Erythropoietin or darbepoetin for patients with cancer

  • Conclusions changed
  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Anaemia associated with cancer and cancer therapy is an important clinical factor in the treatment of malignant diseases. Therapeutic alternatives are recombinant human erythropoiesis stimulating agents (ESAs) and red blood cell transfusions.

Objectives

To assess the effects of ESAs to either prevent or treat anaemia in cancer patients.

Search methods

This is an update of a Cochrane review first published in 2004. We searched the Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE and EMBASE and other databases. Searches were done for the periods 01/1985 to 12/2001 for the first review, 1/2002 to 04/2005 for the first update and to November 2011 for the current update. We also contacted experts in the field and pharmaceutical companies.

Selection criteria

Randomised controlled trials on managing anaemia in cancer patients receiving or not receiving anti-cancer therapy that compared the use of ESAs (plus transfusion if needed).

Data collection and analysis

Several review authors assessed trial quality and extracted data. One review author assessed quality assessment and extracted data, a second review author checked for correctness.

Main results

This update of the systematic review includes a total of 91 trials with 20,102 participants. Use of ESAs significantly reduced the relative risk of red blood cell transfusions (risk ratio (RR) 0.65; 95% confidence interval (CI) 0.62 to 0.68, 70 trials, N = 16,093). On average, participants in the ESAs group received one unit of blood less than the control group (mean difference (MD) -0.98; 95% CI -1.17 to -0.78, 19 trials, N = 4,715). Haematological response was observed more often in participants receiving ESAs (RR 3.93; 95% CI 3.10 to 3.71, 31 trials, N = 6,413). There was suggestive evidence that ESAs may improve Quality of Life (QoL). There was strong evidence that ESAs increase mortality during active study period (hazard ratio (HR) 1.17; 95% CI 1.06 to 1.29, 70 trials, N = 15,935) and some evidence that ESAs decrease overall survival (HR 1.05; 95% CI 1.00 to 1.11, 78 trials, N = 19,003). The risk ratio for thromboembolic complications was increased in patients receiving ESAs compared to controls (RR 1.52, 95% CI 1.34 to 1.74; 57 trials, N = 15,498). ESAs may also increase the risk for hypertension (fixed-effect model: RR 1.30; 95% CI 1.08 to 1.56; random-effects model: RR 1.12; 95% CI 0.94 to 1.33, 31 trials, N = 7,228) and thrombocytopenia/haemorrhage (RR 1.21; 95% CI 1.04 to 1.42; 21 trials, N = 4,507). There was insufficient evidence to support an effect of ESA on tumour response (fixed-effect RR 1.02; 95% CI 0.98 to 1.06, 15 trials, N = 5,012).

Authors' conclusions

ESAs reduce the need for red blood cell transfusions but increase the risk for thromboembolic events and deaths. There is suggestive evidence that ESAs may improve QoL. Whether and how ESAs affects tumour control remains uncertain. The increased risk of death and thromboembolic events should be balanced against the potential benefits of ESA treatment taking into account each patient’s clinical circumstances and preferences. More data are needed for the effect of these drugs on quality of life and tumour progression. Further research is needed to clarify cellular and molecular mechanisms and pathways of the effects of ESAs on thrombogenesis and their potential effects on tumour growth.

Résumé scientifique

L'érythropoïétine ou la darbépoétine pour les patients atteints de cancer

Contexte

L'anémie associée au cancer et au traitement du cancer est un facteur clinique important dans le traitement des affections malignes. Les alternatives thérapeutiques sont les agents stimulant l'érythropoïèse (ASE) humaine recombinante et les transfusions de globules rouges.

Objectifs

Évaluer les effets des ASE dans la prévention ou le traitement de l'anémie chez les patients cancéreux.

Stratégie de recherche documentaire

Ceci est une mise à jour d’une revue Cochrane publiée pour la première fois 2004. Nous avons effectué des recherches dans le registre central des essais contrôlés (CENTRAL), ainsi que dans MEDLINE, EMBASE et d'autres bases de données. Les recherches couvraient pour la première revue la période 1/1985 - 12/2001, celle du 1/2002 au 4/2005 pour la première mise à jour et jusqu'à novembre 2011 pour la présente mise à jour. Nous avons également contacté des experts du domaine et des compagnies pharmaceutiques.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés sur la prise en charge de l'anémie chez les patients cancéreux recevant ou non un traitement anti-cancéreux, qui ont comparé l'utilisation d'ASE (plus transfusion si nécessaire).

Recueil et analyse des données

Plusieurs auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données. Un auteur de la revue a évalué la qualité et extrait les données, et un second auteur en a vérifié l'exactitude.

Résultats principaux

Cette mise à jour de la revue systématique inclut un total de 91 essais portant sur 20 102 participants. L'utilisation d'ASE avait significativement réduit le risque relatif de transfusions de globules rouges (risque relatif (RR) 0,65 ; intervalle de confiance (IC) à 95% 0,62 à 0,68 ; 70 essais, N = 16 093). En moyenne, les participants du groupe à ASE avait reçu une unité de sang en moins que le groupe témoin (différence moyenne (DM) -0,98 ; IC à 95% -1,17 à -0,78 ; 19 essais, N = 4 715). Une réponse hématologique avait été observée plus souvent chez les participants recevant des ASE (RR 3,93 ; IC à 95% 3,10 à 3,71 ; 31 essais, N = 6 413). Des résultats laissent penser que les ASE pourraient améliorer la qualité de vie (QdV). Il y avait des preuves solides que les ASE accroissent la mortalité pendant la période active de l'étude (hazard ratio (HR) 1,17 ; IC à 95% 1,06 à 1,29 ; 70 essais, N = 15 935) et certaines preuves que les ASE diminuent la survie globale (HR 1,05 ; IC à 95% 1,00 à 1,11 ; 78 essais, N = 19 003). Le risque relatif de complications thromboemboliques avait augmenté chez les patients recevant des ASE en comparaison avec les témoins (RR 1,52 ; IC à 95% 1,34 à 1,74 ; 57 essais, N = 15 498). Les ASE sont également susceptibles d'augmenter le risque d'hypertension (modèle à effet fixe : RR 1,30 ; IC à 95 % 1,08 à 1,56 ; modèle à effets aléatoires : RR 1,12 ; IC à 95% 0,94 à 1,33 ; 31 essais, N = 7 228) et de thrombocytopénie / hémorragie (RR 1,21 ; IC à 95% 1,04 à 1,42 ; 21 essais, N = 4 507). Les résultats ne suffisaient pas pour étayer un effet des ASE sur la réponse tumorale (RR effet fixe 1,02 ; IC à 95% 0,98 à 1,06 ; 15 essais, N = 5 012).

Conclusions des auteurs

Les ASE réduisent le besoin en transfusions de globules rouges mais augmentent le risque d'événements thromboemboliques et de décès. Des résultats laissent penser que les ASE pourraient améliorer la QdV. On ne sait toujours pas trop si et comment les ASE affectent le contrôle de la tumeur. Le risque accru de décès et d'événements thromboemboliques devra être mis en balance avec les bénéfices potentiels du traitement aux ASE, en prenant en compte les circonstances cliniques et les préférences de chaque patient. Davantage de données sont nécessaires concernant l'effet de ces médicaments sur la qualité de vie et la progression tumorale. D'autres recherches sont nécessaires pour mettre au clair les mécanismes cellulaires et moléculaires des effets des ASE sur la thrombogenèse et de leurs effets potentiels sur la croissance tumorale.

Plain language summary

Erythropoietin or darbepoetin for patients with cancer

Introduction

Researchers in The Cochrane Collaboration conducted a review of the effect of epoetin and darbepoetin for people with cancer. After searching for all relevant studies, they found 91 studies with up to 20,102 people. Their findings are summarized below:

What the research says:

In people with cancer-related anaemia:

- Epoetin and darbepoetin decrease the need for red blood cell transfusions; however, they also increase the risk for hypertension, thromboembolic events and deaths

- It is not clear whether epoetin and darbepoetin improve quality of life, by making you feel less tired

When you have cancer, you often also have anaemia. Anemia means having lower than normal red blood cells in your blood. This might become even worse with cancer treatment such as chemotherapy and it is measured by the amount of haemoglobin in your red blood cells. As haemoglobin is responsible for carrying oxygen throughout your body, when you have anaemia you might experience symptoms such as extreme tiredness, shortness of breath, dizziness and chest pain. In order to treat anaemia, doctors often use red blood cell transfusions. Transfusions improve the symptoms of anaemia very quickly; however, they can have some infrequent complications like allergic reactions or transmission of infectious diseases.

Epoetin and darbepoetin belong to a group of medications called 'Erythropoiesis Stimulating Agents'. Erythropoietin is the name of a hormone produced mainly in the kidney, which takes part in the production of red blood cells. Epoetin and darbepoetin work in a similar way to this hormone to increase the number of red blood cells and treat anaemia. Epoetin and darbepoetin are not used as anti-cancer therapy but as supportive treatment to treat anaemia caused by cancer or anticancer therapy. These drugs are marketed as Epogen®, Procrit®, (Eprex®), Recormon®, and Aranesp® and are given subcutaneously.

What happens to people with cancer related anaemia who take epoetin or darbepoetin:

- Twenty-five out of 100 persons receiving epoetin or darbepoetin had to undergo red blood cell transfusions, compared to 39 out of 100 persons not receiving epoetin or darbepoetin.

- More people who received epoetin or darbepoetin died during and up to 30 days after the end of study compared with people who took placebo or underwent standard treatment. The increased risk for people taking epoetin or darbepoetin was 17%. One hundred and fourteen out of 1,000 persons receiving epoetin or darbepoetin died, compared with 98 out of 1,000 persons not receiving epoetin or darbepoetin. We could not identify particular characteristics of people or treatment strategies that increased or decreased the risk for dying.

- Concerning long-term survival people taking epoetin or darbepoetin were 5% more at risk for dying than people taking placebo or receiving standard treatment.

- People receiving epoetin or darbepoetin rated their fatigue symptoms to be an average of 2.08 points improved on a scale of 0-52 points after 3-4 months, compared with people taking placebo or having standard treatment. This improvement, however, is less than the 3.0 point increase which is considered to be the minimum required for the patient to feel a difference in his experience of fatigue-related symptoms using this scale.

- People taking epoetin or darbepoetin rated their fatigue and anaemia symptoms had to be an average of 6.14 points improved after three to four months, on a scale of 0-80 points. This improvement is considered to reflect a positive change in the way patients experience their fatigue and anaemia related symptoms, as it is more than four to five points of increase which is the minimum required for this scale.

- Seven people out of 100 who took epoetin or darbepoetin suffered a thromboembolic event such as stroke and myocardial infarction compared with five people out of 100 who did not receive epoetin or darbepoetin.

- Six out of 100 people receiving epoetin or darbepoetin developed high blood pressure compared with four out of 100 people who took placebo or had standard care.

 

Résumé simplifié

L'érythropoïétine ou la darbépoétine pour les patients atteints de cancer

Introduction

Des chercheurs de la Cochrane Collaboration ont procédé à une revue de l'effet de l'époétine et de la darbépoétine sur les personnes atteintes de cancer. Après avoir recherché toutes les études pertinentes, ils ont trouvé 91 études totalisant 20 102 personnes. Leurs résultats sont résumés ci-dessous.

Voici les résultats de la recherche :

Chez les personnes souffrant d'une anémie liée au cancer :

- L'époétine et la darbépoétine réduisent le besoin en transfusions de globules rouges ; elles augmentent toutefois aussi le risque d'hypertension, d'évènements thromboemboliques et de décès

- On ne sait pas si l'époétine et la darbépoétine améliorent la qualité de vie, en réduisant la sensation de fatigue

Quand on a le cancer, on souffre aussi souvent d'anémie. Souffrir d'anémie signifie avoir dans le sang un nombre de globules rouges inférieur à la normale. Il peut même y avoir aggravation avec un traitement anti-cancéreux comme la chimiothérapie et cela se mesure par la quantité d'hémoglobine dans les globules rouges. L'hémoglobine étant chargée de transporter l'oxygène à travers le corps, l'anémie peut causer des symptômes tels que fatigue extrême, essoufflements, étourdissements et douleur thoracique. Pour traiter l'anémie, les médecins utilisent souvent les transfusions de globules rouges. Les transfusions allègent rapidement les symptômes de l'anémie, mais elles peuvent causer occasionnellement des complications telles que réactions allergiques ou transmission de maladies infectieuses.

L'époétine et la darbépoétine appartiennent à un groupe de médicaments appelés 'Agents stimulant l'érythropoïèse' L'érythropoïétine est une hormone produite principalement dans les reins qui participe à la production des globules rouges. L'époétine et la darbépoétine agissent de manière similaire à cette hormone pour augmenter le nombre de globules rouges et soigner l'anémie. L'époétine et la darbépoétine ne sont pas utilisées comme thérapie anti-cancéreuse mais comme traitement de soutien pour lutter contre l'anémie causée par le cancer ou par la thérapie anti-cancéreuse. Ces médicaments sont commercialisés sous les noms Epogen®, Procrit®, (Eprex®), Recormon® et Aranesp® et sont administrés par voie sous-cutanée.

Voici ce qui advient aux personnes souffrant d'une anémie liée au cancer qui prennent de l'époétine ou de la darbépoétine :

- Sur 100 personnes recevant de l'époétine ou de la darbépoétine vingt-cinq ont dû subir des transfusions de globules rouges, à comparer à 39 sur 100 chez les personnes ne recevant pas d'époétine ou de darbépoétine.

- Plus de décès étaient survenus pendant et jusqu'à 30 jours après la fin de l'étude chez les personnes ayant reçu de l'époétine ou de la darbépoétine que chez celles qui avaient pris un placebo ou subi un traitement standard. L'accroissement du risque pour les personnes prenant de l'époétine ou de la darbépoétine était de 17 %. Sur 1 000 personnes recevant de l'époétine ou de la darbépoétine cent quatorze étaient décédées, contre 98 sur 1 000 chez les personnes ne recevant pas d'époétine ou de darbépoétine. Nous ne sommes pas parvenus à identifier de caractéristiques particulières des personnes ou des stratégies de traitement qui causeraient une augmentation ou une diminution du risque de décès.

- Concernant la survie à long terme, les personnes prenant de l'époétine ou de la darbépoétine avaient un risque de décéder supérieur de 5 % à celui des personnes sous placebo ou recevant un traitement standard.

- Après 3-4 mois, l'évaluation des symptômes de fatigue par les personnes recevant de l'époétine ou de la darbépoétine était en moyenne meilleure de 2,08 points sur une échelle de 0 à 52 points que chez les personnes sous placebo ou ayant un traitement standard. Cette amélioration est toutefois inférieure à la hausse de 3,0 points qui est considérée comme le minimum requis pour que le patient ressente une différence au niveau des symptômes liés à la fatigue avec cette échelle.

- Au bout de trois à quatre mois, l'évaluation de leurs symptômes de fatigue et d'anémie par les personnes prenant de l'époétine ou de la darbépoétine s'était améliorée en moyenne de 6,14 points, sur une échelle de 0 à 80 points. Cette amélioration est censée refléter un changement positif dans la façon dont les patients vivent leurs symptômes de fatigue et d'anémie, puisqu'elle est supérieure aux quatre à cinq points d'augmentation requis au minimum pour cette échelle.

- Sur 100 personnes ayant pris de l'époétine ou de la darbépoétine, sept avaient subi un événement thromboembolique tel qu'un infarctus du myocarde ou une accident vasculaire cérébral, contre cinq sur 100 parmi les personnes n'ayant pas reçu d'époétine ou de darbépoétine.

- Sur 100 personnes ayant pris de l'époétine ou de la darbépoétine six avaient développé de l'hypertension, contre quatre sur 100 chez les personnes sous placebo ou ayant bénéficié de soins standard.

 

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�

Ancillary