Management of sexual dysfunction due to antipsychotic drug therapy

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Psychotropic drugs are associated with sexual dysfunction. Symptoms may concern penile erection, lubrication, orgasm, libido, retrograde ejaculation, sexual arousal, or overall sexual satisfaction. These are major aspects of tolerability and can highly affect patients’ compliance.

Objectives

To determine the effects of different strategies (e.g. dose reduction, drug holidays, adjunctive medication, switching to another drug) for treatment of sexual dysfunction due to antipsychotic therapy.

Search methods

An updated search was performed in the Cochrane Schizophrenia Group’s Trials Register (3 May 2012) and the references of all identified studies for further trials.

Selection criteria

We included all relevant randomised controlled trials involving people with schizophrenia and sexual dysfunction.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For dichotomous data we calculated random effects risk ratios (RR) with 95% confidence intervals (CI), for crossover trials we calculated Odds Ratios (OR) with 95% CI. For continuous data, we calculated mean differences (MD) on the basis of a random-effects model. We analysed cross-over trials under consideration of correlation of paired measures.

Main results

Currently this review includes four pioneering studies (total n = 138 , duration two weeks to four months), two of which are cross-over trials. One trial reported significantly more erections sufficient for penetration when receiving sildenafil compared with when receiving placebo (n = 32, MD 3.20 95% CI 1.83 to 4.57), a greater mean duration of erections (n = 32, MD 1.18 95% CI 0.52 to 1.84) and frequency of satisfactory intercourse (n = 32, MD 2.84 95% CI 1.61 to 4.07). The second trial found no evidence for selegiline as symptomatic treatment for antipsychotic-induced sexual dysfunction compared with placebo (n = 10, MD change on Aizenberg's sexual functioning scale -0.40 95% CI -3.95 to 3.15). No evidence was found for switching to quetiapine from risperidone to improve sexual functioning (n = 36, MD -2.02 95% CI -5.79 to 1.75). One trial reported significant improvement in sexual functioning when participants switched from risperidone or an typical antipsychotic to olanzapine (n = 54, MD -0.80 95% CI -1.55 to -0.05).

Authors' conclusions

We are not confident that cross-over studies are appropriate for this participant group as they are best for conditions that are stable and for interventions with no physiological and psychological carry-over. Sildenafil may be a useful option in the treatment of antipsychotic-induced sexual dysfunction in men with schizophrenia, but this conclusion is based only on one small short trial. Switching to olanzapine may improve sexual functioning in men and women, but the trial assessing this was a small, open label trial. Further well designed randomised control trials that are blinded and well conducted and reported, which investigate the effects of dose reduction, drug holidays, symptomatic therapy and switching antipsychotic on sexual function in people with antipsychotic-induced sexual dysfunction are urgently needed.

Résumé scientifique

Prise en charge du dysfonctionnement sexuel dû à un traitement médicamenteux antipsychotique

Contexte

Les médicaments psychotropes sont associés à un dysfonctionnement sexuel. Les symptômes peuvent concerner l'érection pénienne, la lubrification, l'orgasme, la libido, l'éjaculation rétrograde, l'excitation sexuelle ou la satisfaction sexuelle générale. Il s'agit d'aspects importants de la tolérabilité qui peuvent largement affecter l'observance de la part des patients.

Objectifs

Déterminer les effets de différentes stratégies (par ex. la réduction de la dose, les fenêtres thérapeutiques, les médicaments d'appoint, le passage à un autre médicament) pour le traitement du dysfonctionnement sexuel dû à un traitement antipsychotique.

Stratégie de recherche documentaire

Une recherche mise à jour a été effectuée dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la schizophrénie (3 mai 2012) et les bibliographies de toutes les études identifiées afin de trouver des essais supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés pertinents portant sur des personnes atteintes de schizophrénie et de dysfonctionnement sexuel.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données de manière indépendante. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) en utilisant un modèle à effets aléatoires et les intervalles de confiance (IC) à 95 %, pour les essais croisés, nous avons calculé les rapports des cotes (RC) avec IC à 95 %. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes (DM) sur la base d'un modèle à effets aléatoires. Nous avons analysé les essais croisés pris en considération pour la corrélation des mesures associées.

Résultats principaux

Actuellement, cette revue comprend quatre études pionnières (total n = 138, durée de deux semaines à quatre mois), dont deux sont des essais croisés. Un essai a signalé significativement plus d'érections suffisantes pour la pénétration avec la réception de sildénafil comparé à la réception d'un placebo (n = 32, DM 3,20 IC à 95 % 1,83 à 4,57), une durée moyenne des érections supérieure (n = 32, DM 1,18 IC à 95 % 0,52 à 1,84) et une plus grande fréquence des rapports sexuels satisfaisants (n = 32, DM 2,84 IC à 95 % 1,61 à 4,07). Le deuxième essai n'a trouvé aucune preuve en faveur de la sélégiline comme traitement symptomatique pour le dysfonctionnement sexuel induit par les antipsychotiques comparé à un placebo (n = 10, DM de changement sur l'échelle d'Aizenberg de la fonction sexuelle -0,40 IC à 95 % -3,95 à 3,15). Aucune preuve indiquant que le passage de la rispéridone à la quétiapine améliorait la fonction sexuelle n'a été trouvée (n = 36, DM -2,02 IC à 95 % -5,79 à 1,75). Un essai a signalé une amélioration significative de la fonction sexuelle lorsque les participants passaient de la rispéridone ou d'un antipsychotique type à l'olanzapine (n = 54, DM -0,80 IC à 95 % -1,55 à -0,05).

Conclusions des auteurs

Nous ne sommes pas certains que les études croisées conviennent à ce groupe de participants, car elles sont le plus adaptées aux conditions stables et aux interventions sans rémanence physiologique et psychologique. Le sildénafil peut être une option utile dans le traitement du dysfonctionnement sexuel induit par les antipsychotiques chez l'homme atteint de schizophrénie, mais cette conclusion se fonde uniquement sur un essai de petite taille, réalisé sur une courte durée. Le passage à l'olanzapine peut améliorer la fonction sexuelle chez l'homme et la femme, mais l'essai évaluant ce point était un essai ouvert de petite taille. Il est nécessaire et urgent de réaliser des essais contrôlés randomisés bien conçus qui soient mis en aveugle, bien menés et avec une bonne notification, et qui étudient les effets les effets de la réduction de la dose, des fenêtres thérapeutiques, du traitement symptomatique et du changement de médicaments antipsychotiques sur la fonction sexuelle chez des personnes atteintes de dysfonctionnement sexuel induit par les antipsychotiques.

Plain language summary

Management of sexual problems due to antipsychotic drug therapy

Drugs commonly used to treat schizophrenia often cause sexual problems.This may affect erection, lubrication, orgasm, desire or libido, ejaculation, sexual arousal or overall sexual satisfaction. This may have serious negative consequences such as putting people off taking their medication or stopping taking drugs at an early stage. Sexual problems may limit a person’s quality of life, worsen self-esteem and cause relationship problems.Strategies to manage these sexual problems are taking additional drugs (Viagra TM), short drug holidays when people temporarily stop antipsychotic medication, reduction of dose and switching to another antipsychotic drug. This review includes four pioneering studies with a total of 138 participants lasting between two weeks to four months, meaning all were small and quite short. Two of the studies compared the effects of drugs to treat sexual problems and two compared the effect of switching to a different antipsychotic drug (while remaining on a current antipsychotic). There is some evidence that sildenafil ((ViagraTM, RevatioTM)) may be a good treatment for men who have problems getting and maintaining an erection. It also seems to increase frequency and satisfaction of sexual intercourse. Switching to olanzapine may improve sexual functioning in men and women.

However, before confident claims can be made, much more research on strategies to deal with sexual problems should be undertaken. Sildenafil may be a useful option in the treatment of sexual problems in men with schizophrenia, but this conclusion is based only on one small, short trial. Switching to olanzapine may improve sexual functioning in men and women, but the trial assessing this was small. Further well designed trials and research, which investigate the effects of dose reduction, drug holidays, taking drugs such as Viagra TM, and switching antipsychotic medication, are much needed.

This plain language summary (PLS) was written by a consumer contributor, Ben Gray from RETHINK: Benjamin Gray, Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness, Email: ben.gray@rethink.org.

Résumé simplifié

Prise en charge des problèmes sexuels dus à un traitement médicamenteux antipsychotique

Les médicaments utilisés couramment pour traiter la schizophrénie provoquent souvent des problèmes sexuels. Cela peut affecter l'érection, la lubrification, l'orgasme, le désir ou libido, l'éjaculation, l'excitation sexuelle ou la satisfaction sexuelle générale. Cela peut avoir de graves conséquences négatives, comme le fait de dissuader les personnes de prendre leur médicament ou l'arrêt précoce de la prise des médicaments. Les problèmes sexuels peuvent limiter la qualité de vie d'une personne, détériorer son estime de soi et créer des problèmes relationnels. Les stratégies de prise en charge de ces problèmes sexuels consistent en la prise de médicaments supplémentaires (Viagra TM), en une courte fenêtre thérapeutique durant laquelle les personnes arrêtent temporairement les médicaments antipsychotiques, en la réduction de la dose et le passage à un autre médicament antipsychotique. Cette revue comprend quatre études pionnières, portant sur un total de 138 participants et durant entre deux semaines et quatre mois, ce qui signifie qu'elles sont toutes de petite taille et de courte durée. Deux des études comparaient les effets de médicaments pour traiter les problèmes sexuels et deux comparaient l'effet du passage à un médicament antipsychotique différent (tout en restant sur un antipsychotique actuel). Il existe des preuves indiquant que le sildénafil ((ViagraTM, RevatioTM)) peut être un bon traitement pour les hommes qui ont des problèmes pour obtenir et maintenir une érection. Il semble également augmenter la fréquence et la satisfaction des rapports sexuels. Le passage à l'olanzapine peut améliorer la fonction sexuelle chez les hommes et les femmes.

Cependant, avant de pouvoir avancer des affirmations avec certitude, un bien plus grand nombre de recherches doivent être réalisées sur les stratégies visant à traiter les problèmes sexuels. Le sildénafil peut être une option utile dans le traitement des problèmes sexuels chez l'homme atteint de schizophrénie, mais cette conclusion se fonde uniquement sur un essai de petite taille, réalisé sur une courte durée. Le passage à l'olanzapine peut améliorer la fonction sexuelle chez l'homme et la femme, mais l'essai évaluant ce point était de petite taille. Des recherches et des essais bien conçus étudiant les effets de la réduction de la dose, des fenêtres thérapeutiques, de la prise de médicaments, tels que le Viagra TM, et du passage à des médicaments antipsychotiques, sont absolument nécessaires.

Ce résumé simplifié a été rédigé par un contributeur et consommateur, Ben Gray de RETHINK : Benjamin Gray, Bénéficiaire du service et Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness, E-mail : ben.gray@rethink.org.

Notes de traduction

Le protocole a été modifié après publication de façon à inclure des méthodes d'analyse statistique des essais croisés.

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