Get access

Benzodiazepines and related drugs for insomnia in palliative care

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Insomnia, a subjective complaint of poor sleep and associated impairment in daytime function, is a common problem. Currently, benzodiazepines are the most used pharmacological treatment for this complaint. They are considered helpful for occasional short-term use up to four weeks but longer term use is not advised due to potential problems regarding tolerance, dosing escalation, psychological addiction and physical dependence. There is no consensus on their utility in patients with progressive incurable conditions who may require assistance with sleep for many weeks as their condition deteriorates.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of benzodiazepines or benzodiazepine receptor agonists such as Zolpidem, Zopiclone and Zaleplon for insomnia in palliative care.

Search methods

Several electronic databases were searched including Cochrane PaPaS Group specialized register, The Cochrane Library Issue 4, 2001, MEDLINE, EMBASE, BNI plus, CINAHL, BIOLOGICAL ABSTRACTS, PSYCINFO, CANCERLIT, HEALTHSTAR, WEB OF SCIENCE, SIGLE, Dissertation Abstracts, ZETOC and the MetaRegister of ongoing trials. These were searched from 1960 to 2001 or as much of this range as possible.

Selection criteria

Studies considered for inclusion were randomized controlled trials (RCTs) of adult patients in any setting, receiving palliative care or suffering an incurable progressive medical condition. (For example, cancers, AIDS, Motor Neurone Disease, Multiple Sclerosis, Parkinson's Disease, Chronic Obstructive Pulmonary Disease). There had to be an explicit complaint of insomnia in study participants, diagnosed by any of the three main classification systems (DSM-IV (APA 1994), ICSD (AASD 1990) or ICD (WHO 1992), or as described in the study if it involved a subjective complaint of poor sleep. Studies had to compare a benzodiazepine or Zolpidem or Zopiclone or Zaleplon with placebo or active control for the treatment of insomnia. Any duration of therapy were considered.

Data collection and analysis

Abstracts were independently inspected by both review authors, full papers were obtained where necessary. Where there was uncertainty advice was sought by a third review author (PW). Data extraction and quality assessments were undertaken independently by both review authors.

Main results

No RCTs were identified meeting the a priori inclusion criteria. Thirty-seven studies were considered but all were excluded from the review.

Authors' conclusions

Despite a comprehensive search no evidence from RCTs was identified. It was not possible to draw any conclusions regarding the use of benzodiazepines in palliative care.

Résumé

Benzodiazépines et médicaments associés pour l'insomnie en soins palliatifs

Contexte

L'insomnie, une plainte subjective de sommeil de mauvaise qualité associée à un handicap pour réaliser les activités pendant la journée, est un problème récurrent. Actuellement, les benzodiazépines sont le traitement pharmacologique le plus utilisé pour lutter contre ce problème. Ils sont considérés utiles pour une utilisation à court terme occasionnelle, jusqu'à quatre semaines, mais leur utilisation à plus long terme n'est pas recommandée en raison de problèmes potentiels concernant la tolérance, l'escalade des dosages, une addiction psychologique et une dépendance physique. Il n'existe pas de consensus sur leur utilité chez les patients atteints de maladies incurables progressives qui ont parfois besoin d'aide pour dormir pendant de nombreuses semaines à mesure que leur état de santé se détériore.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des benzodiazépines ou des antagonistes du récepteur de benzodiazépine comme Zolpidem, Zopiclone et Zaleplon pour l'insomnie en soins palliatifs.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mené une recherche dans plusieurs bases de données électroniques dont le registre spécialisé du groupe Cochrane PaPaS, la bibliothèque Cochrane numéro 4, 2001, MEDLINE, EMBASE, BNI plus, CINAHL, BIOLOGICAL ABSTRACTS, PSYCINFO, CANCERLIT, HEALTHSTAR, WEB OF SCIENCE, SIGLE, Dissertation Abstracts, ZETOC et MetaRegister d'essais en cours. Ces bases de données ont été consultées de 1960 à 2001 ou la durée la plus étendue possible.

Critères de sélection

Les études susceptibles d'être incluses dans la revue étaient des essais contrôlés randomisés (ECR) auprès de patients adultes dans n'importe quel environnement, recevant des soins palliatifs ou souffrant d'une maladie progressive incurable. (Par exemple cancers, SIDA, maladies neuromotrices, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, bronchopneumopathie obstructive chronique). Il devait y avoir une plainte explicite d'insomnie de la part des participants à l'étude, diagnostiquée par l'un des trois principaux systèmes de classification (DSM-IV (APA 1994), ICSD (AASD 1990) ou ICD (OMS 1992) ou selon la description de l'étude si une plainte de troubles du sommeil subjective était impliquée. Les études devaient comparer un benzodiazépine ou Zolpidem, Zopiclone ou Zaleplon avec un placebo ou un contrôle actif pour le traitement de l'insomnie. Toutes les durées de traitement étaient prises en compte.

Recueil et analyse des données

Les résumés étaient étudiés indépendamment par les deux auteurs de la revue et les articles en intégralité étaient obtenus lorsque cela était nécessaire. En cas d'incertitude, un troisième auteur de la revue (PW) était consulté. L'extraction des données et les évaluations de la qualité ont été réalisées indépendamment par les deux auteurs de la revue.

Résultats Principaux

Aucun ECR satisfaisant aux critères d'inclusion définis a priori n'a pu être identifié. Trente-sept études ont été prises en compte, mais ont finalement toutes été exclues de la revue.

Conclusions des auteurs

Malgré une recherche exhaustive, il n'a pas été possible d'identifier des preuves issues d'ECR. Il n'a donc pas été possible de tirer des conclusions sur l'utilisation des benzodiazépines en soins palliatifs.

Plain language summary

Benzodiazepines and related drugs for insomnia in palliative care

Still awaiting evidence about whether benzodiazepines used to aid sleep help or hinder patients with incurable diseases. Benzodiazepines are the drugs most often used to aid sleep. Doctors agree that occasional short-term use can be helpful but do not recommend their use for longer than a few weeks for a number of reasons. The drugs may accumulate in the body causing side effects such as daytime drowsiness, tolerance to the drug may develop requiring ever-increasing doses to produce the same sleep-inducing effect and the patient may become physically dependent upon them. There are no guidelines on benzodiazepine use in patients with progressive incurable diseases such as cancer who frequently need help with sleep for several weeks or months as their condition deteriorates. This review carried out a comprehensive search for evidence on the topic but no trials were found.

Résumé simplifié

Benzodiazépines et médicaments associés pour l'insomnie en soins palliatifs

Benzodiazépines et médicaments associés pour l'insomnie en soins palliatifs

Des preuves restent nécessaires sur le fait de savoir si les benzodiazépines utilisés pour favoriser le sommeil sont favorables ou défavorables aux patients atteints de maladies incurables. Les benzodiazépines sont les médicaments les plus souvent utilisés pour favoriser le sommeil. Les médecins s'accordent à dire que l'utilisation à court terme occasionnelle peut être bénéfique, mais ne recommandent pas leur utilisation pendant plus de quelques semaines pour un certain nombre de raisons. Les médicaments peuvent s'accumuler dans l'organisme et entraîner des effets secondaires comme de la somnolence pendant la journée ; une tolérance au médicament peut être développée par le patient, ce qui oblige à augmenter constamment les doses pour produire le même effet d'induction au sommeil ; enfin, le patient peut en devenir physiquement dépendant. Il n'existe pas de directives sur l'utilisation de benzodiazépines chez les patients atteints de maladies incurables progressives comme le cancer qui ont souvent besoin d'aide pour dormir pendant plusieurs semaines ou mois, à mesure que leur état de santé se détériore. Pour cette revue, nous avons mené une recherche exhaustive de preuves sur le sujet ; malgré cela, aucun essai n'a été identifié.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st August, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary