties, and women's and surgeons' views.

Search methods

Originally MEDLINE and The Cochrane Controlled Trials Register were searched. For the 2010 update, searches of Popline, Lilacs, Pubmed and The Cochrane Controlled Trials Register were performed. Reference lists of identified trials were searched.

Selection criteria

All randomised controlled trials comparing different techniques for tubal sterilisation, regardless of the route of Fallopian tube access or the method of anaesthesia.

Data collection and analysis

Trials under consideration were evaluated for methodological quality and appropriateness for inclusion. Nine relevant studies were included and the results were stratified in five groups: tubal ring versus clip, modified Pomeroy versus electrocoagulation, tubal ring versus electrocoagulation, modified Pomeroy versus Filshie clip and Hulka versus Filshie clip. Results are reported as odds ratio for dichotomous outcomes and weighted mean differences for continuous outcomes.

Main results

Tubal ring versus clip: Minor morbidity was higher in the ring group (Peto OR 2.15; 95% CI 1.22, 3.78). Technical difficulties were found less frequent in the clip group ( Peto OR 3.87; 95% CI 1.90, 7.89). There was no difference in failure rates between the two groups (Peto OR 0.70; 95% CI 0.28, 1.76).
Pomeroy versus electrocoagulation: Women undergoing modified Pomeroy technique had higher major morbidity than those with the electrocoagulation technique (Peto OR 2.87; 95% CI 1.13, 7.25). Postoperative pain was more frequent in the Pomeroy group (Peto OR 3.85; 95% CI 2.91, 5.10).
Tubal ring versus electrocoagulation: Post operative pain was more frequently reported in the tubal ring group. No pregnancies were reported.
Pomeroy versus Filshie clip: In the only trial comparing the two interventions only one pregnancy was reported in the Pomeroy group after follow-up for 24 months.
No differences were found when comparing Hulka versus Filshie clip in the only study that compared these two devices.

Authors' conclusions

Electrocoagulation was associated with less morbidity including post-operative pain when compared with the modified Pomeroy and tubal ring methods, despite the risk of burns to the small bowel. The small sample size and the relative short period of follow-up in these studies limited the power to show clinical or statistical differences for rare outcomes such as failure rates. Aspects such as training, costs and maintenance of the equipment may be important factors in deciding which method to choose.

Résumé scientifique

Techniques d'interruption de la perméabilité tubaire pour la stérilisation féminine

Contexte

La stérilisation féminine est la méthode de contraception la plus répandue au monde. Plusieurs techniques sont décrites dans la littérature, mais peu d'entre elles sont couramment utilisées et correctement évaluées.

Objectifs

Comparer les différentes techniques d'occlusion tubaire en termes de morbidité mineure et majeure, de taux d'échec (grossesses), d'échecs techniques et de difficultés, en incluant le point de vue des femmes et des chirurgiens.

Stratégie de recherche documentaire

À l'origine, MEDLINE et le registre Cochrane des essais contrôlés ont été consultés. Pour la mise à jour 2010, des recherches ont été effectuées dans Popline, Lilacs, Pubmed et le registre Cochrane des essais contrôlés. Les références bibliographiques des essais identifiés ont fait l'objet d'une recherche.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés comparant les différentes techniques de stérilisation tubaire, que ce soit avec un accès par voie hystéroscopique ou sous anesthésie.

Recueil et analyse des données

Nous avons évalué la qualité méthodologique et l'éligibilité à l'inclusion des essais considérés. Neuf études pertinentes ont été incluses et les résultats ont été répartis en cinq groupes : anneau tubaire contre clip, méthode de Pomeroy modifiée contre électrocoagulation, anneau contre électrocoagulation, méthode de Pomeroy contre clips de Filshie et clips de Filshie contre clips de Hulka. Les résultats sont présentés sous forme de rapport de cotes pour les résultats dichotomiques et de différences moyennes pondérées pour les résultats continus.

Résultats principaux

Anneau tubaire contre clip : la morbidité mineure était plus élevée dans le groupe des anneaux (RC Peto 2,15 ; IC à 95 % entre 1,22 et 3,78). Les difficultés techniques étaient moins fréquentes dans le groupe des clips (RC Peto 3,87 ; IC à 95 % entre 1,90 et 7,89). Il n'y avait pas de différence dans les taux d'échec entre les deux groupes (RC Peto 0,70 ; IC à 95 % entre 0,28 et 1,76).
Méthode Pomeroy contre électrocoagulation : les femmes ayant recours à la technique de Pomeroy modifiée présentaient une morbidité majeure plus élevée que celles ayant choisi l'électrocoagulation (RC Peto 2,87 ; IC à 95 % entre 1,13 et 7,25). La douleur postopératoire était plus fréquente dans le groupe de la méthode Pomeroy (RC Peto 3,85 ; IC à 95 % entre 2,91 et 5,10).
Anneau tubaire contre électrocoagulation : la douleur postopératoire était plus fréquente dans le groupe des anneaux tubaires. Aucune grossesse n'a été signalée.
Méthode Pomeroy contre clip de Filshie : dans le seul essai comparant ces deux interventions, une seule grossesse a été rapportée dans le groupe de la méthode Pomeroy avec un recul de 24 mois.
Aucune différence n'a été relevée par rapport aux clips de Hulka et aux clips de Filshie dans la seule étude comparant ces deux dispositifs.

Conclusions des auteurs

Comparée à la méthode Pomeroy et aux anneaux tubaires, l'électrocoagulation a été associée à une morbidité moindre, notamment en termes de douleur postopératoire, malgré le risque de brûlures de l'intestin grêle. La petite taille de l'échantillon et la période de suivi relativement courte de ces études n’ont pas permis de mettre en évidence des différences cliniques ou statistiques pour les résultats rares tels que les taux d'échec. Certains aspects tels que la formation des praticiens, les coûts et l’entretien de l'équipement peuvent être des facteurs importants dans le choix de la méthode à adopter.

Plain language summary

Effective techniques for tubal sterilisation (blocking the fallopian tubes) include cutting, tying, clips, rings and electric current, but their comparative effectiveness is not clear.

Tubal sterilisation prevents pregnancy by stopping the woman's unfertilised egg (ovum) passing through the fallopian tubes where it can be fertilised by sperm. Techniques to close the tubes include cutting and tying, blocking mechanically by using clips or rings, blocking by applying electric current, and blocking by using chemicals or tubal micro inserts that cause tubal scarring. The review of trials found that all techniques are effective in preventing pregnancy, with few adverse effects. There is too little evidence to which technique is most effective. Pregnancy after tubal sterilisation is less likely if an experienced practitioner has performed the procedure.

Résumé simplifié

Les techniques efficaces de stérilisation tubaire (occlusion des trompes de Fallope) incluent la section, la ligature, les clips, les anneaux tubaires et l'électrocoagulation. Leur efficacité comparative n'est cependant pas clairement établie.

La stérilisation tubaire évite la grossesse en empêchant l’ovule non fécondé de passer dans les trompes de Fallope, où il peut être fécondé par un spermatozoïde. Les techniques d'occlusion des trompes comprennent la coupe et la ligature, l'occlusion mécanique par le biais de clips ou d'anneaux tubaires, l'occlusion par électrocoagulation et l'occlusion par l'utilisation de produits chimiques ou de micro-implants qui entraînent une fibrose tubaire. La revue des essais a mis en évidence que toutes ces techniques étaient efficaces pour empêcher la grossesse et présentaient peu d'effets secondaires. Les preuves sont toutefois insuffisantes pour déterminer laquelle de ces techniques est la plus efficace. Le risque de grossesse survenant après une stérilisation tubaire est moins grand si l’intervention a été réalisée par un praticien expérimenté.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux