Intervention Review

Plasma exchange for chronic inflammatory demyelinating polyradiculoneuropathy

  1. Man Mohan Mehndiratta1,*,
  2. Richard AC Hughes2

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Disease Group

Published Online: 12 SEP 2012

Assessed as up-to-date: 14 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD003906.pub3

How to Cite

Mehndiratta MM, Hughes RAC. Plasma exchange for chronic inflammatory demyelinating polyradiculoneuropathy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD003906. DOI: 10.1002/14651858.CD003906.pub3.

Author Information

  1. 1

    G.B. Pant Hospital, Department of Neurology, New Delhi, India

  2. 2

    National Hospital for Neurology and Neurosurgery, MRC Centre for Neuromuscular Diseases, London, UK

*Man Mohan Mehndiratta, Department of Neurology, G.B. Pant Hospital, #502, Academic Block, New Delhi, 110002, India. mmehndi@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 12 SEP 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Chronic inflammatory demyelinating polyradiculoneuropathy (CIDP) is an uncommon progressive or relapsing paralysing disease caused by inflammation of the peripheral nerves. If the hypothesis that it is due to autoimmunity is correct, removal of autoantibodies in the blood by plasma exchange should be beneficial.

Objectives

To evaluate the efficacy of plasma exchange in CIDP.

Search methods

We searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register (14 May 2012), CENTRAL (2012, Issue 4), MEDLINE (January 1966 to May 2012), EMBASE (January 1980 to May 2012), CINAHL Plus (January 1937 to May 2012) and LILACS (January 1982 to May 2012). We also scrutinised the bibliographies of the trials, and contacted the trial authors and other disease experts.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) or quasi-RCTs in participants of any age comparing plasma exchange with sham treatment or no treatment.

Data collection and analysis

Two authors selected the trials, extracted the data and assessed risk of bias independently. Where possible data were combined according to the methods of the Cochrane Neuromuscular Disease Review Group.

Main results

Primary outcome measure: one cross-over trial including 18 participants showed two (95% confidence interval (CI) 0.8 to 3.0) points more improvement after four weeks on an 11-point disability scale with plasma exchange (10 exchanges over four weeks) than with sham exchange. Rapid deterioration after plasma exchange occurred in eight of 12 who had improved.
Secondary outcome measures: when the results of this trial and another with 29 participants treated in a parallel group design trial were combined, there were 31 points (95% CI 16 to 45, maximum score 280) more improvement in an impairment scale after plasma exchange (six exchanges over three weeks) than after sham exchange. There were significant improvements in both trials in an electrophysiological measure, the proximally evoked compound muscle action potential, after three or four weeks. Non-randomised evidence indicates that plasma exchange induces adverse events in 3% to 17% of procedures. These are sometimes serious. A trial showing no significant difference in the benefit between plasma exchange and intravenous immunoglobulin has been included in the Cochrane review of intravenous immunoglobulin for this condition.

Authors' conclusions

Moderate to high quality evidence from two small trials showed that plasma exchange provides significant short-term improvement in disability, clinical impairment and motor nerve conduction velocity in CIDP but rapid deterioration may occur afterwards. Adverse events related to difficulty with venous access, use of citrate and haemodynamic changes are not uncommon. More research is needed to identify agents which will prolong the beneficial action of plasma exchange.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Plasma exchange for chronic inflammatory demyelinating polyradiculoneuropathy

Chronic inflammatory demyelinating polyradiculoneuropathy (CIDP) is an uncommon progressive or relapsing paralysing disease caused by inflammation of the peripheral nerves. It is characterised by slowly evolving weakness and numbness of the limbs which may worsen progressively or improve without treatment and then get worse again. It is thought to be caused by immune factors in the blood. Plasma exchange removes such factors from the blood stream. It involves connecting a person's blood circulation to a machine which exchanges the fluid, plasma, part of the blood for an artificial substitute solution. Two small trials involving 44 people altogether both showed that plasma exchange induced short-term improvement in nerve function. In one trial this was followed by relapse in two-thirds of participants. Plasma exchange causes side-effects in 3% to 17% of people and these are sometimes serious.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Plasmaphérèse dans le traitement de la polyradiculoneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique

Contexte

La polyradiculoneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique (PDIC) est une maladie paralysante rare, progressive ou récurrente, provoquée par l'inflammation des nerfs périphériques. Si l'hypothèse selon laquelle elle est due à une auto-immunité est correcte, le retrait des auto-anticorps présents dans le sang par plasmaphérèse devrait être bénéfique.

Objectifs

Évaluer l'efficacité de la plasmaphérèse dans la PDIC.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (lundi 14 mai 2012), CENTRAL (2012, numéro 4), MEDLINE (de janvier 1966 à mai 2012), EMBASE (de janvier 1980 à mai 2012), CINAHL Plus (de janvier 1937 à mai 2012), et LILACS (de janvier 1982 à mai 2012). Nous avons également examiné les bibliographies des essais et contacté les auteurs des essais et d'autres experts de cette maladie.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR portant sur des participants de tout âge et comparant la plasmaphérèse à un faux traitement ou à l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les essais, extrait les données et évalué les risques de biais de manière indépendante. Lorsque cela a été possible, les données ont été combinées selon les méthodes du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires.

Résultats Principaux

Critère de jugement principal : un essai croisé, portant sur 18 participants, a démontré une amélioration de deux points de plus (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,8 à 3,0) après quatre semaines sur une échelle d'invalidité à 11 points avec la plasmaphérèse (10 échanges sur quatre semaines) par rapport au faux échange. Une détérioration rapide après la plasmaphérèse est survenue chez huit personnes sur 12 ayant présenté une amélioration.
Critères de jugement secondaires : en combinant les résultats de cet essai et ceux d'un autre essai, réalisé en groupes parallèles et portant sur 29 participants, il a été observé une amélioration de 31 points supplémentaires (IC à 95 % 16 à 45, score maximal 280) sur une échelle d'aggravation après la plasmaphérèse (six échanges sur trois semaines) par rapport au faux échange. Il a été constaté des améliorations significatives dans les deux essais concernant une mesure électrophysiologique, le potentiel d'action musculaire composé évoqué proximal, après trois ou quatre semaines. Des preuves non randomisées indiquent que la plasmaphérèse induit des événements indésirables dans 3 % à 17 % des procédures. Ceux-ci sont parfois graves. Un essai ne démontrant aucune différence significative quant au bénéfice entre la plasmaphérèse et l'immunoglobuline intraveineuse a été inclus dans la revue Cochrane de l'immunoglobuline intraveineuse pour cette maladie.

Conclusions des auteurs

Des preuves de qualité modérée à élevée, issues de deux essais réalisés à petite échelle, ont démontré que la plasmaphérèse apportait une amélioration significative à court terme concernant l'invalidité, l'aggravation clinique et la vitesse de conduction nerveuse motrice dans la PDIC, mais une détérioration rapide peut survenir par la suite. Les événements indésirables liés à la difficulté de l'accès veineux, à l'usage de citrate et aux changements hémodynamiques ne sont pas rares. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour identifier des agents qui prolongeront l'action bénéfique de la plasmaphérèse.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Plasmaphérèse dans le traitement de la polyradiculoneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique

Plasmaphérèse dans le traitement de la polyradiculoneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique

La polyradiculoneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique (PDIC) est une maladie paralysante rare, progressive ou récurrente, provoquée par l'inflammation des nerfs périphériques. Elle se caractérise par une faiblesse et un engourdissement des membres à évolution lente qui peut empirer progressivement ou s'améliorer sans traitement, puis s'aggraver de nouveau. Elle serait provoquée par des facteurs immunitaires présents dans le sang. La plasmaphérèse retire ces facteurs du flux sanguin. Elle consiste à relier le flux sanguin d'une personne à une machine qui remplace le liquide, le plasma, qui fait partie du sang, par une solution de substitution artificielle. Deux essais, réalisés à petite échelle sur 44 personnes au total, ont démontré que la plasmaphérèse induisait une amélioration à court terme de la fonction nerveuse. Dans un essai, cela a été suivi d'une rechute chez deux tiers des participants. La plasmaphérèse provoque des effets secondaires chez 3 % à 17 % des personnes et ceux-ci sont parfois graves.

Notes de traduction

Les auteurs estiment qu'il est peu probable que d'autres essais soient réalisés. Par conséquent, la prochaine mise à jour planifiée de cette revue sera effectuée dans quatre ans à compter de la date actuelle des recherches, au lieu des deux ans habituels. Si de nouvelles preuves réfutant ces conclusions sont identifiées, une mise à jour anticipée sera alors planifiée.

Traduit par: French Cochrane Centre 30th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français