Psychostimulants for hypersomnia (excessive daytime sleepiness) in myotonic dystrophy

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Excessive daytime sleepiness is a common symptom of myotonic dystrophy. Psychostimulants are drugs increasingly used to treat hypersomnia in myotonic dystrophy.

Objectives

To search systematically for, and combine all evidence from, randomized trials relating to the effects of psychostimulants in myotonic dystrophy patients with hypersomnia.

Search methods

We searched the Cochrane Neuromuscular Disease Specialized Register (October 2010), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (19 October 2010, issue 4, 2010 in the Cochrane Library), MEDLINE (January 1966 to October 2010) and EMBASE (January 1980 to October 2010) for randomized trials concerning psychostimulants in myotonic dystrophy, checked the bibliographies of identified papers and made enquiries of the authors of the papers.

Selection criteria

We considered all randomized or quasi-randomized trials that have evaluated any type of psychostimulant (versus a placebo or no treatment) in children or adults with proven myotonic dystrophy and hypersomnia.

Data collection and analysis

Potentially relevant papers were scrutinized by two authors and the selection of eligible studies was agreed by them and a third author. Data were extracted by one author and checked by a second author.

Main results

Primary outcome
Mean improvement in the maintenance of wakefulness test was available for two of the five identified trials accounting for 48 participants. The mean difference +2.52(95% confidence interval (CI) -2.32 to +7.37), was not significant and there was marked heterogeneity across these studies (I2= 50%).

Secondary outcomes
Mean improvement in the Epworth Sleepiness Scale was available in four trials accounting for 101 participants. The mean difference was -2.26 (95% CI -3.78to -0.73), significantly in favor of modafinil with marked heterogeneity across the studies (I2= 84%). There was no evidence for any treatment benefit on the multiple sleep latency test or quality of life.

Authors' conclusions

There is low quality evidence from two small trials that psychostimulants do not significantly improve the maintenance of wakefulness test in myotonic dystrophy. There is low quality evidence from four studies that modafinil significantly improves the Epworth Sleepiness Scale. More randomized trials are needed to evaluate the efficacy and safety of psychostimulants.

摘要

背景

使用精神刺激劑來治療肌強直肌肉萎縮症患者的嗜睡症(白天過度嗜睡)

白天過度嗜睡是肌強直肌肉萎縮症患者常見的症狀。精神刺激劑是愈來愈常被用來治療肌強直肌肉萎縮症患者嗜睡症的一類藥物。

目標

系統地調查並綜合所有來自隨機分配試驗的證據,以決定精神刺激劑對肌強直肌肉萎縮症患者嗜睡症的療效。

搜尋策略

我們搜尋了Cochrane Neuromuscular Disease Trials Register (January 2006), MEDLINE (from January 1966 to January 2006) and EMBASE (from January 1980 to January 2006),以尋找用精神刺激劑治療肌強直肌肉萎縮症病人的隨機試驗,檢查所找到論文的書目資料,並詢問論文的作者。相關研究的搜尋在2006年一月有過更新。

選擇標準

我們將所有評估以下事項的隨機、半隨機試驗都列入考慮: 在確定同時罹患肌強直肌肉萎縮病和嗜睡症的小孩或成人身上使用任一種精神刺激劑(和安慰劑或不治療作比較)

資料收集與分析

可能相關的論文都由兩位作者審查,最後合格的研究都有他們及第三位作者同意。數據是由一位作者從文中取出,並由第二位作者檢查。

主要結論

主要評估項: 一個使用改良後清醒維持度測試的試驗顯示: 使用modafinil的病人比安慰劑組多清醒5.7分鐘(95%CI0.1至11.3)。次要評估項: 在一個有10位肌強直肌肉萎縮症參與者的雙盲交叉試驗中,使用selegiline和安慰劑在多次入睡潛伏時間測驗中沒有差異。試驗共包含了60位參與者,評估了modafinil治療成年肌強直肌肉萎縮症患者嗜睡症的有效性和安全性。結果顯示modafinil有效: Epworth Sleepiness Scale的 weighted mean difference是 1.59(95%CI是 −2.77到 −0.42)

作者結論

沒有證據支持在肌強直肌肉萎縮症患者常規使用精神刺激劑治療嗜睡症。在兩個研究中,有一些證據顯示modafinil可能可以減少白天的嗜睡程度。要評估精神刺激劑的有效性和安全性需要更多的隨機試驗。

翻譯人

本摘要由新光醫院葉旭霖翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

給有嗜睡症的肌強直肌肉萎縮症病人使用增強警醒度的藥物(精神刺激劑) 肌強直肌肉萎縮症是一種導致肌肉無力和萎縮的遺傳疾病。很多肌強直肌肉萎縮症病人抱怨在白天過度嗜睡。這個症狀和中樞呼吸控制的失調有關。精神刺激劑就是可以增加警醒度的藥物,包括咖啡因、安非他命、selegiline, methylphenidate和modafinil。很少有隨機分配試驗評估在肌強直肌肉萎縮症病人身上使用精神刺激劑的有效性和安全性。有一個給11個參與者使用selegiline的隨機分配試驗無法顯示有任何好處。有兩個研究modafinil這個藥的試驗,一個有40位參與者,另一個有20位參與者,顯示有不一致而輕微的好處,但它們沒有用黃金標準測試來評估嗜睡症。在這兩個研究中,參與者似乎對這個藥耐受力良好。要決定對肌強直肌肉萎縮症病人精神刺激劑的有效程度,還需要更多的隨機試驗。

Résumé scientifique

Psychostimulants pour le traitement de l'hypersomnie (somnolence diurne excessive) dans la dystrophie myotonique

Contexte

La somnolence diurne excessive est un symptôme courant de la dystrophie myotonique. Les psychostimulants sont des médicaments de plus en plus utilisés dans le traitement de l'hypersomnie associée à la dystrophie myotonique.

Objectifs

Effectuer une recherche systématique et combiner les preuves issues d'essais randomisés concernant les effets des psychostimulants chez les patients atteints de dystrophie myotonique avec hypersomnie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires (octobre 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (19 octobre 2010, numéro 4, 2010, dans la Bibliothèque Cochrane), MEDLINE (janvier 1966 à octobre 2010) et EMBASE (janvier 1980 à octobre 2010) afin d'identifier des essais randomisés portant sur des psychostimulants dans la dystrophie myotonique, et avons examiné les références bibliographiques des articles identifiés et consulté les auteurs des articles.

Critères de sélection

Nous avons pris en compte tous les essais randomisés ou quasi-randomisés évaluant tout type de psychostimulant (par rapport à un placebo ou une absence de traitement) chez des enfants ou des adultes présentant une dystrophie myotonique avérée avec hypersomnie.

Recueil et analyse des données

Les articles potentiellement pertinents ont été examinés par deux auteurs, et la sélection des études éligibles a fait l'objet d'un consensus entre ces derniers et un troisième auteur. Les données ont été extraites par un auteur et vérifiées par un deuxième.

Résultats principaux

Critère de jugement principal
L'amélioration moyenne du score au test de maintien de la vigilance était disponible dans deux des cinq essais identifiés, qui portaient sur 48 participants. La différence moyenne de +2,52 (intervalle de confiance (IC) à 95 %, entre -2,32 et +7,37) n'était pas significative, et une hétérogénéité prononcée était observée entre les études (I2= 50 %).

Critères de jugement secondaires
L'amélioration moyenne sur l'échelle de somnolence d'Epworth était disponible dans quatre essais portant sur 101 participants. La différence moyenne de -2,26 (IC à 95 %, entre -3,78 et -0,73) était significativement favorable au modafinil, avec une hétérogénéité prononcée entre les études (I2= 84 %). Il n'existait aucune preuve de bénéfice associé au traitement en termes de résultats du test des latences multiples d'endormissement ou de qualité de vie.

Conclusions des auteurs

Des preuves de faible qualité issues de deux petits essais indiquent que les psychostimulants n'entraînent pas d'amélioration significative des résultats du test de maintien de la vigilance dans la dystrophie myotonique. Des preuves de faible qualité issues de quatre études indiquent que le modafinil entraîne une amélioration significative du score sur l'échelle de somnolence d'Epworth. D'autres essais randomisés sont nécessaires afin d'évaluer l'efficacité et l'innocuité des psychostimulants.

Plain language summary

Drugs that increase alertness (psychostimulants) for excessive daytime sleepiness (hypersomnia) in myotonic dystrophy

Myotonic dystrophy is an inherited muscular dystrophy causing muscle weakness and wasting. Many people with myotonic dystrophy complain about excessive daytime sleepiness. This symptom is related to disordered central respiratory control. Psychostimulants are drugs that increase alertness and include caffeine, amphetamine, selegiline, methylphenidate and modafinil. In this updated review there were few randomized controlled trials which evaluated the efficacy and safety of psychostimulants in myotonic dystrophy. One randomized controlled trial of selegiline involving 11 participants did not demonstrate any benefit. Four studies of another drug modafinil suggested inconsistent and slight benefits. Only two of these studies used the gold standard test, a sleepiness scale, to evaluate hypersomnia and found non significant improvement. In these four studies modafinil seemed well tolerated. Further randomized trials are needed to determine the utility of psychostimulants for myotonic dystrophy.

Résumé simplifié

Médicaments augmentant la vigilance (psychostimulants) pour le traitement de la somnolence diurne excessive (hypersomnie) dans la dystrophie myotonique

La dystrophie myotonique est une dystrophie musculaire héréditaire entraînant l'affaiblissement et l'atrophie des muscles. De nombreux patients atteints de dystrophie myotonique se plaignent de somnolence diurne excessive. Ce symptôme est lié à un trouble du contrôle respiratoire central. Les psychostimulants, tels que la caféine, l'amphétamine, la sélégiline, le méthylphénidate et le modafinil, sont des médicaments qui augmentent la vigilance. Dans cette revue mise à jour, peu d'essais contrôlés randomisés évaluaient l'efficacité et l'innocuité des psychostimulants dans la dystrophie myotonique. Un essai contrôlé randomisé examinant de la sélégiline chez 11 participants ne démontrait aucun bénéfice. Quatre études portant sur du modafinil, un autre médicament, suggéraient des bénéfices légers et inégaux. Deux études seulement utilisaient le test de référence (une échelle de la somnolence) pour évaluer l'hypersomnie, et rapportaient une amélioration non significative. Le modafinil semblait bien toléré dans ces quatre études. D'autres essais randomisés sont nécessaires afin d'établir l'utilité des psychostimulants dans la dystrophie myotonique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.