Get access

Symptomatic treatment of the cough in whooping cough

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

The worldwide incidence of whooping cough (pertussis) has been estimated at 48.5 million cases and nearly 295,000 deaths per year. In low-income countries, the case-fatality rate among infants may be as high as 4%. Much of the morbidity of whooping cough in children and adults is due to the effects of the paroxysmal cough. Cough treatments proposed include corticosteroids, beta 2-adrenergic agonists, pertussis-specific immunoglobulin, antihistamines and possibly leukotriene receptor antagonists (LTRAs).

Objectives

To assess the effectiveness and safety of interventions to reduce the severity of paroxysmal cough in whooping cough in children and adults.

Search methods

We updated searches of the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL Issue 2, 2012), which contains the Cochrane Acute Respiratory Infections Group's Specialised Register, the Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE Issue 2, 2012) accessed from The Cochrane Library, MEDLINE (1950 to January 2012), EMBASE (1980 to January 2012), AMED (1985 to January 2012), CINAHL (1980 to January 2012) and LILACS (January 2012). We searched Current Controlled Trials to identify trials in progress.

Selection criteria

We selected randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs of any intervention (excluding antibiotics and vaccines) to suppress the cough in whooping cough.

Data collection and analysis

Two review authors (SB, MT) independently selected trials, extracted data and assessed the quality of each trial for this review in 2009. Two review authors (SB, KW) independently reviewed additional studies identified by the updated search in 2012. The primary outcome was frequency of paroxysms of coughing. Secondary outcomes were frequency of vomiting, frequency of whoop, frequency of cyanosis (turning blue), development of serious complications, mortality from any cause, side effects due to medication, admission to hospital and duration of hospital stay. 

Main results

Ten trials were included of varying sample sizes (N = 9 to 135) from high-income countries. Study quality was generally poor. Included studies did not show a statistically significant benefit for any of the interventions. Only six trials including a total of 196 participants reported data in sufficient detail for analysis. Diphenhydramine did not change coughing episodes; the mean difference (MD) of coughing spells per 24 hours was 1.9; 95% confidence interval (CI) - 4.7 to 8.5. One study on pertussis immunoglobulin reported a possible mean reduction of -3.1 whoops per 24 hours (95% CI -6.2 to 0.02) but no change in hospital stay (MD -0.7 days; 95% CI -3.8 to 2.4). Dexamethasone did not show a clear decrease in length of hospital stay (MD -3.5 days; 95% CI -15.3 to 8.4) and salbutamol showed no change in coughing paroxysms per 24 hours (MD -0.2; 95% CI -4.1 to 3.7). Only one trial comparing pertussis immunoglobulin versus placebo reported data on adverse events: 4.3% in the treatment group (rash) versus 5.3% in the placebo group (loose stools, pain and swelling at injection site).

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to draw conclusions about the effectiveness of interventions for the cough in whooping cough.

Résumé

Traitement symptomatique de la toux dans la coqueluche

Contexte

L'incidence mondiale de la coqueluche a été estimée à 48,5 millions de cas et près de 295 000 décès par an. Dans les pays à faible revenu, le taux de létalité chez les nourrissons pourrait atteindre 4 %. Une grande part de la morbidité de la coqueluche chez les enfants et les adultes est due aux effets de la toux paroxystique. Les traitements contre la toux proposés comprennent les corticostéroïdes, les agonistes bêta 2-adrénergiques, l'immunoglobuline spécifique de la coqueluche, les antihistaminiques et éventuellement les antagonistes des récepteurs des leucotriènes (ARLT).

Objectifs

Évaluer l'efficacité et la sécurité d'interventions visant à réduire la gravité de la toux paroxystique dans les cas de coqueluche chez l'enfant et l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mis à jour les recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL numéro 2, 2012), qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE numéro 2, 2012) consultée à partir de The Cochrane Library, MEDLINE (de 1950 à janvier 2012), EMBASE (de 1980 à janvier 2012), AMED (de 1985 à janvier 2012), CINAHL (de 1980 à janvier 2012) et LILACS (janvier 2012). Nous avons effectué une recherche dans Current Controlled Trials afin d'identifier des essais en cours.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés (ECR) et des quasi-ECR portant sur toute intervention (à l'exclusion des antibiotiques et des vaccins) visant à supprimer la toux dans les cas de coqueluche.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue (SB, MT) ont, de façon indépendante, sélectionné les essais, extrait les données et évalué la qualité de chaque essai pour cette revue en 2009. Deux auteurs de la revue (SB, KW) ont évalué de façon indépendante les études supplémentaires identifiées par la recherche mise à jour en 2012. Le critère de jugement principal était la fréquence des paroxysmes de toux. Les critères de jugement secondaires étaient la fréquence des vomissements, la fréquence des quintes de toux, la fréquence de la cyanose (bleuissement), le développement de complications graves, la mortalité de toute origine, les effets secondaires dus aux médicaments, l'hospitalisation et la durée d'hospitalisation. 

Résultats Principaux

Dix essais, avec différentes tailles d'échantillons (N = 9 à 135) et issus de pays à revenu élevé, ont été inclus. La qualité des études était généralement médiocre. Les études incluses n'ont démontré de bénéfice statistiquement significatif pour aucune des interventions. Seuls six essais, portant sur un total de 196 participants, ont fourni des données suffisamment détaillées pour l'analyse. La diphénhydramine n'a pas changé les épisodes de toux ; la différence moyenne (DM) concernant les quintes de toux par 24 heures était de 1,9 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % - 4,7 à 8,5. Une étude portant sur l'immunoglobuline spécifique de la coqueluche a signalé une possible réduction moyenne de -3,1 des quintes de toux par 24 heures (IC à 95 % -6,2 à 0,02), mais aucun changement concernant l'hospitalisation (DM -0,7 jours ; IC à 95 % -3,8 à 2,4). La déxaméthasone n'a pas démontré de diminution nette de la durée de l'hospitalisation (DM -3,5 jours ; IC à 95 % -15,3 à 8,4) et le salbutamol n'a démontré aucun changement concernant les paroxysmes de toux par 24 heures (DM -0,2 ; IC à 95 % -4,1 à 3,7). Un seul essai comparant l'immunoglobuline spécifique de la coqueluche versus placebo a fourni des données concernant les événements indésirables : 4,3 % dans le groupe de traitement (éruptions cutanées) versus 5,3 % dans le groupe placebo (selles molles, douleurs et gonflement au site d'injection).

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour tirer des conclusions sur l'efficacité des interventions concernant la toux dans les cas de coqueluche.

Plain language summary

Treatment of the cough in whooping cough

Whooping cough, or pertussis, is an infectious bacterial disease. It affects infants and small children and can be life-threatening in unimmunised infants younger than three months of age. Infants with whooping cough experience severe bouts of coughing and vomiting which can lead to dehydration and difficulty breathing. Routine vaccination can prevent illness and protect infants and children against death and admission to hospital.

Whooping cough also affects older children and adults and new vaccine strategies are being developed to improve coverage, as neither immunisation nor natural infection result in lifelong immunity. New improved laboratory methods and higher awareness amongst doctors have helped improve surveillance of community outbreaks. These methods have also helped improve diagnosis as antibiotics can limit the course of the disease if given in the early stage of the illness. In the later stages, antibiotics have little individual benefit and treatment with corticosteroids, salbutamol, pertussis specific immunoglobulin (antibodies to increase the body's resistance) or antihistamines has been used in an attempt to reduce the cough while the disease runs its course.

We reviewed 10 studies involving children and adults with whooping cough. Only six of these studies, which included a total of 196 patients, reported their results in enough detail for us to assess them. The studies involved different types of interventions (excluding antibiotics and vaccines) and found that no trial provided enough evidence to determine whether the drugs used can reduce the cough in whooping cough. The risk of side effects was similar in patients treated with pertussis-specific immunoglobulin or placebo.

Résumé simplifié

Traitement symptomatique de la toux dans la coqueluche

Traitement de la toux dans la coqueluche

La coqueluche est une maladie infectieuse bactérienne. Elle touche les nourrissons et les enfants en bas âge et peut menacer le pronostic vital chez les nourrissons non immunisés de moins de trois mois. Les nourrissons atteints de la coqueluche souffrent de graves quintes de toux et de vomissements qui peuvent conduire à une déshydratation et à des difficultés respiratoires. La vaccination systématique peut prévenir la maladie et protéger les nourrissons et les enfants du décès et de l'hospitalisation.

La coqueluche touche également les enfants plus âgés, ainsi que les adultes et de nouvelles stratégies de vaccination sont développées pour améliorer la couverture, car ni l'immunisation ni l'infection naturelle n'apportent une immunité pour la vie entière. De nouvelles méthodes de laboratoire et une plus grande sensibilisation parmi les médecins ont aidé à améliorer la surveillance des épidémies communautaires. Ces méthodes ont également aidé à améliorer le diagnostic, car les antibiotiques peuvent limiter l'évolution de la maladie s'ils sont administrés au stade précoce. Au cours des stades plus tardifs, les antibiotiques présentent peu de bénéfice individuel et le traitement aux corticostéroïdes, au salbutamol à l'immunoglobuline spécifique de la coqueluche (anticorps destinés à augmenter la résistance du corps) ou aux antihistaminiques est utilisé pour tenter de réduire la toux, alors que la maladie poursuit son évolution.

Nous avons évalué 10 études impliquant des enfants et des adultes atteints de coqueluche. Seules six de ces études, portant sur un total de 196 patients, ont rapporté leurs résultats avec suffisamment de détails pour que nous puissions les évaluer. Les études portaient sur différents types d'interventions (à l'exclusion des antibiotiques et des vaccins) et ont découvert qu'aucun essai n'apportait suffisamment de preuves pour déterminer si les médicaments utilisés pouvaient réduire la toux dans les cas de coqueluche. Le risque d'effets secondaires était semblable chez les patients traités avec l'immunoglobuline spécifique de la coqueluche ou le placebo.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary