Intervention Review

Early versus deferred androgen suppression in the treatment of advanced prostatic cancer

  1. Timothy J Wilt1,*,
  2. Bijay Nair2,
  3. Roderick MacDonald1,
  4. Indy Rutks3

Editorial Group: Cochrane Prostatic Diseases and Urologic Cancers Group

Published Online: 23 OCT 2001

Assessed as up-to-date: 15 AUG 2001

DOI: 10.1002/14651858.CD003506

How to Cite

Wilt TJ, Nair B, MacDonald R, Rutks I. Early versus deferred androgen suppression in the treatment of advanced prostatic cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2001, Issue 4. Art. No.: CD003506. DOI: 10.1002/14651858.CD003506.

Author Information

  1. 1

    VAMC, General Internal Medicine (111-0), Minneapolis, Minnesota, USA

  2. 2

    Little Rock, Arkansas, USA

  3. 3

    VAMC, Department of Internal Medicine (111-0), Minneapolis, Minnesota, USA

*Timothy J Wilt, General Internal Medicine (111-0), VAMC, One Veterans Drive, Minneapolis, Minnesota, 55417, USA. Tim.Wilt@med.va.gov.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 OCT 2001

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Prostate cancer is a leading cause of cancer death in men. Treatment goals for men with advanced prostate cancer include prolonging survival, preventing or delaying symptoms due to disease progression, improving and maintaining quality of life, reducing treatment related morbidity. Androgen suppression therapy is considered a mainstay of treatment for men with advanced prostate cancer. However it is not clear whether early androgen suppression for men with locally advanced disease or asymptomatic metastases improves length and quality of life compared to androgen suppression deferred until signs and symptoms of clinical progression.

Objectives

This systematic review assessed the efficacy and adverse effects of primary therapy with early versus deferred androgen suppression therapy in men with advanced prostate cancer.

Search methods

Randomized controlled trials were searched in general and specialized databases (MEDLINE, EMBASE, CancerLIT, Cochrane Library, VA Cochrane Prostate Disease register) and by reviewing bibliographies including those of the Blue Cross and Blue Shield Association Technology Evaluation Center/Evidence-based Practice Center of the Agency for Healthcare Research and Quality (BCBS/TEC-AHRQ) report No.4.

Selection criteria

All published randomized trials were eligible for inclusion provided they: randomized men with advanced prostate cancer to early versus deferred androgen suppression; reported overall, progression-free, and cancer-specific survival, and/or adverse events; did not utilize androgen suppression as adjuvant therapy to radiation treatment.

Data collection and analysis

An independent reviewer using a standardized form extracted information on trial characteristics, interventions, and outcomes. Results were reviewed for accuracy and discrepancies resolved by discussion. The main outcome measure for comparing effectiveness was the overall survival at 1, 2, 5 and 10 years. Progression-free survival, cancer-specific survival, complications due to disease progression and the incidence of adverse effects of treatment were also measured.

Main results

Four trials involving 2167 patients were included in this review. All of the trials were conducted prior to use of prostate specific antigen (PSA) testing. There was variability between studies regarding the treatments used and the requirements for initiation of treatments. The percent overall survival at 1, 2, 5, and 10 years for the early treatment group was 88%, 73%, 44%, and 18%. For the deferred therapy group the percent overall survival was 86%, 71%, 37%, and 12%. The pooled estimate for the difference in overall survival favored early therapy but was significant only at 10 years when few patients had survived (OR=1.16 (95% CI: 0.90 to 1.49) at 1 year; OR=1.08 (95% CI: 0.89 to 1.33) at 2 years; OR=1.19 (95% CI: 0.95 to 1.50) at 5 years, and OR=1.50 (95% CI: 1.04 to 2.16) at 10 years). The pooled estimate of prostate cancer specific survival at 2, 5, and 10 years favored early therapy though the confidence intervals were wide and the results not statistically different. The risk differences at 2, 5, and 10 years were 2.7%, 5.8%, and 4.6%. Although each study used unique definitions of progression free survival, all studies found progression free survival was consistently better in the early intervention group at all time points. Complications due to disease progression were only reported in one study but were more frequent in the deferred treatment group. Adverse events due to treatment were also only reported in one study but occurred more frequently in the early treatment group.

Authors' conclusions

The evidence from randomized controlled trials is limited by the variability in study design, stage of cancer and subjects enrolled, interventions utilized, definitions and reporting of outcomes and the lack of PSA testing for diagnostic and monitoring purposes. However, the available information suggests that early androgen suppression for treatment of advanced prostate cancer reduces disease progression and complications due to progression. Early androgen suppression may provide a small but statistically significant improvement in overall survival at 10 years. There was no statistically significant difference in prostate cancer specific survival but a clinically important difference could not be excluded. These outcomes need to be evaluated with the evidence suggesting higher costs and more frequent treatment related adverse effects with early therapy. Additional studies are required to evaluate more definitively the efficacy and adverse effects of early versus delayed androgen suppression in men with prostate cancer. In particular trials should evaluate patients with advanced prostate cancer diagnosed by PSA testing and men with persistent or rising PSA levels following treatment options (e.g. radical prostatectomy, radiation therapy or observation) for clinically localized disease.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Starting androgen suppression (hormone) therapy early, before advanced prostate cancer starts progressing may improve chances of longer survival.

The prostate gland is part of the male sex gland and is a common site of cancer in older men. Treatments for prostate cancer include surgery and radiation therapy. Male hormones (androgens) stimulate prostate cancer growth. Hormone suppression therapy, decreasing the levels of these hormones, is therefore also used to try to treat prostate cancer. It is not clear however whether it is better to start hormone treatment straight after diagnosis, or to wait until the disease progresses. The review found that early hormone suppression treatment decreased the progression of advanced prostate cancer and improved survival. Further studies are needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Suppression androgénique précoce versus différée dans le traitement d'un cancer prostatique avancé

Contexte

Le cancer de la prostate est la principale cause de décès par cancer chez les hommes. Les objectifs du traitement administré aux hommes atteints d'un cancer avancé de la prostate sont de prolonger la survie, prévenir ou retarder les symptômes dus à la progression de la maladie, améliorer et maintenir la qualité de vie, réduire la morbidité liée au traitement. Le traitement par suppression androgénique est considéré comme la base du traitement administré aux hommes atteints d'un cancer avancé de la prostate. Toutefois, on ignore si la suppression androgénique précoce chez les hommes souffrant de la maladie à un stade localement avancé ou de métastases asymptomatiques améliore la durée et la qualité de vie par rapport à la suppression androgénique différée jusqu'à l'apparition de signes et de symptômes de progression clinique.

Objectifs

La présente revue systématique a comparé l'efficacité et les effets indésirables du traitement primaire consistant en une suppression androgénique précoce à un traitement par suppression androgénique différé chez les hommes atteints d'un cancer avancé de la prostate.

Stratégie de recherche documentaire

Des recherches d'essais contrôlés randomisés ont été effectuées dans des bases de données générales et spécialisées (MEDLINE, EMBASE, CancerLIT, Cochrane Library, VA Cochrane Prostate Disease Register) et en examinant les bibliographies, notamment celles du Blue Cross and Blue Shield Association Technology Evaluation Center/Evidence-based Practice Center of the Agency for Healthcare Research and Quality (BCBS/TEC-AHRQ) rapport n ° 4.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés publiés étaient éligibles pour l'inclusion, à condition : que les hommes atteints d'un cancer avancé de la prostate aient été randomisés pour une suppression androgénique précoce ou différée ; qu'ils signalent une survie globale, sans progression et spécifique au cancer et/ou des événements indésirables ; qu'ils n'utilisent pas la suppression androgénique comme traitement adjuvant à la radiothérapie.

Recueil et analyse des données

Un évaluateur indépendant a extrait des informations concernant les caractéristiques des essais, les interventions et les résultats à l'aide d'un formulaire standardisé. L'exactitude de ces résultats a été examinée et les divergences résolues par des discussions. Le critère de jugement principal permettant de comparer l'efficacité était la survie globale à 1, 2, 5 et 10 ans. La survie sans progression, la survie spécifique au cancer, les complications dues à la progression de la maladie et l'incidence des effets indésirables du traitement étaient également évalués.

Résultats Principaux

Quatre essais, impliquant 2 167 patients, étaient inclus dans cette revue. Tous les essais ont été réalisés avant l’utilisation du test de l'antigène prostatique spécifique (APS). Il y avait une variabilité entre les études concernant les traitements administrés et les exigences liées à l'initiation de traitements. Les pourcentages de survie globale à 1, 2, 5 et 10 ans du groupe de traitement précoce étaient de 88 %, 73 %, 44 % et 18 %. Pour le groupe de traitement différé, les pourcentages de survie globale étaient de 86 %, 71 %, 37 % et 12 %. L'estimation regroupée des différences au niveau de la survie globale favorisait un traitement précoce, mais elle était significative uniquement au bout de 10 ans, période à laquelle peu de patients avaient survécu (RC = 1,16 (IC à 95 % : 0,90 à 1,49) à 1 an ; RC = 1,08 (IC à 95 % : 0,89 à 1,33) à 2 ans ; RC = 1,19 (IC à 95 % : 0,95 à 1,50) à 5 ans et RC = 1,50 (IC à 95 % : 1,04 à 2,16) à 10 ans). L'estimation regroupée concernant la survie spécifique au cancer de la prostate à 2, 5 et 10 ans favorisait un traitement précoce, malgré des intervalles de confiance larges et des résultats statistiquement identiques. Les différences de risques à 2, 5 et 10 ans étaient de 2,7 %, 5,8 % et 4,6 %. Bien que chaque étude ait utilisé des définitions différentes de la survie sans progression, toutes les études ont trouvé que la survie sans progression était systématiquement meilleure dans le groupe d'intervention précoce sur l'ensemble des points temporels. Les complications dues à la progression de la maladie n'étaient rapportées que dans une seule étude, mais elles étaient plus fréquentes dans le groupe de traitement différé. Les événements indésirables dus au traitement n'étaient rapportés que dans une seule étude eux aussi, mais ils se produisaient plus fréquemment dans le groupe de traitement précoce.

Conclusions des auteurs

Les preuves issues des essais contrôlés randomisés sont limitées par la variabilité de conception des études, le stade du cancer et les sujets recrutés, les interventions utilisées, les définitions et la signalisation des résultats, ainsi que le manque de tests de l'APS à des fins de diagnostic et de surveillance. Toutefois, les informations disponibles suggèrent que la suppression androgénique précoce pour le traitement du cancer avancé de la prostate réduit la progression de la maladie et les complications liées à cette progression. La suppression androgénique précoce peut améliorer de façon minime, mais statistiquement significative, la survie globale au bout de 10 ans. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative concernant la survie spécifique au cancer de la prostate mais une différence cliniquement importante n'a pu être exclue. Ces résultats doivent être évalués en prenant en compte les preuves suggérant que le traitement précoce a un coût plus élevé et des effets indésirables plus fréquents. Des études supplémentaires sont nécessaires afin d'évaluer de façon plus définitive l'efficacité et les effets indésirables de la suppression androgénique précoce par rapport à la suppression androgénique différée chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate. Les essais devront plus particulièrement évaluer les patients atteints d'un cancer avancé de la prostate diagnostiqué par un test de l'APS et les hommes présentant des niveaux d'APS persistants ou en hausse suite à différentes options de traitement (par ex. : prostatectomie radicale, radiothérapie ou observation) dans le cas où la maladie est cliniquement localisée.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Suppression androgénique précoce versus différée dans le traitement d'un cancer prostatique avancé

Le début précoce d'un traitement par suppression androgénique (hormones), avant qu'un cancer avancé de la prostate ne commence à progresser, peut améliorer les chances de survie prolongée.

La prostate fait partie de la glande sexuelle masculine. Il s'agit d'un site propice au développement d'un cancer chez les hommes âgés. Les traitements contre le cancer de la prostate se composent d'une chirurgie et d'une radiothérapie. Les hormones masculines (androgènes) stimulent la croissance du cancer de la prostate. Par conséquent, un traitement par suppression hormonale, diminuant ainsi le niveau de ces hormones, est également administré pour essayer de traiter le cancer de la prostate. On ignore toutefois si le fait de commencer un traitement hormonal directement après le diagnostic est plus efficace que d'attendre une progression de la maladie. La présente revue a permis de déterminer que le traitement par suppression hormonale précoce diminuait la progression du cancer avancé de la prostate et améliorait la survie. D'autres études sont nécessaires.

Notes de traduction

La présente revue ne sera pas mise à jour pour l'instant.

Traduit par: French Cochrane Centre 30th January, 2013
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

比較提早或延遲男性荷爾蒙抑制療法治療侵犯性前列腺癌

前列腺癌是男性癌症死亡的首位,對於患有侵犯性前列腺癌的男性,治療的目標包括延長存活時間、避免或延緩疾病進展的症狀、改善及維持生活品質,以及減少治療導致的相關併發症。對於患有侵犯性前列腺癌的男性,男性荷爾蒙抑制療法被認為是標準的治療,然而,目前還不清楚對於局部侵犯,或已轉移卻無症狀的男性病患,是要提早給予男性荷爾蒙抑制療法,還是需要等到臨床上疾病有惡化的跡象時,再給予男性荷爾蒙抑制療法,究竟哪一種方式可以改善存活時間及生活品質。

目標

本研究全面性的回顧及評估,對於患有侵犯性前列腺癌末期的男性,比較以提早或延緩使用男性荷爾蒙抑制療法作為主要治療的效果及副作用。

搜尋策略

在一般及專業的資料庫(MEDLINE,EMBASE,CancerLIT,CochraneLibrary, VA Cochrane Prostate Disease register)中搜尋臨床隨機對照試驗,以及回顧 Blue Cross 及Blue Shield Association Technology Evaluation Center/Evidencebased Practice Center of the Agency for Healthcare Research and Quality (BCBS/TECAHRQ)的第四號報告的參考書目。

選擇標準

所有已公開發表的隨機臨床試驗符合下列標準即可納入:將患有侵犯性前列腺癌的男性隨機分成提早或延遲給予男性荷爾蒙抑制療法;有報告整體存活率、無惡化存活率、癌症專一存活率及副作用;但不包括曾使用男性荷爾蒙抑制療法作為放射治療後的輔助療法的病人。

資料收集與分析

一位獨立的審查者,使用標準的格式去擷取試驗的特點、治療及預後。結果的正確性及差異性會經由討論來解決。主要預後的評估是比較第1年、第2年、第5年及第10年的整體存活率。無惡化存活率,癌症專一存活率,癌症惡化的併發症及治療副作用的發生率也一併評估。

主要結論

四個臨床試驗包括了2,167位病人納入本次評估。所有試驗在進行前皆檢驗前列腺特異抗原(PSA)。對於已用的治療及一開始必須的治療,不同的試驗之間有一些差異性存在。對於提早治療的組別,第1年、第2年、第5年及第10年的整體存活率分別為88%、73%、44%及18%,至於延遲治療的組別,第1年、第2年、第5年及第10年的整體存活率分別為86%、71%、37%及12%。對於整體存活率的綜合評估發現,提早治療比較有助於存活率,可是只有針對能存活到10年以上的少數病患才有顯著的意義[第1年勝算比1.16 (95% CI 0.90−1.49)、第2年勝算比1.08 (95% CI 0.89−1.33)、第5年勝算比1.19 (95% CI 0.95−1.50)以及第10年勝算比1.50 (95% CI 1.04−2.16)]。對第2年、第5年及第10年前列腺癌症專一存活率,綜合評估發現,提早治療比較有助於存活率,但是信賴區間很寬,而且結果並無統計上顯著的差異。在第2年、第5年及第10年的風險差異分別為2.7%、5.8%及4.6%。雖然每個試驗採用的無惡化存活率定義都不同,但所有的試驗都發現,不管在哪一個時間點,提早治療組一直都有較好的無惡化存活率。癌症惡化的併發症只有一個試驗有描述,此併發症比較常出現在延遲治療組;因治療造成的不良事件也只有一個試驗有描述,此不良事件比較常出現在提早治療組。

作者結論

從臨床隨機對照試驗而來的證據,會因研究設計、病患癌症的分期、介入的治療、預後的定義及報告、缺乏診斷性及追蹤性PSA檢測值的不同而受到限制。然而,在可用的資料中顯示,提早男性素抑制來治療侵犯性前列腺癌可減少疾病的惡化及因惡化造成的併發症。提早男性素抑制療法對於改善10年的整體存活率有些微統計上的意義。雖然提早男性素抑制療法對於前列腺癌症專一存活率並無統計上的差異,但是臨床上重大的差別意義仍然不能忽略:提早男性素抑制療法所需較高的花費,以及較常出現治療相關的副作用也都需要一併考慮。未來需要更精確的研究去評估,提早或是延遲男性素抑制療法對於前列腺癌病患的治療效果與副作用。另外,針對由PSA檢查所診斷出來的侵犯性前列腺癌以及臨床上侷限性前列腺癌病患,經由治療(前列腺根除手術、放射線治療或者觀察性治療)後的PSA數值仍然持續上升者,需要另外設計試驗去評估提早或是延遲男性素抑制療法的影響。

翻譯人

本摘要由臺灣大學附設醫院洪順發翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

在侵犯性前列腺癌開始惡化前,早期開始用男性荷爾蒙抑制療法可以改善病患的存活率。前列腺是男性性器官之一,也是老年男性好發的癌症所在。前列腺癌的治療包括手術及放射線治療。男性荷爾蒙(男性素)會刺激前列腺癌生長,男性荷爾蒙抑制療法,可以減少這些荷爾蒙的濃度,因此被用來治療前列腺癌,至於要在診斷時就開始治療,還是等到癌症惡化時才開始治療比較好,目前還不清楚。本回顧研究發現,提早荷爾蒙抑制治療侵犯性前列腺癌可減少疾病的惡化及改善存活。未來尚需要更多研究來進一步的瞭解。