Intervention Review

You have free access to this content

Strategies for managing sexual dysfunction induced by antidepressant medication

  1. Matthew J Taylor1,*,
  2. Lisa Rudkin2,
  3. Philippa Bullemor-Day1,
  4. Jade Lubin3,
  5. Christopher Chukwujekwu4,
  6. Keith Hawton5

Editorial Group: Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 1 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD003382.pub3


How to Cite

Taylor MJ, Rudkin L, Bullemor-Day P, Lubin J, Chukwujekwu C, Hawton K. Strategies for managing sexual dysfunction induced by antidepressant medication. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD003382. DOI: 10.1002/14651858.CD003382.pub3.

Author Information

  1. 1

    Institute of Psychiatry, King's College London, Department of Psychosis Studies, London, UK

  2. 2

    Bradford Community NHS Trust, Assertive Outreach, Bradford, UK

  3. 3

    Institute of Psychiatry, Department of Psychosis Studies, London, UK

  4. 4

    Coventry and Warwickshire NHS partnership trust, Old Age Psychiatry, Rugby, UK

  5. 5

    Warneford Hospital, Centre for Suicide Research, University Department of Psychiatry, Oxford, UK

*Matthew J Taylor, Department of Psychosis Studies, Institute of Psychiatry, King's College London, De Crespigny Park, London, SE5 8AF, UK. matthew.j.taylor@kcl.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Sexual dysfunction (including altered sexual desire, orgasmic and ejaculatory dysfunction, erectile and other problems) is a relatively common side effect of antidepressant medication. These sexual side effects may compromise a person's lifestyle and result in a lack of compliance with the prescribed antidepressant to the detriment of the person's mental health. A wide range of management strategies are possible to address this problem, including behavioural, psychological and pharmacological approaches.

Objectives

1. To determine the effectiveness of management strategies for sexual dysfunction caused by antidepressants.

2. To determine the adverse effects and acceptability of the different management strategies.

Search methods

We searched the Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Group's Specialized Register (CCDANCTR, to 1 January 2013), which includes relevant randomised controlled trials from the following bibliographic databases: The Cochrane Library (all years), EMBASE (1974 to date), MEDLINE (1950 to date) and PsycINFO (1967 to date). Additional searches were carried out by the author team on the same biomedical databases (using terms for 'sexual dysfunction' only) together with CINAHL (1982 to Jan 2012). The reference lists of reports of all included studies were screened.

Selection criteria

We included randomised controlled trials that compared management strategies for antidepressant-induced sexual dysfunction versus placebo or any alternative strategy.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted data and assessed trial quality. Study authors were contacted for additional information.

Main results

We included 23 trials involving 1886 people in this updated review. Twenty-two of these trials investigated the addition of medication to treat the identified dysfunction, with most agents studied in only single studies. One study investigated switching to an alternative antidepressant.

In men, data for the phosphodiesterase inhibitors sildenafil (three studies, 255 participants) and tadalafil (one study, 54 participants) indicated they led to a greater improvement in erectile function than placebo. Combined data from three sildenafil studies found benefit over placebo on International Index of Erectile Function ratings of ability to achieve (MD 1.04, 95% CI 0.65 to 1.44), and maintain erections (MD 1.18, 95% CI 0.78 to 1.59). A single point improvement on these ratings is equivalent to an improvement in frequency from 'sometimes' to 'most times'. Men receiving tadalafil were more likely to report improved erectile function (RR 11.50, 95% CI 3.03 to 43.67). For women it remains uncertain whether sildenafil is more effective than placebo. Unpublished data could reduce this uncertainty.

Data from three studies in men and women of bupropion 150 mg twice daily indicate a benefit over placebo on rating scale scores (SMD 1.60, 95% CI 1.40 to 1.81), but response rates in two studies of bupropion 150 mg once daily demonstrated no statistically significant difference in effect (RR 0.62, 95% CI 0.09 to 4.41).

Other augmentation strategies failed to demonstrate significant improvements in sexual dysfunction compared with placebo.

One trial involving 75 people with sexual dysfunction due to sertraline assessed the effect of changing antidepressant. Switching to nefazodone was significantly less likely to result in the re-emergence of sexual dysfunction than restarting sertraline (RR 0.34, 95% CI 0.19 to 0.60), however, nefazodone is no longer available for clinical use.

There is an absence of randomised trials assessing the effects of switching to currently-available antidepressant agents with lower rates of adverse sexual effects, the role of psychological or mechanical interventions, or of techniques such as drug holidays.

We identified no data for any of the strategies included in the trials assessed that indicated that they led to a worsening of psychiatric symptoms. However, the relatively small numbers assessed for many of the interventions studied means that the possibility of such an effect cannot confidently be excluded in all cases.

Given the small numbers of studies assessing most of the strategies assessed, the presence of any unpublished trials could have substantial effects on estimates of effect. In some cases, only results from particular items or subscales within ratings scales are available. It is likely that this could act to bias estimates of effect obtained, increasing apparent effectiveness.

Authors' conclusions

The evidence currently available is rather limited. For men with antidepressant-induced erectile dysfunction, the addition of sildenafil or tadalafil appears to be an effective strategy. For women with antidepressant-induced sexual dysfunction the addition of bupropion at higher doses appears to be the most promising approach studied so far.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Strategies for managing sexual dysfunction caused by antidepressants

Antidepressants can have numerous effects on sexual function including altered sexual desire, erection difficulties and orgasm problems. This systematic review investigated different ways to manage such sexual dysfunction. We included 23 randomised studies, with a total of 1886 participants who had developed their sexual problems while taking antidepressant medication. Twenty-two of these studies looked at the addition of further medication to the ongoing treatment for depression. For men with antidepressant-induced erectile dysfunction, the addition of sildenafil (Viagra; three studies, 255 participants) or tadalafil (Cialis; one study, 54 participants) appeared to improve the situation. For women with antidepressant-induced sexual dysfunction the addition of bupropion (Wellbutrin, Zyban; three studies, 482 participants) at higher doses appears to be the most promising approach studied so far, but further data from randomised trials are likely to be required before it can be recommended confidently. We did not find evidence that any intervention led to a worsening of psychiatric symptoms; however, we cannot be confident of this for many of the interventions studied, as only small numbers of participants have been studied so far.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stratégies de prise en charge de la dysfonction sexuelle induite par des médicaments antidépresseurs

Contexte

La dysfonction sexuelle (notamment l'altération du désir sexuel, le dysfonctionnement orgasmique et éjaculatoire, les problèmes d'érection et autres) est un effet secondaire relativement courant des antidépresseurs. Ces effets secondaires d'ordre sexuel peuvent compromettre le mode de vie de la personne et entrainer le non-respect de la prescription d'antidépresseurs, au détriment de la santé mentale de la personne. Un large éventail de stratégies est possible pour gérer ce problème, notamment des approches comportementales, psychologiques et pharmacologiques.

Objectifs

1. Déterminer l'efficacité des stratégies de prise en charge de la dysfonction sexuelle causée par des antidépresseurs.

2. Déterminer les effets indésirables et l'acceptabilité des différentes stratégies de prise en charge.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (CCDANCTR, jusqu'au 1er janvier 2013), qui comprend des essais contrôlés randomisés pertinents provenant des bases de données bibliographiques suivantes : The Cochrane Library (toutes les années), EMBASE (de 1974 à aujourd'hui), MEDLINE (de 1950 à aujourd'hui) et PsycINFO (de 1967 à aujourd'hui). Des recherches supplémentaires ont été menées par l'équipe d'auteurs dans les mêmes bases de données biomédicales (au moyen des seuls termes 'sexual dysfunction') ainsi que dans CINAHL (de 1982 à janvier 2012). Nous avons passé au crible les références bibliographiques des rapports de toutes les études incluses.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés ayant comparé des stratégies de prise en charge de la dysfonction sexuelle induite par des antidépresseurs versus un placebo ou toute autre stratégie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données et évalué la qualité méthodologique des essais. Des auteurs d'études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats Principaux

Nous avons inclus dans cette revue actualisée 23 essais impliquant 1886 personnes. Vingt-deux de ces essais avaient porté sur l'ajout de médicaments pour traiter le dysfonctionnement identifié, la plupart des agents n'ayant été étudiés que dans des études uniques. Une étude avait porté sur le passage à un autre antidépresseur.

Chez les hommes, les données sur les inhibiteurs de la phosphodiestérase, le sildénafil (trois études, 255 participants) et le tadalafil (une étude, 54 participants), indiquaient qu'ils menaient à une plus grande amélioration de la fonction érectile que le placebo. Les données combinées des trois études sur le sildénafil ont mis en évidence un avantage par rapport au placebo pour les notes de capacité à obtenir (DM 1,04 ; IC 95% 0,65 à 1,44) et à maintenir une érection (DM 1,18 ; IC 95% 0,78 à 1,59) sur l'indice international de la fonction érectile. Une amélioration d'un seul point de cette note est équivalente à une amélioration de la fréquence de « parfois » à « la plupart du temps ». Les hommes recevant du tadalafil étaient plus susceptibles de faire état d'une amélioration de la fonction érectile (RR 11,50 ; IC 95% 3,03 à 43,67). Pour les femmes, il n'est toujours pas clair si le sildénafil est plus efficace que le placebo. Des données non publiées pourraient réduire cette incertitude.

Les données de trois études chez des hommes et des femmes portant sur le bupropion (150 mg deux fois par jour) indiquent un avantage par rapport au placebo pour les scores sur l'échelle de notation (DMS 1,60 ; IC 95% 1,40 à 1,81), mais les taux de réponse dans les deux études sur le bupropion à dose quotidienne unique de 150 mg n'ont pas mis en évidence de différence statistiquement différence quant à l'effet (RR 0,62 ; IC 95% 0,09 à 4,41).

Les autres stratégies d'augmentation n'ont pas montré d'améliorations significatives du dysfonctionnement sexuel en comparaison avec le placebo.

Un essai portant sur 75 personnes souffrant de dysfonction sexuelle due à la sertraline avait évalué l'effet du changement d'antidépresseur. Le passage à la néfazodone avait été significativement moins susceptible d'entraîner la réapparition de la dysfonction sexuelle que la reprise de sertraline (RR 0,34 ; IC 95% 0,19 à 0,60) ; toutefois la néfazodone n'est plus disponible pour utilisation clinique.

Il n'y a pas d'essais randomisés ayant évalué les effets du passage à des antidépresseurs actuellement disponibles ayant des taux inférieurs d'effets sexuels indésirables, le rôle des interventions psychologiques ou mécaniques, ou des techniques telles que les fenêtres thérapeutiques.

Pour aucune des stratégies incluses dans les essais évalués nous n'avons identifié de données indiquant qu'elles aient conduit à une aggravation des symptômes psychiatriques. Toutefois, pour une grande partie des interventions étudiées les effectifs évalués étaient si restreints qu'un tel effet ne peut pas être exclu avec certitude dans tous les cas.

Vu le petit nombre d'études se rapportant à la plupart des stratégies évaluées, le moindre essai non publié pourrait avoir des répercussions importantes sur les estimations de l'effet. Dans certains cas, seuls les résultats d'éléments ou de sous-échelles particulières dans les échelles de notation sont disponibles. Il est probable que cela puisse biaiser les estimations de l'effet obtenu, en augmentant l'efficacité apparente.

Conclusions des auteurs

Les données actuellement disponibles sont plutôt limitées. Pour les hommes souffrant de dysfonction érectile induite par des antidépresseurs, l'ajout de sildénafil ou de tadalafil semble constituer une stratégie efficace. Pour les femmes souffrant de dysfonctionnement sexuel induit par des antidépresseurs l'ajout de bupropion à des doses élevées semble être l'approche la plus prometteuse étudiée jusqu'ici.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stratégies de prise en charge de la dysfonction sexuelle induite par des médicaments antidépresseurs

Stratégies de gestion des dysfonctionnements sexuels causés par des antidépresseurs

Les antidépresseurs peuvent avoir de nombreux effets sur la fonction sexuelle, notamment l'altération du désir sexuel, des difficultés d'érection et des problèmes d'orgasme. Cette revue systématique a examiné différentes façons de gérer un tel dysfonctionnement sexuel. Nous avons inclus 23 études randomisées, totalisant 1886 participants ayant développé leurs problèmes sexuels quand ils prenaient des médicaments antidépresseurs. Vingt-deux de ces études portaient sur l'ajout d'autres médicaments au traitement antidépresseur en cours. Pour les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile induit par des antidépresseurs, l'ajout de sildénafil (Viagra ; trois études, 255 participants) ou de tadalafil (Cialis ; une étude, 54 participants) semblait améliorer la situation. Pour les femmes souffrant de dysfonctionnement sexuel induit par des antidépresseurs, l'ajout de bupropion (Wellbutrin, Zyban ; trois études, 482 participants) à doses élevées semble être la plus prometteuse approche étudiée jusqu'ici, mais il faudra probablement de nouvelles données issues d'essais randomisés avant que cela puisse être recommandé en toute confiance. Nous n'avons pas trouvé de preuve qu'une quelconque intervention ait conduit à une aggravation des symptômes psychiatriques, mais nous ne pouvons pas en être sûrs pour une grande part des interventions étudiées en raison du petit nombre de participants étudiés jusqu'ici.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.