Intervention Review

Angiotensin receptor blockers for heart failure

  1. Balraj S Heran1,*,
  2. Vijaya M Musini1,
  3. Ken Bassett1,
  4. Rod S Taylor2,
  5. James M Wright1

Editorial Group: Cochrane Heart Group

Published Online: 18 APR 2012

Assessed as up-to-date: 14 DEC 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD003040.pub2

How to Cite

Heran BS, Musini VM, Bassett K, Taylor RS, Wright JM. Angiotensin receptor blockers for heart failure. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 4. Art. No.: CD003040. DOI: 10.1002/14651858.CD003040.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of British Columbia, Department of Anesthesiology, Pharmacology and Therapeutics, Vancouver, British Columbia, Canada

  2. 2

    Peninsula College of Medicine and Dentistry, Universities of Exeter & Plymouth, Exeter, UK

*Balraj S Heran, Department of Anesthesiology, Pharmacology and Therapeutics, University of British Columbia, 2176 Health Sciences Mall, Vancouver, British Columbia, V6T 1Z3, Canada. bsheran@ti.ubc.ca. bsheran@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 18 APR 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Chronic heart failure (HF) is a prevalent world-wide. Angiotensin receptor blockers (ARBs) are widely prescribed for chronic HF although their role is controversial.

Objectives

To assess the benefit and harm of ARBs compared with ACE inhibitors (ACEIs) or placebo on mortality, morbidity and withdrawals due to adverse effects in patients with symptomatic HF and left ventricular systolic dysfunction or preserved systolic function.

Search methods

Clinical trials were identified by searching CENTRAL, HTA, and DARE , (The Cochrane Library 2010 Issue 3), as well as MEDLINE (2002 to July 2010), and EMBASE (2002 to July 2010). Reference lists of retrieved articles and systematic reviews were checked for additional studies not identified by the electronic searches.

Selection criteria

Double blind randomised controlled trials in men and women of all ages who have symptomatic (NYHA Class II to IV) HF and: 1) left ventricular systolic dysfunction, defined as left ventricular ejection fraction (LVEF) ≤40%; or 2) preserved ejection fraction, defined as LVEF >40%.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed risk of bias and extracted data from included studies.

Main results

Twenty two studies evaluated the effects of ARBs in 17,900 patients with a LVEF ≤40% (mean 2.2 years). ARBs did not reduce total mortality (RR 0.87 [95% CI 0.76, 1.00]) or total morbidity as measured by total hospitalisations (RR 0.94 [95% CI 0.88, 1.01]) compared with placebo.

Total mortality (RR 1.05 [95% CI 0.91, 1.22]), total hospitalisations (RR 1.00 [95% CI 0.92, 1.08]), MI (RR 1.00 [95% CI 0.62, 1.63]), and stroke (RR 1.63 [0.77, 3.44]) did not differ between ARBs and ACEIs but withdrawals due to adverse effects were lower with ARBs (RR 0.63 [95% CI 0.52, 0.76]). Combinations of ARBs plus ACEIs increased the risk of withdrawals due to adverse effects (RR 1.34 [95% CI 1.19, 1.51]) but did not reduce total mortality or total hospital admissions versus ACEI alone.

Two placebo-controlled studies evaluated ARBs in 7151 patients with a LVEF >40% (mean 3.7 years). ARBs did not reduce total mortality (RR 1.02 [95% CI 0.93, 1.12]) or total morbidity as measured by total hospitalisations (RR 1.00 [95% CI 0.97, 1.05]) compared with placebo. Withdrawals due to adverse effects were higher with ARBs versus placebo when all patients were pooled irrespective of LVEF (RR 1.06 [95% CI 1.01, 1.12]).

Authors' conclusions

In patients with symptomatic HF and systolic dysfunction or with preserved ejection fraction, ARBs compared to placebo or ACEIs do not reduce total mortality or morbidity. ARBs are better tolerated than ACEIs but do not appear to be as safe and well tolerated as placebo in terms of withdrawals due to adverse effects. Adding an ARB in combination with an ACEI does not reduce total mortality or total hospital admission but increases withdrawals due to adverse effects compared with ACEI alone.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Are angiotensin receptor blockers (ARBs) an effective treatment for heart failure?

Drugs called angiotensin receptor blockers (ARBs), such as losartan (brand name: Cozaar), candesartan (Atacand), eprosartan (Teveten), irbesartan (Avapro), telmisartan (Micardis) and valsartan (Diovan) are commonly used to treat heart failure. We asked whether ARBs reduced death, or severe disability as assessed by hospital admission for any reason versus an inert substance (placebo) or another class of drugs called ACE inhibitors, such as ramipril (Altace), captopril (Capoten), enalapril (Vasotec), fosinopril (Monopril), lisinopril (Prinivil, Zestril), and quinapril (Accupril). We also asked whether combining an ARB with an ACE inhibitor is more effective than an ACE inhibitor alone in reducing death, disability, or hospital admission for any reason. The scientific literature was searched to find all trials that had assessed these questions.

We found 24 trials that randomly assigned participants to take either an ARB or control substance (placebo or ACEI). These trials evaluated ARBs in 25,051 patients with heart failure and followed them for 2 years. ARBs were no better than placebo or ACE inhibitors in reducing the risk of death, disability, or hospital admission for any reason. However, more patients stopped treatment early with ARBs than with placebo due to side effects. Adding an ARB to an ACEI also did not reduce the risk of death, disability, or hospital admission for any reason as compared to ACEI alone, although more patients taking the combination stopped early due to side effects.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine pour l'insuffisance cardiaque

Contexte

L'insuffisance cardiaque chronique est répandue dans le monde entier. Les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (BRA) sont couramment prescrits pour traiter l'insuffisance cardiaque chronique même si leur rôle est controversé.

Objectifs

Évaluer le bénéfice et le risque des BRA comparé aux inhibiteurs de l'ECA (IECA) ou à un placebo concernant la mortalité, la morbidité et les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque symptomatique et de dysfonctionnement systolique du ventricule gauche ou présentant une fonction systolique préservée.

Stratégie de recherche documentaire

Les essais cliniques ont été identifiés en effectuant des recherches dans CENTRAL, HTA et DARE, (The Cochrane Library 2010, numéro 3), ainsi que dans MEDLINE (de 2002 à juillet 2010) et EMBASE (de 2002 à juillet 2010). Les références bibliographiques des articles obtenus et les revues systématiques ont été consultées pour obtenir des études supplémentaires non identifiées par les recherches électroniques.

Critères de sélection

Les essais contrôlés, randomisés, en double aveugle, portant sur des hommes et des femmes de tous âges souffrant d'une insuffisance cardiaque symptomatique (classe II à IV de la NYHA) et de : 1) un dysfonctionnement systolique du ventricule gauche, défini comme une fraction d'éjection ventriculaire gauche (FEVG) ≤ 40 % ; ou 2) une fraction d'éjection préservée, définie comme une FEVG > 40 %.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué le risque de biais et extrait des données issues des études incluses de façon indépendante.

Résultats Principaux

Vingt-deux études évaluaient les effets des BRA chez 17 900 patients présentant une FEVG ≤ 40 % (moyenne 2,2 ans). Les BRA ne réduisaient pas la mortalité totale (RR 0,87 [IC à 95 % 0,76, 1,00]) ni la morbidité totale, telles que mesurées par le total des hospitalisations (RR 0,94 [IC à 95 % 0,88, 1,01]) comparé à un placebo.

La mortalité totale (RR 1,05 [IC à 95 % 0,91, 1,22]), le total des hospitalisations (RR 1,00 [IC à 95 % 0,92, 1,08]), les IM (RR 1,00 [IC à 95 % 0,62, 1,63]) et les AVC (RR 1,63 [0,77, 3,44]) n'étaient pas différents entre les BRA et les IECA, mais les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables étaient moins nombreux avec les BRA (RR 0,63 [IC à 95 % 0,52, 0,76]). Les combinaisons de BRA plus IECA augmentaient le risque d'arrêts prématurés en raison d'effets indésirables (RR 1,34 [IC à 95 % 1,19, 1,51]), mais ne réduisaient pas la mortalité totale ou le total des hospitalisations versus les IECA seuls.

Deux études contrôlées par placebo évaluaient les BRA chez 7 151 patients présentant une FEVG > 40 % (moyenne 3,7 ans). Les BRA ne réduisaient pas la mortalité totale (RR 1,02 [IC à 95 % 0,93, 1,12]) ni la morbidité totale, telles que mesurées par le total des hospitalisations (RR 1,00 [IC à 95 % 0,97, 1,05]) comparé à un placebo. Les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables étaient supérieurs avec les BRA versus placebo lorsque tous les patients étaient regroupés indépendamment de la FEVG (RR 1,06 [IC à 95 % 1,01, 1,12]).

Conclusions des auteurs

Chez les patients présentant une insuffisance cardiaque symptomatique et un dysfonctionnement systolique ou une fraction d'éjection préservée, les BRA ne réduisent pas la mortalité ou la morbidité totales comparé à un placebo ou aux IECA. Les BRA sont mieux tolérés que les IECA, mais ne semblent pas être aussi sûrs et bien tolérés que le placebo en termes d'arrêts prématurés en raison d'effets indésirables. L'ajout d'un BRA en combinaison avec un IECA ne réduit pas la mortalité totale ou le total des hospitalisations, mais augmente les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables comparé à un IECA seul.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine pour l'insuffisance cardiaque

Les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (BRA) sont-ils un traitement efficace pour l'insuffisance cardiaque ?

Les médicaments appelés bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (BRA), tels que le losartan (nom commercial : Cozaar), le candésartan (Atacand), l'éprosartan (Teveten), l'irbésartan (Avapro), le telmisartan (Micardis) et le valsartan (Diovan) sont couramment utilisés pour traiter l'insuffisance cardiaque. Nous avons demandé si les BRA réduisaient les décès ou l'invalidité grave, selon les évaluations par les hospitalisations pour toutes raisons confondues versus une substance inerte (placebo) ou une autre classe de médicaments appelée les inhibiteurs de l'ECA, tels que le ramipril (Altace), le captopril (Capoten), l'énalapril (Vasotec), le fosinopril (Monopril), le lisinopril (Prinivil, Zestril) et le quinapril (Accupril). Nous avons également demandé si la combinaison d'un BRA avec un inhibiteur de l'ECA était plus efficace qu'un inhibiteur de l'ECA seul pour réduire les décès, l'invalidité ou les hospitalisations pour toutes raisons confondues. La littérature scientifique a fait l'objet d'une recherche pour trouver tous les essais qui avaient évalué ces questions.

Nous avons trouvé 24 essais qui avaient randomisé des participants pour prendre soit un BRA ou une substance témoin (placebo ou IECA). Ces essais évaluaient les BRA chez 25 051 patients souffrant d'insuffisance cardiaque et les ont suivis pendant 2 ans. Les BRA n'ont pas été meilleurs que le placebo ou les inhibiteurs de l'ECA pour réduire le risque de décès, d'invalidité ou d'hospitalisation toutes raisons confondues. Cependant, plus de patients ont arrêté le traitement prématurément avec les BRA qu'avec le placebo en raison d'effets secondaires. L'ajout d'un BRA à un IECA n'a pas non plus réduit le risque de décès, d'invalidité ou d'hospitalisation toutes raisons confondues comparé à l'IEAC seul, même si plus de patients prenant la combinaison ont arrêté le traitement prématurément en raison d'effets secondaires.

Notes de traduction

Cette revue a été soutenue par une subvention de programme Cochrane Collaboration (CPGS10) du National Institute for Health Research (NIHR).

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français