Intervention Review

Pharmacological treatments for psychosis-related polydipsia

  1. Guy Brookes1,*,
  2. AG Ahmed2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 18 OCT 2006

Assessed as up-to-date: 23 AUG 2006

DOI: 10.1002/14651858.CD003544.pub2


How to Cite

Brookes G, Ahmed AG. Pharmacological treatments for psychosis-related polydipsia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 4. Art. No.: CD003544. DOI: 10.1002/14651858.CD003544.pub2.

Author Information

  1. 1

    Leeds Community and Mental Health Services NHS Trust, Leeds, West Yorkshire, UK

  2. 2

    Royal Ottawa Hospital, Forensic Division, Ottawa, Ontario, Canada

*Guy Brookes, Leeds Community and Mental Health Services NHS Trust, The Newsam Centre, Seacroft Hospital, York Road, Leeds, West Yorkshire, LS14 6WB, UK. Guy.Brookes@leedsmh.nhs.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 OCT 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Polydipsia is the intake of more than three litres of fluids per day. Primary polydipsia occurs when excessive drinking cannot be explained by an identified medical condition, and is not secondary to polyuria. The prevalence of this problem in psychiatric inpatients has been estimated at between 6 and 17%. It can hinder standard care and be a highly disabling, even life-threatening condition.

Objectives

To review the effect of pharmacological interventions for the treatment of psychosis-related polydipsia.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (January 2002 and February 2005) which is compiled by up-to-date methodical searches of BIOSIS, The Cochrane Library, CINAHL, Dissertation abstracts, EMBASE, LILACS, MEDLINE, PSYNDEX, PsycINFO, RUSSMED and Sociofile and is supplemented with hand searching of relevant journals and numerous conference proceedings. References of all identified studies were also searched for further trials.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials involving people with a psychotic illness and secondary polydipsia, which evaluated drug treatments, and measured clinically meaningful outcomes.

Data collection and analysis

Working independently, we inspected citations, ordered papers, and then re-inspected and quality assessed the studies and extracted data. For homogeneous dichotomous data, we calculated the relative risk (RR), 95% confidence interval (CI), and, where appropriate, the number needed to treat (NNT) and the number needed to harm (NNH), on an intention-to-treat basis. We assumed that people who left the study early or who were lost to follow-up had no improvement. We calculated weighted mean differences (WMD) for continuous data. We excluded data if loss to follow-up was greater than 50%.

Main results

We identified two small trials (Alexander 1991and Nishikawa 1996 which fulfilled the inclusion criteria, (total n=17, duration 3-6 weeks). Few data were reported and, because of inappropriate use of crossover methodology, we could not include all of the data in this review. For the few chronically ill people in these trials, neither the 'active' tetracycline bacteriostatic agent, oral demeclocycline, nor the opiate antagonist naloxone, nor placebo, gave any suggestion of serious adverse effects for a period of up to six weeks. The studies did not report any useful data on measures of polydipsia, physical symptoms secondary to increased fluid intake, mental state, general functioning or economic outcomes.

Authors' conclusions

The trials offer little useful data to the clinician hoping to treat psychosis-related polydipsia with drugs, except that further evaluative studies need to be conducted in this area. Treatment of any sort for psychosis related polydipsia might only be informative within a well designed, conducted and reported randomised study. The two pioneering studies suggest that larger trials, though difficult, would not be impossible with adequate support and co-ordination.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Pharmacological treatments for psychosis-related polydipsia

Schizophrenia is a serious, chronic and relapsing mental illness with a worldwide lifetime prevalence of about one percent. An uncommon but serious complication of psychotic illness is polydipsia, the intake of more than three litres of fluids per day. Although the exact reason for any one person developing polydipsia is unclear, effective treatment is essential as if untreated, such a high intake of fluids can lead to hyponatraemia which in turn can lead to coma or even death. It is estimated that between 6% and 17% of psychiatric inpatients suffer from polydipsia, and even if this is an over estimate it is a common and serious enough condition to merit clinical concern.

We systematically searched and evaluated randomised controlled trials investigating the effectiveness of drug treatment for polydipsia. We found two short trials (n=17, duration 3-6 weeks) that were too small and short to be informative. Data reporting was also poor with no pre crossover data available for analysis. The only data available were for adverse effects and neither the active treatments nor placebo produced any serious side effects. The studies did not report any useful data on measures of polydipsia, physical symptoms secondary to increased fluid intake, mental state, general functioning or economic outcomes.

Clinicians hoping to treat people with psychosis-related polydipsia are unable to gain any useful information from these trials and treatment of any sort might only be informative within a well-designed study. More research is needed and these two trials, although unable to provide much data, do show this type of research is possible.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Traitements pharmacologiques dans la polydipsie liée à la psychose

Contexte

La polydipsie est le fait d'ingérer plus de trois litres de liquides par jour. On parle de polydipsie primaire lorsque cette ingestion excessive de liquides ne peut pas être expliquée par un problème médical identifié et n'est pas secondaire à une polyurie. La prévalence de ce problème chez les patients psychiatriques hospitalisés a été estimée entre 6 et 17 %. Elle peut nuire à l'administration des soins standard et peut être un trouble extrêmement incapacitant qui peut même engager le pronostic vital.

Objectifs

Examiner les effets des interventions pharmacologiques dans le traitement de la polydipsie liée à la psychose.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (janvier 2002 et février 2005) issu de recherches méthodiques actualisées dans BIOSIS, la Bibliothèque Cochrane, CINAHL, Dissertation abstracts, EMBASE, LILACS, MEDLINE, PSYNDEX, PsycINFO, RUSSMED et Sociofile, et complété par des recherches manuelles dans des revues pertinentes et de nombreux actes de conférence. Les références bibliographiques de toutes les études pertinentes ont également été consultées afin d'identifier d'autres essais.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés portant sur des patients atteints de troubles psychotiques et de polydipsie secondaire, évaluant des traitements médicamenteux et mesurant des critères de jugement cliniquement importants.

Recueil et analyse des données

Nous avons examiné les références bibliographiques, obtenu les articles, réinspecté les études, évalué leur qualité et extrait les données de manière indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, le risque relatif (RR), l'intervalle de confiance (IC) à 95 % et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter (NST) ou le nombre nécessaire pour nuire (NNN) ont été calculés sur la base de l'intention de traiter. Nous avons considéré que les patients qui abandonnaient les études de manière prématurée ou étaient perdus de vue ne présentaient pas d'amélioration. Les différences moyennes pondérées (DMP) ont été calculées pour les données continues. Les données ont été exclues lorsque la perte de suivi était supérieure à 50 %.

Résultats Principaux

Nous avons identifié deux petits essais (Alexander 1991 et Nishikawa 1996) qui remplissaient les critères d'inclusion (n total = 17, durée de 3-6 semaines). Peu de données étaient rapportées et l'utilisation inadéquate de la méthodologie des essais croisés ne nous a pas permis d'inclure toutes les données dans cette revue. Chez les quelques patients atteints de maladie chronique recrutés dans ces essais, ni l'agent tétracycline bactériostatique actif, la démeclocycline orale, ni la naloxone (antagoniste des opiacés), ni le placebo ne semblaient entraîner d'effets indésirables graves au cours d'une période allant jusqu'à 6 semaines. Les études ne rapportaient aucune donnée utile concernant les mesures de la polydipsie, les symptômes physiques secondaires à l'ingestion accrue de liquides, l'état mental, le fonctionnement général ou les résultats économiques.

Conclusions des auteurs

Ces essais apportaient peu de données utiles pour les cliniciens espérant pouvoir traiter la polydipsie liée à la psychose avec des médicaments, mais ils mettaient en évidence la nécessité de mener d'autres études d'évaluation dans ce domaine. Tous les traitements de la polydipsie liée à la psychose demeureront indicatifs tant qu'une étude randomisée bien planifiée, réalisée et documentée n'aura pas été effectuée. Les deux études pionnières suggèrent que des essais à plus grande échelle, quoique difficiles, ne seraient pas impossibles avec le soutien et la coordination appropriés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Traitements pharmacologiques dans la polydipsie liée à la psychose

Traitements pharmacologiques dans la polydipsie liée à la psychose

La schizophrénie est un trouble mental grave, chronique et récidivant dont la prévalence mondiale au cours de la vie est d'environ 1 %. La polydipsie est une complication rare mais grave des troubles psychotiques, qui se caractérise par l'ingestion de plus de trois litres de liquides par jour. Bien que l'on ignore la cause exacte du développement de la polydipsie, un traitement efficace est essentiel car, dans le cas contraire, une telle prise de liquides pourrait entraîner une hyponatrémie pouvant à son tour entraîner un coma ou même le décès du patient. On estime qu'entre 6 et 17 % des patients psychiatriques hospitalisés souffrent de polydipsie. Même s'il pourrait s'agir d'une surestimation, ce trouble est suffisamment courant et grave pour mériter une attention clinique.

Nous avons recherché et évalué systématiquement les essais contrôlés randomisés examinant l'efficacité du traitement médicamenteux dans la polydipsie. Nous avons identifié deux essais de courte durée (n = 17, durée de 3-6 semaines) qui étaient trop petits et trop courts pour être informatifs. Les données étaient également mal consignées et aucune donnée pré-croisement (crossover) n'était disponible pour l'analyse. Les seules données disponibles concernaient les effets indésirables, et ni les traitements actifs ni le placebo ne produisaient d'effets secondaires graves. Les études ne rapportaient aucune donnée utile concernant les mesures de la polydipsie, les symptômes physiques secondaires à l'ingestion accrue de liquides, l'état mental, le fonctionnement général ou les résultats économiques.

Les cliniciens espérant pouvoir traiter leurs patients atteints de polydipsie liée à la psychose ne trouveront pas d'informations utiles dans ces essais, et tout traitement ne pourra être informatif que dans le cadre d'une étude bien planifiée. Des recherches supplémentaires sont nécessaires et ces deux essais, bien qu'ils ne fournissent que peu de données, montrent que ce type de recherches est possible.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

精神病相關劇渴的藥物治療

劇渴指的是一天飲用液體超過3公升,原發性劇渴是發生過多飲水,無法由明確醫學狀況來解釋,而且並不是繼發性劇渴。這個問題在精神科住院病人的盛行率估計在6%到17%,會阻礙標準照護,並且是一個極可能會導致失能,甚至會威脅生命的狀況。

目標

回顧藥物介入治療精神病相關劇渴的療效。

搜尋策略

我們搜尋考科藍精神分裂症團體登錄﹝Cochrane Schizophrenia Group's Register(2002年1月及2005年2月)﹞,它是彙編最新方式的搜尋BIOSIS, 考科藍資料庫(The Cochrane Library), CINAHL, Dissertation abstracts, EMBASE, LILACS, MEDLINE, PSYNDEX, PsycINFO, RUSSMED 及社會檔案(Sociofile),且輔以人工搜索相關的期刊和眾多的會議紀錄手冊,所有找到確定試驗的相關文獻,也搜尋其他的試驗。

選擇標準

我們納入所有關於精神病患者及繼發性劇渴的隨機對照試驗,這些試驗評估藥物治療,並測量它們在臨床上有意義的結果。

資料收集與分析

審視引文、指定文獻及之後的再審視及品質評估,與後來的擷取資料都是獨立作業,在同質性二分法的資料中,我們計算相對危險(RR),95%信賴區間(CI),若可能的話在治療意向分析法基礎下計算益需治數(NNT)及害需治數(NNH)。我們假設提早離開試驗及沒有追蹤到的個案是沒有改善的。連續資料方面,我們計算加權平均差異(WMD),另外我們排除大於50%沒有追蹤到的個案的資料。

主要結論

我們找到2個小型試驗(Alexander 1991年及Nishikawa 1996年的試驗,它們都符合納入標準,總共17位個案,試驗期間為3至6週),因為不適當的使用交叉方法學,很少的資料被報告,所以在此回顧中我們無法納入所有的數據資料。在這些試驗中的少數慢性疾病患者,不論是活性tetracycline抑菌劑、口服demeclocycline、鴉片類拮抗劑naloxone或安慰劑,在最多6個星期的期間沒有出現副作用的抱怨。研究並沒有提到有效的資料關於劇渴的測量、增加液體飲用的身體症狀、心智狀態、功整體的功能或經濟結果。

作者結論

此些試驗提供希望以藥物治療精神病相關劇渴的臨床醫師少數有關資料,除此之外進一步評估這領域的這些試驗是必要的。任何形式治療精神病相關劇渴可能只有從設計良善,執行良好及有提出到告的隨機試驗來獲得資訊。兩個先導試驗認為大型試驗雖然困難,在適當的支持及協調下,並不會是不可能的。

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院許文郁翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

藥物治療精神病相關的劇渴。 精神分裂症是一種嚴重、慢性且會復發的精神疾病,全世界的終生盛行率約為百分之一。不常見但嚴重精神病的併發症是劇渴,一天飲用液體超過3公升。雖然發展為劇渴的確切原因不甚清楚,有效的治療是必須的,如果沒有治療,如高量攝取液體可能造成低血鈉,低血鈉可能造成昏迷甚至死亡。估計約6%至17%精神科住院病人有劇渴問題,縱使可能高估這個數字,它的普遍嚴重狀況足夠值得臨床注意。我們系統性搜尋和評估藥物治療劇渴療效的隨機對照試驗。我們發現兩個短期的試驗提供資料(個案數為17位,為期3至6週),這些試驗個案數太少且太短期。資料報告不足沒有預設交叉的資料可供分析,唯一可用的資料為副作用報告,不論是積極治療或安慰劑都不會產生任何嚴重的副作用。研究並沒有提到有效的資料關於劇渴的測量、增加液體飲用的身體症狀、精神狀態、一般功能或醫療經濟結果。希望以藥物治療精神病相關劇渴的臨床醫師從這些試驗無法獲得任何有用的資料,任何形式治療精神病相關劇渴可能只有從設計良好的試驗獲得資料,雖然無法提供夠多的資料,但顯示這種類型的研究是有可能的。