Intervention Review

Surgery versus medical therapy for heavy menstrual bleeding

  1. Jane Marjoribanks1,*,
  2. Anne Lethaby2,
  3. Cindy Farquhar3

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 19 APR 2006

Assessed as up-to-date: 4 MAY 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD003855.pub2


How to Cite

Marjoribanks J, Lethaby A, Farquhar C. Surgery versus medical therapy for heavy menstrual bleeding. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 2. Art. No.: CD003855. DOI: 10.1002/14651858.CD003855.pub2.

Author Information

  1. 1

    Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group, Obstetrics and Gynaecology, Auckland, New Zealand

  2. 2

    School of Population Health,University of Auckland, Section of Epidemiology & Biostatistics, Auckland, New Zealand

  3. 3

    University of Auckland, Obstetrics and Gynaecology, Auckland, New Zealand

*Jane Marjoribanks, Obstetrics and Gynaecology, Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group, Park Rd, Grafton, Auckland, 1003, New Zealand. j.marjoribanks@auckland.ac.nz.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 19 APR 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Background

Heavy menstrual bleeding (HMB) significantly impairs the quality of life of many otherwise healthy women. Perception of HMB is subjective and management usually depends upon what symptoms are acceptable to the individual. Medical treatment options include oral medication and a hormone-releasing intrauterine system (LNG-IUS). Surgical options include conservative surgery (uterine resection or ablation) and hysterectomy.

Objectives

To compare the effectiveness, safety and acceptability of surgery versus medical therapy for HMB.

Search methods

We searched the Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group Trials Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE and PsycINFO (March 2010). We also searched the reference lists of retrieved articles and contacted experts in the field.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) comparing conservative surgery or hysterectomy versus medical therapy (oral or intrauterine) for HMB.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed studies for quality and extracted data.

Main results

Twelve parallel-group RCTs that included 1049 women met the inclusion criteria. In comparisons of oral medication versus surgery, 58% of the women randomised to medical treatment had received surgery by two years. Compared to oral medication, endometrial resection was significantly more effective in controlling bleeding (at four months: RR 2.66 (95% CI 1.94 to 3.64); NNT = 2 (95% CI 2 to 3), one study) and hysterectomy resulted in significantly greater improvements in mental health (at six months: P = 0.04, one study). In comparisons of LNG-IUS versus conservative surgery or hysterectomy, at one year there was no statistically significant difference in satisfaction rates nor in most measures of quality of life, though adverse effects were significantly less likely with conservative surgery (RR 0.51 (95% CI 0.36 to 0.74); NNT = 4 (95% CI 3 to 7), three studies). Conservative surgery was significantly more effective than LNG-IUS in controlling bleeding at one year (RR 1.19 (95% CI 1.07 to 1.32); NNT = 7 (95% CI 5 to 19), five studies). Two small studies with longer follow up found no difference or favoured LNG-IUS, but both of these studies had skewed data and there were high losses to follow up. Hysterectomy stopped all bleeding but caused serious complications for some women.

Authors' conclusions

Surgery, especially hysterectomy, reduces menstrual bleeding more than medical treatments at one year but LNG-IUS may be comparable in improving quality of life. The evidence for longer-term comparisons is weak and inconsistent. Oral medication suits a minority of women long term.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Surgery versus long-term hormone treatment for heavy menstrual bleeding

Various types of surgery or an intrauterine hormone-releasing device are effective in reducing heavy menstrual bleeding (menorrhagia). These suit most women better than oral medication.
Heavy menstrual bleeding (menorrhagia) is common and can impair a woman's quality of life or cause anaemia (reduce red blood cells). If bleeding is causing major problems, treatment options include surgery (either hysterectomy or surgery to reduce the lining of the uterus) or insertion into the uterus of a device that releases hormones (LNG-IUS). The review of studies found that an LNG-IUS improves the quality of life of women with menorrhagia as effectively as surgical treatment, while a minority of women prefer long-term oral medication. Though all these treatments have potential side effects, hysterectomy is more likely to cause serious complications.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Traitement chirurgical versus médical contre les saignements menstruels abondants

Contexte

Les saignements menstruels abondants (SMA) altèrent considérablement la qualité de vie de nombreuses femmes en bonne santé par ailleurs. La perception des SMA est subjective et leur prise en charge dépend généralement des symptômes qui sont acceptables pour une femme particulière. Les options de traitement médical comprennent les médicaments oraux et le dispositif intra-utérin libérant des hormones (DIU LNG). Les options chirurgicales comprennent la chirurgie conservatrice (résection ou ablation de l'utérus) et l'hystérectomie.

Objectifs

Comparer l’efficacité, l’innocuité et l’acceptabilité de la chirurgie par rapport au traitement médical pour les SMA.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE et PsycINFO (mars 2010). Nous avons également consulté les références bibliographiques des articles trouvés et contacté des chercheurs dans le domaine.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la chirurgie conservatrice ou l'hystérectomie au traitement médical (oral ou intra-utérin) pour les SMA.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des études et extrait les données.

Résultats principaux

Douze ECR en groupes parallèles portant sur 1 049 femmes remplissaient les critères d'inclusion. Dans les comparaisons entre la prise de médicaments oraux et la chirurgie, 58 % des femmes randomisées pour recevoir le traitement médical avaient subi une intervention chirurgicale dans les deux ans. Par rapport aux médicaments oraux, la résection de l'endomètre était significativement plus efficace pour limiter les saignements (après quatre mois : RR 2,66 (IC à 95 % 1,94 à 3,64) ; NST = 2 (IC à 95 % 2 à 3), une étude) et l'hystérectomie entraînait des améliorations significativement plus importantes de la santé mentale (après six mois : P = 0,04, une étude). Dans les comparaisons entre le DIU LNG et la chirurgie conservatrice ou l'hystérectomie, après un an il n'y avait pas de différence statistiquement significative en ce qui concerne le taux de satisfaction ou la plupart des mesures de la qualité de vie, bien que les risques d'effets indésirables aient été significativement plus faibles avec la chirurgie conservatrice (RR 0,51 (IC à 95 % 0,36 à 0,74) ; NST = 4 (IC à 95 % 3 à 7), trois études). La chirurgie conservatrice était significativement plus efficace que le DIU LNG pour limiter les saignements après un an (RR 1,19 (IC à 95 % 1,07 à 1,32) ; NST = 7 (IC à 95 % 5 à 19), cinq études). Deux petites études avec un suivi plus long n’ont constaté aucune différence ou étaient en faveur du DIU LNG, mais ces deux études comportaient des données biaisées et des pertes importantes au niveau du suivi. L'hystérectomie mettait complètement fin aux saignements, mais entraînait de graves complications chez certaines femmes.

Conclusions des auteurs

La chirurgie, en particulier l'hystérectomie, réduit les saignements menstruels davantage que les traitements médicaux après un an, mais le DIU LNG peut être comparable en matière d'amélioration de la qualité de vie. Les données pour les comparaisons à plus long terme sont peu probantes et incohérentes. Les médicaments oraux à long terme conviennent à une minorité de femmes.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Traitement chirurgical versus hormonal à long terme contre les saignements menstruels abondants

Les interventions chirurgicales de plusieurs types ou le dispositif intra-utérin libérant des hormones sont efficaces dans la réduction des saignements menstruels abondants (ménorragie). La plupart des femmes les acceptent mieux que les médicaments oraux.
Les saignements menstruels abondants (ménorragie) sont courants et peuvent altérer la qualité de vie d'une femme ou entraîner une anémie (réduction du nombre de globules rouges). Si les saignements entraînent des problèmes majeurs, les options de traitement comprennent la chirurgie (soit hystérectomie soit intervention chirurgicale destinée à réduire la muqueuse de l'utérus) ou l'insertion dans l'utérus d'un dispositif qui libère des hormones (DIU LNG). La revue des études a permis de mettre en évidence que le DIU LNG améliore la qualité de vie des femmes souffrant de ménorragie aussi efficacement que le traitement chirurgical, tandis qu'une minorité de femmes préfèrent prendre des médicaments oraux à long terme. Bien que tous ces traitements aient des effets secondaires potentiels, l'hystérectomie est plus susceptible d'entraîner des complications graves.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 19th February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux;

 

Laienverständliche Zusammenfassung

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Vergleich von operativer und langfristiger hormoneller Behandlung bei schweren Monatsblutungen

Verschiedene Operationen oder eine hormonfreisetzende Spirale sind in der Behandlung schwerer Monatsblutungen wirksam und werden von mehr Frauen akzeptiert als orale Medikamente.
Schwere Monatsblutungen (Menorrhagie) sind häufig und können die Lebensqualität einer Frau beeinträchtigen oder Blutarmut (Verringerung der roten Blutkörperchen) verursachen. Wenn die Blutungen große Probleme verursachen, kann man entweder operieren (entweder die Gebärmutter selbst oder die Gebärmutterschleimhaut entfernen) oder man setzt eine Spirale ein, die Hormone freisetzt (LNG-IUS; Englisch: Levonorgestrel-Intrauterine System). Dieser Review zeigt, dass eine hormonfreisetzende Spirale die Lebensqualität von Frauen mit schweren Monatsblutungen genauso gut verbessert, wie eine Operation. Eine Minderheit der Frauen zieht eine dauerhafte orale Medikation vor. Obwohl all diese Behandlungsmöglichkeiten mögliche Nebenwirkungen haben, gibt es bei einer Entfernung der Gebärmutter (Hysterektomie) am ehesten schwere Komplikationen.

Anmerkungen zur Übersetzung

Koordination durch Cochrane Schweiz