Oral rehydration salt solution for treating cholera: ≤ 270 mOsm/L solutions vs ≥ 310 mOsm/L solutions

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Alfred Musekiwa,

    Corresponding author
    1. University of the Witwatersrand, Wits Reproductive Health & HIV Institute (WRHI), Faculty of Health Sciences, Johannesburg, South Africa
    2. South African Cochrane Centre, Medical Research Council of South Africa, Cape Town, South Africa
    • Alfred Musekiwa, Wits Reproductive Health & HIV Institute (WRHI), Faculty of Health Sciences, University of the Witwatersrand, PO Box 18512, Hillbrow, Johannesburg, 2038, South Africa. alfred.musekiwa@gmail.com.

    Search for more papers by this author
  • Jimmy Volmink

    1. Stellenbosch University, Faculty of Health Sciences, Tygerberg, South Africa
    2. Medical Research Council of South Africa, South African Cochrane Centre, Cape Town, South Africa
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Oral rehydration solution (ORS) is used to treat the dehydration caused by diarrhoeal diseases, including cholera. ORS formulations with an osmolarity (a measure of solute concentration) of ≤ 270 mOsm/L (ORS ≤ 270) are safe and more effective than ORS formulations with an osmolarity of ≥ 310 mOsm/L (ORS ≥ 310) for treating non-cholera diarrhoea. As cholera causes rapid electrolyte loss, it is important to know if these benefits are similar for people suffering from cholera.

Objectives

To compare the safety and efficacy of ORS ≤270 with ORS ≥ 310 for treating dehydration due to cholera.

Search methods

We searched the Cochrane Infectious Disease Group Specialized Register (April 2011), CENTRAL (The Cochrane Library Issue 4, 2011), MEDLINE (1966 to April 2011), EMBASE (1974 to April 2011), and LILACS (1982 to April 2011). We also contacted organizations and searched reference lists.

Selection criteria

Randomized controlled trials comparing ORS ≤ 270 with ORS ≥ 310 for treating adults and children with acute diarrhoea due to cholera.

Data collection and analysis

Two reviewers independently applied eligibility criteria, assessed trial quality, and extracted data. We pooled dichotomous data using risk ratio (RR), pooled continuous data using mean difference (MD) or the standardized mean difference (SMD), and presented the results with 95% confidence intervals (CI).

Main results

For glucose-based ORS, seven trials (718 participants) met the inclusion criteria. Biochemical hyponatraemia (blood sodium levels < 130 mmol/L) was more common with ORS ≤ 270 (RR 1.67, CI 1.09 to 2.57; 465 participants, four trials), while a higher level of severe biochemical hyponatraemia (blood sodium levels < 125 mmol/L) in the same group was not significant (RR 1.58, CI 0.62 to 4.04; 465 participants, four trials). No instances of symptomatic hyponatraemia or death were noted in the trials that intended to record them. We found no statistically significant difference in the need for unscheduled intravenous infusion. Analyses separating children and adults showed no obvious trends.

Two trials also examined rice-based ORS. In the ORS ≤ 270 group, duration of diarrhoea was shorter (MD -11.42 hours, CI -13.80 to -9.04; 102 participants, two trials).

Authors' conclusions

In people with cholera, ORS ≤ 270 is associated with biochemical hyponatraemia when compared with ORS ≥ 310, but there are no differences in terms of other outcomes. Although this risk does not appear to be associated with any serious consequences, the total patient experience in existing trials is small. Under wider practice conditions, especially where patient monitoring is difficult, caution is warranted.

Résumé scientifique

Oral rehydration salt solution for treating cholera: ≤ 270 mOsm/L solutions vs ≥ 310 mOsm/L solutions

Contexte

Une solution de réhydratation orale (SRO) permet de traiter la déshydratation causée par des maladies diarrhéiques, y compris le choléra. Les formulations d’une SRO avec une osmolarité (mesure de concentration du soluté) de ≤ 270 mOsm/L (SRO ≤ 270) ne présentent aucun danger et sont plus efficaces que les formulations SRO avec une osmolarité de ≥ 310 mOsm/L (SRO ≥ 310) pour le traitement des diarrhées non cholériques. Étant donné que le choléra entraîne une perte électrolytique rapide, il est important de savoir si ces effets bénéfiques sont similaires pour les personnes souffrant du choléra.

Objectifs

Comparer l’innocuité et l’efficacité de la SRO ≤ 270 avec une SRO ≥ 310 pour le traitement de la déshydratation causée par le choléra.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses (avril 2011), CENTRAL (The Cochrane Library numéro 4, 2011), MEDLINE (1966 à avril 2011), EMBASE (1974 à avril 2011) et LILACS (1982 à avril 2011). Nous avons également contacté des organisations et consulté les listes de références bibliographiques.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant une SRO ≤ 270 à une SRO ≥ 310 pour le traitement des adultes et des enfants souffrant d’une diarrhée aiguë causée par le choléra.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont appliqué les critères d’éligibilité, évalué la qualité des essais et extrait des données de façon indépendante. Nous avons combiné les données dichotomiques en utilisant le risque relatif (RR), et les données continues en utilisant la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS) et présenté les résultats avec leur intervalle de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Pour la SRO à base de glucose, sept essais (718 participants) ont répondu aux critères d’inclusion. L’hyponatrémie biochimique (niveaux de sodium dans le sang < 130 mmol/L)était plus courante avec une SRO ≤ 270 (RR 1,67, IC 1,09 à 2,57 ; 465 participants, quatre essais), alors qu’un niveau plus élevé d’hyponatrémie biochimique sévère (niveaux de sodium dans le sang < 125 mmol/L) dans le même groupe n’était pas significatif (RR 1,58, IC 0,62 à 4,04 ; 465 participants, quatre essais). Aucun cas d’hyponatrémie symptomatique ou de décès n’a été signalé dans les essais destinés à les évaluer. Nous n’avons trouvé aucune différence statistiquement significative exigeant le recours à une perfusion intraveineuse non planifiée. Des analyses séparant les enfants et les adultes n’ont révélé aucune tendance flagrante.

Deux essais ont aussi examiné une SRO à base de riz. Dans le groupe de la SRO ≤ 270, la diarrhée durait moins longtemps (DM -11,42 heures, IC -13,80 à -9,04 ; 102 participants, deux essais).

Conclusions des auteurs

Chez les personnes souffrant du choléra, la SRO ≤ 270 est associée à une hyponatrémie biochimique lorsqu’elle est comparée à une SRO ≥ 310, mais aucune différence n’est constatée pour les autres critères de jugement. Bien que ce risque ne semble pas être associé à des conséquences graves, l’expérience globale sur le patient dans les essais existants est réduite. Dans des conditions de pratique plus étendues, surtout lorsque la surveillance du patient est difficile, la prudence est de mise.

Plain language summary

Oral rehydration salt solutions for treating cholera: lower salt content versus higher salt content solutions

Cholera is caused by pathogenic bacteria ingested with contaminated food or water and is commonly found where sanitation measures are poor. It causes severe diarrhoea and vomiting, which can lead to profound dehydration and potentially death. Oral rehydration solution (ORS) is an effective treatment for diarrhoea, and ORS with a salt concentration of ≤ 270 mOsm/L, which has a lower electrolyte content than the earlier ORS ≥ 310 mOsm/L, is safe and more effective in people with non-cholera diarrhoea. This review found that ORS ≤ 270 mOsm/L appears to be as effective as ORS ≥ 310 mOsm/L at rehydrating people with cholera, but may lead to low blood salt levels. More research is needed to better understand these potential safety issues.

Résumé simplifié

Solutions salines de réhydratation orale pour le traitement du choléra : solutions à faible salinité versus à salinité élevée

Le choléra résulte de l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés contenant une bactérie pathogène et se contracte généralement dans des endroits où l’hygiène est médiocre. Il se caractérise par une diarrhée aiguë et des vomissements, pouvant entraîner une déshydratation profonde, voire la mort. Une solution de réhydratation orale (SRO) est un traitement efficace contre la diarrhée et une SRO présentant une concentration saline de ≤ 270 mOsm/L, dont la teneur électrolytique est inférieure à celle de la SRO ≥ 310 mOsm/L précédente, ne présente aucun risque et se révèle plus efficace chez les personnes souffrant de diarrhées non cholériques. Cette revue a révélé qu’une SRO ≤ 270 mOsm/L semble être aussi efficace qu’une SRO ≥ 310 mOsm/L pour la réhydratation de personnes souffrant du choléra, mais elle peut entraîner une baisse des niveaux de sel dans le sang. Des recherches supplémentaires doivent être effectuées afin de mieux comprendre ces problèmes d’innocuité potentiels.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st January, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français