Intervention Review

Chinese herbal medicine for schizophrenia

  1. John Rathbone1,
  2. Lan Zhang2,*,
  3. Mingming Zhang3,
  4. Jun Xia4,
  5. Xiehe Liu2,
  6. Yanchun Yang2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 19 OCT 2005

Assessed as up-to-date: 3 AUG 2005

DOI: 10.1002/14651858.CD003444.pub2


How to Cite

Rathbone J, Zhang L, Zhang M, Xia J, Liu X, Yang Y. Chinese herbal medicine for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 4. Art. No.: CD003444. DOI: 10.1002/14651858.CD003444.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Sheffield, HEDS, ScHARR, Sheffield, UK

  2. 2

    West China Hospital, Sichuan University, Institute of Mental Health, Chengdu, Sichuan, China

  3. 3

    West China Hospital, Sichuan University, Chinese Cochrane Centre, Chinese Evidence-Based Medicine Centre, Chengdu, Sichuan, China

  4. 4

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

*Lan Zhang, Institute of Mental Health, West China Hospital, Sichuan University, No. 37, Guo Xue Xiang, Chengdu, Sichuan, 610041, China. dancein2000@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 19 OCT 2005

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Traditional Chinese medicine (TCM) was the main form of treatment in China for psychiatric illnesses until the development of antipsychotic drugs in the 1950's. Antipsychotic drugs have become the primary intervention for schizophrenia, although herbal medicines can still form part of the treatment.

Objectives

To review Chinese herbal medicine, used alone or as part of a TCM approach, for people with schizophrenia and related psychoses.

Search methods

We undertook electronic searches of the Cochrane Schizophrenia Group's register (December 2003), the Traditional Chinese Medical Literature Analysis and Retrieval Database (TCMLARS) (October 2003), Chinese Biomedical Database (CBM) (December 2003), China National Knowledge Infrastructure Database (May 2004), Complementary Medicine Database (AMED) (December 2003). We contacted the Chinese Cochrane Centre, the Cochrane Complementary Medicine Field and first authors of included studies and inspected reference lists for additional studies.

Selection criteria

We included all relevant randomised controlled trials involving people with schizophrenia-like illnesses, allocated to Chinese herbal medicine, including any Chinese herbs (single or mixture), compared with placebo/no treatment or antipsychotic drugs.

We updated this search July 2012 and added 45 new trials to the awaiting classification section.

Data collection and analysis

We independently extracted data and calculated fixed effects relative risk (RR), the 95% confidence intervals (CI) for homogeneous dichotomous data, and, where appropriate, the number needed to treat (NNT) on an intention-to-treat basis. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD).

Main results

Only one small trial of the seven included studies truly evaluated TCM for schizophrenia. The other trials evaluated Chinese herbs for schizophrenia. We found one study comparing Chinese herbal medicine with antipsychotic drugs. Data for the global state outcome 'no change/worse' favoured people allocated to antipsychotic medication (n=90, RR 1.88 CI 1.2 to 2.9, NNH 4 CI 2 to 12). Six trials compared Chinese herbal medicine in combination with antipsychotic with antipsychotic drugs alone. One trial found global state 'not improved/worse' favoured the herbal medicine/antipsychotic combination (n=123, RR 0.19 CI 0.1 to 0.6, NNT 6 CI 5 to 11). Two studies (n=103) also found short-term data from the Clinical Global Impression scale favoured the herbal medicine plus antipsychotic group (WMD -0.46 CI -0.9 to -0.1) compared with those given only antipsychotics. Significantly fewer people in the experimental group left the study early compared with those given antipsychotics alone (n=1004, 6 RCTs, RR 0.30 CI 0.16 to 0.58, NNT 21 CI 18 to 35). Reports of constipation were significantly lower in the treatment group compared to those receiving antipsychotics (n=67, 1 RCT, RR 0.03 CI 0.0 to 0.5, NNH 2 CI 2 to 4).

Authors' conclusions

Chinese herbal medicines, given in a Western biomedical context, may be beneficial for people with schizophrenia when combined with antipsychotics. Traditional Chinese medicine is also under-evaluated, but results from one pioneering study that attempted to evaluate TCM should encourage further trials.

Note: the 45 citations in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chinese herbal medicine for schizophrenia

Antipsychotic medication is the mainstay of treatment for people with schizophrenia, and although effective, still leaves some people with distressing symptoms and/or disabling adverse effects. Safer and more effective health care interventions are needed.

Traditional Chinese medicine (TCM) has been used to treat mental health disorders, including schizophrenia, for more than 2000 years. Chinese herbs may also have antipsychotic properties when used in a Western biomedical context. In this review we sought and found trials relevant to the effects of both approaches for schizophrenia. Traditional Chinese medicine methodology has been evaluated for schizophrenia, but the one included study was too limited in terms of sample size and study length to guide good practice. However, this pioneering study does show that TCM can be evaluated for its efficacy for people with schizophrenia , and should encourage trialists to undertake further, more comprehensive trials in this area.

The use of Chinese herbs in a Western medicine context, without incorporating TCM methodology, has been evaluated in six trials, although again these are limited by their sample size and study length. The results of these six trials suggest that using Chinese herbs alone for psychotic symptoms may not be indicated, but if used in conjunction with Western antipsychotic drugs, they may be beneficial in terms of mental state, global functioning and decrease of adverse effects. However, further trials are needed before the effects of TCM for people with schizophrenia can be evaluated with any real confidence.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Plantes médicinales chinoises dans la schizophrénie

Contexte

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) était la principale méthode de traitement des maladies psychiatriques en Chine jusqu'au développement des médicaments antipsychotiques dans les années 1950. Les médicaments antipsychotiques sont devenus l'intervention de choix dans la schizophrénie, mais les plantes médicinales peuvent également être intégrées au traitement.

Objectifs

Examiner les plantes médicinales chinoises utilisées seules ou dans le cadre d'une approche MTC chez des patients atteints de schizophrénie et de psychoses de même nature.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches électroniques dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 2003), Traditional Chinese Medical Literature Analysis and Retrieval Database (TCMLARS) (octobre 2003), Chinese Biomedical Database (CBM) (décembre 2003), China National Knowledge Infrastructure Database (mai 2004), Complementary Medicine Database (AMED) (décembre 2003). Nous avons contacté le centre Cochrane chinois, le groupe Cochrane du champ de la médecine complémentaire et les principaux auteurs des études incluses, et examiné les références bibliographiques afin d'identifier des études supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés pertinents portant sur des patients atteints de troubles schizophréniformes et recevant des plantes médicinales chinoises, y compris n'importe quelle plante chinoise (seule ou sous forme de mélange) par rapport à un placebo/absence de traitement ou à des médicaments antipsychotiques.

Nous avons mis à jour cette recherche de juillet 2012 et ajouté 45 nouveaux essais à la section en attente de classification.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données de manière indépendante et calculé le risque relatif (RR) à effets fixes, les intervalles de confiance (IC) à 95% pour les données dichotomiques homogènes et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter (NST) sur la base de l'intention de traiter. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP).

Résultats Principaux

Sur les sept études incluses, un seul petit essai évaluait réellement la MTC dans la schizophrénie. Les autres essais évaluaient des plantes chinoises dans la schizophrénie. Nous avons identifié une étude comparant des plantes médicinales chinoises à des médicaments antipsychotiques. Les données du critère de jugement de l'état global absence de changement/aggravation étaient favorables aux patients du groupe du médicament antipsychotique (n = 90, RR de 1,88, IC entre 1,2 et 2,9, NNN de 4, IC entre 2 et 12). Six essais comparaient des plantes médicinales chinoises + antipsychotique à des médicaments antipsychotiques seuls. Un essai indiquait que le critère de l'état global absence d'amélioration/aggravation était favorable à la combinaison plantes médicinales/antipsychotique (n = 123, RR de 0,19, IC entre 0,1 et 0,6, NST de 6, IC entre 5 et 11). Deux études (n = 103) observaient également que les données à court terme issues de l'échelle d'impression clinique globale étaient favorables au groupe des plantes médicinales + antipsychotique (DMP de -0,46, IC entre -0,9 et -0,1) par rapport aux patients recevant uniquement des antipsychotiques. Le nombre d'arrêts prématurés était significativement inférieur dans le groupe expérimental par rapport au groupe des antipsychotiques seuls (n = 1004, 6ECR, RR de 0,30, IC entre 0,16 et 0,58, NST de 21, IC entre 18 et 35). L'incidence de la constipation était significativement inférieure dans le groupe de traitement par rapport au groupe des antipsychotiques (n = 67, 1ECR, RR de 0,03, IC entre 0,0 et 0,5, NNN de 2, IC entre 2 et 4).

Conclusions des auteurs

Les plantes médicinales chinoises, administrées dans un contexte biomédical occidental, pourraient être bénéfiques chez les patients schizophrènes lorsqu'elles sont combinées à des antipsychotiques. La médecine traditionnelle chinoise est également sous-évaluée, mais les résultats d'une étude pionnière qui tentait d'évaluer la MTC devraient encourager la mise en Suvre de nouveaux essais.

Remarque : Les 45 références dans la section de la revue en attente de classification pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Plantes médicinales chinoises dans la schizophrénie

Plantes médicinales chinoises dans la schizophrénie

Les médicaments antipsychotiques constituent la base du traitement pour les patients atteints de schizophrénie. Cependant, bien qu'ils soient efficaces, certaines personnes continuent de présenter des symptômes éprouvants et/ou des effets indésirables incapacitants. Des interventions thérapeutiques plus sûres et plus efficaces sont nécessaires.

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est utilisée pour traiter les problèmes de santé mentale, y compris la schizophrénie, depuis plus de 2000ans. Les herbes chinoises pourraient également avoir des propriétés antipsychotiques lorsqu'elles sont utilisées dans un contexte biomédical occidental. Dans le cadre de cette revue, nous avons recherché et identifié des essais pertinents concernant les effets de ces deux approches dans la schizophrénie. La méthodologie de la médecine traditionnelle chinoise a été évaluée dans la schizophrénie, mais la seule étude incluse était trop limitée en termes d'effectif et de durée pour orienter la pratique. Néanmoins, cette étude pionnière montre que l'efficacité de la MTC peut être évaluée chez les patients schizophrènes, ce qui devrait encourager les investigateurs à entreprendre de nouveaux essais plus exhaustifs dans ce domaine.

L'utilisation d'herbes chinoises dans le contexte de la médecine occidentale, sans utiliser de méthodologie MTC, a été évaluée dans le cadre de six essais mais, de nouveau, les résultats sont limités par la taille des effectifs et la durée des études. Les résultats de ces six essais suggèrent que l'utilisation d'herbes chinoises seules pourrait être contre-indiquée dans le traitement des symptômes psychotiques, mais que leur utilisation en complément des médicaments antipsychotiques occidentaux pourrait être bénéfique en termes d'état mental, de fonctionnement global et de réduction des effets indésirables. Néanmoins, d'autres essais sont nécessaires afin de pouvoir évaluer de manière fiable les effets de la MTC chez les patients atteints de schizophrénie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux