This is not the most recent version of the article. View current version (15 NOV 2013)

Intervention Review

Haloperidol versus placebo for schizophrenia

  1. Claire B Irving1,*,
  2. Clive E Adams1,
  3. Stephen Lawrie2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 18 OCT 2006

Assessed as up-to-date: 23 AUG 2006

DOI: 10.1002/14651858.CD003082.pub2

How to Cite

Irving CB, Adams CE, Lawrie S. Haloperidol versus placebo for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 4. Art. No.: CD003082. DOI: 10.1002/14651858.CD003082.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

  2. 2

    University of Edinburgh, Department of Psychiatry, Edinburgh, Scotland, UK

*Claire B Irving, Cochrane Schizophrenia Group, The University of Nottingham, Institute of Mental Health, Sir Colin Campbell Building, University of Nottingham Innovation Park, Triumph Road, Nottingham, NG7 2TU, UK. Claire.Irving@nottingham.ac.uk. claireirving@btinternet.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 OCT 2006

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (15 NOV 2013)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Haloperidol was developed in the late 1950s for use in the field of anaesthesia. Research subsequently demonstrated effects on hallucinations, delusions, aggressiveness, impulsiveness and states of excitement and led to the introduction of haloperidol as an antipsychotic.

Objectives

To evaluate the clinical effects of haloperidol for the management of schizophrenia and other similar serious mental illnesses compared to placebo.

Search methods

We initially electronically searched the databases of Biological Abstracts (1985-1998), CINAHL (1982-1998), The Cochrane Library (1998, Issue 4), The Cochrane Schizophrenia Group's Register (December 1998), EMBASE (1980-1998), MEDLINE (1966-1998), PsycLIT (1974-1998), and SCISEARCH. We also checked references of all identified studies for further trial citations and contacted the authors of trials and pharmaceutical companies for further information and archive material. For the 2005 update we searched The Cochrane Library (2005, Issue 6).

We updated this search 15 May 2012 and added the results to the awaiting classification section of the review.

Selection criteria

We included all relevant randomised controlled trials comparing the use of haloperidol (any oral dose) with placebo for those with schizophrenia or other similar serious, non-affective psychotic illnesses (however diagnosed). Our main outcomes of interest were death, loss to follow up, clinical and social response, relapse and severity of adverse effects.

Data collection and analysis

We evaluated data independently and analysed on an intention-to-treat basis, assuming that people who left the study early, or were lost to follow-up, had no improvement. Where possible and appropriate, we analysed dichotomous data using Relative Risk (RR) and calculated their 95% confidence intervals (CI). If appropriate, the number needed to treat (NNT) or number needed to harm (NNH) was estimated. For continuous data, we calculated weighted mean differences. We excluded continuous data if loss to follow up was greater than 50% and inspected data for heterogeneity.

Main results

Twenty-one trials randomising 1519 people are now included in this review. One new trial, Kane 2002 (n=414) has been added but it did not affect the overall results. More people allocated haloperidol improved in the first six weeks of treatment than those given placebo (3RCTs n=159, RR failing to produce a marked improvement 0.44 CI 0.3 to 0.6, NNT 3 CI 2 to 5). A further eight trials also found a difference favouring haloperidol across the 6-24 week period (8 RCTs n=308 RR no marked global improvement 0.68 CI 0.6 to 0.8 NNT 3 CI 2.5 to 5) but this may be an over estimate of effect as small negative studies were not identified. About half of those entering studies failed to complete the short trials, although, at 0-6 weeks, 11 studies found a difference that marginally favoured haloperidol (11 RCTs n=898, RR 0.8 CI 0.7 to 0.9, NNT 59 CI 38 to 200). Adverse effect data does, nevertheless, support clinical impression, that haloperidol is a potent cause of movement disorders, at least in the short term. Haloperidol promotes acute dystonia (3 RCTs n=93, RR 4.7 CI 1.7 to 44, NNH 5 CI 3 to 9), akathisia (4 RCTs n=333, RR 2.6 CI 1.4 to 4.8, NNH 7 CI 3 to 25) and parkinsonism (4 RCTs n=163, RR 11.7 CI 2.9 to 47, NNH 3 CI 2 to 5).

Update search 2012: the 72 new citations in the awaiting classification section of the review may alter the results and conclusions of the review once assessed.

Authors' conclusions

Haloperidol is a potent antipsychotic drug but has a high propensity to cause adverse effects. Where there is no treatment option, use of haloperidol to counter the damaging and potentially dangerous consequences of untreated schizophrenia is justified. However, where a choice of drug is available, people with schizophrenia and clinicians may wish to prescribe an alternative antipsychotic with less likelihood of adverse effects such as parkinsonism, akathisia and acute dystonias. Haloperidol should not be a control drug of choice for randomised trials of new antipsychotics.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Haloperidol versus placebo for schizophrenia

Schizophrenia is a distressing and long-term mental illness affecting 1% of the population. Medication has been available since the 1950s and Haloperidol was one of the first antipsychotics to be offered. Despite the introduction of many other antipsychotics it is still very widely used, and it is the antipsychotic most often used to judge the effectiveness of new medications. This review aims to update the knowledge on the clinical trials comparing placebo and haloperidol.

This review contains 21 studies involving a total of 1519 people who were either inpatients or living in the community.  Haloperidol has been found to be better than placebo in improving general functioning and some symptoms in the short term (0-6 weeks), and just general functioning in the medium term (greater than six but less than 24 weeks). None of the people in any of these trials have been followed up for longer than 24 weeks. A significant number of people on haloperidol compared to those on placebo suffered from at least one adverse effect, mainly stiffness (dystonia) and movement disorders such as shaking or restlessness (Parkinsonism). In addition six trials containing 307 people found a significant number of people suffered from sleepiness compared to the control. Overall the data from these trials are not good, with many outcomes being presented in a way that does not allow them to be used in this review. Moreover just less than half of those taking haloperidol and slightly more than half of those receiving placebo left the studies early, suggesting that the design of the trial was possibly not acceptable to these participants. In the light of these results it is therefore somewhat surprising that this medication is used so widely as a comparison for new medication.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org)

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Halopéridol versus placebo dans la schizophrénie

Contexte

L'halopéridol a été développé à la fin des années 1950 pour être utilisé dans le domaine de l'anesthésie. Les recherches ont ensuite démontré ses effets sur les hallucinations, les idées délirantes, l'agressivité, l'impulsivité et les états d'excitation, ce qui a débouché sur la commercialisation de l'halopéridol en tant qu'antipsychotique.

Objectifs

Évaluer les effets cliniques de l'halopéridol dans la prise en charge de la schizophrénie et d'autres troubles mentaux graves de même nature par rapport à un placebo.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche électronique initiale dans Biological Abstracts (1985-1998), CINAHL (1982-1998), la Bibliothèque Cochrane (1998, numéro 4), le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 1998), EMBASE (1980-1998), MEDLINE (1966-1998), PsycLIT (1974-1998) et SCISEARCH. Nous avons également examiné les références bibliographiques de toutes les études pertinentes afin d'identifier d'autres essais, et avons contacté les auteurs des essais ainsi que des sociétés pharmaceutiques afin d'obtenir davantage d'informations et des documents d'archive. Pour la mise à jour de 2005, nous avons consulté la Bibliothèque Cochrane (2005, numéro 6).

Nous avons mis à jour cette recherche le 15 mai 2012 et ajouté les résultats à la section de classification en attente de la revue.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés pertinents comparant l'utilisation d'halopéridol (n'importe quelle dose orale) à un placebo chez des patients atteints de schizophrénie ou d'autres troubles psychotiques non affectifs graves de même nature (indépendamment du mode de diagnostic). Nos critères de jugement principaux étaient les décès, la perte de suivi, la réponse clinique et sociale, les rechutes et la gravité des effets indésirables.

Recueil et analyse des données

Nous avons évalué les données de manière indépendante et effectué l'analyse en intention de traiter en considérant que les participants qui avaient abandonné les études de manière prématurée ou étaient perdus de vue ne présentaient aucune amélioration. Lorsque cela était possible et approprié, nous avons analysé les données dichotomiques à l'aide du risque relatif (RR) et calculé les intervalles de confiance (IC) à 95 %. Le cas échéant, nous avons estimé le nombre de sujets à traiter (NST) ou le nombre nécessaire pour nuire (NNN). Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées. Nous avons exclu les données continues lorsque la perte de suivi était supérieure à 50 % et avons examiné l'hétérogénéité des données.

