Intervention Review

Cooling for newborns with hypoxic ischaemic encephalopathy

  1. Susan E Jacobs1,*,
  2. Marie Berg2,
  3. Rod Hunt3,
  4. William O Tarnow-Mordi4,
  5. Terrie E Inder5,
  6. Peter G Davis6

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 31 JAN 2013

Assessed as up-to-date: 1 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD003311.pub3


How to Cite

Jacobs SE, Berg M, Hunt R, Tarnow-Mordi WO, Inder TE, Davis PG. Cooling for newborns with hypoxic ischaemic encephalopathy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD003311. DOI: 10.1002/14651858.CD003311.pub3.

Author Information

  1. 1

    Royal Women's Hospital, Neonatal Services, Parkville, Melbourne, Victoria, Australia

  2. 2

    Fletcher Allen Health Care, Division of Neonatal Perinatal Medicine, Burlington, Vermont, USA

  3. 3

    Murdoch Children's Research Institute, Department of Neonatal Medicine, Parkville, Victoria, Australia

  4. 4

    Westmead Hospital, Department of Neonatal Medicine, Westmead, NSW, Australia

  5. 5

    St. Louis Children's Hospital, Washington University, Departments of Pediatrics, Neurology and Radiology, St. Louis, MO, USA

  6. 6

    The Royal Women's Hospital, Department of Newborn Research, Parkville, Victoria, Australia

*Susan E Jacobs, Neonatal Services, Royal Women's Hospital, 20 Flemington Road, Parkville, Melbourne, Victoria, 3052, Australia. Sue.Jacobs@thewomens.org.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 JAN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Newborn animal studies and pilot studies in humans suggest that mild hypothermia following peripartum hypoxia-ischaemia in newborn infants may reduce neurological sequelae without adverse effects.

Objectives

To determine the effect of therapeutic hypothermia in encephalopathic asphyxiated newborn infants on mortality, long-term neurodevelopmental disability and clinically important side effects.

Search methods

We used the standard search strategy of the Cochrane Neonatal Review Group as outlined in The Cochrane Library (Issue 2, 2007). Randomised controlled trials evaluating therapeutic hypothermia in term and late preterm newborns with hypoxic ischaemic encephalopathy were identified by searching the Oxford Database of Perinatal Trials, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library, 2007, Issue 2), MEDLINE (1966 to June 2007), previous reviews including cross-references, abstracts, conferences, symposia proceedings, expert informants and journal handsearching. We updated this search in May 2012.

Selection criteria

We included randomised controlled trials comparing the use of therapeutic hypothermia with standard care in encephalopathic term or late preterm infants with evidence of peripartum asphyxia and without recognisable major congenital anomalies. The primary outcome measure was death or long-term major neurodevelopmental disability. Other outcomes included adverse effects of cooling and 'early' indicators of neurodevelopmental outcome.

Data collection and analysis

Four review authors independently selected, assessed the quality of and extracted data from the included studies. Study authors were contacted for further information. Meta-analyses were performed using risk ratios (RR) and risk differences (RD) for dichotomous data, and weighted mean difference for continuous data with 95% confidence intervals (CI).

Main results

We included 11 randomised controlled trials in this updated review, comprising 1505 term and late preterm infants with moderate/severe encephalopathy and evidence of intrapartum asphyxia. Therapeutic hypothermia resulted in a statistically significant and clinically important reduction in the combined outcome of mortality or major neurodevelopmental disability to 18 months of age (typical RR 0.75 (95% CI 0.68 to 0.83); typical RD -0.15, 95% CI -0.20 to -0.10); number needed to treat for an additional beneficial outcome (NNTB) 7 (95% CI 5 to 10) (8 studies, 1344 infants). Cooling also resulted in statistically significant reductions in mortality (typical RR 0.75 (95% CI 0.64 to 0.88), typical RD -0.09 (95% CI -0.13 to -0.04); NNTB 11 (95% CI 8 to 25) (11 studies, 1468 infants) and in neurodevelopmental disability in survivors (typical RR 0.77 (95% CI 0.63 to 0.94), typical RD -0.13 (95% CI -0.19 to -0.07); NNTB 8 (95% CI 5 to 14) (8 studies, 917 infants). Some adverse effects of hypothermia included an increase sinus bradycardia and a significant increase in thrombocytopenia.

Authors' conclusions

There is evidence from the 11 randomised controlled trials included in this systematic review (N = 1505 infants) that therapeutic hypothermia is beneficial in term and late preterm newborns with hypoxic ischaemic encephalopathy. Cooling reduces mortality without increasing major disability in survivors. The benefits of cooling on survival and neurodevelopment outweigh the short-term adverse effects. Hypothermia should be instituted in term and late preterm infants with moderate-to-severe hypoxic ischaemic encephalopathy if identified before six hours of age. Further trials to determine the appropriate techniques of cooling, including refinement of patient selection, duration of cooling and method of providing therapeutic hypothermia, will refine our understanding of this intervention.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Cooling for newborns with hypoxic ischaemic encephalopathy

There is evidence that induced hypothermia (cooling) of newborn babies who may have suffered from a lack of oxygen at birth reduces death or disability, without increasing disability in survivors. This means that parents should expect that cooling will decrease their baby's chance of dying, and that if their baby survives, cooling will decrease his/her chance of major disability. A lack of oxygen before and during birth can destroy cells in a newborn baby's brain. The damage caused by the lack of oxygen continues for some time afterwards. One way to try to stop this damage is to induce hypothermia - cooling the baby or just the baby's head for hours to days. This treatment may reduce the amount of damage to brain cells. This review found that there is evidence from trials to show that induced hypothermia helps to improve survival and development at 18 to 24 months for term and late preterm newborn babies at risk of brain damage. More research is needed to understand which infants need cooling and the best way of cooling, including duration of treatment and method of cooling.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Refroidissement pour les nouveau-nés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique

Contexte

Les études menées sur les animaux nouveau-nés et les études pilotes chez les humains donnent à penser qu'une hypothermie légère suite à une hypoxie-ischémie péripartum chez les nouveau-nés peut réduire les séquelles neurologiques sans effets indésirables.

Objectifs

Déterminer l'effet de l'hypothermie thérapeutique chez les nouveau-nés présentant une asphyxie encéphalopathique sur la mortalité, l'incapacité neurodéveloppementale à long terme et les effets secondaires cliniquement importants.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du Groupe thématique Cochrane sur la néonatologie tel que décrit dans The Cochrane Library (numéro 2, 2007). Les essais contrôlés randomisés évaluant l'hypothermie thérapeutique chez les nouveau-nés nés à terme ou peu prématurés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique ont été identifiés en effectuant des recherches dans The Oxford Database of Perinatal Trials, le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library, 2007, numéro 2), MEDLINE (de 1966 à juin 2007), les revues précédentes comprenant des références croisées, des résumés, des conférences, des actes de symposiums, auprès d'informateurs experts et en effectuant des recherches manuelles dans des journaux. La dernière mise à jour de cette recherche a été effectuée en mai 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant l'utilisation de l'hypothermie thérapeutique aux soins standard chez les nourrissons encéphalopathiques nés à terme ou peu prématurés présentant une asphyxie péripartum sans anomalies congénitales majeures identifiables. Le critère de jugement principal était la mortalité ou l'incapacité neurodéveloppementale majeure à long terme. Les autres critères de jugement comprenaient les effets indésirables du refroidissement et les indicateurs « précoces » du résultat du développement neurologique.

Recueil et analyse des données

Quatre auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les études et évalué la qualité et extrait les données des études incluses. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations complémentaires. Les méta-analyses ont été réalisées en utilisant des risques relatifs (RR) et des différences de risques (DR) pour les données dichotomiques, et la différence moyenne pondérée pour les données continues, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 11 essais contrôlés randomisés dans cette revue mise à jour, comprenant 1 505 nourrissons nés à terme ou peu prématurés présentant une encéphalopathie modérée/sévère et des signes d'asphyxie péripartum. L'hypothermie thérapeutique a entraîné une réduction statistiquement significative et cliniquement importante du résultat combiné de la mortalité ou de l'incapacité neurodéveloppementale majeure jusqu'à l'âge de 18 mois (RR typique 0,75 (IC à 95 % 0,68 à 0,83) ; DR typique -0,15, IC à 95 % -0,20 à -0,10) ; nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice supplémentaire du traitement (NNTB) 7 (IC à 95 % 5 à 10) (8 études, 1 344 nourrissons). Le refroidissement a également entraîné des réductions statistiquement significatives de la mortalité (RR typique 0,75 (IC à 95 % 0,64 à 0,88), DR typique -0,09 (IC à 95 % -0,13 à -0,04) ; NNTB 11 (IC à 95 % 8 à 25) (11 études, 1 468 nourrissons) et de l'incapacité neurodéveloppementale chez les survivants (RR typique 0,77 (IC à 95 % 0,63 à 0,94), DR typique -0,13 (IC à 95 % -0,19 à -0,07) ; NNTB 8 (IC à 95 % 5 à 14) (8 études, 917 nourrissons). Certains effets indésirables de l'hypothermie comprenaient une augmentation de la bradycardie sinusale et une augmentation significative de la thrombocytopénie.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves issues des 11 essais contrôlés randomisés inclus dans cette revue systématique (N = 1 505 nourrissons) qui indiquent que l'hypothermie thérapeutique est bénéfique chez les nouveau-nés nés à terme ou peu prématurés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique. Le refroidissement réduit la mortalité sans augmenter l'incapacité majeure chez les survivants. Les effets bénéfiques du refroidissement sur la survie et le développement neurologique l'emportent sur les effets indésirables à court terme. L'hypothermie devrait être instituée chez les nourrissons nés à terme ou peu prématurés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique modérée à sévère si celle-ci est identifiée avant l'âge de six heures. Des essais supplémentaires visant à déterminer les techniques appropriées de refroidissement, notamment par l'affinement de la sélection des patients, de la durée du refroidissement et de la méthode d'administration de l'hypothermie thérapeutique, affineront notre compréhension de cette intervention.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Refroidissement pour les nouveau-nés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique

Refroidissement pour les nouveau-nés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique

Il existe des preuves que l'hypothermie (refroidissement) induite des nouveau-nés qui peuvent avoir souffert d'un manque d'oxygène à la naissance réduit la mortalité ou l'invalidité, sans invalidité accrue chez les survivants. Cela signifie que les parents doivent s'attendre à ce que le refroidissement réduise le risque de mortalité de leur bébé, et que si leur bébé survit, le refroidissement réduira son risque d'invalidité majeure. Le manque d'oxygène avant ou pendant l'accouchement peut détruire les cellules du cerveau des nouveau-nés. Les lésions provoquées par le manque d'oxygène persistent par la suite pendant un certain temps. Une manière d'essayer d'arrêter ces lésions est d'induire une hypothermie - refroidissement du bébé ou simplement de la tête du bébé pendant quelques heures à quelques jours. Ce traitement peut réduire l'ampleur des lésions des cellules du cerveau. Cette revue a mis en évidence qu'il existe des preuves issues d'essais indiquant que l'hypothermie induite aide à améliorer la survie et le développement à 18 à 24 mois pour les nouveau-nés nés à terme et peu prématurés à risque de lésions cérébrales. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre quels nourrissons nécessitent un refroidissement et quel est le meilleur mode de refroidissement, notamment en termes de durée du traitement et de méthode de refroidissement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th March, 2013
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais