Ibuprofen for the treatment of patent ductus arteriosus in preterm and/or low birth weight infants

  • Conclusions changed
  • Review
  • Intervention

Authors

  • Arne Ohlsson,

    Corresponding author
    1. University of Toronto, Departments of Paediatrics, Obstetrics and Gynaecology and Health Policy, Management and Evaluation, Toronto, Ontario, Canada
    • Arne Ohlsson, Departments of Paediatrics, Obstetrics and Gynaecology and Health Policy, Management and Evaluation, University of Toronto, 600 University Avenue, Toronto, Ontario, M5G 1X5, Canada. aohlsson@mtsinai.on.ca.

    Search for more papers by this author
  • Rajneesh Walia,

    1. Leicester Royal Infirmary, University Hospitals of Leicester NHS Trust, Children's Intensive Care, Children's Hospital, Leicester, Leicestershire, UK
    Search for more papers by this author
  • Sachin S Shah

    1. Aditya Birla Memorial Hospital, Neonatal and Pediatric Intensive Care Services, Pune, India
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Indomethacin is used as standard therapy to close a patent ductus arteriosus (PDA) but is associated with reduced blood flow to several organs. Ibuprofen, another cyclo-oxygenase inhibitor, may be as effective as indomethacin with fewer side effects.

Objectives

To determine the effectiveness and safety of ibuprofen compared to placebo or no intervention for closing a PDA in preterm and/or low birth weight infants.
To determine the effectiveness and safety of ibuprofen compared to other cyclo-oxygenase inhibitors for closing a PDA in preterm and/or low birth weight infants.

Search methods

MEDLINE, EMBASE, The Cochrane Library, the reference lists of identified studies, meta-analyses and personal files were searched in December 2009.

Selection criteria

Randomized or quasi-randomized controlled trials of ibuprofen for the treatment of a PDA in newborn infants.

Data collection and analysis

Data collection and analysis conformed to the methods of the Cochrane Neonatal Review Group.

Main results

Twenty studies are included in this review (6 studies added in this update). One study (n = 136) compared ibuprofen to placebo. Ibuprofen reduced the composite outcome of infant deaths, infants who dropped out or required rescue treatment [RR 0.58 (95% CI 0.38, 0.89); RD -0.22 (95% CI -0.38, -06); NNTB 5 (95% CI 3,17)]. Failure rates for PDA closure with ibuprofen compared to indomethacin was reported in 19 studies (n = 956 infants). There was no statistically significant difference between the groups [typical RR 0.94 (95% CI 0.76, 1.17)]; typical RD -0.02 (95% CI -0.07, 0.04); I2 = 0%]. The risk of developing necrotizing enterocolitis (NEC) was reduced for ibuprofen [15 studies (n = 865); typical RR 0.68 (95% CI 0.47, 0.99); typical RD -0.04 (95% CI -0.08, -0.00; (p = 0.04); NNTB 25 (95% CI 13, infinity); I2 = 0%]. There is less evidence of transient renal insufficiency in infants who receive ibuprofen compared to indomethacin. No other important differences were noted for common neonatal morbidities. Oro-gastric administration of ibuprofen appears as effective as i.v. administration.

Authors' conclusions

Ibuprofen is effective in closing a PDA. Ibuprofen is as effective as indomethacin in closing a PDA and reduces the risk of NEC and transient renal insufficiency. Given the reduction in NEC noted in this update, ibuprofen currently appears to be the drug of choice. Studies are needed to evaluate the effect of ibuprofen compared to indomethacin treatment on longer term outcomes in infants with PDA.

Résumé

Ibuprofène pour le traitement de la persistance du canal artériel chez les nouveau-nés prématurés et/ou de faible poids de naissance

Contexte

L'indométacine est utilisée comme traitement standard pour refermer le canal artériel (PCA), mais elle est associée à une réduction du débit sanguin vers plusieurs organes. L'ibuprofène, un autre inhibiteur de la cyclo-oxygénase, pourrait être aussi efficace que l'indométacine tout en présentant moins d'effets secondaires.

Objectifs

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'ibuprofène par rapport à un placebo ou une absence d'intervention pour refermer la PCA chez les nouveau-nés prématurés et/ou de faible poids de naissance.
Déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'ibuprofène par rapport à d'autres inhibiteurs de la cyclo-oxygénase pour refermer la PCA chez les nouveau-nés prématurés et/ou de faible poids de naissance.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté MEDLINE, EMBASE, la Bibliothèque Cochrane, les références bibliographiques des études identifiées, les méta-analyses et les fichiers personnels en décembre 2009.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur de l'ibuprofène dans le traitement de la PCA chez des nouveau-nés.

Recueil et analyse des données

Le recueil et l'analyse des données ont été réalisés conformément aux méthodes du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie.

Résultats Principaux

Vingt études ont été incluses dans cette revue (dont 6 études ajoutées dans le cadre de cette mise à jour). Une étude (n = 136) comparait de l'ibuprofène à un placebo. L'ibuprofène réduisait le résultat composite des décès néonatals, des arrêts prématurés et du recours à un traitement de secours [RR de 0,58 (IC à 95 %, entre 0,38 et 0,89) ; DR de -0,22 (IC à 95 %, entre -0,38 et -06) ; NST de 5 (IC à 95 %, 3,17)]. Les taux d'échec de fermeture de la PCA sous ibuprofène versus indométacine étaient rapportés dans 19 études (n = 956 nourrissons). Aucune différence statistiquement significative n'était observée entre les groupes [RR typique de 0,94 (IC à 95 %, entre 0,76 et 1,17)] ; DR typique de -0,02 (IC à 95 %, entre -0,07 et 0,04) ; I2 = 0%]. Le risque de développer une entérocolite nécrosante (ECN) diminuait sous ibuprofène [15 études (n = 865) ; RR typique de 0,68 (IC à 95 %, entre 0,47 et 0,99) ; DR typique de -0,04 (IC à 95 %, entre -0,08 et -0,00 ; (p = 0,04) ; NST de 25 (IC à 95 %, entre 13 et l'infini) ; I2 = 0%]. Il existe moins de preuves d'insuffisance rénale passagère chez les nourrissons recevant de l'ibuprofène que chez ceux recevant de l'indométacine. Aucune autre différence importante n'était observée concernant les morbidités néonatales courantes. L'administration oro-gastrique d'ibuprofène semble aussi efficace que l'administration intraveineuse.

Conclusions des auteurs

L'ibuprofène est efficace pour refermer la PCA. L'ibuprofène est aussi efficace que l'indométacine pour refermer la PCA et réduit le risque d'ECN et d'insuffisance rénale passagère. Au vu de la réduction de l'ECN observée dans cette mise à jour, l'ibuprofène semble être le médicament de choix à l'heure actuelle. Des études sont nécessaires afin d'évaluer les effets de l'ibuprofène par rapport à l'indométacine sur les résultats à plus long terme des nourrissons présentant une PCA.

Plain language summary

Ibuprofen for the treatment of patent ductus arteriosus in preterm and/or low birth weight infants

A common complication for very preterm (premature) or very small babies is PDA (patent ductus arteriosus). PDA is an open channel between the lungs and heart. It should close after birth, but sometimes remains open because of the baby's premature stage of development. PDA can lead to life-threatening complications. The usual treatment for PDA is indomethacin, a drug that will successfully close the PDA in the majority of cases, but can cause serious adverse effects. Another option is the drug ibuprofen. This review of 20 trials including 1092 infants found that ibuprofen is as effective as indomethacin to close a PDA and causes fewer transient adverse effects on the kidneys and reduces the risk of necrotizing enterocolitis, a serious condition that affects the gut. Information on whether ibuprofen confers any important long-term advantages on development or not is not known. Long-term follow-up studies to 18 months of age and to the age of school entry are needed to decide whether ibuprofen or indomethacin is the drug of choice for closing a PDA.

Résumé simplifié

Ibuprofène pour le traitement de la persistance du canal artériel chez les nouveau-nés prématurés et/ou de faible poids de naissance

Ibuprofène pour le traitement de la persistance du canal artériel chez les nouveau-nés prématurés et/ou de faible poids de naissance

La PCA (persistance du canal artériel) est une complication courante chez les bébés très prématurés ou de faible poids de naissance. La PCA est un canal ouvert entre les poumons et le cœur. Il devrait se refermer après la naissance, mais il reste parfois ouvert en raison de l'état prémature du développement du bébé. La PCA peut entraîner des complications engageant le pronostic vital. Le traitement habituellement utilisé est l'indométacine, un médicament qui permet de refermer la PCA dans la plupart des cas, mais qui peut également entraîner des effets indésirables graves. L'ibuprofène constitue une option alternative. Cette revue de 20 essais portant sur 1 092 nourrissons a observé que l'ibuprofène était aussi efficace que l'indométacine pour refermer la PCA, entraînait moins d'effets indésirables passagers au niveau des reins et réduisait le risque d'entérocolite nécrosante, une pathologie grave qui affecte l'intestin. On ignore si l'ibuprofène est associé ou pas à des effets bénéfiques importants à long terme sur le développement. Des études de suivi à long terme jusqu'à l'âge de 18 mois et jusqu'à l'âge scolaire sont nécessaires afin de déterminer lequel, de l'ibuprofène ou de l'indométacine, est le médicament de choix pour refermer la PCA.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary