This is not the most recent version of the article. View current version (29 OCT 2013)

Intervention Review

Urodynamic studies for management of urinary incontinence in children and adults

  1. Cathryn MA Glazener1,*,
  2. Marie Carmela M Lapitan2

Editorial Group: Cochrane Incontinence Group

Published Online: 18 JAN 2012

Assessed as up-to-date: 29 MAY 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD003195.pub2


How to Cite

Glazener CMA, Lapitan MCM. Urodynamic studies for management of urinary incontinence in children and adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 1. Art. No.: CD003195. DOI: 10.1002/14651858.CD003195.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Aberdeen, Health Services Research Unit, Aberdeen, Scotland, UK

  2. 2

    National Institutes of Health-Manila, University of the Philippines-Manila, Manila, Philippines

*Cathryn MA Glazener, Health Services Research Unit, University of Aberdeen, 3rd Floor, Health Sciences Building, Foresterhill, Aberdeen, Scotland, AB25 2ZD, UK. c.glazener@abdn.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 18 JAN 2012

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (29 OCT 2013)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Urodynamic tests are used to investigate people who have urinary incontinence or other urinary symptoms in order to make a definitive objective diagnosis. The aim is to help to select the treatment most likely to be successful. The investigations are invasive and time consuming.

Objectives

The objective of this review was to discover if treatment according to a urodynamic-based diagnosis, compared to treatment based on history and examination, led to more effective clinical care of urinary incontinence and better clinical outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register, which contains trials identified from the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE and CINAHL, and handsearching of journals and conference proceedings (searched 24 May 2011), and the reference lists of relevant articles.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials comparing clinical outcomes in groups of people who were and were not investigated using urodynamics, or comparing one type of urodynamics against another. Trials were excluded if they did not report clinical outcomes.

Data collection and analysis

Two reviewers independently assessed trial quality and extracted data.

Main results

Seven small trials involving around 400 people were included but data were only available for 385 women in five trials, of whom 197 received urodynamics. There was some evidence of risk of bias. The four deaths and 12 dropouts in the control arm of one trial were unexplained.

There was some evidence that the tests did change clinical decision making. There was evidence from two trials that women treated after urodynamic investigations were more likely to receive drugs (RR 2.09, 95% CI 1.32 to 3.31) but not, in three trials, surgery (RR 1.75, 95% CI 0.39 to 7.75). Women in the urodynamic arms of two trials were more likely to have their management changed but this did not quite reach statistical significance (proportion with no change in management 76% versus 99%, RR 0.79, 95% CI 0.57 to 1.10).

However, there was not enough evidence to demonstrate whether or not this resulted in a clinical benefit. For example there was no statistically significant difference in the number of women with urinary incontinence if they received treatment guided by urodynamics (70%) versus those whose treatment was based on history and clinical findings alone (62%) (e.g. RR for number with incontinence after first year 1.23, 95% CI 0.60 to 2.55).

No trials reported whether or not there were any adverse effects.

Authors' conclusions

While urodynamic tests may change clinical decision making, there was not enough evidence to suggest whether this would result in better clinical outcomes. There was no evidence abut their use in men, children or people with neurological diseases. Larger definitive trials are needed, in which people are randomly allocated to management according to urodynamic findings or to standard management based on history and clinical examination.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Urodynamic studies (tests) for the management of urinary incontinence in children and adults

Urinary incontinence is the inability to control urination (passing water). It can be caused by a number of problems. Urodynamic tests try to measure nerve and muscle function, pressures around and in the bladder, flow rates and other factors which might help to explain a person's incontinence. Some people find these tests embarrassing and uncomfortable. However, they might show what the cause of the incontinence is, or what sort of incontinence the person has, so that the most correct treatment can be chosen. This might improve the success of the treatment.

Seven small trials were found, which included around 400 people, although information was only available for 385 women. There was not enough evidence to determine whether the urodynamic tests led to better outcomes. There was some evidence that urodynamic testing increased the number of people prescribed drug treatment, but it was not known whether this resulted in less incontinence or a better quality of life.

More research is needed, in which people are randomised to having treatment decisions based on either their symptoms and examination alone, or after taking into account the extra information provided by urodynamic tests.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Bilan urodynamique pour la prise en charge de l'incontinence urinaire chez les enfants et les adultes

Contexte

Les tests urodynamiques permettent d'examiner des patients souffrant d'incontinence urinaire ou d'autres symptômes urinaires, afin d'établir un diagnostic objectif définitif. Leur objectif est d'aider à sélectionner le traitement ayant le plus de chances de réussites. Les examens sont invasifs et leur réalisation est longue.

Objectifs

L'objectif de cette revue était de déterminer si un traitement préconisé en fonction d'un diagnostic urodynamique, comparé à un traitement basé sur des antécédents médicaux et une auscultation, permettait de bénéficier de soins cliniques plus efficaces pour le traitement de l'incontinence urinaire et d'améliorer les résultats cliniques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l’incontinence, qui contient des essais identifiés issus du registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et CINAHL, ainsi que des recherches manuelles dans les journaux et actes de conférence (recherches du 24 mai 2011) et dans les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection

Des essais randomisés ou quasi-randomisés comparant les résultats cliniques de groupes de patients qui faisaient, ou pas, l'objet d'examens à l'aide de l'urodynamique ou comparant un type d'urodynamique à un autre. Les essais étaient exclus s'ils ne signalaient aucun résultat clinique.

Recueil et analyse des données

Deux relecteurs ont évalué la qualité des essais et extrait des données de façon indépendante.

Résultats Principaux

Sept essais réalisés à petite échelle et totalisant environ 400 personnes ont été inclus, mais les données de 385 femmes étaient uniquement disponibles dans cinq essais, dont 197 ont bénéficié de tests urodynamiques. Certaines preuves faisaient état de risques de biais. Les quatre décès et 12 sorties d'étude constatés dans le bras témoin d'un essai étaient inexpliqués.

Certaines preuves démontraient que les tests avaient modifié la prise de décisions cliniques. Deux essais contenaient des preuves selon lesquelles les femmes bénéficiant d'un traitement après des examens urodynamiques étaient plus susceptibles de prendre des médicaments (RR 2,09, IC à 95 % 1,32 à 3,31), mais sans faire l'objet d'une intervention chirurgicale dans trois essais (RR 1,75, IC à 95 % 0,39 à 7,75). Les femmes figurant dans les bras de tests urodynamiques de deux essais étaient plus susceptibles de voir leur gestion modifiée, sans que sa signification statistique soit suffisante (proportion de l'absence de changement dans la gestion de 76 % contre 99 %, RR 0,79, IC à 95 % 0,57 à 1,10).

Toutefois, les preuves étaient insuffisantes pour démontrer l'apparition d'un quelconque effet clinique bénéfique. Par exemple, aucune différence statistiquement significative n'a été constatée dans le nombre de femmes souffrant d'incontinence urinaire et suivant un traitement guidé par l'urodynamique (70 %) par rapport à celles dont le traitement était basé uniquement sur leurs antécédents médicaux et des découvertes cliniques (62 %) (par ex. : RR pour le nombre de femmes souffrant d'incontinence au bout d'un an 1,23, IC à 95 % 0,60 à 2,55).

Aucun essai n'a révélé la présence éventuelle d'effets indésirables.

Conclusions des auteurs

Bien que les tests urodynamiques puissent influer la prise de décision clinique, les preuves étaient insuffisantes pour suggérer une éventuelle amélioration des résultats cliniques. Aucune preuve n'a été révélée concernant leur prescription chez les hommes, les enfants ou les personnes souffrant de maladies neurologiques. Des essais définitifs réalisés à grande échelle sont nécessaires, dans lesquels les patients sont alloués de façon aléatoire à la gestion selon les découvertes urodynamiques ou à une gestion standard selon leurs antécédents médicaux et une auscultation clinique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Bilan urodynamique pour la prise en charge de l'incontinence urinaire chez les enfants et les adultes

Bilan urodynamique (tests) pour la prise en charge de l'incontinence urinaire chez les enfants et les adultes

L'incontinence urinaire correspond à l'incapacité de contrôler l'envie d'uriner (miction). Plusieurs problèmes peuvent en être à l'origine. Les tests urodynamiques essaient de mesurer la fonction nerveuse et musculaire, ainsi que les pressions exercées autour et à l'intérieur de la vessie, les débits et d'autres facteurs susceptibles d'aider à expliquer l'incontinence d'une personne. Certaines personnes peuvent trouver ces tests embarrassants et déconcertants. Toutefois, ils peuvent permettre d'identifier la cause de l'incontinence ou le type d'incontinence dont souffre cette personne afin de définir le traitement le plus adapté. Ces tests peuvent améliorer la réussite du traitement.

Sept essais, réalisés à petite échelle, ont été identifiés et totalisaient environ 400 personnes, malgré la disponibilité d'informations portant uniquement sur 385 femmes. Les preuves étaient insuffisantes pour déterminer si les tests urodynamiques permettaient d'obtenir de meilleurs résultats. Certaines preuves indiquaient que les tests urodynamiques augmentaient le nombre de traitements médicamenteux prescrits aux patients, mais aucune ne révélait s'ils contribuaient à une baisse de l'incontinence ou une meilleure qualité de vie.

D'autres recherches sont nécessaires, dans lesquelles une randomisation des décisions de traitement sont appliquées aux patients en fonction de leurs symptômes et de leur auscultation seuls ou après avoir pris en compte les informations complémentaires fournies par les tests urodynamiques.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th April, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français