Intervention Review

You have free access to this content

Vitamin A supplementation for reducing the risk of mother-to-child transmission of HIV infection

  1. Charles Shey Wiysonge1,*,
  2. Muki Shey2,
  3. Eugene J Kongnyuy3,
  4. Jonathan AC Sterne4,
  5. Peter Brocklehurst5

Editorial Group: Cochrane HIV/AIDS Group

Published Online: 19 JAN 2011

Assessed as up-to-date: 13 SEP 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD003648.pub3

How to Cite

Wiysonge CS, Shey M, Kongnyuy EJ, Sterne JAC, Brocklehurst P. Vitamin A supplementation for reducing the risk of mother-to-child transmission of HIV infection. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 1. Art. No.: CD003648. DOI: 10.1002/14651858.CD003648.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Cape Town, School of Child and Adolescent Health, Cape Town, South Africa

  2. 2

    University of Cape Town, Institute of Infectious Disease and Molecular Medicine (IIDMM), Cape Town, South Africa

  3. 3

    Liverpool School of Tropical Medicine, Child and Reproductive Health Group, Liverpool, UK

  4. 4

    University of Bristol, Department of Social Medicine, Bristol, UK

  5. 5

    University of Oxford, National Perinatal Epidemiology Unit, Headington, Oxford, UK

*Charles Shey Wiysonge, School of Child and Adolescent Health, University of Cape Town, Institute of Infectious Disease and Molecular Medicine, Anzio Road, Observatory, Cape Town, 7925, South Africa. charles.wiysonge@uct.ac.za. wiysonge@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 19 JAN 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Observational studies of pregnant women in sub-Saharan Africa have shown that low serum vitamin A levels are associated with an increased risk of mother-to-child transmission (MTCT) of HIV. Vitamin A is cheap and easily provided through existing health services in low-income settings. It is thus important to determine the effect of routine supplementation of HIV positive pregnant or breastfeeding women with this vitamin on the risk of MTCT of HIV, which currently results in more than 1000 new HIV infections each day world-wide.

Objectives

We aimed to assess the effect of antenatal and or postpartum vitamin A supplementation on the risk of MTCT of HIV as well as infant and maternal mortality and morbidity.

Search methods

In June 2010 we searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials, PubMed, EMBASE, AIDS Education Global Information System, and WHO International Clinical Trials Registry Platform; and checked reference lists of identified articles for any studies published after the earlier version of this review was updated in 2008.

Selection criteria

We selected randomised controlled trials conducted in any setting that compared vitamin A supplementation with placebo in known HIV-infected pregnant or breastfeeding women.

Data collection and analysis

At least two authors independently assessed trial eligibility and quality and extracted data. We calculated relative risks (RR) or mean differences (MD), with their 95% confidence intervals (CI) for each study. We conducted meta-analysis using a fixed-effects method (when there was no significant heterogeneity between study results, i.e. P>0.1) or the random-effects method (when there was significant heterogeneity), and report the Higgins' statistic for all pooled effect measures.

Main results

Five randomised controlled trials which enrolled 7,528 HIV-infected women (either during pregnancy or the immediate postpartum period) met our inclusion criteria. These trials were conducted in Malawi, South Africa, Tanzania, and Zimbabwe between 1995 and 2005. We combined the results of these trials and found no evidence that vitamin A supplementation has an effect on the risk of MTCT of HIV (4 trials, 6517 women: RR 1.04, 95% CI 0.87 to 1.24; I2=68%). However, antenatal vitamin A supplementation significantly improved birth weight (3 trials, 1809 women: MD 89.78, 95%CI 84.73 to 94.83; I2=33.0%), but there was no evidence of an effect on preterm births (3 trials, 2110 women: RR 0.88, 95%CI 0.65 to 1.19; I2=58.1%), stillbirths (4 trials, 2855 women: RR 0.99, 95%CI 0.68 to 1.43; I2=0%), deaths by 24 months (2 trials, 1635 women: RR 1.03, 95%CI 0.88 to 1.20; I2=0%), postpartum CD4 levels (1 trial, 727 women: MD -4.00, 95% CI -51.06 to 43.06), and maternal death ( 1 trial, 728 women: RR 0.49, 95%CI 0.04 to 5.37).

Authors' conclusions

Current best evidence shows that antenatal or postpartum vitamin A supplementation probably has little or no effect on mother-to-child transmission of HIV. According to the GRADE classification, the quality of this evidence is moderate; implying that the true effect of vitamin A supplementation on the risk of mother-to-child transmission of HIV is likely to be close to the findings of this review, but that there is also a possibility that it is substantially different.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Vitamin A supplementation for reducing the risk of mother-to-child transmission of HIV infection

Mother-to-child transmission (MTCT) of HIV is the primary way that children become infected with HIV. More than 1000 children worldwide are infected in this way every day. Researchers theorized that giving vitamin A supplements to HIV-infected pregnant or breastfeeding women might make it less likely that their children would be infected with HIV. The primary objective of this review of randomised studies is to estimate the effect of vitaminA supplementation during pregnancy and/or breastfeeding on the risk of mother-to-child transmission of HIV infection. The secondary objectives are to estimate the effect of vitamin A supplementation on infant and maternal mortality and morbidity, and to describe any side effects for the mother and the new baby.

The authors found that currently available evidence does not support the use of vitamin A supplementation of HIV-infected pregnant or breastfeeding women to reduce MTCT of HIV, although there is an indication that vitamin A supplementation during pregnancy improves birth weight.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Supplémentation en vitamine A visant à réduire le risque de transmission mère-enfant du VIH

Contexte

Des études observationnelles de femmes enceintes réalisées en Afrique subsaharienne ont montré que les faibles niveaux de vitamine A sont associés à un risque augmenté de transmission mère-enfant (TME) du VIH. La vitamine A est abordable et fournie facilement par les services de santé existants dans les contextes de faibles revenus. Il est donc important de déterminer l'effet d'une supplémentation régulière de cette vitamine chez les femmes séropositives enceintes ou ayant recours à l'allaitement sur le risque de TME du VIH, qui provoque actuellement plus de 1 000 nouvelles infections par le VIH chaque jour dans le monde.

Objectifs

Nous avons tenté d'évaluer l'effet d'une supplémentation en vitamine A prénatale ou postpartum sur le risque de TME du VIH ainsi que sur la mortalité et la morbidité maternelles et du nourrisson.

Stratégie de recherche documentaire

En juin 2010, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés, PubMed, EMBASE, AIDS Education Global Information System et WHO International Clinical Trials Registry Platform ; et avons vérifié les listes bibliographiques des articles identifiés pour toute étude publiée après que la version précédente de cette revue ait été mise à jour en 2008.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés conduits dans tout contexte comparant la supplémentation en vitamine A avec un placebo chez des femmes infectées par le VIH enceintes ou ayant recours à l'allaitement.

Recueil et analyse des données

Au moins deux auteurs ont évalué de manière indépendante l'éligibilité et la qualité des essais, et ont extrait les données. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) ou les différences moyennes (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour chaque étude. Nous avons conduit une méta-analyse en utilisant une méthode à effets fixes (lorsqu'aucune hétérogénéité significative n'était observée entre les résultats de l'étude, c.-à-d. P>0,1) ou une méthode à effets aléatoires (lorsqu'aucune hétérogénéité significative n'était observée), et avons utilisé les statistiques de Higgins pour toutes les mesures à effets groupés.

Résultats Principaux

Cinq essais contrôlés randomisés impliquant 7 528 femmes infectées par le VIH (soit durant la grossesse ou lors de la période postpartum immédiate) ont rempli nos critères d'inclusion. Ces essais ont été conduits au Malawi, en Afrique du Sud, en Tanzanie et au Zimbabwe entre 1995 et 2005. Nous avons combiné les résultats de ces essais et n'avons trouvé aucune preuve attestant d'un effet de la supplémentation en vitamine A sur le risque de TME du VIH (4 essais, 6 517 femmes : RR 1,04, IC à 95% entre 0,87 et 1,24 ; I2 = 68 %). Toutefois, la supplémentation en vitamine A prénatale a amélioré de manière significative le poids de naissance (3 essais, 1 809 femmes : DM 89,78, IC à 95% entre 84,73 et 94,83 ; I2 = 33,0 %), mais aucune preuve n'a été établie quant à un effet sur les naissances prématurées (3 essais, 2 110 femmes : RR 0,88, IC à 95% entre 0,65 et 1,19 ; I2 = 58,1 %), mortinaissances (4 essais, 2 855 femmes : RR 0,99, IC à 95% entre 0,68 et 1,43 ; I2 = 0 %), morts sous 24 mois (2 essais, 1 635 femmes : RR 1,03, IC à 95% entre 0,88 et 1,20 ; I2 = 0 %), niveaux de CD4 postpartum (1 essai, 727 femmes : DM -4,00, IC à 95 % de -51,06 à 43,06), et mort maternelle (1 essai, 728 femmes : RR 0,49, IC à 95% entre 0,04 et 5,37).

Conclusions des auteurs

Les meilleures preuves actuelles montrent qu'une supplémentation en vitamine A prénatale ou postpartum n'a probablement que peu d'effet voire pas d'effet sur la transmission mère-enfant du VIH. Selon la classification GRADE, la qualité de ces preuves est modérée ; sous-entendant que le véritable effet de la supplémentation en vitamine A sur le risque de transmission mère-enfant du VIH est probablement proche des découvertes de cette revue, mais qu'il existe aussi une possibilité qu'il soit substantiellement différent.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Supplémentation en vitamine A visant à réduire le risque de transmission mère-enfant du VIH

Supplémentation en vitamine A visant à réduire le risque de transmission mère-enfant de l'infection par le VIH

La transmission mère-enfant (TME) du VIH est la cause primaire d'infection des enfants par le VIH. Plus de 1 000 enfants dans le monde sont infectés de cette manière chaque jour. Des chercheurs ont émis la théorie selon laquelle l'administration de suppléments en vitamine A aux femmes infectées par le VIH enceintes ou ayant recours à l'allaitement pourrait réduire le risque d'infection par le VIH de leurs enfants. L'objectif principal de cette revue d'études randomisées est d'estimer l'effet de la supplémentation en vitamine A durant la grossesse et/ou l'allaitement sur le risque de transmission mère-enfant du VIH. Les objectifs secondaires visent à estimer l'effet de la supplémentation en vitamine A sur le nourrisson et la mortalité et morbidité maternelles, ainsi que de décrire tout effet secondaire pour la mère et le nouveau-né.

Les auteurs ont observé que les preuves actuellement disponibles ne justifiaient pas l'utilisation de supplémentation en vitamine A pour les femmes infectées par le VIH enceintes ou ayant recours à l'allaitement afin de réduire la TME du VIH, bien qu'il existe des indications prouvant que la supplémentation en vitamine A durant la grossesse améliore le poids de naissance.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux