Intervention Review

Intravenous oxytocin alone for cervical ripening and induction of labour

  1. Zarko Alfirevic1,*,
  2. Anthony J Kelly2,
  3. Therese Dowswell3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 7 OCT 2009

Assessed as up-to-date: 3 JUN 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD003246.pub2


How to Cite

Alfirevic Z, Kelly AJ, Dowswell T. Intravenous oxytocin alone for cervical ripening and induction of labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 4. Art. No.: CD003246. DOI: 10.1002/14651858.CD003246.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Liverpool, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

  2. 2

    Brighton and Sussex University Hospitals NHS Trust, Department of Obstetrics and Gynaecology, Brighton, UK

  3. 3

    The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

*Zarko Alfirevic, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, The University of Liverpool, First Floor, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, L8 7SS, UK. zarko@liverpool.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 7 OCT 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Oxytocin is the commonest induction agent used worldwide. It has been used alone, in combination with amniotomy or following cervical ripening with other pharmacological or non-pharmacological methods.

Objectives

To determine the effects of oxytocin alone for third trimester cervical ripening and induction of labour in comparison with other methods of induction of labour or placebo/no treatment.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (January 2009) and bibliographies of relevant papers.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials comparing intravenous oxytocin with placebo or no treatment, or with prostaglandins (vaginal or intracervical) for third trimester cervical ripening or labour induction.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed eligibility and carried out data extraction.

Main results

Sixty-one trials (12,819 women) are included.

When oxytocin inductions were compared with expectant management, fewer women failed to deliver vaginally within 24 hours (8.4% versus 53.8%, risk ratio (RR) 0.16, 95% confidence interval (CI) 0.10 to 0.25). There was a significant increase in the number of women requiring epidural analgesia (RR 1.10, 95% CI 1.04 to 1.17). Fewer women were dissatisfied with oxytocin induction in the one trial reporting this outcome (5.9% versus 13.7%, RR 0.43, 95% CI 0.33 to 0.56).

Compared with vaginal prostaglandins, oxytocin increased unsuccessful vaginal delivery within 24 hours in the two trials reporting this outcome (70% versus 21%, RR 3.33, 95% CI 1.61 to 6.89). There was a small increase in epidurals when oxytocin alone was used (RR 1.09, 95% CI 1.01 to 1.17).

Most of the studies included women with ruptured membranes, and there was some evidence that vaginal prostaglandin increased infection in mothers (chorioamnionitis RR 0.66, 95% CI 0.47 to 0.92) and babies (use of antibiotics RR 0.68, 95% CI 0.53 to 0.87). These data should be interpreted cautiously as infection was not pre-specified in the original review protocol.

When oxytocin was compared with intracervical prostaglandins, there was an increase in unsuccessful vaginal delivery within 24 hours (50.4% versus 34.6%, RR 1.47, 95% CI 1.10 to 1.96) and an increase in caesarean sections (19.1% versus 13.7%, RR 1.37, 95% CI 1.08 to 1.74) in the oxytocin group.

Authors' conclusions

Comparison of oxytocin with either intravaginal or intracervical PGE2 reveals that the prostaglandin agents probably increase the chances of achieving vaginal birth within 24 hours. Oxytocin induction may increase the rate of interventions in labour.

A suggestion that for women with prelabour rupture of membranes induction with vaginal prostaglandin may increase risk of infection for mother and baby warrants further study.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Oxytocin for induction of labour

Sometimes it is necessary to bring on labour artificially, because of safety concerns either for the pregnant woman or her baby. Oxytocin is the most common drug used to induce labour and has been used either alone, with other drugs or after artificial rupture of the membranes. In this review we looked at the use of oxytocin alone for inducing labour. The review included 61 studies with more than12,000 women. Overall, oxytocin seems to be a safe method of inducing labour. Compared to waiting to see whether labour starts naturally (expectant management), giving oxytocin led to more women having their babies within 24 hours, but more women needed an epidural for pain relief. Most of the studies recruited women with ruptured membranes and the number of babies with an infection was lower with oxytocin compared with expectant management.

A comparison of oxytocin with other drugs to induce labour (vaginal or intracervical prostaglandins) showed that women were more likely to have their babies within 24 hours with prostaglandin. Fewer women had epidurals with prostaglandin. Side effects for the mother were similar in the two groups.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'administration d'ocytocine par voie intraveineuse seule pour la maturation cervicale et le déclenchement du travail

Contexte

L'ocytocine est l'agent d'induction le plus fréquemment utilisé au monde. Elle a été utilisée seule, en combinaison avec l'amniotomie ou après la maturation cervicale avec d'autres méthodes pharmacologiques ou non-pharmacologiques.

Objectifs

Déterminer les effets de l'ocytocine seule pour la maturation cervicale pendant le troisième trimestre et le déclenchement du travail par rapport à d'autres méthodes de déclenchement du travail ou un placebo/l'absence de traitement.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (janvier 2009) et les bibliographies des articles identifiés.

Critères de sélection

Les essais randomisés et quasi-randomisés comparant l'ocytocine par voie intraveineuse à un placebo ou l'absence de traitement, ou aux prostaglandines (par voie vaginale ou intracervicale) pour la maturation cervicale pendant le troisième trimestre ou le déclenchement du travail.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué l'éligibilité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Soixante-et-un essais (soit 12 819 femmes) ont été inclus.

Lorsque les déclenchements par l'ocytocine ont été comparés à la prise en charge non interventionniste, les femmes qui ne sont pas parvenues à accoucher par voie basse dans les 24 heures étaient moins nombreuses (8,4 % contre 53,8 %, risque relatif (RR) 0,16, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,10 à 0,25). Il y a eu une augmentation significative du nombre de femmes nécessitant une analgésie péridurale (RR 1,10, IC à 95 % 1,04 à 1,17). Les femmes n'ayant pas été satisfaites du déclenchement par l'ocytocine étaient moins nombreuses dans l'essai ayant rapporté ce résultat (5,9 % contre 13,7 %, RR 0,43, IC à 95 % 0,33 à 0,56).

Comparée aux prostaglandines par voie vaginale, l'ocytocine a augmenté le nombre d'échecs d'accouchement par voie basse dans les 24 heures dans les deux essais ayant rapporté ce résultat (70 % contre 21 %, RR 3,33, IC à 95 % 1,61 à 6,89). On a observé une petite augmentation des péridurales avec l'utilisation de l'ocytocine seule (RR 1,09, IC à 95 % 1,01 à 1,17).

La plupart des études incluaient des femmes aux membranes rompues, et certaines preuves indiquaient que la prostaglandine par voie vaginale avait augmenté l'infection chez les mères (chorioamniotite RR 0,66, IC à 95 % 0,47 à 0,92) et chez les bébés (utilisation d'antibiotiques RR 0,68, IC à 95 % 0,53 à 0,87). Ces données doivent être interprétées avec précaution puisque l'infection n'a pas été pré-spécifiée dans le protocole original de la revue.

Lorsque l'ocytocine a été comparée aux prostaglandines par voie intracervicale, on a observé une augmentation du nombre d'échecs d'accouchement par voie basse dans les 24 heures (50,4 % contre 34,6 %, RR 1,47, IC à 95 % 1,10 à 1,96) et une augmentation du nombre de césariennes (19,1 % contre 13,7 %, RR 1,37, IC à 95 % 1,08 à 1,74) dans le groupe sous ocytocine.

Conclusions des auteurs

La comparaison de l'ocytocine avec PGE2 par voie intravaginale ou intracervicale révèle que les agents de la prostaglandine augmentent probablement les chances de réussir un accouchement par voie basse dans les 24 heures. Le déclenchement par l'ocytocine est susceptible d'augmenter le taux d'interventions au cours du travail.

La suggestion selon laquelle chez les femmes présentant une rupture prématurée des membranes, le déclenchement par une prostaglandine par voie vaginale pourrait augmenter le risque d'infection chez la mère et le bébé justifie des études supplémentaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'administration d'ocytocine par voie intraveineuse seule pour la maturation cervicale et le déclenchement du travail

L'ocytocine pour le déclenchement du travail

Il est parfois nécessaire de déclencher artificiellement l'accouchement pour des raisons touchant à la sécurité de la mère ou du bébé. L'ocytocine est le médicament le plus fréquemment utilisé pour déclencher le travail et a été utilisée seule, avec d'autres médicaments ou après la rupture artificielle des membranes. Dans cette revue, nous avons examiné l'utilisation de l'ocytocine seule pour déclencher le travail. La revue a inclus 61 études totalisant plus de 12 000 femmes. Globalement, l'ocytocine semble être une méthode sûre pour déclencher le travail. Comparée à la politique qui consiste à attendre de voir si le travail commence naturellement (prise en charge non interventionniste), l'administration d'ocytocine a conduit à une augmentation du nombre de femmes ayant leur(s) bébé(s) dans les 24 heures, mais davantage de femmes ont eu besoin d'une péridurale pour soulager la douleur. La plupart des études ont recruté des femmes présentant des membranes rompues et le nombre de bébés ayant une infection était plus bas avec l'ocytocine comparée à la prise en charge non interventionniste.

Une comparaison de l'ocytocine à d’autres médicaments pour déclencher le travail (prostaglandines par voie vaginale ou intracervicale) a montré que les femmes avaient plus de chances d'avoir leur(s) bébé(s) dans les 24 heures avec la prostaglandine. Moins de femmes ont eu une péridurale avec la prostaglandine. Les effets secondaires pour la mère étaient similaires dans les deux groupes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français