Intervention Review

Oral or transdermal opioids for osteoarthritis of the knee or hip

  1. Bruno R da Costa1,*,
  2. Eveline Nüesch2,
  3. Rahel Kasteler1,
  4. Elaine Husni3,
  5. Vivian Welch4,
  6. Anne WS Rutjes1,
  7. Peter Jüni1

Editorial Group: Cochrane Musculoskeletal Group

Published Online: 17 SEP 2014

Assessed as up-to-date: 15 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD003115.pub4


How to Cite

da Costa BR, Nüesch E, Kasteler R, Husni E, Welch V, Rutjes AWS, Jüni P. Oral or transdermal opioids for osteoarthritis of the knee or hip. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 9. Art. No.: CD003115. DOI: 10.1002/14651858.CD003115.pub4.

Author Information

  1. 1

    University of Bern, Institute of Social and Preventive Medicine (ISPM), Bern, Bern, Switzerland

  2. 2

    London School of Hygiene and Tropical Medicine, Faculty of Epidemiology and Population Health, London, UK

  3. 3

    Cleveland Clinic: Orthopedic and Rheumatologic Institute, Department of Rheumatic and Immunologic Diseases, Cleveland, OH, USA

  4. 4

    University of Ottawa, Bruyere Research Institute, Ottawa, ON, Canada

*Bruno R da Costa, Institute of Social and Preventive Medicine (ISPM), University of Bern, Finkenhubelweg 11, Bern, Bern, 3012, Switzerland. bdacosta@ispm.unibe.ch.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 17 SEP 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Osteoarthritis is the most common form of joint disease and the leading cause of pain and physical disability in older people. Opioids may be a viable treatment option if people have severe pain or if other analgesics are contraindicated. However, the evidence about their effectiveness and safety is contradictory. This is an update of a Cochrane review first published in 2009.

Objectives

To determine the effects on pain, function, safety, and addiction of oral or transdermal opioids compared with placebo or no intervention in people with knee or hip osteoarthritis.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE and CINAHL (up to 28 July 2008, with an update performed on 15 August 2012), checked conference proceedings, reference lists, and contacted authors.

Selection criteria

We included randomised or quasi-randomised controlled trials that compared oral or transdermal opioids with placebo or no treatment in people with knee or hip osteoarthritis. We excluded studies of tramadol. We applied no language restrictions.

Data collection and analysis

We extracted data in duplicate. We calculated standardised mean differences (SMDs) and 95% confidence intervals (CI) for pain and function, and risk ratios for safety outcomes. We combined trials using an inverse-variance random-effects meta-analysis.

Main results

We identified 12 additional trials and included 22 trials with 8275 participants in this update. Oral oxycodone was studied in 10 trials, transdermal buprenorphine and oral tapentadol in four, oral codeine in three, oral morphine and oral oxymorphone in two, and transdermal fentanyl and oral hydromorphone in one trial each. All trials were described as double-blind, but the risk of bias for other domains was unclear in several trials due to incomplete reporting. Opioids were more beneficial in pain reduction than control interventions (SMD -0.28, 95% CI -0.35 to -0.20), which corresponds to a difference in pain scores of 0.7 cm on a 10-cm visual analogue scale (VAS) between opioids and placebo. This corresponds to a difference in improvement of 12% (95% CI 9% to 15%) between opioids (41% mean improvement from baseline) and placebo (29% mean improvement from baseline), which translates into a number needed to treat (NNTB) to cause one additional treatment response on pain of 10 (95% CI 8 to 14). Improvement of function was larger in opioid-treated participants compared with control groups (SMD -0.26, 95% CI -0.35 to -0.17), which corresponds to a difference in function scores of 0.6 units between opioids and placebo on a standardised Western Ontario and McMaster Universities Arthritis Index (WOMAC) disability scale ranging from 0 to 10. This corresponds to a difference in improvement of 11% (95% CI 7% to 14%) between opioids (32% mean improvement from baseline) and placebo (21% mean improvement from baseline), which translates into an NNTB to cause one additional treatment response on function of 11 (95% CI 7 to 14). We did not find substantial differences in effects according to type of opioid, analgesic potency, route of administration, daily dose, methodological quality of trials, and type of funding. Trials with treatment durations of four weeks or less showed larger pain relief than trials with longer treatment duration (P value for interaction = 0.001) and there was evidence for funnel plot asymmetry (P value = 0.054 for pain and P value = 0.011 for function). Adverse events were more frequent in participants receiving opioids compared with control. The pooled risk ratio was 1.49 (95% CI 1.35 to 1.63) for any adverse event (9 trials; 22% of participants in opioid and 15% of participants in control treatment experienced side effects), 3.76 (95% CI 2.93 to 4.82) for drop-outs due to adverse events (19 trials; 6.4% of participants in opioid and 1.7% of participants in control treatment dropped out due to adverse events), and 3.35 (95% CI 0.83 to 13.56) for serious adverse events (2 trials; 1.3% of participants in opioid and 0.4% of participants in control treatment experienced serious adverse events). Withdrawal symptoms occurred more often in opioid compared with control treatment (odds ratio (OR) 2.76, 95% CI 2.02 to 3.77; 3 trials; 2.4% of participants in opioid and 0.9% of participants control treatment experienced withdrawal symptoms).

Authors' conclusions

The small mean benefit of non-tramadol opioids are contrasted by significant increases in the risk of adverse events. For the pain outcome in particular, observed effects were of questionable clinical relevance since the 95% CI did not include the minimal clinically important difference of 0.37 SMDs, which corresponds to 0.9 cm on a 10-cm VAS.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Opioids for osteoarthritis

This summary of a Cochrane review of 22 studies with 8275 participants (search update: 15 August 2012) presents what we know from research about the effect of opioids on osteoarthritis (OA). We searched scientific databases for clinical trials looking at pain, function, safety, and addiction of oral or transdermal opioids compared with placebo or no intervention in people with knee or hip osteoarthritis.

The review shows that in people with osteoarthritis:

- Opioids have a small effect on pain or physical function.
- Opioids probably cause side effects. However, we do not have precise information about rare but serious side effects.

What is osteoarthritis and what are opioids?

OA is a disease of the joints, such as your knee or hip. When the joint loses cartilage, the bone grows to try to repair the damage. Instead of making things better, however, the bone grows abnormally and makes things worse. For example, the bone can become misshapen and make the joint painful and unstable. This can affect your physical function or ability to use your knee.

Opioids are generally conceived as powerful pain-relieving substances that are used for the pain of cancer or osteoarthritis. Some examples of opioids are codeine-containing Tylenol® (1, 2, 3, and 4), hydromorphone (Dilaudid), oxycodone (Percocet, Percodan), morphine, and others. They can be taken in a pill form, as an injection, or as a patch placed on the painful area. 

Best estimate of what happens to people with osteoarthritis who take opioids

Pain

- People who took opioids rated improvement in their pain to be about 3 points on a scale of 0 (no pain) to 10 (extreme pain) after one month.
- People who took a placebo rated improvement in their pain to be about 2 points on a scale of 0 (no pain) to 10 (extreme pain) after one month.

Another way of saying this is:
- 41 people out of 100 who used opioids responded to treatment (41%).
- 31 people out of 100 who used placebo responded to treatment (31%).
- 10 more people responded to treatment with opioids than with placebo (difference of 10%). (High-quality evidence)

Physical function

- People who took opioids rated improvement in their physical function to be about 2 points on a scale of 0 (no disability) to 10 (extreme disability) after one month.
- People who took a placebo rated improvement in their physical function to be about 1 point on a scale of 0 (no disability) to 10 (extreme disability) after one month.

Another way of saying this is:

- 34 people out of 100 who used opioids responded to treatment (34%).
- 26 people out of 100 who used placebo responded to treatment (26%).
- 8 more people responded to treatment with opioids than with placebo (difference of 8%). (High-quality evidence)

Side effects

- 22 people out of 100 who used opioids experienced side effects (22%).
- 15 people out of 100 who used a placebo experienced side effects (15%).
- 7 more people experienced side effects with opioids than with placebo (difference of 7%). (Moderate-quality evidence)

Drop-outs because of side effects

- 64 people out of 1000 who used opioids dropped out because of side effects (6.4%).
- 17 people out of 1000 who used a placebo dropped out because of side effects (1.7%).
- 47 more people dropped out because of side effects with opioids than with placebo (difference of 4.7%). (High-quality evidence)

Side effects resulting in hospitalisation, persistent disability, or death

- 13 people out of 1000 who used opioids experienced side effects resulting in hospitalisation, persistent disability, or death (1.3%).
- 4 people out of 1000 who used a placebo experienced side effects resulting in hospitalisation, persistent disability, or deaths (0.4%).
- 9 more people experienced side effects resulting in hospitalisation, persistent disability, or death with opioids than with placebo (difference of 0.9%). (Low-quality evidence)

Withdrawal symptoms

- 24 people out of 1000 who used opioids experienced withdrawal symptoms (2.4%).
- 9 people out of 1000 who used a placebo experienced withdrawal symptoms (0.9%).
- 15 more people experienced withdrawal symptoms with opioids than with placebo (difference of 1.5%). (Moderate-quality evidence)

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Opiacés oraux ou transdermiques dans l'ostéoarthrite du genou ou de la hanche

Contexte

L'ostéoarthrite est la forme la plus courante de la maladie articulaire et la principale cause de douleur et d'incapacité physique chez les personnes âgées. Les opiacés pourraient être une option de traitement viable chez les personnes souffrant de douleurs sévères ou lorsque d'autres analgésiques sont contre-indiqués. Toutefois, les preuves de leur efficacité et innocuité sont contradictoires. Ceci est une mise à jour d'une revue systématique Cochrane publiée pour la première fois en 2009.

Objectifs

Déterminer les effets sur la douleur, la fonction, l'innocuité et la dépendance des opiacés par voie orale ou transdermique comparativement au placebo ou à l'absence d'intervention chez les personnes atteintes d'ostéoarthrite du genou ou de la hanche.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons interrogé le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et CINAHL (jusqu'au 28 juillet 2008, mise à jour effectuée le 15 août 2012), avons vérifié des actes de conférences et des bibliographies et contacté des auteurs.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais randomisés ou quasi randomisés comparant des opiacés par voie orale ou transdermique au placebo ou à l'absence de traitement chez les personnes atteintes d'ostéoarthrite du genou ou de la hanche. Nous avons exclu les études sur le tramadol. Aucune restriction de langue n'a été appliquée lors de ces recherches.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait des données en double. Nous avons calculé les différences moyennes standardisées (DMS) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % pour la douleur et la fonction, et les risques relatifs pour les résultats relatifs à l'innocuité. Nous avons combiné les essais dans une méta-analyse à effets aléatoires par l'inverse de la variance.

Résultats principaux

Nous avons identifié 12 essais supplémentaires, ce qui porte le nombre d'essais inclus dans cette mise à jour à 22, totalisant 8 275 participants. L'oxycodone par voie orale a été étudiée dans 10 essais, la buprénorphine par voie transdermique et le tapentadol par voie orale dans quatre essais, la codéine par voie orale dans trois, la morphine et l'oxymorphone par voie orale dans deux, et le fentanyl par voie transdermique et l'hydromorphone par voie orale dans un essai chacun. Tous les essais ont été décrits comme étant en double aveugle, mais le risque de biais pour d'autres domaines était incertain dans plusieurs essais en raison de déclarations incomplètes. Les opiacés étaient plus bénéfiques dans la réduction de la douleur que les interventions de contrôle (DMS -0,28 ; IC à 95 % de -0,35 à -0,20), ce qui correspond à une différence de 0,7 cm sur une échelle visuelle analogique (EVA) de 10 cm dans les scores de douleur entre les opiacés et le placebo. Cela correspond à une différence dans l'amélioration de 12 % (IC à 95 % de 9 % à 15 %) entre les opiacés (41 % d'amélioration moyenne par rapport à l'inclusion) et le placebo (29 % d'amélioration moyenne par rapport à l'inclusion), qui se traduit par un nombre de sujets à traiter (NST) pour provoquer une réponse au traitement supplémentaire sur la douleur de 10 (IC à 95 % de 8 à 14). L'amélioration de la fonction était plus grande chez les participants sous opiacés par rapport aux groupes témoin (DMS -0,26 ; IC à 95 % de -0,35 à -0,17), ce qui correspond à une différence de 0,6 unités dans les scores de fonction entre les opiacés et un placebo sur une échelle standardisée de l'incapacité WOMAC (Western Ontario and McMaster Universities Arthritis Index) allant de 0 à 10. Ceci correspond à une différence dans l'amélioration de 11 % (IC à 95 % de 7 % à 14 %) entre les opiacés (32 % d'amélioration moyenne par rapport à l'inclusion) et le placebo (21 % d'amélioration moyenne par rapport à l'inclusion), ce qui se traduit par un NST pour provoquer une réponse au traitement supplémentaire sur la fonction de 11 (IC à 95 % de 7 à 14). Nous n'avons pas observé de différences importantes dans les effets en fonction du type d'opiacé, de la puissance analgésique, de la voie d'administration, de la dose quotidienne, de la qualité méthodologique des essais ou du type de financement. Les essais dans lesquels le traitement durait quatre semaines ou moins montraient un plus grand soulagement de la douleur que les essais d'une durée de traitement plus longue (valeur P pour l'interaction = 0,001) et des preuves suggéraient une asymétrie du graphique en entonnoir (valeur P pour la douleur = 0,054 et valeur P pour la fonction = 0,011) . Les événements indésirables ont été plus fréquents chez les participants recevant des opiacés que dans le groupe témoin. Le risque relatif global était de 1,49 (IC à 95 % de 1,35 à 1,63) pour tout événement indésirable (9 essais ; 22 % des participants sous opiacés et 15 % des participants du groupe témoin ont présenté des effets secondaires), de 3,76 (IC à 95 % de 2,93 à 4,82) pour les abandons en raison d'événements indésirables (19 essais ; 6,4 % des participants sous opiacés et 1,7 % des participants du groupe témoin ont abandonné en raison d'événements indésirables), et de 3,35 (IC à 95 % de 0,83 à 13,56) pour les événements indésirables graves (2 essais ; 1,3 % des participants sous opiacés et 0,4 % des participants du groupe témoin ont présenté des événements indésirables graves). Des symptômes de sevrage sont survenus plus souvent dans le groupe des opiacés que dans le groupe témoin (rapport des cotes (RC) de 2,76 ; IC à 95 % de 2,02 à 3,77 ; 3 essais ; 2,4 % des participants sous opiacés et 0,9 % des participants du groupe témoin ont présenté des symptômes de sevrage).

Conclusions des auteurs

Le petit avantage moyen des opiacés autres que le tramadol est contrasté par une augmentation significative du risque d'événements indésirables. Pour le critère de la douleur en particulier, les effets observés étaient d'une pertinence clinique discutable puisque les IC à 95 % n'incluaient pas la différence minimale cliniquement importante de 0,37 DMS, ce qui correspond à 0,9 cm sur une EVA de 10 cm.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Opiacés dans l'ostéoarthrite

Ce résumé d’une revue systématique Cochrane de 22 études totalisant 8 275 participants (recherches mises à jour : 15 août 2012) présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l’effet des opiacés dans l'ostéoarthrite. Nous avons recherché dans des bases de données scientifiques des essais cliniques examinant les effets sur la douleur, la fonction, l'innocuité et la dépendance des opiacés par voie orale ou transdermique par rapport au placebo ou à l'absence d'intervention chez les personnes atteintes d'ostéoarthrite du genou ou de la hanche.

La revue montre que chez les personnes atteintes d'ostéoarthrite :

- Les opiacés ont un petit effet sur la douleur ou la fonction physique.
- Les opiacés provoquent probablement des effets secondaires. Cependant, nous ne disposons pas d'informations précises sur les effets secondaires rares mais graves.

Qu’est-ce que l'ostéoarthrite et que sont les opiacés ?

L'ostéoarthrite est une maladie des articulations comme le genou ou la hanche. Lorsque l'articulation perd du cartilage, l'os se développe pour essayer de réparer le dommage. Toutefois, au lieu d'arranger la situation, l'os se développe de façon anormale ce qui aggrave la situation. Par exemple, l'os peut se déformer, ce qui peut rendre l'articulation douloureuse et instable. Cela peut compliquer la fonction physique ou la capacité du patient à utiliser le genou.

Les opiacés sont généralement conçus comme des substances analgésiques puissantes utilisées contre la douleur du cancer ou l'ostéoarthrite. Des exemples d'opiacés sont la codéine (ex. Tylenol 1, 2, 3 et 4), l'hydromorphone (Dilaudid), l'oxycodone (Percocet, Percodan), la morphine et autres. Ils peuvent être pris sous forme de comprimé, d'injection ou de patch placé sur la zone douloureuse. 

Meilleure estimation de l'effet chez les personnes atteintes d'ostéoarthrite prenant des opiacés

Douleur

- Les personnes ayant pris des opiacés ont évalué l'amélioration de la douleur à environ 3 points sur une échelle de 0 (absence de douleur) à 10 (douleur extrême) après un mois.
- Les personnes ayant pris un placebo ont évalué l'amélioration de la douleur à environ 2 points sur une échelle de 0 (absence de douleur) à 10 (douleur extrême) après un mois.

En d'autres termes :
- 41 personnes sur 100 sous opiacés ont répondu au traitement (41 %).
- 31 personnes sur 100 sous placebo ont répondu au traitement (31 %).
- 10 personnes de plus ont répondu au traitement par opiacés qu'avec le placebo (différence de 10 %). (Preuves de qualité élevée)

Fonction physique

- Les personnes ayant pris des opiacés ont évalué l'amélioration de la fonction physique à environ 2 points sur une échelle de 0 (absence d'incapacité) à 10 (incapacité extrême) après un mois.
- Les personnes ayant pris un placebo ont évalué l'amélioration de la fonction physique à environ 1 point sur une échelle de 0 (absence d'incapacité) à 10 (incapacité extrême) après un mois.

En d'autres termes :

- 34 personnes sur 100 sous opiacés ont répondu au traitement (34 %).
- 26 personnes sur 100 sous placebo ont répondu au traitement (26 %).
- 8 personnes de plus ont répondu au traitement par opiacés qu'avec le placebo (différence de 8 %). (Preuves de qualité élevée)

Effets secondaires

- 22 personnes sur 100 ayant pris des opiacés ont présenté des effets secondaires (22 %).
- 15 personnes sur 100 ayant pris un placebo ont présenté des effets secondaires (15 %).
- 7 personnes de plus ont présenté des effets secondaires avec les opiacés qu'avec le placebo (différence de 7 %). (Preuves de qualité modérée)

Abandons en raison d'effets secondaires

- 64 personnes sur 1 000 ayant pris des opiacés ont abandonné à cause des effets secondaires (6,4 %).
- 17 personnes sur 1 000 ayant pris un placebo ont abandonné à cause des effets secondaires (1,7 %).
- 47 personnes de plus ont abandonné à cause des effets secondaires avec les opiacés qu'avec le placebo (différence de 4,7 %). (Preuves de qualité élevée)

Effets secondaires entraînant une hospitalisation, une incapacité durable ou le décès

- 13 personnes sur 1 000 ayant pris des opiacés ont présenté des effets secondaires entraînant une hospitalisation, une incapacité durable ou le décès (1,3 %).
- 4 personnes sur 1 000 ayant pris un placebo ont présenté des effets secondaires entraînant une hospitalisation, une incapacité durable ou le décès (0,4 %).
- 9 personnes de plus ont présenté des effets secondaires entraînant une hospitalisation, une incapacité durable ou le décès avec des opiacés qu'avec le placebo (différence de 0,9 %). (Preuves de faible qualité)

Symptômes de sevrage

- 24 personnes sur 1 000 ayant pris des opiacés ont présenté des symptômes de sevrage (2,4 %).
- 9 personnes sur 1 000 ayant pris un placebo ont présenté des symptômes de sevrage (0,9 %).
- 15 personnes de plus ont présenté des symptômes de sevrage avec des opiacés qu'avec le placebo (différence de 1,5 %). (Preuves de qualité modérée)

Notes de traduction

Traduction réalisée par Cochrane France