Intervention Review

Antibiotics for ureaplasma in the vagina in pregnancy

  1. Camille H Raynes-Greenow1,*,
  2. Christine L Roberts2,
  3. Jane C Bell1,
  4. Brian Peat3,
  5. Gwendolyn L Gilbert4,
  6. Sharon Parker1

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 7 SEP 2011

Assessed as up-to-date: 24 JUL 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD003767.pub3

How to Cite

Raynes-Greenow CH, Roberts CL, Bell JC, Peat B, Gilbert GL, Parker S. Antibiotics for ureaplasma in the vagina in pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 9. Art. No.: CD003767. DOI: 10.1002/14651858.CD003767.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Sydney, School of Public Health, Sydney, New South Wales, Australia

  2. 2

    E25 - Royal North Shore Hospital, The University of Sydney, Kolling Institute for Medical Research, Northern Clinical School, Sydney, New South Wales, Australia

  3. 3

    Women's and Children's Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, North Adelaide, South Australia, Australia

  4. 4

    Institute of Clinical Pathology and Medical Research, Centre for Infectious Diseases and Microbiology, Westmead, Australia

*Camille H Raynes-Greenow, School of Public Health, University of Sydney, Rm 125, Edward Ford Building A27, Sydney, New South Wales, 2006, Australia. camille.raynes-greenow@sydney.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 7 SEP 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Preterm birth is a significant perinatal problem contributing to perinatal morbidity and mortality. Heavy vaginal ureaplasma colonisation is suspected of playing a role in preterm birth and preterm rupture of the membranes. Antibiotics are used to treat infections and have been used to treat pregnant women with preterm prelabour rupture of the membranes, resulting in some short-term improvements. However, the benefit of using antibiotics in early pregnancy to treat heavy vaginal colonisation is unclear.

Objectives

To assess whether antibiotic treatment of pregnant women with heavy vaginal ureaplasma colonisation reduces the incidence of preterm birth and other adverse pregnancy outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 May 2011).

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing any antibiotic regimen with placebo or no treatment in pregnant women with ureaplasma detected in the vagina.

Data collection and analysis

Three review authors independently assessed eligibility and trial quality and extracted data.

Main results

We included one trial, involving 1071 women. Of these, 644 women between 22 weeks and 32 weeks' gestation were randomly assigned to one of three groups of antibiotic treatment (n = 174 erythromycin estolate, n = 224 erythromycin stearate, and n = 246 clindamycin hydrochloride) or a placebo (n = 427). Preterm birth data was not reported in this trial. Incidence of low birthweight less than 2500 grams was only evaluated for erythromycin (combined, n = 398) compared to placebo (n = 427) and there was no statistically significant difference between the two groups (risk ratio (RR) 0.70, 95% confidence interval (CI) 0.46 to 1.07). There were no statistically significant differences in side effects sufficient to stop treatment between either group (RR 1.25, 95% CI 0.85 to 1.85).

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to assess whether pregnant women who have vaginal colonisation with ureaplasma should be treated with antibiotics to prevent preterm birth.

Preterm birth is a significant perinatal problem. Upper genital tract infections, including ureaplasmas, are suspected of playing a role in preterm birth and preterm rupture of the membranes. Antibiotics are used to treat women with preterm prelabour rupture of the membranes; this may result in prolongation of pregnancy and lowers the risks of maternal and neonatal infection. However, antibiotics may be beneficial earlier in pregnancy to eradicate potentially causative agents.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antibiotics for ureaplasma in the vagina in pregnancy

Ureaplasmas are normal flora in the vagina of many women. In some women high levels of ureaplasma in the vagina, which probably reflect the presence of infection in the uterus, may have a role in pregnancy complications, or may contribute to babies being born before full term (preterm birth), or both. These babies can have serious health problems. Some antibiotics can be safely used during pregnancy and are also active against ureaplasma. The authors identified only one trial (involving 1071 women) that was eligible for inclusion in this review. Therefore, there is insufficient data to assess whether giving antibiotics to women with ureaplasma in the vagina reduces the risk of preterm birth.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antibiotiques contre les bactéries ureaplasma dans le vagin pendant la grossesse

Contexte

La naissance prématurée est un important problème périnatal qui contribue à la morbidité et la mortalité périnatales. La forte colonisation vaginale par des bactéries ureaplasma est soupçonnée de jouer un rôle dans les naissances prématurées et la rupture prématurée des membranes. Les antibiotiques sont utilisés pour traiter les infections et ils ont été utilisés pour traiter des femmes enceintes souffrant d'une rupture prématurée des membranes avant le travail, procurant certaines améliorations à court terme. Toutefois, le bénéfice de l'utilisation des antibiotiques en début de grossesse pour traiter une forte colonisation vaginale reste incertain.

Objectifs

Évaluer si le traitement par des antibiotiques des femmes enceintes avec une forte colonisation vaginale par des bactéries ureaplasma réduit l'incidence des naissances prématurées et des autres conséquences défavorables pour la grossesse.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mai 2011).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant tout schéma thérapeutique par antibiotique avec un placebo ou l'absence de traitement chez des femmes enceintes chez qui la présence de bactéries ureaplasma a été détectée dans le vagin.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité méthodologique des essais et ont extrait les données.

Résultats Principaux

Nous avons inclus un essai impliquant 1 071 femmes. Parmi elles, 644 femmes entre 22 semaines et 32 semaines de gestation ont été aléatoirement affectées à l'un des trois groupes de traitement par un antibiotique (estolate d'érythromycine n = 174, stéarate d'érythromycine n = 224, et chlorhydrate de clindamycine n = 246) ou un placebo (n = 427). L'essai n'a pas rendu compte de données sur les naissances prématurées. L'incidence d'un faible poids à la naissance, inférieur à 2 500 grammes, a été évaluée seulement pour l'érythromycine (combinée, n = 398) par rapport à un placebo (n = 427) et il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre les deux groupes (risque relatif (RR) 0,70, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,46 à 1,07). Aucune différence statistiquement significative n'a été observée, au niveau des effets secondaires suffisants pour arrêter le traitement, entre les groupes (RR 1,25, IC à 95 % 0,85 à 1,85).

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour déterminer si les femmes enceintes qui présentent une colonisation vaginale par des bactéries ureaplasma devraient être traitées avec des antibiotiques pour prévenir une naissance prématurée.

La naissance prématurée est un important problème périnatal. Les infections de l'appareil génital supérieur, notamment par des bactéries ureaplasma, sont soupçonnées de jouer un rôle dans les naissances prématurées et la rupture prématurée des membranes. Les antibiotiques sont utilisés pour traiter les femmes présentant une rupture prématurée des membranes avant le travail ; il peut en résulter une prolongation de la grossesse et une diminution des risques d'infection maternelle et néonatale. Cependant, les antibiotiques peuvent être bénéfiques plus tôt au cours de la grossesse pour éradiquer les agents potentiellement en cause.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antibiotiques contre les bactéries ureaplasma dans le vagin pendant la grossesse

Antibiotiques contre les bactéries ureaplasma dans le vagin pendant la grossesse

Les bactéries ureaplasma constituent une flore normale dans le vagin de nombreuses femmes. Chez certaines femmes des taux élevés de bactéries ureaplasma dans le vagin, qui reflètent probablement la présence d'une infection de l'utérus, peuvent jouer un rôle dans les complications de la grossesse, ou peuvent contribuer à la naissance de bébés avant le terme (naissance prématurée), ou les deux. Ces bébés peuvent présenter de graves problèmes de santé. Certains antibiotiques peuvent être utilisés en toute sécurité pendant la grossesse et sont également actifs contre les bactéries ureaplasma. Les auteurs ont identifié un seul essai (impliquant 1 071 femmes) qui était éligible à l'inclusion dans cette revue. Par conséquent, les données sont insuffisantes pour évaluer si l'administration d'antibiotiques aux femmes présentant des bactéries ureaplasma dans le vagin réduit le risque de naissance prématurée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français