Résultats Principaux

Vingt-et-un essais randomisant 1 519 participants sont désormais inclus dans cette revue. Un nouvel essai, Kane 2002 (n = 414), a été ajouté mais n'affecte pas les résultats globaux. Davantage de patients du groupe de l'halopéridol présentaient une amélioration au cours des six premières semaines de traitement par rapport au groupe du placebo (3 ECR, n = 159, RR d'absence d'amélioration notable de 0,44, IC entre 0,3 et 0,6, NST de 3, IC entre 2 et 5). Huit autres essais observaient également une différence en faveur de l'halopéridol au cours de la période de 6-24 semaines (8 ECR, n = 308, RR d'absence d'amélioration globale notable de 0,68, IC entre 0,6 et 0,8, NST de 3, IC entre 2,5 et 5), mais cela pourrait être dû à une surestimation de l'effet car aucune petite étude négative n'a été identifiée. Environ 50 % des participants n'allaient pas jusqu'au bout des essais de courte durée. Néanmoins, à 0-6 semaines, 11 études rapportaient une différence marginalement favorable à l'halopéridol (11 ECR, n = 898, RR de 0,8, IC entre 0,7 et 0,9, NST de 59, IC entre 38 et 200). Les données des effets indésirables confirment cependant l'impression clinique selon laquelle l'halopéridol est fortement associé à des troubles du mouvement, tout du moins à court terme. L'halopéridol favorise la dystonie aiguë (3 ECR, n = 93, RR de 4,7, IC entre 1,7 et 44, NNN de 5, IC entre 3 et 9), l'akathisie (4 ECR, n = 333, RR de 2,6, IC entre 1,4 et 4,8, NNN de 7, IC entre 3 et 25) et le syndrome parkinsonien (4 ECR, n = 163, RR de 11,7, IC entre 2,9 et 47, NNN de 3, IC entre 2 et 5).

Recherche mise à jour en 2012 : les 72 nouvelles références bibliographiques dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les résultats et les conclusions une fois évaluées.

Conclusions des auteurs

L'halopéridol est un puissant médicament antipsychotique mais il est associé à un risque élevé d'effets indésirables. En l'absence d'autre option de traitement, l'utilisation d'halopéridol est justifiée pour éviter les conséquences néfastes et potentiellement dangereuses de la schizophrénie non traitée. Néanmoins, lorsque d'autres médicaments sont disponibles, les patients schizophrènes et les cliniciens pourraient préférer un antipsychotique moins susceptible d'entraîner des effets indésirables tels qu'un syndrome parkinsonien, une akathisie et des dystonies aiguës. L'halopéridol ne devrait pas être considéré comme médicament témoin de choix dans les essais randomisés portant sur de nouveaux antipsychotiques.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Halopéridol versus placebo dans la schizophrénie

Halopéridol versus placebo dans la schizophrénie

La schizophrénie est un trouble mental de longue durée éprouvant qui affecte 1 % de la population. Des médicaments sont disponibles depuis les années 1950, et l'halopéridol a été l'un des premiers antipsychotiques proposés aux patients. Malgré le développement de nombreux autres antipsychotiques, il reste très largement utilisé et est l'antipsychotique le plus employé pour évaluer l'efficacité des nouveaux médicaments. L'objectif de cette revue est d'actualiser les connaissances issues d'essais cliniques comparant un placebo à de l'halopéridol.

Cette revue contient 21 études portant sur un total de 1 519 participants hospitalisés ou vivant au sein de la communauté. L'halopéridol s'avérait supérieur au placebo pour améliorer le fonctionnement général et certains symptômes à court terme (0-6 semaines), et le fonctionnement général uniquement à moyen terme (plus de six semaines mais moins de 24 semaines). Dans le cadre de ces essais, aucun participant n'a fait l'objet d'un suivi supérieur à 24 semaines. Par rapport au groupe du placebo, un nombre significatif de participants sous halopéridol présentaient au moins un effet indésirable, principalement une raideur (dystonie) et des troubles du mouvement, tels que des tremblements ou une agitation (syndrome parkinsonien). De plus, six essais portant sur 307 participants observaient qu'un nombre significatif de patients souffraient de somnolence par rapport au groupe témoin. Dans l'ensemble, les données de ces essais ne sont pas de bonne qualité et de nombreux critères de jugement sont présentés de telle sorte qu'il n'est pas possible de les utiliser dans cette revue. Qui plus est, un peu moins de la moitié des participants sous halopéridol et un peu plus de la moitié de ceux sous placebo abandonnaient les études de manière prématurée, ce qui suggère un plan d'étude potentiellement inacceptable pour ces participants. Au vu de ces résultats, il est quelque peu surprenant que ce médicament soit si largement utilisé comme référence pour l'évaluation des nouveaux traitements.

(Résumé simplifié préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, UK www.rethink.org).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux