Intervention Review

You have free access to this content

Workplace interventions for smoking cessation

  1. Kate Cahill*,
  2. Tim Lancaster

Editorial Group: Cochrane Tobacco Addiction Group

Published Online: 26 FEB 2014

Assessed as up-to-date: 25 OCT 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD003440.pub4


How to Cite

Cahill K, Lancaster T. Workplace interventions for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 2. Art. No.: CD003440. DOI: 10.1002/14651858.CD003440.pub4.

Author Information

  1. University of Oxford, Nuffield Department of Primary Care Health Sciences, Oxford, UK

*Kate Cahill, Nuffield Department of Primary Care Health Sciences, University of Oxford, Radcliffe Observatory Quarter, Woodstock Road, Oxford, OX2 6GG, UK. kate.cahill@phc.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 26 FEB 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

The workplace has potential as a setting through which large groups of people can be reached to encourage smoking cessation.

Objectives

1. To categorize workplace interventions for smoking cessation tested in controlled studies and to determine the extent to which they help workers to stop smoking.
2. To collect and evaluate data on costs and cost effectiveness associated with workplace interventions.

Search methods

We searched the Cochrane Tobacco Addiction Group Specialized Register (July 2013), MEDLINE (1966 - July 2013), EMBASE (1985 - June 2013), and PsycINFO (to June 2013), amongst others. We searched abstracts from international conferences on tobacco and the bibliographies of identified studies and reviews for additional references.

Selection criteria

We selected interventions conducted in the workplace to promote smoking cessation. We included only randomized and quasi-randomized controlled trials allocating individuals, workplaces, or companies to intervention or control conditions.

Data collection and analysis

One author extracted information relating to the characteristics and content of all kinds of interventions, participants, outcomes and methods of the studies, and a second author checked them. For this update we have conducted meta-analyses of the main interventions, using the generic inverse variance method to generate odds ratios and 95% confidence intervals.

Main results

We include 57 studies (61 comparisons) in this updated review. We found 31 studies of workplace interventions aimed at individual workers, covering group therapy, individual counselling, self-help materials, nicotine replacement therapy, and social support, and 30 studies testing interventions applied to the workplace as a whole, i.e. environmental cues, incentives, and comprehensive programmes. The trials were generally of moderate to high quality, with results that were consistent with those found in other settings. Group therapy programmes (odds ratio (OR) for cessation 1.71, 95% confidence interval (CI) 1.05 to 2.80; eight trials, 1309 participants), individual counselling (OR 1.96, 95% CI 1.51 to 2.54; eight trials, 3516 participants), pharmacotherapies (OR 1.98, 95% CI 1.26 to 3.11; five trials, 1092 participants), and multiple intervention programmes aimed mainly or solely at smoking cessation (OR 1.55, 95% CI 1.13 to 2.13; six trials, 5018 participants) all increased cessation rates in comparison to no treatment or minimal intervention controls. Self-help materials were less effective (OR 1.16, 95% CI 0.74 to 1.82; six trials, 1906 participants), and two relapse prevention programmes (484 participants) did not help to sustain long-term abstinence. Incentives did not appear to improve the odds of quitting, apart from one study which found a sustained positive benefit. There was a lack of evidence that comprehensive programmes targeting multiple risk factors reduced the prevalence of smoking.

Authors' conclusions

1. We found strong evidence that some interventions directed towards individual smokers increase the likelihood of quitting smoking. These include individual and group counselling, pharmacological treatment to overcome nicotine addiction, and multiple interventions targeting smoking cessation as the primary or only outcome. All these interventions show similar effects whether offered in the workplace or elsewhere. Self-help interventions and social support are less effective. Although people taking up these interventions are more likely to stop, the absolute numbers who quit are low.

2. We failed to detect an effect of comprehensive programmes targeting multiple risk factors in reducing the prevalence of smoking, although this finding was not based on meta-analysed data.

3. There was limited evidence that participation in programmes can be increased by competitions and incentives organized by the employer, although one trial demonstrated a sustained effect of financial rewards for attending a smoking cessation course and for long-term quitting. Further research is needed to establish which components of this trial contributed to the improvement in success rates.

4. Further research would be valuable in low-income and developing countries, where high rates of smoking prevail and smoke-free legislation is not widely accepted or enforced.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Is the workplace an effective setting for helping people to stop smoking

Background
The workplace appears to be a useful setting for helping people to stop smoking. Large groups of smokers are available who can easily be reached and helped, using proven methods. It is also in the employers’ interests to improve the health of their workforce. Recent changes introducing anti-smoking laws in many developed countries may have eased the pressure to demonstrate the value of work-based programmes. The situation in developing countries still requires that such methods be tested and proved in those communities. We reviewed the evidence about workplace programmes to help employees stop smoking, and any information about their costs and benefits.

Study characteristics
For this updated review (first published in 2003), we searched for randomized and quasi-randomized controlled trials, comparing the success rates of those in a work-based stop-smoking programme with those not involved in a work-based stop-smoking programme. The comparison could be between people within a single worksite, or between one or more worksites randomized to a stop-smoking programme or to no programme (cluster-randomized). The study had to include adults (over 18), and could be in any language and reported in any format, published or not. It had to report the numbers stopping smoking for at least six months.

Results
We searched for studies in July 2013, and identified ten new trials that fitted our criteria, making a total for this update of 61 comparisons across 57 included studies. We grouped them into two broad categories: those aimed at helping individual smokers, and those that targeted the workplace environment as a whole. The first group includes such methods as individual or group counselling, self help, nicotine replacement therapy (NRT) and other medications, help from workmates or other staff, and helping quitters to stay smoke-free. The second group includes environmental cues (posters, reminders), financial or material incentives, and comprehensive smoking cessation or health promotion programmes. The review found that programmes based on group behaviour therapy (eight trials; 1309 participants), on individual counselling (eight trials; 3516 participants), on medications (five trials; 1092 participants), and on several interventions combined (six trials; 5018 participants) helped people to stop smoking. The chances of stopping smoking using these methods are about the same in the workplace as they are in other settings. This review found that the following do not help people to stop smoking when delivered in the workplace: self-help methods, support from friends, family and workmates, relapse prevention programmes, environmental cues, or comprehensive programmes aimed at changing several high-risk behaviours. Results were mixed for incentives, with one high-quality trial finding a clear benefit for incentives while the remaining five did not.

Quality of the evidence
Earlier studies tended to be less well-conducted and reported than recent ones. Fewer than one in five studies randomized their study population by an acceptable method. Two-thirds of the studies checked the accuracy of those who said they had quit by testing their breath, blood or urine. The results were generally in line with findings from other reviews of those ways of quitting in any setting. The 'Summary of findings' table shows that the trials were generally rated as being of moderate to high quality, further confirming the strength of our findings. Future research might examine what features of the large incentives trial made it more successful than other trials in that group. It would also be helpful to have more trials from developing and low-income countries, where smoking rates remain high and anti-smoking laws are not widely enforced.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions sur le lieu de travail pour le sevrage tabagique

Contexte

Le lieu de travail offre des possibilités en tant que cadre permettant de toucher des groupes importants afin d'encourager le sevrage tabagique.

Objectifs

1. Classer les interventions de sevrage tabagique sur le lieu de travail testées dans des études contrôlées et déterminer dans quelle mesure celles-ci aident les travailleurs à arrêter de fumer.
2. Recueillir et évaluer des données sur les coûts et la rentabilité des interventions sur le lieu de travail.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme (juillet 2013), MEDLINE (de 1966 à juillet 2013), EMBASE (de 1985 à juin 2013), et PsycINFO (jusqu'à juin 2013), entre autres. Nous avons consulté des résumés de conférences internationales sur le tabac et les bibliographies des études et revues identifiées afin de trouver des références supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné les interventions réalisées sur le lieu de travail pour promouvoir le sevrage tabagique. Nous n'avons inclus que les essais contrôlés randomisés et quasi randomisés assignant des individus, des lieux de travail ou des entreprises aux groupes d'intervention ou témoins.

Recueil et analyse des données

Un auteur a extrait de ces études les informations relatives aux caractéristiques et au contenu de tout type d'interventions, participants, résultats et méthodes, et un second auteur les a vérifiées. Pour cette mise à jour, nous avons réalisé des méta-analyses des interventions principales, en utilisant la méthode de variance inverse générique pour générer les rapports des cotes et les intervalles de confiance à 95 %.

Résultats principaux

Nous avons inclus 57 études (61 comparaisons) dans cette revue mise à jour. Nous avons trouvé 31 études concernant des interventions sur le lieu de travail destinées aux travailleurs individuels, comprenant la thérapie de groupe, l'accompagnement individuel, les matériels de développement personnel, la thérapie de substitution nicotinique et le soutien social, ainsi que 30 études examinant des interventions portant sur le lieu de travail dans son ensemble, c.-à.-d. les stimuli environnementaux, les mesures incitatives et les programmes globaux. Les essais étaient généralement de qualité modérée à élevée, et leurs résultats étaient cohérents avec ceux découverts dans d'autres contextes. Les programmes de thérapie de groupe (rapport des cotes (RC) pour le sevrage de 1,71, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,05 à 2,80 ; huit essais, 1 309 participants), l'accompagnement individuel (RC 1,96, IC à 95 % 1,51 à 2,54 ; huit essais, 3 516 participants), les pharmacothérapies (RC 1,98, IC à 95 % 1,26 à 3,11 ; cinq essais, 1 092 participants) et les programmes d'interventions multiples visant principalement ou uniquement le sevrage tabagique (RC 1,55, IC à 95 % 1,13 à 2,13 ; six essais, 5 018 participants) ont tous augmenté les taux de sevrage en comparaison avec les groupes témoins sans aucun traitement ou bénéficiant d'une intervention minime. Les matériels de développement personnel étaient moins efficaces (RC 1,16, IC à 95 % 0,74 à 1,82 ; six essais, 1 906 participants), et deux programmes de prévention des rechutes (484 participants) n'ont pas aidé à maintenir l'abstinence à long terme. Les mesures incitatives n'ont pas semblé améliorer les chances de sevrage, à l'exception d'une étude qui a mis en évidence un bénéfice positif soutenu. Il y avait un manque de preuves quant à la réduction de la prévalence du tabagisme par les programmes globaux ciblant de multiples facteurs de risque.

Conclusions des auteurs

1. Nous avons trouvé des preuves solides indiquant que certaines interventions ciblant les fumeurs individuellement augmentaient la probabilité de sevrage. Celles-ci comprennent l'accompagnement individuel et en groupe, le traitement pharmacologique pour surmonter la dépendance à la nicotine, et les interventions multiples ciblant le sevrage tabagique en tant que résultat principal ou le seul. Toutes ces interventions montrent des effets semblables qu'elles soient proposées sur le lieu de travail ou ailleurs. Les interventions de développement personnel et le soutien social sont moins efficaces. Même si les personnes qui commencent ces interventions sont plus susceptibles d'arrêter, le nombre absolu de celles qui arrêtent effectivement est faible.

2. Nous n'avons détecté aucun effet des programmes globaux ciblant de multiples facteurs de risque sur la réduction de la prévalence du tabagisme, bien que ce résultat ne soit pas fondé sur une méta-analyse des données.

3. Il y avait des preuves limitées que la participation à des programmes pouvait être augmentée par des compétitions ou des incitations organisées par l'employeur, bien qu'un essai ait démontré un effet soutenu des récompenses financières pour suivre une cure de sevrage tabagique et pour le sevrage à long terme. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour établir quels composants de cet essai ont contribué à l'amélioration du taux de réussite.

4. D'autres recherches seraient utiles dans les pays à faible revenu et en voie de développement, où prévalent des taux de tabagisme élevés et où la législation anti-tabac n'est pas largement acceptée ou appliquée.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Le lieu de travail est-il un cadre efficace pour aider les gens à arrêter de fumer ?

Contexte
Le lieu de travail semble offrir un cadre utile pour aider les gens à arrêter de fumer. Il est facile d'atteindre par ce biais des groupes importants de fumeurs afin de les aider en utilisant des méthodes éprouvées. Il est également dans l'intérêt des employeurs d'améliorer la santé de leur personnel. L'évolution récente et l'introduction des lois anti-tabac dans de nombreux pays développés peut avoir allégé la pression pour démontrer la valeur des programmes organisés sur le lieu de travail. En raison de la situation dans les pays en voie de développement, il est pourtant encore nécessaire de tester et éprouver de telles méthodes dans ces communautés. Nous avons examiné les preuves concernant les programmes sur le lieu de travail pour aider les employés à arrêter de fumer ainsi que toute information disponible sur les coûts et les bénéfices de ces programmes.

Caractéristiques des études
Pour cette revue mise à jour (publiée pour la première fois en 2003), nous avons recherché des essais contrôlés randomisés et quasi randomisés comparant les taux de réussite des personnes participant à un programme de sevrage tabagique sur le lieu de travail avec ceux des personnes n'étant pas impliqués dans un tel programme. La comparaison pouvait être effectuée entre des personnes sur un même lieu de travail, ou entre un ou plusieurs lieux de travail aléatoirement assignés à un programme de sevrage tabagique ou à l'absence de programme (randomisés en grappes). Les études devaient inclure des adultes (âgés de plus de 18 ans), et elles pouvaient être dans n'importe quelle langue et documentées dans n'importe quel format, publié ou non. Elles devaient rapporter le nombre de personnes arrêtant de fumer pendant au moins six mois.

Résultats
Nous avons recherché des études en juillet 2013, et avons identifié dix nouveaux essais remplissant nos critères d'inclusion, donnant pour cette mise à jour un total de 61 comparaisons dans les 57 études incluses. Nous les avons regroupées en deux grandes catégories : celles visant à aider les fumeurs individuellement, et celles ciblant le lieu de travail dans son ensemble. La première catégorie inclut des méthodes comme l'accompagnement individuel ou en groupe, le développement personnel, la thérapie de substitution nicotinique (TSN) et d'autres médicaments, le soutien des collègues de travail ou d'autres personnels, et l'assistance pour la prévention des rechutes aux personnes ayant arrêté de fumer. La deuxième catégorie inclut les stimuli environnementaux (posters, rappels), les incitations financières ou matérielles et les programmes globaux de sevrage tabagique ou de promotion de la santé. La revue a trouvé que les programmes basés sur la thérapie comportementale de groupe (huit essais ; 1 309 participants), sur l'accompagnement individuel (huit essais ; 3 516 participants), sur les médicaments (cinq essais ; 1 092 participants), et sur plusieurs interventions combinées (six essais ; 5 018 participants) aidaient les gens à arrêter de fumer. Les chances d'arrêter de fumer à l'aide de ces méthodes sont environ les mêmes sur le lieu de travail que dans d'autres contextes. Cette revue a découvert que les méthodes suivantes utilisées sur le lieu de travail n'aident pas les gens à arrêter de fumer : les méthodes de développement personnel, le soutien de la famille et des amis ou collègues, les programmes de prévention des rechutes, les stimuli environnementaux ou les programmes globaux destinés à modifier plusieurs comportements à haut risque. Les résultats étaient mitigés pour les mesures incitatives, un essai de bonne qualité constatant un bénéfice clair des mesures incitatives tandis que les cinq autres études n'en ont pas observé.

Qualité des preuves
Les études antérieures avaient tendance à être moins bien réalisées et documentées que les études plus récentes. Moins d'une étude sur cinq utilisait une méthode acceptable pour la randomisation des participants. Deux tiers des études vérifiaient la véracité des affirmations sur l'arrêt du tabagisme par des tests d'haleine, de sang ou d'urine. Les résultats étaient généralement en ligne avec ceux des autres revues sur ces méthodes de sevrage dans n'importe quel contexte. Le tableau 'Résumé des résultats' montre que les essais étaient généralement évalués comme étant de qualité modérée à élevée, ce qui conforte encore la force de nos résultats. Les recherches futures pourraient examiner quelles caractéristiques de l'essai à grande échelle portant sur les mesures incitatives ont permis un taux de réussite supérieur à celui des autres essais dans ce groupe. Il serait également utile d'avoir plus d'essais réalisés dans des pays en développement et à faible revenu, où les taux de tabagisme restent élevés et les lois anti-tabac ne sont pas largement appliquées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé