Oral immunoglobulin for the prevention of rotavirus infection in low birth weight infants

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Rotavirus is a common neonatal nosocomial viral infection and epidemics with the newer P(6)G9 strains have been reported. Local mucosal immunity in the intestine to rotavirus is important in the resolution of infection and protection against subsequent infections. Oral administration of anti-rotaviral immunoglobulin preparations might be a useful strategy in preventing rotaviral infections, especially in low birth weight babies.

Objectives

To determine the effectiveness and safety of oral immunoglobulin preparations for the prevention of rotavirus infection in hospitalized low birthweight infants (birthweight < 2500 g)

Search methods

The Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, biological Abstracts (BIOSIS), Science Citation Index for articles citing Barnes 1982 and the proceedings of the Pediatric Academic Societies from 1991 onwards were searched in July 2011. Ongoing trials were also searched at clinicaltrials.gov and controlled-trials.com

Selection criteria

The criteria used to select studies for inclusion were:
1) design: randomized or quasi-randomized controlled trials;
2) participants: hospitalized low birthweight infants;
3) intervention: oral immunoglobulin preparations for prevention of rotavirus infection compared to placebo OR no intervention;
4) at least one of the following outcomes were reported: all cause mortality during hospital stay, mortality due to rotavirus infection during hospital stay, rotavirus infection , duration of diarrhea, need for rehydration, duration of viral excretion, duration of infection control measures, length of hospital stay in days, recurrent diarrhea or chronic diarrhea.

Data collection and analysis

The two review authors independently abstracted data from the included trials.

Main results

One published study (Barnes 1982) was eligible for inclusion in this review. Barnes 1982 found no significant difference in the rates of rotavirus infection after oral gammaglobulin versus placebo in hospitalized low birthweight babies [RR 1.27 (95% CI 0.65 to 2.37)]. In the subset of infants who became infected with rotavirus after receiving gammaglobulin or placebo for prevention of rotavirus infection, there was no significant difference in the duration of rotavirus excretion between the group who had gammaglobulin (mean 2 days, range 1 to 4 days) and the group who had placebo (mean 3 days, range 1 to 6 days). Barnes 1982 reported no adverse effects after administration of oral immunoglobulin preparations.

Authors' conclusions

Current evidence does not support the use of oral immunoglobulin preparations to prevent rotavirus infection in low birthweight infants. Researchers are encouraged to conduct well-designed neonatal trials using the newer preparations of anti-rotaviral immunoglobulins (colostrum, egg yolk immunoglobulins) and include cost effectiveness evaluations.

Résumé scientifique

Oral immunoglobulin for the prevention of rotavirus infection in low birth weight infants

Contexte

Le rotavirus est une infection virale nosocomiale courante chez les nouveau-nés et des épidémies dues aux souches récentes P(6)G9 ont été signalées. L’immunité locale au rotavirus des muqueuses de l’intestin joue un rôle important dans la résolution de l’infection et dans la protection contre des infections consécutives. L’administration orale de préparations d’immunoglobulines anti-rotavirus pourrait s’avérer une stratégie utile pour prévenir les infections à rotavirus, tout particulièrement chez les nourrissons de faible poids de naissance.

Objectifs

Déterminer l’efficacité et l’innocuité des préparations d’immunoglobulines orales pour la prévention de l’infection à rotavirus chez les nourrissons hospitalisés de faible poids de naissance (poids de naissance < 2500 g)

Stratégie de recherche documentaire

Une recherche a été effectuée en juillet 2011 dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, Biological Abstracts (BIOSIS), Science Citation Index pour les articles référençant Barnes 1982 et les actes des Pediatric Academic Societies à partir de 1991. Les essais en cours ont également été cherchés sur clinicaltrials.gov et controlled-trials.com.

Critères de sélection

Les critères utilisés pour sélectionner les études pour inclusion étaient les suivants:
1) Plan de l’étude: essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés;
2) Participants : nourrissons hospitalisés de faible poids de naissance ;
3) Intervention : préparations d’immunoglobulines orales pour la prévention de l’infection à rotavirus comparé au placebo OU à l’absence d’intervention ;
Au moins l’un des critères de jugement suivants a été signalé : la mortalité toutes causes pendant l’hospitalisation, la mortalité due à l’infection à rotavirus pendant l’hospitalisation, l’infection à rotavirus, la durée de la diarrhée, la nécessité d’une réhydratation, la durée de l’excrétion virale, la durée des mesures de prévention de l’infection, la durée d’hospitalisation en jours, la diarrhée récurrente ou la diarrhée chronique.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs de revue ont extrait les données des essais inclus de manière indépendante.

Résultats principaux

Une étude publiée (Barnes 1982) a pu être incluse dans cette revue. Barnes 1982 n’a trouvé aucune différence significative au niveau des taux d’infection à rotavirus après l’administration de gammaglobulines orales comparé au placebo chez les bébés hospitalisés de faible poids de naissance [RR 1,27 (IC à 95 % 0,65 à 2,37)]. Dans le sous-groupe de nourrissons infectés par le rotavirus après avoir reçu des gammaglobulines ou un placebo pour la prévention de l’infection à rotavirus, aucune différence significative n’a été notée au niveau de la durée d’excrétion du rotavirus entre le groupe ayant reçu des gammaglobulines (2 jours en moyenne, intervalle de 1 à 4 jours) et le groupe ayant reçu un placebo (3 jours en moyenne, intervalle de 1 à 6 jours). Barnes 1982 n’a signalé aucun effet indésirable après l’administration de préparations d’immunoglobulines orales.

Conclusions des auteurs

Les données actuelles n'étayent pas l'utilisation de préparations d'immunoglobulines orales pour prévenir l'infection à rotavirus chez les nourrissons de faible poids de naissance. Les chercheurs sont encouragés à mener des essais bien conçus sur les nouveau-nés en utilisant les récentes préparations d’immunoglobulines anti-rotavirus (colustrum, immunoglobulines du jaune d’œuf) et à y inclure des évaluations du rapport coût/efficacité.

Plain language summary

Oral immunoglobulin for the prevention of rotavirus infection in low birth weight infants

Rotavirus infection can cause significant problems including diarrhea in the newborn. This is particularly true in babies weighing less than 2500 g (low birthweight infants). Rotavirus infection is becoming more common in newborn babies and can spread from one baby to another in the neonatal unit. Administration of antibodies against rotavirus to babies may prevent this infection and its spread in the neonatal unit. In this review, only one small trial was identified. Currently, there is not enough evidence to recommend the use of antibodies against rotavirus to babies exposed to rotavirus infection. More research is needed.

Résumé simplifié

Immunoglobulines orales pour la prévention de l’infection à rotavirus chez les nourrissons de faible poids de naissance

L’infection à rotavirus peut occasionner des problèmes importants, notamment la diarrhée chez le nouveau-né. Ceci s’applique tout particulièrement aux bébés pesant moins de 2 500 g (nourrissons de faible poids de naissance). L’infection à rotavirus devient plus courante chez les nouveau-nés et peut se propager d’un bébé à un autre dans l’unité de néonatalogie. L’administration d’anticorps dirigés contre le rotavirus aux bébés peut prévenir cette infection et sa propagation dans l’unité de néonatalogie. Dans cette revue, un seul essai de petite taille a été identifié. À l’heure actuelle, on ne dispose pas de preuves suffisantes pour recommander l'utilisation d'anticorps dirigés contre le rotavirus chez les bébés exposés à une infection à rotavirus. Des recherches supplémentaires doivent être effectuées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français