Get access

Exercise based rehabilitation for heart failure

  • Conclusions changed
  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

From previous systematic reviews and meta-analyses there is consensus about the positive effect of exercise training on exercise capacity; however, the effects on health-related quality of life, mortality and hospital admissions in heart failure remain uncertain.

Objectives

To update the previous systematic review which determined the effectiveness of exercise-based interventions on the mortality, hospitalisation admissions, morbidity and health-related quality of life for patients with systolic heart failure.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2007, Issue 4). To update searches from the previous review, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, and PsycINFO were searched (2001 to January 2008). ISI Proceedings and bibliographies of identified reviews were checked.

Selection criteria

Randomised controlled trials of exercise-based interventions with six months follow up or longer compared to usual medical care or placebo. The study population comprised adults of all ages (> 18 years) with evidence of chronic systolic heart failure.

Data collection and analysis

All identified references were independently screened by two review authors and those that were clearly ineligible were rejected. Full papers of potentially relevant trials were obtained. Data were independantly extracted from the included trials and their risk of bias assessed by a single review author and checked by a second.

Main results

Nineteen trials (3647 participants) met the inclusion criteria. One large trial recuited 2331 of the participants. There was no significant difference in pooled mortality between groups in the 13 trials with < 1 year follow up. There was evidence of a non-significant trend toward a reduction in pooled mortality with exercise in the four trials with > 1 year follow up. A reduction in the hospitalisation rate was demonstrated with exercise training programmes. Hospitalisations due to systolic heart failure were reduced with exercise and there was a significant improvement in health-related quality of life (HRQoL). The effect of cardiac exercise training on total mortality and HRQoL were independent of the degree of left ventricular dysfunction, type of cardiac rehabilitation, dose of exercise intervention, length of follow up, trial quality, and trial publication date.

Authors' conclusions

The previous version of this review showed that exercise training improved exercise capacity in the short term in patients with mild to moderate heart failure when compared to usual care. This updated review provides evidence that in a similar population of patients, exercise does not increase the risk of all-cause mortality and may reduce heart failure-related hospital admissions. Exercise training may offer important improvements in patients' health-related quality of life.

Résumé scientifique

Réadaptation par l'exercice dans l'insuffisance cardiaque

Contexte

Dans les précédentes revues systématiques et méta-analyses, un consensus a été atteint concernant l'effet positif des programmes d'exercices sur la capacité d'exercice, mais on connaît moins bien leurs effets sur la qualité de vie liée à la santé, la mortalité et les hospitalisations dans l'insuffisance cardiaque.

Objectifs

Mettre à jour la précédente revue systématique qui avait démontré l'efficacité des programmes d'exercices sur la mortalité, les hospitalisations, la morbidité et la qualité de vie liée à la santé des patients atteints d'insuffisance cardiaque systolique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2007, numéro 4). Pour la mise à jour de la précédente revue, nous avons également consulté MEDLINE, EMBASE, CINAHL et PsycINFO (2001 à janvier 2008). ISI Proceedings et les références bibliographiques des revues identifiées ont été examinés.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant des interventions basées sur des exercices avec un suivi d'au moins six mois à des soins médicaux habituels ou à un placebo. La population étudiée se composait d'adultes de tous âges (> 18 ans) atteints d'une insuffisance cardiaque systolique chronique avérée.

Recueil et analyse des données

Toutes les références identifiées ont été examinées de manière indépendante par deux auteurs de revue, qui ont rejeté les études clairement non éligibles. Le texte intégral des essais potentiellement pertinents a été obtenu. Les données ont été extraites de manière indépendante et le risque de biais a été évalué par un auteur de revue et vérifié par un second auteur.

Résultats principaux

Dix-neuf essais (3 647 participants) remplissaient les critères d'inclusion. Un essai à grande échelle recrutait 2 331 participants. Aucune différence significative n'était observée entre les groupes en termes de mortalité combinée dans les 13 essais présentant un suivi < 1 an. Une tendance à la baisse non significative de la mortalité combinée était observée avec l'exercice dans les quatre essais présentant un suivi > 1 an. Une réduction du taux d'hospitalisation était démontrée avec les programmes d'exercices. Les hospitalisations pour cause d'insuffisance cardiaque systolique diminuaient avec l'exercice et une amélioration significative de la qualité de vie liée à la santé (QVLS) était observée. Les effets des programmes d'exercices cardiaques sur la mortalité totale et la QVLS ne dépendaient pas du degré de dysfonctionnement ventriculaire gauche, du type de réadaptation cardiaque, de l'intensité des exercices, de la durée du suivi, de la qualité des essais ou de la date de publication.

Conclusions des auteurs

La précédente version de cette revue montrait que les programmes d'exercices amélioraient la capacité d'exercice à court terme chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque légère à modérée par rapport aux soins habituels. Cette revue mise à jour apporte des preuves indiquant que, chez une même population de patients, l'exercice n'accroît pas le risque de mortalité toutes causes confondues et pourrait réduire les hospitalisations pour cause d'insuffisance cardiaque. Les programmes d'exercices peuvent améliorer significativement la qualité de vie liée à la santé chez ces patients.

Plain language summary

Exercise based rehabilitation for heart failure

People with heart failure can experience marked reductions in their activities of daily living and health-related quality of life because of their restricted heart capacity. This can reduce their ability to exercise, which can further reduce fitness making their symptoms worse. Chronic heart failure is also associated with a substantially increased risk of death. The review found that for people with mild to moderate systolic heart failure there was neither a reduction or an increase in the risk of death with exercise. However, following exercise training there was a reduction in hospital admissions due to the systolic heart failure. In both the short and longer term, exercise training programmes improved health-related quality of life compared to usual care without the exercise. The kinds of exercise programmes studied varied greatly but were largely aerobic (such as brisk walking). We found no evidence to suggest that exercise training programmes cause harm.

Résumé simplifié

Réadaptation par l'exercice dans l'insuffisance cardiaque

En raison de leurs capacités cardiaques limitées, les patients atteints d'insuffisance cardiaque souffrent souvent d'une réduction importante de leurs activités de la vie quotidienne et de leur qualité de vie liée à la santé. Cela peut réduire leur capacité d'exercice et entraîner une baisse de leur condition physique et une aggravation de leurs symptômes. L'insuffisance cardiaque chronique est également associée à une augmentation substantielle du risque de décès. Cette revue a constaté que, chez les patients présentant une insuffisance cardiaque systolique légère à modérée, l'exercice n'entraînait pas de réduction ni d'augmentation du risque de décès. Néanmoins, l'exercice entraînait une réduction des hospitalisations pour cause d'insuffisance cardiaque systolique. À court et long termes, les programmes d'exercices amélioraient la qualité de vie liée à la santé par rapport aux soins habituels sans exercices. Les programmes d'exercices étudiés variaient considérablement mais étaient principalement de type aérobique (marche rythmée, par exemple). Nous n'avons identifié aucune preuve suggérant que les programmes d'exercices pourraient avoir des effets négatifs.

Notes de traduction

Aucune

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary