Intervention Review

Antibiotics and antiseptics for venous leg ulcers

  1. Susan O'Meara1,*,
  2. Deyaa Al-Kurdi2,
  3. Yemisi Ologun3,
  4. Liza G Ovington4,
  5. Marrissa Martyn-St James5,
  6. Rachel Richardson6

Editorial Group: Cochrane Wounds Group

Published Online: 10 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 24 MAY 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD003557.pub5


How to Cite

O'Meara S, Al-Kurdi D, Ologun Y, Ovington LG, Martyn-St James M, Richardson R. Antibiotics and antiseptics for venous leg ulcers. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD003557. DOI: 10.1002/14651858.CD003557.pub5.

Author Information

  1. 1

    University of Leeds, School of Healthcare, Leeds, UK

  2. 2

    University of York, The Cochrane Wounds Group, York, North Yorkshire, UK

  3. 3

    Chesterfield Royal Hospital, Calow, Derbyshire, UK

  4. 4

    Ethicon, Inc, Somerville, New Jersey, USA

  5. 5

    University of Sheffield, School of Health and Related Research (ScHARR), Sheffield, South Yorkshire, UK

  6. 6

    University of York, Department of Health Sciences, York, UK

*Susan O'Meara, School of Healthcare, University of Leeds, Room LG.12, Baines Wing, Leeds, LS2 9JT, UK. s.m.omeara@leeds.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 10 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Venous leg ulcers are a type of chronic wound affecting up to 1% of adults in developed countries at some point during their lives. Many of these wounds are colonised by bacteria or show signs of clinical infection. The presence of infection may delay ulcer healing. Two main strategies are used to prevent and treat clinical infection in venous leg ulcers: systemic antibiotics and topical antibiotics or antiseptics.

Objectives

The objective of this review was to determine the effects of systemic antibiotics and topical antibiotics and antiseptics on the healing of venous ulcers.

Search methods

In May 2013, for this second update, we searched the Cochrane Wounds Group Specialised Register (searched 24 May 2013); the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL 2013, Issue 4); Ovid MEDLINE (1948 to Week 3 May 2013); Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-indexed Citations, 22 May 2013); Ovid EMBASE (1980 to Week 20 2013); and EBSCO CINAHL (1982 to 17 May 2013). No language or publication date restrictions were applied.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) recruiting people with venous leg ulceration, evaluating at least one systemic antibiotic, topical antibiotic or topical antiseptic that reported an objective assessment of wound healing (e.g. time to complete healing, frequency of complete healing, change in ulcer surface area) were eligible for inclusion. Selection decisions were made by two review authors while working independently.

Data collection and analysis

Information on the characteristics of participants, interventions and outcomes was recorded on a standardised data extraction form. In addition, aspects of trial methods were extracted, including randomisation, allocation concealment, blinding of participants and outcome assessors, incomplete outcome data and study group comparability at baseline. Data extraction and validity assessment were conducted by one review author and were checked by a second. Data were pooled when appropriate.

Main results

Forty-five RCTs reporting 53 comparisons and recruiting a total of 4486 participants were included, Many RCTs were small, and most were at high or unclear risk of bias. Ulcer infection status at baseline and duration of follow-up varied across RCTs. Five RCTs reported eight comparisons of systemic antibiotics, and the remainder evaluated topical preparations: cadexomer iodine (11 RCTs reporting 12 comparisons); povidone-iodine (six RCTs reporting seven comparisons); peroxide-based preparations (four RCTs reporting four comparisons); honey-based preparations (two RCTs reporting two comparisons); silver-based preparations (12 RCTs reporting 13 comparisons); other topical antibiotics (three RCTs reporting five comparisons); and other topical antiseptics (two RCTs reporting two comparisons). Few RCTs provided a reliable estimate of time to healing; most reported the proportion of participants with complete healing during the trial period.

Systemic antibiotics

More participants were healed when they were prescribed levamisole (normally used to treat roundworm infection) compared with placebo: risk ratio (RR) 1.31 (95% CI 1.06 to 1.62). No between-group differences were detected in terms of complete healing for other comparisons: antibiotics given according to antibiogram versus usual care; ciprofloxacin versus standard care/placebo; trimethoprim versus placebo; ciprofloxacin versus trimethoprim; and amoxicillin versus topical povidone-iodine.

Topical antibiotics and antiseptics

Cadexomer iodine: more participants were healed when given cadexomer iodine compared with standard care. The pooled estimate from four RCTs for complete healing at four to 12 weeks was RR 2.17 (95% CI 1.30 to 3.60). No between-group differences in complete healing were detected when cadexomer iodine was compared with the following: hydrocolloid dressing; paraffin gauze dressing; dextranomer; and silver-impregnated dressings.

Povidone iodine: no between-group differences in complete healing were detected when povidone-iodine was compared with the following: hydrocolloid; moist or foam dressings according to wound status; and growth factor. Time to healing estimates for povidone-iodine versus dextranomer, and for povidone-iodine versus hydrocolloid, were likely to be unreliable.

Peroxide-based preparations: four RCTs reported findings in favour of peroxide-based preparations when compared with usual care for surrogate healing outcomes (change in ulcer area). There was no report of complete healing.

Honey-based preparations: no between-group difference in time to healing or complete healing was detected for honey-based products when compared with usual care.

Silver-based preparations: no between-group differences in complete healing were detected when 1% silver sulphadiazine ointment was compared with standard care/placebo and tripeptide copper complex; or when different brands of silver-impregnated dressings were compared; or when silver-impregnated dressings were compared with non-antimicrobial dressings.

Other topical antibiotics: data from one RCT suggested that more participants healed at four weeks when treated with an enzymatic cleanser (a non-antibiotic preparation) compared with a chloramphenicol-containing ointment (additional active ingredients also included in the ointment): RR 0.13 (95% CI 0.02 to 0.99). No between-group differences in complete healing were detected for framycetin sulphate ointment versus enzymatic cleanser; chloramphenicol ointment versus framycetin sulphate ointment; mupirocin ointment versus vehicle; and topical antibiotics given according to antibiogram versus an herbal ointment.

Other topical antiseptics: data from one RCT suggested that more participants receiving an antiseptic ointment (ethacridine lactate) had responsive ulcers (defined as > 20% reduction in area) at four weeks when compared with placebo: RR 1.45 (95% CI 1.21 to 1.73). Complete healing was not reported. No between-group difference was detected between chlorhexidine solution and usual care.

Authors' conclusions

At present, no evidence is available to support the routine use of systemic antibiotics in promoting healing of venous leg ulcers. However, the lack of reliable evidence means that it is not possible to recommend the discontinuation of any of the agents reviewed. In terms of topical preparations, some evidence supports the use of cadexomer iodine. Current evidence does not support the routine use of honey- or silver-based products. Further good quality research is required before definitive conclusions can be drawn about the effectiveness of povidone-iodine, peroxide-based preparations, ethacridine lactate, chloramphenicol, framycetin, mupirocin, ethacridine or chlorhexidine in healing venous leg ulceration. In light of the increasing problem of bacterial resistance to antibiotics, current prescribing guidelines recommend that antibacterial preparations should be used only in cases of clinical infection, not for bacterial colonisation.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antibiotics and antiseptics to help healing venous leg ulcers

Venous leg ulcers are a type of wound that can take a long time to heal. These ulcers can become infected, and this might cause further delay to healing. Two types of treatment are available to treat infection: systemic antibiotics (i.e. antibiotics taken by mouth or by injection) and topical preparations (i.e. treatments applied directly to the wound). Whether systemic or topical preparations are used, patients will also usually have a wound dressing and bandage over the wound. This review was undertaken to find out whether using antibiotics and antiseptics works better than usual care in healing venous leg ulcers, and if so, to find out which antibiotic and antiseptic preparations are better than others. In terms of topical preparations, some evidence is available to support the use of cadexomer iodine (a topical agent thought to have cleansing and antibacterial effects). Current evidence does not support the use of honey- or silver-based products. Further good quality research is required before definitive conclusions can be drawn about the effectiveness of antibiotic tablets and topical agents such as povidone-iodine, peroxide-based products and other topical antibiotics and antiseptics in healing venous leg ulceration.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antibiotiques et antiseptiques pour les ulcères veineux de jambe

Contexte

Les ulcères veineux de jambe sont un type de plaies chroniques qui, dans les pays développés, affecte jusqu'à 1 % des adultes à un moment de leur vie. Beaucoup de ces plaies sont colonisées par des bactéries ou présentent des signes d'infection clinique. La présence d'une infection peut retarder la cicatrisation de l'ulcère. Deux stratégies principales sont utilisées pour prévenir et traiter l'infection clinique dans les ulcères veineux de jambe : les antibiotiques systémiques ou les antibiotiques et antiseptiques topiques.

Objectifs

L'objectif de cette revue était de déterminer les effets des antibiotiques systémiques et des antibiotiques et antiseptiques topiques sur la cicatrisation des ulcères veineux.

Stratégie de recherche documentaire

En mai 2013, pour cette deuxième mise à jour, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (le 24 mai 2013) ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2013, numéro 4) ; Ovid MEDLINE (de 1948 jusqu'à la troisième semaine de mai 2013) ; Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-indexed Citations, 22 mai 2013) ; Ovid EMBASE (de 1980 à la semaine 20 de 2013) ; et EBSCO CINAHL (de 1982 au 17 mai 2013). Aucune restriction de langue ou de date de publication n'a été appliquée.

Critères de sélection

Étaient éligibles à l'inclusion dans la revue, les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des personnes atteintes d'ulcération veineuse de jambe, évaluant au moins un antibiotique systémique, un antibiotique topique ou un antiseptique topique rapportant une évaluation objective de la cicatrisation des plaies (par ex. le temps jusqu'à cicatrisation complète, la fréquence de la cicatrisation complète, la modification de la surface de la zone ulcérée). Les décisions de sélection ont été faites par deux auteurs de la revue, travaillant de façon indépendante.

Recueil et analyse des données

Des informations sur les caractéristiques des participants, les interventions et les résultats ont été enregistrées sur un formulaire standardisé d'extraction de données. En outre, des caractéristiques des méthodologies des essais ont été extraites, notamment la randomisation, l'assignation secrète, l'aveugle des participants et des évaluateurs, les données de résultat incomplètes et la comparabilité des groupes d'étude à l'inclusion. L'extraction des données et l'évaluation de validité ont été réalisées par un auteur de la revue et ont été vérifiées par un second. Les données ont été combinées lorsque cela était approprié.

Résultats Principaux

Quarante-cinq ECR rapportant 53 comparaisons et portant sur un total de 4486 participants ont été inclus. De nombreux ECR étaient de petite taille et la plupart étaient à risque élevé ou incertain de biais. L'état de l'infection des plaies à l'inclusion et la durée de suivi variaient entre les ECR. Cinq ECR ont rapporté huit comparaisons d'antibiotiques systémiques, les autres ont évalué des préparations topiques : l'iode cadexomère (11 ECR rapportant 12 comparaisons), la povidone iodée (six ECR rapportant sept comparaisons) ; les préparations à base de peroxyde (quatre ECR rapportant quatre comparaisons) ; les préparations à base de miel (deux ECR rapportant deux comparaisons) ; les préparations à base d'argent (12 ECR rapportant 13 comparaisons) ; d'autres antibiotiques topiques (trois ECR rapportant cinq comparaisons) ; et d'autres antiseptiques topiques (deux ECR rapportant deux comparaisons). Peu d'ECR ont fourni une estimation fiable du temps de cicatrisation ; la plupart ont rendu compte de la proportion de participants avec une cicatrisation complète pendant la période d'essai.

Les antibiotiques systémiques

Davantage de participants ont été guéris par le lévamisole (normalement utilisé contre les nématodes) par rapport à un placebo : risque relatif (RR) 1,31 (IC à 95 % 1,06 à 1,62). Aucune différence n'a été détectée entre les groupes en termes de cicatrisation complète pour les autres comparaisons : les antibiotiques administrés en fonction de l'antibiogramme versus les soins habituels; la ciprofloxacine par rapport à des soins standard/un placebo; le triméthoprime par rapport à un placebo; la ciprofloxacine versus la triméthoprime et l'amoxicilline versus la povidone iodée en topique.

Les antibiotiques et antiseptiques topiques

L'iode cadexomère : davantage de participants ont été guéris par l'iode cadexomère par rapport aux soins standard. L'estimation combinée de quatre ECR pour la cicatrisation complète à quatre à 12 semaines était RR de 2,17 (IC à 95 % 1,30 à 3,60). Aucune différence entre les groupes dans la guérison complète n'a été détectée lorsque l'iode cadexomère avait été comparé avec les préparations suivantes : pansement hydrocolloïde; pansement de gaze imprégnée de paraffine; de dextranomère ; et les pansements imprégnés d'argent.

La povidone iodée : aucune différence entre les groupes dans la guérison complète n'a été détectée lorsque la povidone iodée a été comparée avec les préparations suivantes: hydrocolloïdes, pansements humides ou mousses en fonction de l'état de la plaie; facteur de croissance. Les estimations des temps de cicatrisation pour la povidone iodée versus le dextranomère et pour la povidone iodée versus les hydrocolloïdes, étaient probablement non fiables.

Les préparations à base de peroxyde: quatre ECR ont rapporté des résultats en faveur des préparations à base de peroxyde par rapport aux soins habituels pour des critères de jugement de substitution concernant la cicatrisation (modification de la surface ulcérée). La cicatrisation complète n'était pas documentée.

Les préparations à base de miel: aucune différence entre les groupes concernant le temps de cicatrisation ou la cicatrisation complète n'a été détectée pour les produits à base de miel par rapport aux soins habituels.

Les préparations à base d'argent: aucune différence entre les groupes dans la guérison complète n'a été détectée pour la pommade à 1 % de sulfadiazine d'argent par rapport aux soins standard ou à un placebo ou à un complexe de cuivre tripeptide ou lorsque différentes marques de pansements imprégnés d'argent ont été comparées; ou lorsque des pansements imprégnés d'argent ont été comparés à des pansements non antimicrobiens.

Autres antibiotiques topiques: les données provenant d'un ECR ont suggéré que davantage de participants étaient guéris au bout de quatre semaines lorsqu'ils étaient traités avec un détersif enzymatique (une préparation non-antibiotique) par rapport à une pommade au chloramphénicol (d'autres ingrédients actifs étaient également inclus dans la pommade): RR 0,13 (IC à 95 % 0,02 à 0,99). Aucune différence entre les groupes dans la guérison complète n'a été détectée pour une pommade au sulfate de framycetine versus un détersif enzymatique; pour une pommade au chloramphénicol versus une pommade au sulfate de framycetine; pour une pommade de mupirocine par rapport à l'excipient ; et pour des antibiotiques topiques administrés selon l'antibiogramme par rapport à un onguent à base de plantes.

Autres antiseptiques topiques: les données provenant d'un ECR ont suggéré que davantage de participants recevant une pommade antiseptique (éthacridine lactate) avaient des ulcères réagissant (défini comme une réduction de la surface > 20 %) après quatre semaines par rapport au placebo: RR 1,45 (IC à 95 % 1,21 à 1,73). La cicatrisation complète n'était pas rapportée. Aucune différence entre les groupes n'était détectée entre une solution de chlorhexidine et les soins habituels.

Conclusions des auteurs

À l'heure actuelle, aucune donnée probante n'est disponible pour soutenir l'utilisation systématique d'antibiotiques systémiques pour stimuler la cicatrisation des ulcères veineux de jambe. Cependant, le manque de données fiables signifie qu'il n'est pas possible de recommander l'arrêt d'un quelconque des agents examinés. En termes de préparations topiques, certaines preuves soutiennent l'utilisation de l'iode cadexomère. Les preuves actuelles ne permettent pas de recommander l'utilisation systématique de produits à base de miel ou d'argent. D'autres recherches de bonne qualité sont nécessaires avant que des conclusions définitives puissent être tirées concernant l'efficacité de la povidone iodée, des préparations à base de peroxyde, d'éthacridine lactate, de chloramphénicol, de framycetine, de mupirocine, d'ethacridine ou de chlorhexidine dans la cicatrisation de l'ulcération veineuse de jambe. À la lumière des problèmes croissants de résistance bactérienne aux antibiotiques, les directives actuelles de prescription recommandent que les préparations antibactériennes soient utilisées uniquement en cas d'infection clinique, pas pour la colonisation bactérienne.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antibiotiques et antiseptiques pour les ulcères veineux de jambe

Antibiotiques et antiseptiques pour aider à la cicatrisation des ulcères veineux de jambe

Les ulcères veineux de jambe constituent un type de plaies pouvant prendre beaucoup de temps à cicatriser. Ces ulcères peuvent s'infecter, retardant encore plus la cicatrisation. Deux types de traitement sont disponibles pour traiter l'infection : les antibiotiques systémiques (antibiotiques pris par voie orale ou par injection) et les préparations topiques (c'est-à-dire des traitements appliqués directement sur la plaie). Que l'on utilise des préparations topiques ou systémiques, les patients auront aussi généralement un pansement et un bandage sur la plaie. Cette revue a été entreprise afin de déterminer si l'utilisation d'antibiotiques et d'antiseptiques fonctionne mieux que les soins habituels dans la cicatrisation des ulcères veineux de jambe, et si oui, savoir quelles préparations antibiotiques et antiseptiques sont plus efficaces que d'autres. En termes de préparations topiques, certaines preuves sont disponibles pour soutenir l'utilisation du cadexomère d'iode (un agent topique supposé avoir des effets antibactériens et détersifs). Les preuves actuelles ne permettent pas de recommander l'utilisation de produits à base de miel ou d'argent. D'autres recherches de bonne qualité sont nécessaires avant que des conclusions définitives puissent être tirée concernant l'efficacité des comprimés d’antibiotique et d'agents topiques comme la povidone iodée, les produits à base de peroxyde et d'autres antibiotiques et antiseptiques topiques pour la guérison de l'ulcération veineuse de jambe.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th July, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé